Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L'Europe et l'Afghanistan: débat à Strasbourg

L'Europe et l'Afghanistan: débat à Strasbourg

Source: Parlement européen: Déclarations du Conseil et de la Commission: Strasbourg le 15.11.2001.

Depuis les attentats du 11 septembre, la situation internationale connaît une crise majeure. Mme Isabelle Durant, au nom de la Présidence belge, souhaite faire le point sur cette crise et sur les développements de la position du Conseil.

Le Conseil a réagi avec détermination et clarté face au problème afghan. Le Conseil européen est solidaire avec les Etats-Unis et soutient les actions entreprises pour lutter contre les actions terroristes. Par ailleurs, la session de novembre de l'assemblée générale de l'ONU renforcera la coalition internationale.

320 millions d'euros ont été à ce jour mobilisés pour l'aide humanitaire d'urgence à l'Afghanistan. La principale difficulté est l'accès aux populations en détresse. Une coopération étroite avec toutes les institutions et les ONG est nécessaire.

L'Union européenne reconnaît à l'ONU la légitimité internationale pour rechercher une solution politique. C'est pourquoi, l'Union européenne prête une attention toute particulière au plan présenté par l'ONU.

Les futures autorités afghanes devront être élues par le peuple afghan.

L'Union européenne estime qu'un plan de reconstruction est urgent et veut y être associé. Il s'agira cependant d'une œuvre de longue haleine.

Une stratégie régionale est nécessaire ; il faut convaincre les Etats voisins à l'Afghanistan qu'ils tireront avantage dans la paix de ce pays.

Les événements se sont précipités ces derniers jours. Des réseaux terroristes perdent graduellement le pouvoir en Afghanistan. En ces heures cruciales, M. Verhofstadt a rappelé hier la position du Conseil : un gouvernement stable doit voir le jour en Afghanistan, il appartient aux Nations-Unies de jouer un rôle central dans la reconstruction de ce pays.

L'Union européenne est prête à mettre en œuvre un large plan de reconstruction. Le Président du Conseil européen a insisté sur la dimension régionale de la problématique afghane. C'est dans cet esprit que les présidents du Conseil et de la Commission se rendront en Inde et au Pakistan les 23 et 24 novembre 2001.

Dans le cadre d'une "stratégie de diplomatie de relais", l'Union européenne est constamment présente sur le terrain. Par ailleurs, l'action de M. Solana a permis la rencontre de MM. Peres et Arafat et la Conférence EUROMED, les 5 et 6 novembre, a permis aux protagonistes de franchir un pas supplémentaire.

Le Président du Conseil européen et le Président du Conseil se rendront au Moyen-Orient cette semaine. Cette mission sera l'occasion de rappeler aux parties la position de l'UE : un Etat viable et démocratique pour Israël doit être constitué, Etat où les citoyens auraient le droit de vivre en paix et en sécurité à l'intérieur de frontières internationalement reconnues.

L'UE continuera son action dans le cadre de la coalition antiterroriste.

M. Philippe Busquin, membre de la Commission européenne, fait observer que la situation en Afghanistan évolue de jour en jour, sinon d'heure en heure.

Le volet militaire n'est pas encore achevé mais ce sont les volets humanitaire et diplomatique qui sont fondamentaux.

L'Union européenne soutient le processus lancé par l'ONU. Il faut exploiter l'évolution de la situation militaire pour accroître les efforts diplomatiques et humanitaires.

L'Union européenne désire reconstruire l'Afghanistan mais il faudra d'abord pour cela évaluer ses besoins. Au total, l'Union européenne a déjà engagé 100 Meuros pour aider l'Afghanistan et compte maintenir une aide équivalente à celle qu'elle a déjà donné, au cours de l'année 2002.

Par ailleurs, l'Union européenne vient récemment de prendre un certain nombre de mesures qui concernent le gel des avoirs appartenant à des individus ou à des organisations soupçonnés de participer à des entreprises terroristes, le durcissement des règles de blanchiment d'argent, la création d'un mandat d'arrêt européen ainsi que des mesures en matière de sécurité aérienne.

L'effort entrepris par l'Union européenne et par la Commission pour aider le peuple afghan est malheureusement trop méconnu.

Les efforts diplomatiques s'avèrent cruciaux. L'Union européenne souhaite parvenir à un équilibre dans la région. "L'humanité tout entière doit s'unir contre le terrorisme", tel est le message qui transparaît de tous les contacts qui ont été pris entre l'Union européenne et un ensemble de pays.

De nombreux accords de coopération et de partenariat sous des formes diverses se développent dans l'ensemble de cette région ainsi qu'au Moyen-Orient.

D'une façon générale, l'Union européenne témoigne qu'elle a une politique étrangère commune mais que celle-ci n'est pas unique. Chacun des Etats membres met ses efforts au service des autres, c'est là une illustration de la nature même de l'Union européenne.

M. Hans-Gert Poettering (D), au nom du PPE/DE rappelle que la réaction face à l'avion qui s'est écrasé il y a deux jours montre que le terrorisme est devenu un défi majeur, politique et militaire. Il est par conséquent nécessaire d'éliminer des réseaux terroristes.

Que penser de l'Alliance du Nord ? Il est primordial qu'elle se comporte en représentant de la dignité humaine.

L'ONU joue un rôle important et cela conduit à prévoir une participation de l'UE à la reconstruction de l'Afghanistan.

M. Poettering déplore les réunions à trois qui se sont tenues à Gand et à Londres et soutient que l'organisation de ce genre de dîner divise l'Europe. Il faut que nous agissions ensemble, nous voulons une Europe communautaire ; pour cela nous sommes aux côtés du Conseil et de la Commission.

La Commission européenne ne doit pas rester silencieuse.

M. Enrique Baron Crespo (E), au nom du PSE, rappelle qu'après les attentats du 11 septembre, la nécessité d'une politique revêtant une dimension militaire et humanitaire pour combattre le terrorisme avait été mise en exergue.

Une volonté commune doit principalement s'exprimer dans le cadre des Nations-Unies.

Nous avons le devoir, avec les Nations-Unies, de trouver une solution politique à la situation afghane. L'UE doit continuer de coopérer aux orientations de l'aide humanitaire afin de faire face au flux de réfugiés et pour mettre en place un plan de reconstruction en Afghanistan.

Le Parlement s'efforce, avec la Commission, d'élaborer une politique communautaire contre le terrorisme.

Le Parlement souhaite qu'une politique de sécurité et de défense soit incluse dans le Traité. La Commission, gardienne du Traité, doit soulever la question.

Nous devons continuer à œuvrer afin qu'il y ait un Etat israélien avec des frontières bien définies et un Etat palestinien avec des frontières bien définies; ceci est la seule solution pour une situation stable au Moyen-Orient.

M. Patrick Cox (IRL) s'exprime au nom du groupe ELDR. La guerre produit ses résultats. Le régime des talibans est en train de s'écrouler mais la menace terroriste se cache toujours mais elle est sous-jacente.

M. Cox rappelle le rôle très important joué par les journalistes qui nous ont informé, parfois au prix de leur vie.

De nouveaux défis se présentent à nous désormais. Kaboul est prise et il faut désormais rétablir l'état de droit et reconstruire l'Afghanistan.

De nouvelles craintes apparaissent, car l'histoire de ce pays est jalonnée de violence.

L'aide humanitaire apportée par l'Union européenne est très importante mais elle devrait être plus visible, plus apparente. Elle se fait trop peu remarquer.

La diplomatie européenne s'est révélée efficace, au Moyen-Orient également. Manifestement, l'Europe a contribué à réduire un peu les tensions.

Il faut désormais aller plus loin encore en matière de politique de défense et de sécurité et ne pas s'arrêter en si bon chemin.

M. Jan Joost Lagendijk (NL), au nom du groupe des Verts/ALE se limite à parler de l'Afghanistan. Il rappelle l'idée d'une force de maintien de la paix sous l'égide des Nations-Unies. L'Union européenne participe-t-elle à cette force des Nations-Unies ?

Les besoins humanitaires quant à eux sont très considérables. L'aide apportée rencontre-t-elle des entraves et lesquelles ?

Les conquêtes militaires dépassent quelque peu l'action diplomatique en dépit de la recherche d'une solution de stabilité qui est absolument indispensable.

M. Francis Wurtz (F), au nom du groupe GUE/NGL, souligne que la libération de l'Afghanistan ne doit pas faire oublier toutes les facettes de la réalité. Les combats ne sont pas terminés et les talibans tenteront certainement de sauver ce qui leur reste de pouvoir. De plus, il ne faut pas idéaliser l'Alliance du Nord, son comportement passé ne permet pas d'ignorer les risques encourus. L'issue politique est déterminante.

Les Nations-Unies estiment que 5,5 millions de personnes sont victimes de la famine. Une aide d'urgence au développement est nécessaire.

L'ONU joue un grand rôle pour la neutralisation du réseau terroriste. Des solutions politiques émanant des Afghans et des Afghanes est maintenant nécessaire.

Mme Emma Bonino (TDI, I) rappelle que les femmes afghanes sont étrangement silencieuses et absentes du débat.

Et pourtant, on prétend faire participer toutes les ethnies et toute la population à la vie politique de l'Afghanistan. Les Afghanes ont été pendant de nombreuses années les seuls vecteurs d'une opposition pacifiste et on ne voit pas une seule femme aux tables de négociations diplomatiques un peu partout dans le monde.

Mme BONINO rappelle que le Parlement européen, en 1997 avait été une des rares institutions qui avait soutenu l'action des femmes afghanes.

Elle rappelle également que le 24 novembre sera organisé une journée mondiale de jeûne destinée à promouvoir la participation des femmes afghanes au gouvernement de leur pays.

M. Didier Rod (Verts/ALE, F), souligne que l'Afghanistan connaît des heures d'incertitude cruciales pour son avenir. La construction démocratique de ce pays est loin d'être achevée.

L'Union européenne doit adopter des positions fortes et claires concernant plus particulièrement le problème des femmes afghanes. Elles sont au centre d'une reconstruction durable de l'Afghanistan et doivent participer à la mise en place d'un nouveau gouvernement. L'Union européenne ne peut soutenir un gouvernement qui n'intégrerait pas cette dimension politique.

Il faut mettre fin au règne de l'impunité et pour cela, le futur gouvernement afghan se devra d'être mixte, démocratique, représentatif de toutes les ethnies et respectueux des droits de l'homme.

M. Philippe Morillon (PPE-DE, F) rappelle les propos du commandant Massoud qui souhaitait simplement qu'une pression diplomatique soit exercée sur le Pakistan et qu'il tablait sur la force de l'opposition générale contre les talibans.

L'écroulement du régime des talibans a été extrêmement rapide.

Certains sont inquiets de ce que peut ou ne pas faire l'Alliance du Nord et certains le dénigrent. Pourtant, le retour des réfugiés vers l'Afghanistan a commencé avec un début de retour à la normale.

La situation est certes extrêmement fragile et il faut soutenir à la fois le régime politique qui est sur le point de naître mais surtout la population qui souffre de graves maux et notamment de malnutrition.

M. Morillon souhaite que le Conseil et la Commission s'engagent le plus rapidement possible à soutenir le nouveau gouvernement en Afghanistan.

Mme Marielle de Sarnez (PPE-DE, F) se félicite de ce débat et souligne que l'Europe a deux obligations vis-à-vis de l'Afghanistan.

Nous devons travailler en coopération avec l'ONU pour la mise en place d'un gouvernement afghan stable, légitime, démocratique et représentatif de toutes les ethnies.

L'Afghanistan connaît la guerre depuis 23 ans, 7 millions de personnes dépendaient déjà de l'aide humanitaire avant la mise en œuvre des actions militaires. Nous demandons par conséquent une intervention d'urgence, de grande ampleur, de la part de l'Union européenne.

Répondant aux intervenants, Mme Isabelle Durant précise que la réunion qui s'est tenue à Londres n'était pas une initiative de la Présidence. Cette dernière y a cependant été invitée. M. Verfofstadt en a fait un rapport complet. Il est cependant évident que l'Europe doit parler d'une seule voix.

Le rôle de l'Union européenne est diplomatique, politique et humanitaire. Les questions relatives aux actes humanitaires sont extrêmement importantes et les députés doivent être convaincus de l'importance des actions de la Présidence.

Sur la question de la force des Nations-Unies, il n'y a pas, à ce stade, de position du Conseil.

La concertation, sous l'égide des Nations-Unies, est la seule façon de garantir la stabilisation du régime post-taliban.

Ce gouvernement devra prendre en compte la problématique des femmes afghanes.

L'Union européenne a besoin d'une politique de sécurité communautaire et Mme Durant souhaite que cette question soit discutée à Laeken.

M. Philippe Busquin reprend la parole et insiste sur le caractère primordial de l'aide humanitaire qui est un besoin de plus en plus pressant au fur et à mesure de l'approche de l'hiver. Cette aide passe par l'intermédiaire du WFO ainsi que par diverses ONG. Il faut veiller à ce qu'elle soit mise en œuvre le plus efficacement possible.

Quant aux besoins liés à la reconstruction et à la remise en route du pays, c'est un problème absolument évident auquel la Commission entend donner suite dans toute la mesure du possible.

- Pour plus d'informations: Alexandre Stutzmann: Strasbourg Tél.: (33)3 881 74005 - Bruxelles Tél :(322) 28 43439 - e-mail :foreign-press@europarl.eu.int

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact