Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Premier bilan de l'Opération Héraclès

Premier bilan de l'Opération Héraclès

Après sept mois de traque des talibans et d'Al-Qaïda par voie des airs, l'escadron français a effectué le 30 septembre son dernier vol opérationnel sur l'Afghanistan. Le détachement français qui opérait depuis le Kirghizistan aux côtés de ses homologues de l'US Air Force, était composé de 6 Mirage 2000D, de 2 ravitailleurs en vol KC 135 et de 2 avions de transport logistique C130. Retour en France, mission accomplie.

Dernier vol au dessus des Mirage 2000D en Afghanistan (Photo: Armée de l'Air)

Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, en compagnie du général d'armée Jean-Pierre Kelche, chef d'état-major des armées, et du général d'armée aérienne Richard Wolsztynski, chef d'état-major de l'armée de l'air, passent les troupes en revue à la base aérienne 133 de Nancy-Ochey. Le chef du gouvernement français a ainsi tenu ainsi à rendre un hommage appuyé aux forces françaises engagées en Afghanistan lors du retour du détachement français de Manas (à la base aérienne 133 de Nancy-Ochey).

Photo: Armée de l'Air

Allocution du Général Richard Wosztynski, Chef d'état-major de l'armée de l'air, à l'occasion de la venue sur la base aérienne 133 du Premier Ministre Jean Pierre Raffarin, pour le retour du détachement opérationnel de Manas. Nancy-Ochey, le 4 octobre 2002. Source: Armée de l'Air, Paris.

Monsieur le Premier ministre, j'en viens si vous me le permettez au déploiement de nos avions d'armes dans le cadre de l'opération Héraclès.

Quelques observations sur ce théâtre d'opérations: tout d'abord l'éloignement. Les distances parcourues pour le déploiement ont été considérables comme vous pouvez le constater sur cette diapositive.

Seconde caractéristique de ce théâtre, la complexité: amenés à opérer au départ d'une ex-république soviétique d'Asie centrale contre des éléments terroristes, l'armée de l'air a été confrontée à des contraintes fortes, tant sur le plan géopolitique que sur le plan aéronautique

Malgré tout cela, ce déploiement a été une réussite:

  • en trois semaines et demi, les équipes du Génie de l'air ont remis en état la piste de l'aéroport de Manas Bichkek et construit un dépôt de munitions,
  • en 15 jours, nous avons transporté par voie aérienne plus de 1000 tonnes de matériel,
  • enfin, 48 heures après leurs mises en place à Manas, les équipages de Mirage 2000 D étaient engagés dans des missions réelles et tiraient avec succès 4 bombes à guidage de précision.

Les enseignements que nous pouvons retirer de notre participation à cette opération multinationale sont nombreux et c'est pourquoi nous avons souhaité dresser un bilan très précis et très complet de l'action de nos unités. Ces travaux, conduits en concertation avec les autres armées et l'état-major des armées, ont déjà commencé. Nous devrions être en mesure d'en présenter les premières conclusions dans quelques semaines à nos autorités.

Ne souhaitant pas anticiper outre mesure sur ce bilan, je me limiterai aujourd'hui à quelques réflexions à chaud.

Pour l'armée de l'air, la première chose qui me semble devoir être retenue, c'est la validation du concept de base projetable tel que nous l'avons défini, c'est à dire:

  • une base projetée structurée de la même manière qu'une base aérienne du territoire national et animée par des personnels exerçant en opérations les mêmes responsabilités que celles qu'ils exercent en France. Ainsi, les trois commandants successifs de ces détachements étaient des commandants de base en fonction,
  • une base facilement adaptable dans une structure de commandement multinational, les chefs de détachement ayant tous occupé les fonctions de commandant en second de la base multinationale basée sur le site.

Cette organisation nous a permis de garantir une très forte synergie dans le travail qu'ont effectué les très nombreuses spécialités engagées sur le site. Elle a par ailleurs permis de préserver l'autonomie nécessaire dans l'emploi et la gestion de nos moyens, tout en facilitant leur intégration sur le plan fonctionnel.

Cette structure a parfaitement fonctionné. Avec un effectif d'environ 370 personnes, ce sont, en à peu près 7 mois, 900 sorties et 4500 heures de vol qui ont été réalisées par les 6 avions d'armes, soit l'équivalent de 3 mois de l'activité réalisée par les trois escadrons en métropole ; il en est de même pour les deux avions ravitailleurs en vol.

Comme vous pouvez le constater, la base aérienne de Manas n'a jamais été isolée. Recevant leurs ordres du centre de commandement basé en Arabie Saoudite, les unités de combat stationnées à Manas se sont appuyées sur le réseau des bases aériennes du théâtre pour effectuer leurs missions. Ce maillage géographique et fonctionnel est la garantie de la sécurité des vols et du contrôle politique permanent des conditions d'engagement de nos forces.

Seconde leçon pour l'armée de l'air: l'importance une fois de plus confirmée des moyens de projection.

En matière de transport aérien militaire, nos points forts mais également nos lacunes dans ce domaine sont connus. Je n'aurai sur le sujet qu'un seul message: l'A400 M est la bonne réponse au besoin qui a été exprimé. Et je ne peux à ce titre que souhaiter que ce programme soit lancé dans les plus brefs délais.

Troisième observation: l'efficacité opérationnelle des Mirage 2000 D, qui auront parfaitement rempli leur rôle dans le cadre des deux missions qui furent les leurs, la protection des troupes au sol et la lutte contre le terrorisme international.

Déjà relevées au Kosovo, les qualités de ce système d'armes auront été confirmées. Elles auront contribué au bout de la boucle décisionnelle de tir une parfaite maîtrise des effets collatéraux des 51 bombes délivrées. Le mirage 2000 D apporte en effet dans ce domaine une très forte garantie, d'autant plus précieuse que les opérations aériennes modernes tendent vers une gestion en temps réel. Je mentionnerai à titre d'exemple les préavis souvent très faibles qui ont été constatés entre l'attribution des cibles et les tirs.

Cette évolution stratégique et tactique, déjà perceptible lors de l'engagement de l'OTAN au Kosovo, implique que nous disposions d'un armement adapté et de toute la gamme d'équipements nécessaires, en particulier dans le domaine des transmissions. C'est en ce sens que les enseignements de ce conflit valident les choix qui ont été récemment effectués en matière de programmation militaire.

Mais les leçons que nous pouvons retirer de cet engagement ne sauraient se restreindre au seul périmètre de l'armée de l'air. Car l'un des enseignements principaux de cet engagement, c'est aussi la capacité de l'armée de l'air à opérer dans un contexte interarmées et multinational.

Notre action aux côtés de la marine nationale et de l'armée de terre aura en effet prouvé la complémentarité dans laquelle s'inscrit la composante aérienne et l'armée de l'air. La coordination quasi systématique effectuée avec des officiers de guidage déployés au sol en est l'illustration. Il me semble à cet égard que la recherche d'une meilleure synergie entre forces spéciales et aviation de combat constitue une réelle voie de progrès. Je souhaite également mentionner la qualité du soutien qui été apporté par le service de santé des armées.

Je me dois enfin de souligner la qualité du travail effectué en coopération avec les différentes nations engagées sur le théâtre, et en particulier avec nos alliés américains. Travail qui a d'ailleurs suscité l'admiration des responsables américains.

Les aviateurs français peuvent être également fiers de ce qu'ils laissent au détachement européen qui vient de prendre la relève. Par son action, le détachement air de Manas aura ainsi ouvert la voie d'une présence durable de l'Europe dans cette région du monde.

Monsieur le Premier Ministre, je suis convaincu que l'ensemble de cette prestation doit être vue comme le fruit de l'investissement consenti par l'armée de l'air depuis de nombreuses années. Un investissement technique mais surtout humain. En garantissant à nos équipages un entraînement régulier sur des appareils de tout premier plan aux côtés des nations alliées, nous avons élevé le niveau d'interopérabilité de nos forces et leur efficacité.

Nous devons continuer dans cette voie en accompagnant les évolutions très rapides d'une aéronautique militaire en perpétuelle évolution. C'est d'ailleurs la seule condition pour que nous puissions préserver notre savoir-faire et l'exporter. Et je dirais même que c'est la seule condition pour qu'émerge un véritable savoir-faire européen dans ce domaine.

Alors en conclusion, je ne peux qu'insister sur l'intérêt de l'investissement qui est en cours pour restaurer la disponibilité de nos équipements, garantir à nos équipages un entraînement de qualité et moderniser nos flottes de combat et de transport. Ce sont, et vous le savez mieux que quiconque, les orientations du projet de loi de programmation militaire 2003-2008.

En ce qui concerne l'armée de l'air, celles ci, se trouvent aujourd'hui, comme je l'ai indiqué au cours de mon exposé, validées par ce premier bilan.

Nous devons maintenant veiller à ce que les plans de fabrication prévus soient respectés, en particulier en ce qui concerne les Rafale et les A 400 M. C'est une condition impérative pour que l'armée de l'air française reste une armée de l'air de tout premier plan, au service de la Défense de la France, en tant que carte maîtresse en Europe, apte à contribuer à la sécurité internationale.

Monsieur le Premier Ministre, je vous remercie pour votre attention.

Liens utiles:

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact