Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

En quoi la nature et l’ampleur de la menace justifient-elles le recours à la force ?

En quoi la nature et l’ampleur de la menace justifient-elles le recours à la force ?

Intervention de Dominique de Villepin, ministre français des Affaires étrangères au Conseil de sécurité des Nations-Unies. New York, le 5 février 2003. Source: Quai d'Orsay, Paris (Photo TV).

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Messieurs les Ambassadeurs,

Tout d’abord, la France veut renouveler ses condoléances au peuple américain pour la terrible catastrophe survenue à la navette Columbia.

Je remercie la présidence allemande pour l’organisation de cette réunion.

Je remercie le secrétaire d’Etat Colin Powell d'avoir pris l'initiative de cette réunion. J'ai écouté avec beaucoup d’attention les éléments dont il nous a fait part. Il y a là des informations, des indices, des questions qui méritent d’être approfondis. Il appartiendra aux inspecteurs d'apprécier les faits, comme cela est prévu dans la résolution 1441. D’ores et déjà, son exposé apporte une nouvelle justification à la voie choisie par les Nations Unies ; elle doit renforcer notre détermination commune.

En adoptant à l'unanimité la résolution 1441, nous avons choisi d’agir par la voie des inspections.

Cette politique repose sur trois points fondamentaux :

un objectif clair, sur lequel nous ne pouvons transiger : le désarmement de l'Iraq ;

une méthode : un dispositif d'inspections rigoureux, qui exige de l'Iraq une coopération active et qui affirme, à chaque étape, le rôle central du Conseil de sécurité ;

une exigence enfin : celle de notre unité. Elle a donné toute sa force au message que nous avons, à l’unanimité, adressé à Bagdad. Je souhaite que notre réunion d'aujourd'hui permette de conforter cette unité.

Des résultats importants ont d’ores et déjà été enregistrés :

  • la CCVINU et l'AIEA sont au travail : déploiement sur le terrain de plus d'une centaine d'inspecteurs, 300 visites par mois en moyenne, multiplication du nombre de sites inspectés ; l'accès total aux sites présidentiels, en particulier, constitue un acquis important ;
  • dans le domaine nucléaire, ces deux premiers mois ont permis à l'AIEA de réaliser, comme l'a souligné M. El-Baradei, ''de bons progrès", de bons progrès dans sa connaissance des capacités iraquiennes. C'est un élément essentiel ;
  • dans les domaines relevant de la CCVINU, les inspections nous ont apporté des informations utiles.

M. Blix a indiqué, par exemple, qu'aucune trace d'agents biologiques ou chimiques n'a été relevée à ce jour par les inspecteurs : ni à travers les analyses des échantillons prélevés sur les sites inspectés, ni sur les douze ogives vides découvertes le 16 janvier à Ukhaider;

Cette coopération comporte encore néanmoins des zones d’ombre :

  • les inspecteurs ont fait état de difficultés réelles. Dans son rapport du 27 janvier, M. Blix a donné plusieurs exemples de questions non résolues dans les domaines balistique, chimique et biologique. Ces incertitudes ne sont pas acceptables. La France continuera de transmettre toutes les informations dont elle dispose pour mieux les cerner ;
  • dans l'immédiat, notre attention doit se porter en priorité sur les domaines biologique et chimique. C'est là que nos présomptions vis-à-vis de l'Iraq sont les plus significatives : sur le chimique, nous avons des indices d’une capacité de production de VX et d'ypérite ; sur le biologique, nos indices portent sur la détention possible de stocks significatifs de bacille du charbon et de toxine botulique, et une éventuelle capacité de production ;
  • aujourd'hui, le manque de vecteurs de longue portée réduit la menace potentielle de ces armes. Mais nous avons des indications préoccupantes sur la volonté persistante de l'Iraq de se doter de missiles balistiques au delà de la portée autorisée des 150 km ;
  • dans le domaine nucléaire, nous devons notamment faire toute la lumière sur la tentative d'acquisition par l'Iraq de tubes d'aluminium.

C’est donc une démarche exigeante, ancrée dans la résolution 1441, que nous devons mener ensemble. Si cette voie devait échouer et nous conduire à l’impasse, alors nous n’excluons aucune option, y compris, en dernière extrémité le recours à la force, comme nous l’avons toujours dit.

Mais dans une telle hypothèse, plusieurs réponses devront clairement être apportées vis-à-vis de tous les gouvernements et de tous les peuples du monde pour en limiter les incertitudes :

  • En quoi la nature et l’ampleur de la menace justifie-t-elle le recours à la force ?
  • Comment faire en sorte que les risques considérables d'une telle intervention puissent, réellement, être maîtrisés? Cela exige de toute évidence une démarche collective de responsabilité de la part de la communauté internationale ?

En tout état de cause, il doit être clair que, dans le cadre d’une telle option, les Nations Unies devront être au cœur de l’action pour garantir l’unité de l’Iraq, assurer la stabilité de la région, protéger les populations civiles et préserver l’unité de la communauté internationale.

Pour le moment, il faut renforcer la voie des inspections privilégiée par la résolution 1441 et qui n'a pas été explorée jusqu'au bout. L’usage de la force ne peut constituer en effet qu’un dernier recours. Pourquoi aller à la guerre s’il existe encore un espace non utilisé dans la résolution 1441?

Dans la logique de cette résolution, nous devons donc franchir une nouvelle étape et renforcer encore les inspections : entre l’intervention militaire et un régime d'inspections insuffisant en raison d’un défaut de coopération de l'Iraq, il faut choisir un renforcement décisif des moyens d’inspection. C’est ce que propose la France aujourd’hui.

Pour cela, il nous faut définir avec MM. Blix et El-Baradei les outils nécessaires pour accroître leurs capacités opérationnelles:

  • doublons, triplons le nombre des inspecteurs et ouvrons de nouveaux bureaux régionaux.
  • Allons plus loin : ne pourrait-on pas mettre en place un corps spécialisé, chargé de maintenir sous surveillance les sites et les zones déjà contrôlées ?
  • renforçons très sensiblement les capacités d'observation et la collecte d'information sur le territoire iraquien. La France est disposée à fournir en ce sens tout son appui: elle est prête à déployer des appareils d'observation Mirage IV ;
  • créons collectivement un centre de coordination et de traitement des informations qui fournirait en temps réel et de manière coordonnée à MM. Blix et El-Baradei toutes les ressources en matière de renseignement dont ils pourraient avoir besoin ;
  • recensons et hiérarchisons les questions de désarmement non résolues;
  • en accord avec les responsables des inspections, définissons un échéancier exigeant et réaliste pour avancer dans l'évaluation et l'élimination des problèmes. Il faut un suivi régulier des progrès réalisés dans le désarmement de l’Iraq.

Ce dispositif renforcé d’inspection et de surveillance pourrait être utilement complété par un coordonnateur permanent des Nations Unies pour le désarmement de l’Iraq installé sur place et travaillant sous l'autorité de MM. Blix et Elbaradei.

Mais l'Iraq doit coopérer activement. Ce pays doit satisfaire sans délai aux exigences de MM. Blix et El-Baradei, notamment :

  • en permettant la tenue sans témoin d'entretiens avec des scientifiques iraquiens;
  • en acceptant l'utilisation d'avions d'observation U2 ;
  • en adoptant une législation prohibant la fabrication d'armes de destruction massive;
  • en remettant sans délai aux inspecteurs tous documents pertinents sur les questions de désarmement non résolues, en particulier dans les domaines biologique et chimique; ceux qui ont été remis le 20 janvier constituent un pas dans la bonne direction. Les 3000 pages de documents découvertes au domicile d'un chercheur démontrent que Bagdad doit faire davantage. A défaut de documents, l'Iraq doit être en mesure de présenter des témoignages crédibles.

Les autorités iraquiennes doivent aussi fournir aux inspecteurs des réponses aux éléments nouveaux présentés par Colin Powell.

D'ici le prochain rapport des inspecteurs, le 14 février, l'Iraq devra fournir de nouveaux éléments. La prochaine visite à Bagdad des chefs des inspecteurs devra être l'occasion de résultats clairs en ce sens.

Monsieur le Président, c'est cette démarche exigeante que nous devons mener ensemble pour une nouvelle étape. Son succès suppose, aujourd'hui comme hier, l'unité et la mobilisation de la communauté internationale.

Notre devoir moral et politique est d'abord de consacrer toute notre énergie à un désarmement de l'Iraq dans la paix, le respect de la règle de droit et de la justice. La conviction de la France est que nous pouvons réussir sur ce chemin exigeant, dès lors que nous restons unis et solidaires.

C’est bien là le choix de la responsabilité collective.

Je vous remercie.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact