Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L'Assemblée de l'UEO "a saisi la balle au bond"

L'Assemblée de l'UEO "a saisi la balle au bond"

Source: Communiqué de Presse de l'UEO: Bruxelles, le 18 mars 1999.

Recevant ce matin l'Assemblée de l'UEO, le Premier ministre belge, Jean-Luc Dehaene, a félicité les parlementaires d'avoir pris l'initiative à propos de la réorganisation de la sécurité et de la défense européennes. "L'Assemblée a joué très vite sur la balle !"

Le Président de l'Assemblée, Lluis Maria de Puig, effectuait la première d'une série de visites aux chefs d'Etats et de gouvernements européens pour présenter le Plan d'action de l'Assemblée de l'UEO - "L'heure de la défense"- adopté lors d'une réunion extraordinaire tenue au début de la semaine à Paris.

Dans la perspective de Washington, Brême et Cologne, le Plan d'action propose :

  • une Europe plus responsable dans une Alliance plus équilibrée;
  • une Europe qui puisse agir de façon autonome sur la scène internationale;
  • une Europe qui ne soit pas divisée;
  • une Europe dont la démocratie soit renforcée.

"Nous avons beaucoup apprécié la réaction du Premier ministre", a déclaré le Président de Puig. "Le gouvernement belge est tout à fait sur la même longueur d'onde que nous, notamment à propos de la nécessité de maintenir un contrôle démocratique international approprié des nouveaux arrangements, et nous espérons que les autres gouvernements se montreront aussi réceptifs à nos propositions".

L'heure de la défense: Plan d'action proposé par l'Assemblée de l'UEO

Washington - Brême - Cologne :

Pour une Europe plus responsable dans une Alliance plus équilibrée

Au Sommet de l'OTAN, les alliés européens doivent manifester leur volonté d'assumer de plus grandes responsabilités pour leur sécurité. L'Alliance dans son ensemble doit appuyer le renforcement de l'IESD aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'OTAN.

Pour une Europe qui puisse agir de façon autonome sur la scène internationale

L'Europe doit pouvoir réagir de façon autonome et efficace face aux crises et aux dangers contre la paix. Pour cela, l'Europe a besoin d'une capacité de décision et d'action et d'un instrument de défense qui lui soit propre. C'est autour de l'Union européenne qu'il faut réaliser cette capacité.

C'est pourquoi il faut intégrer progressivement l'ensemble de l'acquis politique et militaire de l'UEO dans l'Union européenne sur une base intergouvernementale.

L'article V du Traité de Bruxelles modifié sur la défense collective ainsi que les dispositions de ce Traité prévoyant une coopération étroite avec l'OTAN doivent devenir partie intégrante du Traité sur l'Union européenne.

Il est indispensable que nos pays fassent preuve de la volonté politique commune de doter l'Union européenne des capacités requises pour réaliser ces objectifs, et ce en parfaite complémentarité avec l'OTAN.

  • Ne pas diviser l'Europe

Il est impératif que des pays comme l'Islande, la Norvège et la Turquie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Bulgarie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, ainsi que l'Autriche, le Danemark, la Finlande, l'Irlande et la Suède se voient garantir la plénitude des droits de participation dont ils bénéficient actuellement au sein de l'UEO.

  • Renforcer la démocratie

Il est essentiel de maintenir et de renforcer le contrôle démocratique et le débat public au niveau européen, fonction qui revient à une Assemblée parlementaire composée des représentants des parlements nationaux de tous les pays concernés, y compris ceux qui ne sont pas membres de l'Union européenne. Notre Assemblée remplit parfaitement ce rôle.

L'U.E.O. et le prochain sommet de l'OTAN

Paris 16 mars - La Commission permanente de l'Assemblée de l'U.E.O. s'est prononcée mardi à Paris en faveur de décisions concrètes destinées à renforcer l'identité européenne de défense (IEDS) avant le prochain sommet de l'OTAN.

Dans un rapport présenté au nom de la commission de défense, M. Tom Cox (travailliste/GB) estime que l'accord-cadre qui devrait être finalisé avec le sommet de Washington entre l'U.E.O. et l'OTAN "doit préserver l'autonomie de décision et l'unité de la chaîne de commandement de l'U.E.O." par le biais d'un procédure "pour le suivi de l'emploi et le retour et le rappel éventuel par l'OTAN de ses moyens avant la fin de l'opération de l'U.E.O." Selon lui, cet accord-cadre "aura une signification politique: d'une part, il marquera clairement l'engagement de l'OTAN à soutenir l'U.E.O., et d'autre part il mettra l'U.E.O. à l'abri d'exigences supplémentaires de dernier moment manifestées par l'OTAN aux dépens de l'autonomie de l'organisation européenne".

Sur la base de ce rapport, la commission permanente a adopté une série de recommandations à l'attention du Conseil des ministres de l'U.E.O. afin de fournir à l'Union Européenne une "capacité autonome d'action" telle que requise dans la déclaration franco-britannique de Saint-Malo. Parmi les mesures concrètes envisagées, figure le souhait de voir désigner par l'OTAN un officier général européen au sein du SHAPE qui serait "l'adjoint bis" du général américain SACEUR, chargé exclusivement du pilier militaire européen de l'OTAN.

La commission a également recommandé de faire aboutir rapidement "l'accord-cadre" sur l'utilisation des moyens de l'OTAN par l'U.E.O. et de "faire admettre à nos alliés que cette utilisation, après la décision de transfert à l'U.E.O., ne peut être soumise au contrôle du Conseil de l'OTAN".

Plan d'action pour l'intégration progressive de l'U.E.O. dans l'U.E.

Paris 16 Mars - La Commission permanente de l'Assemblée de l'U.E.O. a adopté mardi à Paris un "plan d'action" préconisant une "intégration progressive" de cette organisation dans l'Union Européenne afin de parvenir à une défense européenne commune qui préserve "l'articulation nécessaire avec l'OTAN".

Ce plan d'action, proposé par l'Assemblée de l'U.E.O. à tous les membres del'U.E.O, de l'U.E. et de l'OTAN, répond à "l'exigence" de voir se construire une défense européenne capable de dépasser les carences européennes constatée lors des crises en Bosnie, en Albanie et au Kosovo. "Cette situation ne peut plus durer" estime la Commission de l'U.E.O. en estimant que "la faiblesse de l'Europe découle largement du fait que le gouvernements européens se sont reposés totalement sur les garanties de sécurité que leur offraient les Etats-Unis, en particulier à travers l'OTAN".

"Réaliser une Europe capable de jouer un rôle que l'on attend d'elle est une affaire de volonté politique (...). Les citoyens ne veulent plus se laisser bercer de vaines promesses, ils ne veulent pas d'une Europe de la PESC et de la défense qui ne corresponde nullement aux réalités. Le chemin à parcourir sera long; nous devons absolument nous mettre en marche. Plus qu'un vœu, c'est pour l'Assemblée un exigence", souligne le texte.

Le calendrier préconisé par l'Assemblée de l'U.E.O. prévoit trois phases.

1. Dans l'immédiat, jeter les bases d'un processus pour:

  • donner au Conseil européen une véritable capacité militaire opérationnelle en lui transférant la capacité de décision et de commandement de l'U.E.O.
  • programmer l'intégration progressive de l'U.E.O. dans l'U.E.
  • donner aux nouvelles instances de l'U.E. la possibilité d'utiliser les moyens de l'OTAN

2. A moyen terme:

  • réaliser l'intégration au fur et à mesure qu'existera un consensus pour transférer les compétences et institutions de l'U.E.O. à l'U.E., et que s'organisera la PESC

3. A long terme:

  • parvenir à une défense commune, à une défense européenne dans l'U.E., comportant l'articulation nécessaire entre l'U.E. et l'OTAN.

L'U.E.O. envisage son intégration "graduelle" dans l'U.E.

Paris le 16 Mars - La Commission permanente de l'Assemblée de l'U.E.O., réunie à Paris en session spéciale, a préconisé mardi l'intégration totale, à terme, de cette organisation dans l'Union Européenne afin de "mettre en œuvre une capacité de défense européenne en étroite coopération avec l'OTAN".

Dans un rapport présenté au nom de la commission politique, M. Lluis Maria de Puig, président de l'Assemblée de l'U.E.O., a estimé que "toute prise en charge directe par l'Union Européenne des compétences en matière de sécurité et de défense" doit "respecter l'acquis de l'U.E.O.". Selon ce rapport, l'Assemblée de l'U.E.O. "devrait continuer de défendre le projet d'une dimension de défense européenne en prenant clairement position en faveur d'une intégration de l'U.E.O. dans l'Union Européenne, à condition que cela fasse avancer le projet de défense européenne et que l'acquis de l'U.E.O. y soit intégré".

Dans une série de recommandations au Conseil des ministres de l'U.E.O., la commission permanente préconise "d'élaborer un programme à moyen terme visant à réaliser l'intégration graduelle de l'ensemble des domaines de la compétence de l'U.E.O. dans le cadre intergouvernemental de l'Union Européenne". Selon M. De Puig, "le Conseil Européen pourrait prendre une décision de principe dans ce sens dès le sommet de Cologne à condition qu'il existe un consensus suffisant entre les Européens pour avancer avec détermination vers la défense européenne".

Pour une éventuelle intégration de l'U.E.O. dans l'U.E., la Commission préconise trois principales étapes. " A court terme, préciser les accords franco-britanniques de Saint-Malo, consolider le traité d'Amsterdam, et ouvrir un processus d'adaptation institutionnelle. A moyen terme: renforcer la coopération dans le cadre d'un processus d'intégration de l'U.E.O. dans l'U.E. qui pourrait se dérouler au rythme de l'élargissement de l'U.E.. A long terme: réaliser la défense commune et mettre en oeuvre une capacité de défense européenne en étroite coordination avec l'OTAN."

Alain Richard appelle à préserver les acquis de l'U.E.O.

Paris le 16 Mars - Le ministre français de la défense Alain Richard a appelé mardi à préserver les acquis de l'U.E.O., alors que s'intensifie le débat sur l'avenir de la défense européenne.

Intervenant devant la Commission permanente de l'Assemblée de l'U.E.O., M. Richard a déclaré que "pour ce qui concerne l'U.E.O., l'intensification du débat sur la défense européenne ne doit pas donner l'impression qu'elle n'existe désormais que pour disparaître". Rappelant que "la sécurité européenne doit beaucoup à l'OTAN", le ministre français a ajouté que "l'avenir est bien à un rôle plus important de l'Union Européenne, qui sera appelée à intégrer, le moment venu, les capacités et les fonctions de l'U.E.O".

"L'Europe de la défense doit savoir marcher sur ses deux jambes, c'est à dire progresser au sein de l'Alliance Atlantique d'une part, et en autonomie d'autre part, la seconde voie ne pouvant qu'encourager la première, et non la contredire. C'est là tout l'esprit de Saint-Malo", a t-il affirmé en référence à la déclaration franco-britannique de l'automne dernier appelant l'Union Européenne à se doter d'une "capacité autonome d'action, appuyée sur des forces militaires crédibles".

"L'U.E.O. représente un certain nombre d'acquis. Il nous appartient de savoir les utiliser intelligemment au service d'un dessein qui dépasse l'U.E.O.", a ajouté le ministre de la défense. "Quant à savoir par quel arrangement l'U.E.O. d'aujourd'hui contribuera au mécanisme de la PESC (politique européenne de sécurité commune) et apportera ses capacités politico-militaires à l'Union Européenne, le processus de consultation n'en est qu'à ses débuts et chaque pays concerné doit encore exprimer son point de vue pour préparer les meilleurs décisions à ce sujet", a t-il poursuivi. Au cours du débat, M. Alain Richard a émis le souhait qu'une "réflexion intense" s'engage à ce sujet cette année et en 2000 afin que des "échéances et un plan de travail" permettent de "créer progressivement les moyens d'une défense européenne crédible".

Le Président de l'Assemblée rencontre le Ministre de la défense de la France

Paris, le 9 février 1999.- M. Lluis Maria de Puig, Président de l'Assemblée de l'UEO, rencontrera aujourd'hui M. Alain Richard, Ministre de la défense de la France. L' entretien portera essentiellement sur les développements du processus entamé lors du Sommet de Saint-Malo.

Le Président de l'Assemblée informera également M. Richard de la décision de l'Assemblée de l'UEO de tenir le 16 mars prochain, à Paris, une réunion extraordinaire de sa Commission permanente. Cette réunion s'inscrit dans la volonté de l'Assemblée de faire valoir son point de vue dans les travaux préparatoires devant conduire à l'adoption:

- d'une part, d'un nouveau concept stratégique de l'Alliance atlantique au Sommet de Washington en avril,

- et, d'autre part, de mesures visant à édifier un volet "défense", dans la PESC (Politique étrangère et de Sécurité commune) au sommet de l'Union européenne de Cologne, en juin.

Au cours de cette réunion extraordinaire du 16 mars à Paris, la Commission permanente de l'Assemblée discutera et adoptera deux rapports: "L'UEO et la défense européenne : au-delà d'Amsterdam", présenté par M. de Puig, Président de l'Assemblée et "Le Sommet de l'OTAN et ses implications pour l'Europe" présenté par M. Cox (Travailliste, Royaume-Uni).

Service d'Information de l'Union Européenne Occidentale: 43, avenue du Président Wilson - 75775 Paris Cedex 16 - France. Tel. 00 33 1 53672200 - Fax : 00 33 1 53672201

© 1999, Assemblée de l'UEO.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact