Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Il n'y a pas de fatalité à la guerr

Il n'y a pas de fatalité à la guerre

Le ministre français des Affaires étrangères, M. Dominique de Villepin, s’est rendu à Alger les 16 et 17 décembre 2002. "Ce déplacement a pour but de poursuivre et d'approfondir la dynamique de refondation de la relation franco-algérienne en cours" selon le porte-parole du Quai d'Orsay, François Rivasseau. Après s'être entretenu avec le président de la république algérienne M. Bouteflika et avec son homologue algérien, le chef de la diplomatie française a répondu aux questions de Christian Malar, rédacteur-en-chef à France 3. Jardin de l’Institut "Alexandre-Dumas", Alger le 17 décembre 2002. Entretien diffusé dans le Soir 3 du 18 décembre 2002. Sources: Christian Malar et Service de presse du Quai d’Orsay. Paris, le 18 décembre 2002. Photo: Gilles Barbier, France 3.

Christian Malar: Monsieur le Ministre, vous étiez en visite à Alger. On entend souvent les Algériens dire qu'ils sont un peu déçus parce que, la France, ils la trouvent un peu frileuse, pas assez pragmatique. La nouvelle "Année de l'Algérie" en France qui se profile à l'horizon ouvrira-t-elle des perspectives sérieuses, concrètes entre les deux pays ?

Dominique de Villepin: C'est une étape importante qui se situe dans une perspective d'intensification des relations entre la France et l'Algérie. La visite du président Bouteflika en 2000 a ouvert la voie, le Premier ministre algérien sera à Paris en janvier prochain et le président viendra en mars en visite d'Etat, la première visite d'Etat d'un président français en Algérie.

C'est dire que nous avons un programme de travail très intense et la volonté d'intensifier encore ces efforts, d'ouvrir une nouvelle page de la relation entre la France et l'Algérie.

Christian Malar: Concernant l'Irak, après les Anglais, c'est Colin Powell, la colombe du Département d'Etat qui commence à dire que le rapport remis par les Irakiens n'est pas très satisfaisant. On a l'impression, et j'ai envie de dire que c'est un secret de Polichinelle, que la guerre est prête, c'est psychologique, les Américains sont déjà entrés en guerre. Est-ce votre sentiment et que ferons-nous si les Américains y vont ? Les suivra-t-on militairement parlant ?

Dominique de Villepin: Il n'y a pas de fatalité à la guerre et l'ambition de la France, l'ambition de la diplomatie française, c'est d'être mobilisés pour tout faire pour l'éviter.

En effet, quelles sont les perspectives ? L'Irak a remis un rapport, nous l'examinons, il sera présenté au Conseil de sécurité par Hans Blix le 19 décembre. La véritable pierre angulaire de nos efforts sur l'Iraq, c'est justement la commission de contrôle, ce sont les inspecteurs des Nations unies qui sont sur le terrain, qui disposent de l'ensemble des éléments d'information, qui peuvent vérifier les informations données par le rapport de l'Irak. Et c'est bien cela qui compte. Tant que ces inspecteurs peuvent travailler, tant que l'esprit de coopération est marqué par les Iraquiens, il faut avancer et c'est dans cet esprit-là que nous voulons mobiliser l'ensemble de la communauté internationale.

Christian Malar: Et n'avez-vous pas le sentiment que les Américains sont prêts à faire cette guerre, qu'ils la veulent pour des raisons stratégiques et autres, que l'on va devoir les suivre ?

Dominique de Villepin: Quelle est la clef ? C'est le désarmement de l'Iraq. Tant que la communauté internationale peut avancer dans la voie du désarmement, tant que l'Iraq marque sa volonté de coopérer - et il appartient à Hans Blix de nous dire quelle est véritablement la réalité des informations, la réalité des moyens dont dispose l'Iraq, de nous faire avancer dans la voie de ce désarmement -, nous pensons qu'il y a un espace de travail, qu'il y a une volonté de part et d'autre, il faut saisir cette opportunité.

Christian Malar: On vient à nouveau de découvrir des réseaux terroristes en France, dans la région parisienne, à La Courneuve. N'avez-vous pas l'impression que, si guerre il y a, nous risquons de nous trouver réellement face au terrorisme, avec toutes les menaces dont nous avons déjà parlé jusqu'alors ?

Dominique de Villepin: Le président Chirac l'a dit, la région, le monde n'ont pas besoin d'une nouvelle guerre, il faut donc tout faire pour que le recours à la force ne puisse être qu'un dernier recours. Le risque terroriste, nous le connaissons; nous l'avons connu en France il y a quelques années, nous l'avons vu à travers le monde, y compris concernant nos propres citoyens. Bien évidemment, il faut être mobilisé, par toutes nos coopérations et nous travaillons bien ensemble. La communauté internationale s'est mobilisée contre ce risque-là, il faut continuer à œuvrer dans le même sens.

Christian Malar: Est-ce que l'arrogance, l'agressivité américaine ne seront pas un problème pour l'Occident face au monde arabe ?

Dominique de Villepin: Je crois qu'il est important que chacun comprenne - et dans la relation que nous avons défendue avec nos amis américains au Conseil de sécurité, c'est ce que nous avons mis en avant - que la communauté internationale n'est jamais aussi forte que lorsqu'elle travaille, qu'elle coopère ensemble. Cet esprit de communauté, travaillant, mobilisé pour faire avancer la paix est indispensable. Il n'y a pas de solution militaire au problème de la planète aujourd'hui.

Christian Malar: Un dernier point concernant la Côte d'Ivoire. Nos accords de défense ne sont pas officiellement activés. La France ne prend-elle pas, pour l'instant, le risque de s'enliser, de s'impliquer dans une guerre civile, un bourbier tribal dont elle n'aurait pas le contrôle ?

Dominique de Villepin: Le risque que prend la France en Côte d'Ivoire, c'est celui de la paix. La présence française en Côte d'Ivoire n'a d'autre justification que l'effort de paix et de réconciliation que nous avons engagé. Nous le faisons, je le rappelle, au nom de grands principes qui sont la solidarité de la France vis-à-vis de l'Afrique, c'est l'appui à la médiation africaine, nous travaillons avec l'ensemble des pays africains. Nous travaillons avec la CEDEAO, nous avons marqué notre disponibilité pour accueillir une conférence des chefs d'Etat. Il va se tenir, le 19 décembre, une conférence de la CEDEAO, un sommet des chefs d'Etat de la CEDEAO; nous appuyons cela et nous le faisons avec l'ensemble de nos partenaires européens et en liaison avec les Nations unies. C'est important.

Christian Malar: Etes-vous optimiste ?

Dominique de Villepin: Nous travaillons à cela, ce serait trop dire aujourd'hui de parler d'optimisme, nous travaillons dans ce sens./

Liens utiles:

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact