Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La leçon magistrale de Jean Ping



La leçon magistrale de Jean Ping
 

par Richard Labévière

Source : Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 22 mai 2014.

Retour sur la Libye d’aujourd’hui après la dernière « guerre humanitaire » de l’OTAN : implosion des appareils d’État au profit de Seigneurs de la guerre, chefs mafieux et autres gourous de katiba islamo-affairistes, pillage des stocks d’armes et prolifération dans toute la sous-région, jonction opérationnelle des factions jihadistes avec les cartels latino-américains de la cocaïne, les filières d’immigration clandestine, les pirates des mers et des pêches côtières. Des côtes de Mauritanie à celles de la Somalie et du Yémen, cette dynamique morbide aggrave une chaîne d’États faillis, devenue l’ « Afghanistan de proximité » des Européens, selon les termes appropriés d’un ancien patron de la DGSE.[2]

Encore plus que celles d’Afghanistan justement et d’Irak, cette nouvelle expression de la politique occidentale de la canonnière inaugure un nouveau désastre fabriqué : une sanctuarisation durable du terrorisme islamiste, dans sa transversalité Ouest/Est, dans sa verticalité Nord/Sud et dans ses déversoirs maritimes en Méditerranée occidentale et orientale, dans le Golfe de Guinée et ses extensions, qui concerneront - à terme -, une grande partie de l’Atlantique sud. Comment en est-on arrivé là ? Comment s’est effectuée cette nouvelle éclipse sur l’Afrique ? Et qui sont ses protagonistes, apprentis sorciers irresponsables, sinon criminels ?

On doit cette salutaire mise en œuvre d’un devoir d’inventaire [3] de l’opération Unified Protector (OUP) de l’OTAN à Jean Ping, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (2008-2013). Dans le contexte des mal nommées « révolutions arabes », les vieilles fractures qui opposent traditionnellement la Cyrénaïque et la Tripolitaine se réveillent. La France, la Grande-Bretagne, puis l’OTAN en profitent pour lancer une nouvelle « guerre humanitaire ». Après des bombardements qui se déroulent du 19 mars 2011 jusqu’à la chute de Syrte - le 20 octobre 2011 -, le « guide » Mouammar Kadhafi est lynché dans un caniveau… La suite était prévisible. Ainsi, la question que pose Jean Ping est des plus pertinentes : fallait-il tuer Kadhafi ?

 

Jean Ping, ancien président de la Commission de l'Union africaine (UA) -- Photo Gabonews.

Dans cette leçon magistrale, Jean Ping fait non seulement un réquisitoire serré des politiques occidentales du bâton, mais il dresse aussi un bilan de l’Union africaine à l’usage de l’avenir. Interrogations liminaires : « à l’ère des idéaux de justice internationale et d’actions humanitaires, il est impératif d’empêcher les atrocités de masse et de s’opposer aux idéologies tyranniques. Mais, pour y parvenir, la solution n’est-elle que militaire ? L’histoire en général et les nombreuses guerres impériales en particulier n’ont-elles pas prouvé à suffisance le contraire ? » Et, en posant ces questions salutaires, Jean Ping ne prend une seconde pas la défense du régime ubuesque du Guide dont il eut à souffrir personnellement les fantaisies, surtout durant l’année de présidence libyenne de l’UA : « quant à moi, j’étais naturellement très loin de me douter que venait de s’ouvrir la période la plus difficile et la plus singulière de mes 40 longues années de carrière administrative, diplomatique et politique ».

En effet, ce célèbre représentant de la communauté «chinoirs » (Enfant né d'un père africain et d'une mère asiatique ou inversement) n’est pas vraiment un perdreau de l’année. Fonctionnaire à l’UNESCO à Paris en 1972, il y représente le Gabon de 1978 à 1984 avant de revenir à la politique de son pays. En 1993, il préside l’OPEP, dont son pays est membre à l’époque. En 2004, il est choisi pour être le 59e président de l'Assemblée générale des Nations unies. A de nombreuses reprises, il représente le Gabon dans de grandes conférences de l’UA, des Non-alignés, de l’Organisation de la conférence islamique, de la Banque mondiale, de la Francophonie, de la TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique) et mène plusieurs médiations diplomatiques sur le Grand continent. Grand officier de la Légion d’honneur, son précédent ouvrage - "Mondialisation, paix, démocratie et développement : l'expérience du Gabon" – est préfacé par Hubert Védrine.

Mieux que quiconque, il est à même d’évaluer, de comprendre et de canaliser les trois grandes obsessions du Guide : « ses propres pouvoirs en tant que président en exercice de l’Union, le siège de la Commission (qu’il souhaitait transférer dans sa « ville natale » de Syrte) et surtout la transformation de la Commission (c'est-à-dire de l’exécutif de l’Union) en « gouvernement de l’Union », considéré comme « étape significative vers la création des États-Unis d’Afrique ». Autoproclamé « rois des rois traditionnels africains », Kadhafi était assurément dérangé, pour ne pas dire autre chose… A cet égard, on apprend dans ce livre une foule de choses inédites, tant sur le guide, sur Moussa Koussa le chef de ses services que sur bien d’autres rouages du régime libyen ! Malgré toute son expérience, sa clairvoyance et sa grande patience, Jean Ping n’en n’est pas moins la cible de la chef de la diplomatie américaine Susan Rice qui le dénonce régulièrement comme l’un des suppôts de la Françafrique, tout comme Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka durant la crise malgache. Allez y comprendre quelque chose !

Février 2011, s’enflamme la « révolution » libyenne. La résolution 1970 du Conseil de sécurité de l’ONU (26 février) arrête un embargo sur les armes à destination de la Libye et bloque les avoirs du régime en place. La résolution 1973 instaure une zone d'exclusion aérienne au-dessus du territoire de la Jamahiriya arabe libyenne et postule la protection des populations civiles. Conseillé par le pseudo philosophe Bernard Henri Lévy, grand thuriféraire de la politique israélienne, Nicolas Sarkozy déclenche les premiers bombardements le 19 mars 2011. Les Dimanche 10 et lundi 11 avril, Mouammar Kadhafi accepte un plan de sortie de crise présenté par les médiateurs de l'Union africaine (UA), menés par le Sud-Africain Jacob Zuma. La délégation de l'UA invite l'OTAN à mettre fin à ses bombardements. Les insurgés libyens rejettent ce plan de paix. La machinerie de « changing regime » doit aller à son terme, renouant avec le long cortège d’expéditions punitives para-coloniales comparables à celle de Suez en 1956, pour ne citer que celle-ci. Lamentable !

Lamentable aussi de voir à la télévision des dirigeants occidentaux sabler le champagne sur le cadavre de Kadhafi quoiqu’on puisse penser du personnage ! Une nouvelle fois, les puissances occidentales se sont arrogées, de manière unilatérale et éhontée, le doit de décider de l’avenir d’un pays du Sud. Suprême humiliation, les trois membres africains du Conseil de sécurité de l’ONU ont totalement ignoré la Feuille de route diplomatique et politique de l’UA justifiant ainsi un diktat impérialiste supplémentaire en Afrique ! Résonne encore le grotesque discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Dakar sur « l’homme africain qui n’est pas assez entré dans l’Histoire » et les recommandations paternalistes de Barack Obama, en visite officielle au Sénégal, demandant à son homologue Macky Sall d’accepter officiellement l’homosexualité dans son pays…

En définitive, le réquisitoire tranquille de Jean Ping rejoint les conclusions qu’Alain Joxe tire de la défaite des expéditions impériales :[4] « Pour l’empire global (…) le maintien de l’état de guerre et de la division après destruction de l’état (afghan ou baathiste) est le résultat recherché pour la création d’une zone où la libre corruption et la libre violence communautaire créent un espace homomorphe à la libre concurrence des marchés ». Une leçon vraiment magistrale…

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire.

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.
[2] Services extérieurs français.
[3] Jean Ping : "Éclipse sur l’Afrique – Fallait-il tuer Kadhafi ?" aux Éditions Michalon, avril 2014.
[4] Alain Joxe : Les guerres de l’Empire global - Spéculations financières, guerres robotiques, résistance démocratique aux Éditions La Découverte, avril 2012.

Chroniques de Richard Labévière en 2014 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact