Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La paix en Europe tient à la paix entre la France et l'Allemagne

La paix en Europe tient à la paix entre la France et l'Allemagne

Allocution de M. Lionel Jospin, Premier ministre, lors de la commémoration du 85ème anniversaire de la bataille de Verdun, le 23 juin 2001.

Monsieur le Président du Sénat, Messieurs les ministres,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Mon général et Messieurs les anciens combattants,

Messieurs les officiers généraux, Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis à l'ossuaire de Douaumont, ce haut lieu de mémoire, à côté des nécropoles où sont inhumés tant de soldats, de toutes nationalités, morts pour leur patrie. Ensemble, nous commémorons le 85ème anniversaire de la bataille de Verdun. "Verdun", mot à l'évocation terrible.

Ici, à Verdun, se trouve concentrée toute la "Grande Guerre", à la fois l'héroïsme des soldats et l'horreur des combats.

Il y a quatre-vingt cinq ans, la France entrait dans sa troisième année de guerre. L'impasse était alors totale. Le front de l'Ouest s'étendait sans discontinuer, de la frontière suisse jusqu'à la mer du Nord. Le mythe d'une guerre "courte" s'était déjà effondré. La mitrailleuse, la pelle et le barbelé avaient transformé les combats en une guerre de tranchées impitoyable. Chaque sortie des fantassins se transformait en carnage. En ce début d'année 1916, les forces franco-britanniques préparaient une offensive sur la Somme qu'elles voulaient décisive. Il s'agissait de rompre le front au printemps. Mais les Alliés furent pris de court par les Allemands qui passèrent à l'attaque dès le 21 février 1916. Ce fut Verdun.

Verdun qui marqua, dans un premier temps, le désespoir de la France. L'ordre fut donné aux défenseurs de Verdun de "tenir à tout prix". De très longs mois d'enfer commencèrent alors pour ces combattants.

Le 25 février au soir, les Allemands s'emparaient du fort de Douaumont, position stratégique sur la rive droite de la Meuse. La situation française devint catastrophique. Sur ce front enchevêtré, émietté, chaque unité était livrée à elle-même tandis que la bataille faisait rage.

Mais c'est aussi à Verdun que la France se redressa. L'état-major français parvint à se ressaisir. Il fit réarmer les forts, lança des ponts de bateaux sur la Meuse et, surtout, ouvrit la "Voie sacrée", cette route de ravitaillement qui permit aux troupes de tenir. Pour encourager ses soldats, Joffre déclara dans son ordre du jour du 10 mars : "Le pays a les yeux sur vous. Vous serez de ceux dont on dira : ils ont barré aux Allemands la route de Verdun."

Les hommes de Verdun incarnèrent cet esprit de résistance. Sur le champ de bataille, ravagé par les explosions, ils luttèrent avec un courage extraordinaire contre toutes les épreuves, contre toutes ces atrocités nouvelles apportées par la guerre mécanique. Vivants et morts s'entremêlaient dans le chaos des tranchées et des trous d'obus. "Ce que nous avons fait", se souvint ensuite Maurice Genevoix, "c'est plus qu'on ne pouvait demander à des hommes, et nous l'avons fait". La terre elle-même de notre pays porte encore aujourd'hui les cicatrices de ce drame; je pense par exemple à la région de Vimy où je me suis rendu et où des munitions dangereuses continuent d'être retrouvées.

Pendant les 300 jours et les 300 nuits que durèrent les combats, l'arrière aussi fut mis à contribution. La bataille s'était érigée en une véritable épreuve nationale. La France perdit 360.000 hommes.

A ces hommes morts pour la France, nous devons le souvenir.

Lors de ma visite sur le Chemin des Dames, le 5 novembre 1998, j'ai tenu à rendre hommage au courage et au sacrifice des combattants de cette guerre. Je l'ai fait en veillant à apaiser des blessures toujours présentes dans la mémoire collective.

Aujourd'hui, à Verdun, je souhaite honorer le souvenir de la Nation tout entière rassemblée dans l'épreuve. Nous ne pouvons oublier ceux qui ont accepté que leur destin individuel s'efface devant le destin collectif de la France. Ces hommes ont perdu sur le front leur jeunesse, leurs illusions et, le plus souvent, leur vie même. Alors que s'ouvre un siècle neuf, il nous revient de souligner l'exemplarité de ces hommes qui, profondément attachés à leur patrie et à la République, les ont défendues avec acharnement.

Ils ont eux-mêmes œuvré à la perpétuation de la mémoire de la guerre, en veillant à transmettre le sens de leur engagement, fondé sur les valeurs de courage et d'abnégation. Les épreuves terribles qu'ils ont traversées les ont conduit à s'unir, dans un puissant mouvement de solidarité humaine et sociale. Grâce à la relève de deux générations du feu, ce monde associatif reste aujourd'hui particulièrement actif. Je lui rends hommage. Je tiens, en particulier, à saluer l'action du Général Maurice Bourgeois, présent parmi nous, engagé dès l'âge de 17 ans et combattant courageux en ces lieux mêmes. Il est aujourd'hui Président national de la Fédération "Ceux de Verdun".

Verdun et les sacrifices de la Grande Guerre sont à l'origine de la politique de réparation et de mémoire, portée par un département ministériel en charge du monde combattant. Ces deux impératifs demeurent aujourd'hui, comme le démontre l'action de Jean-Pierre Masseret à la tête du secrétariat d'Etat à la Défense, chargé des Anciens Combattants. Le 26 avril dernier, à l'Hôtel national des Invalides, j'ai rappelé devant l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre que l'intégration de l'administration des Anciens Combattants dans celle de la Défense, réalisée en 2000, garantit la pérennité de cette action de réparation et de mémoire. Cette politique demeurera défendue par un interlocuteur ministériel.

Dans cet esprit, le Gouvernement mène une politique de mémoire ambitieuse et moderne. Il souhaite aider les jeunes générations à mieux comprendre leur histoire et à construire leur avenir dans le respect des valeurs de la République. C'est pourquoi Jean-Pierre Masseret a développé la notion de "territoires de mémoire". Correspondant aux traces des conflits contemporains, ces espaces accompagneront les actions de mémoire en direction des jeunes générations. Il est juste que ce soit ici, sur cette terre meurtrie par tant de guerres, que se concrétise le premier "territoire de mémoire", celui du "Grand Est", dans le cadre des contrats de plan État-région. Le Comité d'animation départemental de la politique de mémoire en Meuse fédère les énergies en ce sens.

Mesdames, Messieurs,

Cette politique de mémoire et de réparation est tout entière inspirée par le souci de tirer les leçons de l'Histoire, pour mieux emprunter les chemins de la paix sur notre continent.

La réconciliation européenne puise au souvenir de Verdun.

Ici, où Allemands et Français ont perdu autant d'hommes. Cette guerre qui devait "saigner à blanc" un des camps les a laissés tous deux exsangues.

Cette épreuve a suscité une prise de conscience. Et d'abord grâce aux témoignages des anciens combattants eux-mêmes, tels Henri Barbusse ou Erich Maria Remarque qui, de part et d'autre du Rhin, ont souligné l'ampleur des sacrifices consentis. De ce drame sont nées les premières vraies initiatives en faveur du désarmement et de l'organisation de la société internationale. De Verdun date aussi la conviction que "la paix en Europe", pour reprendre les mots d'André Suares, "tient à la paix entre la France et l'Allemagne".

L'idée d'une réconciliation entre la France et l'Allemagne fut un temps balayée par la Seconde Guerre mondiale. Mais pour renaître aussitôt après, avec plus de force encore, afin d'empêcher que ne reviennent de tels déchaînements de violence. C'est sur le socle nouveau de l'amitié franco-allemande que l'Europe a pu se construire. Et c'est à Verdun, le 22 septembre 1984, soixante-dix ans après le début du premier conflit mondial, que le Président François Mitterrand et le Chancelier allemand Helmut Kohl sont venus se recueillir et honorer ensemble le souvenir désormais mêlé de morts autrefois placés dans des camps adverses. Certes, les progrès de la paix n'ont pas été suffisants pour empêcher, récemment et près de nous, les ravages de la guerre. Mais la réconciliation franco-allemande reste un des principaux atouts de l'Europe.

Mesdames, Messieurs,

Le devoir de mémoire est une œuvre de paix. Verdun, symbole national mais aussi symbole européen, doit continuer de faire vivre la flamme du souvenir et l'ambition d'une Europe en paix.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact