Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L'Union européenne lance la phase de développement de Galiléo

L'Union européenne lance la phase de développement de Galiléo

Source: Ministère français des Affaires étrangères. Extrait du point de presse de Monsieur François Rivasseau, porte-parole du Quai d'Orsay. Paris, le 26 mars 2002.

Le Conseil des ministres des Transports de l'Union européenne a décidé ce matin de lancer la phase de développement de Galiléo, système européen de radionavigation par satellite. Cette décision comporte deux aspects :

  • l'adoption d'un règlement communautaire instaurant l'Entreprise Commune, entité juridiquement créée sur la base de l'article 171 du Traité CE et chargée de la gestion de la phase de développement pour les 4 ans à venir (d'ici fin 2005) .,
  • la libération des 550 millions d'Euros de crédits communautaires finançant la moitié du développement, l'autre moitié provenant de l'Agence Spatiale européenne. Il s'agit d'un tournant décisif pour ce projet, dont la réalisation va désormais pouvoir être engagée, et d'une date majeure pour l'Europe spatiale.

La France se félicite de cette décision qui confirme les orientations arrêtées aux Conseils européens de Laeken, qui avait fixé l'échéance de mars 2002, et de Barcelone. La France n'a pas ménagé son soutien à ce projet, et a multiplié les interventions auprès de ses principaux partenaires.

Nous considérons Galiléo comme stratégique pour l'Europe spatiale. Nous avons constamment fait valoir l'intérêt qu'il y avait à ce que l'Europe se dote d'un système de radionavigation par satellite en propre. La France s'est très régulièrement concertée avec ses principaux partenaires, en particulier avec l'Allemagne dont le soutien, annoncé le mois dernier, contribue à la décision prise ce jour. Cette question a été régulièrement abordée entre M. Hubert Védrine et M. Fischer dans le cadre du processus de Blaesheim, et M. Védrine a plaidé à chaque fois pour que la République Fédérale d'Allemagne adopte une position ouverte. Les Chefs d'Etat et de gouvernement des deux pays ont été à chaque fois saisis de ce sujet.

Les retombées de Galileo seront considérables, tant sur le plan de l'industrie des lanceurs, des satellites, que des services qui seront offerts, dans les domaines des transports aérien, routier, maritime, ferroviaire mais aussi pour de très nombreuses applications dans les services à la personne et aux entreprises.''

Question: Y aura-t-il des applications militaires ?

François Rivasseau: C'est un projet global qui peut servir à beaucoup de choses. Le fait que ce soit un système civil n'empêche pas que les services de Galiléo seront sécurisés ., par ailleurs, la phase de développement engagée aujourd'hui permettra de préciser les services de base qui seront développés parmi lesquels figurera un service à accès réservé pour les autorités publiques.

Question: Pensez-vous que ce projet vous permettra d'acquérir une indépendance par rapport aux Etats-Unis ?

François Rivasseau: Oui, bien sûr, c'est essentiel, pour l'indépendance de l'Europe dans le domaine de la radionavigation par satellite. Mais nous travaillons pour que Galiléo et le GPS soient compatibles.

Question: Peut-on définir la notion d'autorités publiques ?

François Rivasseau: Les Etats.

Question: L'armée y est-elle incluse ?

François Rivasseau: En France, nous sommes attachés à l'unité de l'Etat.

Question: Est-ce un secret de dire que ces services seront utiles pour des opérations militaires alors que les Américains n'hésitent pas à en parler ?

François Rivasseau: Nous n'hésitons pas, nous progressons pas à pas. La situation est, pour l'instant, celle que j'ai indiquée ., nous venons de nous engager dans une phase de développement qui permettra de préciser les services de base à développer, parmi lesquels, je le répète, un service à accès réservé.

Question: L'accord obtenu ce matin est-il l'aboutissement d'un compromis ou est-ce l'adoption d'une décision prise à l'origine de ce projet ?

François Rivasseau: Il y a toujours une part de compromis.

Question: Et sur quel point y a-t-il eu compromis ?

François Rivasseau: Sur un certain nombre d'éléments qui restaient à définir, le mode de financement, le calendrier, etc..

Question: Y a-t-il un compromis sur le contenu de Galiléo ?

François Rivasseau: C'est un projet global. Nous avons dit qu'il devait donner à l'Europe une capacité d'acquérir son indépendance dans le domaine de la radionavigation par satellite.

Question: Quel est le calendrier ?

François Rivasseau: Le développement de Galiléo devra être terminé d'ici à la fin de l'année 2005.

Question: Quelle est la différence entre Echelon et Galiléo ?

François Rivasseau: Cela n'a rien à voir. Pour ''Echelon'', je vous renvoie aux autorités étrangères qui mettent en œuvre le système.

Question: Soyons bien clairs, Galiléo est un système G.P.S. et ce mot n'est pas propriété américaine.

François Rivasseau: Le mot G.P.S. est un terme qui désigne, au-delà du type de produit, un système de positionnement par satellites. Ce qui compte est que Galiléo et le G.P.S. soient compatibles.

Question: Il y a donc un accord avec les Américains là-dessus ?

François Rivasseau: Nous avons un dialogue avec les Etats-Unis sur ce sujet.

Question: Ce système sera-t-il capable de diriger des missiles ?

François Rivasseau: Nous en sommes à la phase de développement.

Question: Peut-on imaginer que Galiléo soit offert pour des couvertures en Amérique ou ailleurs?

François Rivasseau: C'est un système global.'

Question: Il pourrait justement être concurrent du G.P.S. ?

François Rivasseau: Nous n'en sommes pas encore là, nous lançons pour l'instant la phase de développement. Nous n'en sommes pas encore à prendre des positions en termes commerciaux.

Question: Dans son élaboration, le projet est-il destiné à combler les failles ou les lacunes qui existent actuellement dans le système de surveillance militaire par satellites en Europe ?

François Rivasseau: Je rappelle d'abord que Galiléo est un système civil, et ensuite qu'il n'est pas un satellite d'observation.

Question: Il n'empêche, un paragraphe pourrait stipuler qu'il travaille pour la sécurité.

François Rivasseau: Il y a un segment sécurisé réservé pour les autorités publiques. Il nous semble que la coexistence de Galiléo et du G.P.S. apportera une robustesse et une fiabilité accrue au positionnement par satellite. C'est un élément de fiabilité indispensable pour le développement d'applications dans le domaine par exemple de l'aviation civile.

Question: Vous reconnaissez donc que Galiléo sera un système complémentaire ou additionnel au G.P.S. américain ?

François Rivasseau: Non. Je rappelle que c'est un système global, mais que la décision de doter l'Europe de ce système de positionnement n'est pas une offensive anti-G.P.S. non plus. Nous cherchons à travailler de manière intelligente, compatible mais indépendante.''

Question: Au départ, il avait été décidé que Galiléo serait une système civil et militaire et je dirai même un système militaire et civil.

François Rivasseau: Tout cela ne doit pas nous faire perdre de vue que nous sommes en phase de développement. Ce sera aux autorités de savoir quels sont les services de bases qu'elles veulent développer. Je rappelle une fois encore qu'il y a un accès réservé pour les autorités publiques dans ces services de base.''

Question: Quelle est la part de la France dans le financement ?

François Rivasseau: C'est compliqué car les clefs de contribution à l'Union européenne et à l'Agence spatiale européenne ne sont pas les mêmes pour la France.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact