Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L'ONU mentionne pour la première fois un état palestinien

L'ONU mentionne pour la première fois un état palestinien

Dans la nuit du 12 au 13 mars 2002 à New York, la résolution 1397 a été adoptée par le Conseil de sécurité des Nations-Unies par 14 voix pour et une abstention, celle de la Syrie. Pour la première fois, cette résolution présentée par l'administration Bush, parle d’une région où deux états, Israël et la Palestine, vivraient côte à côte dans des frontières sûres et reconnues. Le ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, a accordé à Laurence Bobillier un entretien diffusé dans Soir 3 le 13 mars pour lui faire part de la réaction française après cet événement salué comme un tournant dans la diplomatie américaine avant la tenue à Barcelone (Espagne) du sommet des chefs d'Etats et de gouvernements de l'Union Européenne.

Laurence Bobillier: Monsieur le ministre, la résolution votée la nuit dernière par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies à l’initiative des Américains constitue un véritable tournant dans le conflit du Proche-Orient. Peut-on parler de revirement de la politique américaine à l’égard d’Israël ?

Hubert Védrine: J’espère que c’est un infléchissement, en tout cas, un changement, non pas par rapport à Israël, mais par rapport à la façon de traiter le problème israélo-palestinien, et donc, par rapport à la paix.

Cela faisait longtemps que les Etats-Unis bloquaient toute initiative au Conseil de Sécurité parce qu’ils ne voulaient pas que le Conseil devienne un lieu à partir duquel on traitait le Proche-Orient. Et d’autre part, le texte de la résolution est très important, parce qu’il comporte l’idée "d’état palestinien" que le président Bush avait prononcée une fois, en novembre dernier.

Je rappelle que pour la France, c’est une position depuis mars 1982, et pour les Européens une position depuis 1999. Le président Bush l’a prononcée une fois, mais il avait toujours refusé que ce soit dans une résolution du Conseil de Sécurité, donc, c’est très important.

Laurence Bobillier: Dans le passé, il y a bien eu d’autres résolutions, mais qui n’ont jamais été suivies d’effet. Celle-là à votre avis pourrait se traduire dans les faits ?

Hubert Védrine: A partir du moment où les Américains, à travers ce vote, montrent un changement dans la façon de traiter le conflit du Proche-Orient, dans sa phase actuelle, on peut espérer pouvoir recommencer à travailler sur des bases plus solides. Notamment, cela permet aux Américains et aux Européens de travailler ensemble, dans la même direction.

Comme cela coïncide avec deux ou trois décisions ou déclarations de la part de Monsieur Sharon, qui sont encore insuffisantes pour parler d’un vrai changement, mais qui montrent également un infléchissement, on peut espérer que les choses sont en train de bouger…

Laurence Bobillier, rédactrice-en-chef adjoint à France 3

Laurence Bobillier: La situation qui prévaut sur place est d’une violence extrême. Qui, selon vous,  porte la responsabilité de ce bain de sang?

Hubert Védrine: Ce n’est pas le problème. Je ne suis pas un juge. On n’est en train de faire un colloque d’historiens. On est dans l’action, là on est à chaud, donc, ce qui est important pour nous, c’est: qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on fait pour en sortir ? Donc, il ne faut pas demander la même chose aux deux, parce qu’ils ne sont pas dans la même situation. Il faut demander aux Israéliens et aux Palestiniens des choses qu’ils peuvent faire par rapport à leurs responsabilités d’aujourd’hui.

Donc, c’est très important que le gouvernement israélien accepte l’idée qu’il faut rechercher une solution politique avec la même énergie qu’il met à lutter contre le terrorisme. Et après, il y a des choses à demander aux Palestiniens, bien sûr, pour que le processus de négociation n’avorte pas aussitôt à peine recommencé. Mais on n’en est pas là.

Il faut relancer le processus de négociation qui a été complètement abandonné depuis un an. La volonté de traiter le problème uniquement par la répression a échoué, c’est manifeste aujourd’hui. Il ne faut donc pas attendre qu’une insécurité illusoire soit complètement rétablie avant de recommencer à parler. Cela, c’est l’urgence d’aujourd’hui.

Laurence Bobillier: La France et l’Europe ne sont-elles pas condamnées à regarder ces initiatives américaines de loin ?

Hubert Védrine: Pas du tout, puisque c’est plutôt l’inverse ces derniers temps. Ce sont plutôt des idées européennes qui ont contribué à faire bouger les choses. Des idées françaises même. Quelques autres idées européennes, précisément, sur la solution politique qui était abandonnée, alors que les Américains campaient sur une position tout à fait différente. En disant sécurité préalable, on ne veut entendre parler de rien d’autre.

Dans la résolution de cette nuit, on ne parle pas simplement de la mise en œuvre des conclusions de la commission Mitchell et du rapport Tenet, mais il est dit qu’elles doivent déboucher sur la relance d’une négociation politique. Puis il y a eu des idées saoudiennes qui ont contribué à faire évoluer les choses. Donc beaucoup d’idées sont venues d’ailleurs. Et je crois que pour la suite, il faut une conjonction. Les Européens peuvent parler du problème tout seul, de toute façon, c’est un problème israélo-palestinien. Donc, c’est aux israéliens d’accepter de recommencer à parler et c’est aux Israéliens d’accepter de recommencer à parler, et c’est aux Israéliens et aux Palestiniens d’avancer ensemble dans la négociation. S’ils le font à nouveau, le monde entier les aidera. Américains, Européens, le monde arabe dont j’espère qu’il soutiendra à fond la position saoudienne. Espérons et agissons.

Laurence Bobillier: Monsieur le Ministre, merci d’avoir été l’invité de Soir 3.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact