Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Ma vision de l'avenir de l'OTAN

Ma vision de l'avenir de l'OTAN

Intervention de Madame Michèle Alliot-Marie, ministre français de la défense à la Conférence Wehrkunde en Bavière. Munich, le 8 février, 2003. Sources: Wehrkunde et Ministère français de la défense.

Mesdames, Messieurs,

Chers amis, chers collègues,

Je remercie le Dr Horst Teltschnik président de la conférence, de m ´avoir invitée á prendre la parole. Je félicite nos hôtes allemands pour la qualité de l'organisation de cette réunion. Je salue nos amis d'outre atlantique qui ont fait un long voyage pour se joindre à nous.

C´est pour moi un plaisir et un honneur d'avoir l'opportunité de parler devant vous de l'avenir de l'OTAN tel que je le perçois, tel que la France le conçois.

Dans cette période où des décisions importantes sont en jeu, il est essentiel de rappeler que l'attachement de la France à la relation transatlantique est ancien et durable.

En tant que ministre de la défense de la France, l'avenir de l'Alliance atlantique me tient donc particulièrement à cœur.

Ma vision de l'avenir de L´ OTAN s'articule autour de trois idées:

  • Les coalitions ne peuvent pas remplacer l'Alliance;
  • L'OTAN doit s'adapter au nouveau contexte;
  • Le renforcement de l'Europe de la défense sera son atout principal pour l'avenir.

[1] Tout d'abord les coalitions ne peuvent remplacer l'Alliance qui reste fondée sur le principe de défense collective liant l'Europe à l'Amérique du Nord.

  • L'Alliance a montré son efficacité.
  • Elle nous a placé à l'abri de toute agression extérieure.
  • Elle a permis de franchir la période délicate de la réunification du continent européen.
  • L'élargissement aux sept nouveaux membres consacre sa dimension pacificatrice.

Mais les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis nous ont rappelé à quel point les risques subsistent. Ils prennent d'autres formes qui appellent de nouvelles modalités de réponse. Face à ces nouveaux risques la défense collective repose sur la capacité à bâtir des solutions communes.

Etre alliés, c'est un statut qui implique le dialogue et le respect des partenaires. Etre alliés, c'est savoir se consulter pour trouver le consensus. Etre allies, cela implique aussi un égal partage, dans la durée, des risques et des responsabilités.

Or, j'observe qu'un autre mode de relations tend à s'instaurer, á la fois plus conjoncturel et plus précaire, celui de coalisations ad hoc.

Certes, ces coalitions, nous l'avons bien vu en Afghanistan, peuvent apporter une grande efficacité militaire avec de faibles délais de réaction. II est sans doute nécessaire, en fonction des circonstances de pouvoir les actionner.

Mais ces coalitions ad hoc ne peuvent en aucun cas se substituer à l'Alliance. Elles doivent s'inscrire dans une vision globale et partagée de la sécurité, celle qui, précisément, est élaborée par consensus entre les Alliés.

[2] Ma deuxième idée, c'est la nécessité de s'adapter au nouveau contexte stratégique. Nous avons pris à Prague des décisions importantes en ce sens.

Elles sont de deux ordres:

  • D'abord, l'élargissement. Sept pays sont devenus membres.

Il faut s'en féliciter. L' Alliance œuvre désormais dans un cardre géographique plus vaste et plus cohérent. Le Conseil OTAN-Russie a apporté une nouvelle dimension. Son établissement traduit la transformation radicale du contexte stratégique.

Je m'en réjouis.

L'OTAN une organisation militaire, doit être en mesure de s'adapter en permanence aux nouveaux enjeux de sécurité.

  • A Prague, une 2ème décision essentielle a été prise: celle de constituer une force de réaction de L´OTAN.
  • La France soutient pleinement ce processus d'adaptation.

Le président Jaques Chirac a accueilli favorablement le concept de force de réaction de l'OTAN.

Il a annoncé la volonté de la France d'y participer sous la condition du respect du statut de nos forces et de la compatibilité avec les engagements pris dans le cadre de l'UE.

Cela signifie, à mes yeux, une égale disponibilité de la NRF au profit des deux organisations, l'OTAN et l'UE.

L'adaptation telle que nous l'envisageons dans ce cadre implique trois évolutions:

1) D'abord une structure de commandement plus réactive.

Les grandes lignes en ont été agrées

La France soutient le principe de la création d'un commandement stratégique fonctionnel pour la transformation.

Cette évolution devra respecter les prérogatives actuelles du commandement stratégique opérationnel.

Elle devra aussi, et je pense que c'est essentiel, conduire à un échange effectif sur les doctrines et les et les concepts á un échange effectif sur les doctrines et les concepts dans les deux sens entre l'Europe et l'Amérique du Nord, d'une manière décentralisée et non bureaucratique.

2) Ensuite une définition des priorités d'action au plan opérationnel, la vocation de l'alliance est d'abord d'agir en Europe et autour de l'Europe. Le potentiel de crises y est important. C'est là que nous devrons concentrer nos efforts.

En tout état de cause, le rôle et l'intervention de l'OTAN doivent toujours être déterminés par des facteurs d'opportunité opérationnels et politiques.

3) Enfin, un renforcement des capacités militaires. Les Alliés l'ont décidé. Cela implique plus d'investissements de la part des Européens et donc un accroissement de leurs efforts de défense. La France appuie pleinement cette démarche. Elle a décidé d'augmenter son budget d'équipement de plus de 10 % en 2003. Elle continuera d'accroître son effort sur toute la période 2003-2008 dans le cadre de sa nouvelle loi de programmation.

Je ne peux qu'encourager mes collègues européens à s'engager résolument dans cet effort difficile mais indispensable de redressement de nos capacités de défense.

[3] Troisième idée pour l'avenir de l'alliance, je suis convaincue que le renforcement de la politique européenne de sécurité et de défense sera le meilleur atout de l'OTAN.

Dans les Balkans, les Européens ont pris pleinement conscience qu'ils ont non seulement un fort intérêt à rester proches des Américains mais aussi à faire plus d'efforts par eux-mêmes pour contribuer plus efficacement à leur propre sécurité.

L'Union européenne a pris la décision de développer ses capacités militaires et civiles de gestion de crise. La construction de la PESD s'inscrit dans une vision de long terme.

Elle n'est pas conçue pour rivaliser avec l'Alliance qui est fondée sur le bien avec les Etats-Unis.

Cette année, l'objectif d' une force européenne opérationnelle de 60.000 hommes sera réalisé.

Les progrès se poursuivront avec le comblement des lacunes constatées et le développement de nouvelles capacités, avec pour objectif de faire converger progressivement les planifications nationales des Européens.

Le sommet de Paris tenu le 22 janvier à l'occasion du 40ème anniversaire du Traité de l'Elysée a renouvelé les bases de la coopération franco-allemande, en les inscrivant encore plus fortement dans la perspective européenne.

Le sommet franco-britannique du Touquet, le 4 février, a montré que l'esprit de Saint-Malo reste vivace et déterminant pour le développement de l'Europe de la défense.

En devenant moins dépendants; mieux à même d'accepter de vraies responsabilités les Européens apporteront une contribution plus importante à l'OTAN.

C'est le sens de la démarche que nous avons initiée en proposant la relève de l'OTAN en Macédoine ' par l'Union européenne.

C'est notre façon de répondre au souci légitime de nos partenaires américains de "partage du fardeau".

Dans mon esprit, l'Europe doit ainsi devenir un partenaire majeur de l'alliance atlantique.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact