Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Colin Powell demande au Conseil de ne pas céder à l'immobilisme

Colin Powell demande au Conseil de ne pas céder à l'immobilisme

Extraits de la transcription officieuse du discours que le secrétaire d'Etat, M. Colin Powell, a prononcé au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies, le 14 février, à la suite de la présentation du rapport des chefs des inspections d'armes en Irak. (Début de la transcription non officielle). New York (Nations-Unies), le 14 février 2003. Source: Site Internet du Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. (Photos E-S)

(...)

Je tiens à exprimer ma reconnaissance à MM. Blix et El-Baradei pour leur présentation de ce matin. Ils ont entrepris une tâche difficile lorsqu'ils sont retournés en Irak cet automne en vue de vérifier le désarmement de ce pays comme l'exige la résolution 1441. J'ai écouté très attentivement tout ce qu'ils ont dit ce matin, et j'ai été heureux d'apprendre qu'il y avait eu des améliorations en ce qui concerne le processus d'inspection. J'ai été aussi heureux d'être informé des améliorations relatives au fait que le nombre des accompagnateurs irakiens n'était plus de cinq par inspecteur.

Toutefois, je pense que les inspecteurs sont encore accompagnés, qu'ils sont encore surveillés, qu'ils sont encore mis sur écoute et qu'ils n'ont toujours la liberté d'accès à tous les lieux en Irak qui leur sont nécessaires pour bien accomplir leur tâche.

J'ai été aussi heureux d'apprendre que quelques personnes avaient accepté d'être interwievées, mais non toutes celles qui devraient le faire, et sans qu'on ait la liberté de les interviewer d'une manière qui garantisse leur sécurité et celle des membres de leur famille, comme l'exige la résolution 1441.

Je suis heureux que l'accès ait été relativement bon. Toutefois, tout cela a trait à la forme, mais non au fond.

(...)

Je félicite les inspecteurs. Je les remercie pour ce qu'ils font. Néanmoins, il me faut revenir sur la question que les inspecteurs ont soulevée à de multiples reprises, notamment ici-même ce matin et depuis plus de onze ans, à savoir ce dont on a besoin, ce n'est pas un plus grand nombre d'inspections, ce dont a besoin, ce n'est pas un accès plus immédiat, mais une coopération immédiate, active, inconditionnelle et intégrale de la part de l'Irak. Ce dont a besoin, c'est que l'Irak désarme.

La résolution 1441 n'a pas pour objet les inspections, je dis bien que la résolution 1441 n'a pas pour objet les inspections. Elle a pour objet le désarment de l'Irak.

(...)

Cela fait maintenant plusieurs mois que l'Irak a soumis sa déclaration. Je n'ai rien entendu qui laisse penser qu'il ait comblé les lacunes de cette déclaration ou qu'il ait apporté de nouvelles preuves susceptibles de nous donner une assurance quelconque sur le fait que l'on a maintenant une déclaration complète et exacte.

Vous vous souvenez que nous avons inclus dans la résolution l'exigence relative à la soumission d'une déclaration pour savoir si l'Irak considérait cette question avec sérieux. Est-ce que c'est le cas ? Ce pays va-t-il désarmer ? Va-t-il s'acquitter de ses obligations ? Va-t-il coopérer ?

La réponse tirée de cette déclaration a été: "Non. Nous allons voir comment nous pouvons nous en tirer. Nous pouvons voir ce qu'il est possible de faire sans que vous vous en rendiez compte ; tout le monde applaudira en disant: n'est-ce pas merveilleux ?" L'Irak a fourni une déclaration, qui n'a aucune utilité particulière.

(...)

Nous ne pouvons pas attendre que l'une de ces armes terribles fasse son apparition dans l'une de nos villes et nous poser des questions sur son origine après qu'Al-Qaïda ou quelqu'un d'autre l'aura fait exploser. C'est maintenant le moment d'aller à la source de ce genre d'armes.

C'est là l'objet de la résolution 1441.

Et à ce jour, nous n'avons pas vu le niveau de coopération auquel nous nous attendions et que nous espérions. Personne n'a travaillé plus dur que les Etats-Unis. Et je vous affirme que personne n'a travaillé plus dur, si je puis me le permettre humblement, que moi, pour essayer de produire une résolution qui montrerait la détermination de la communauté internationale aux dirigeants irakiens, de manière à ce qu'ils remplissent leurs obligations et obtempèrent. Cela, ils ne l'ont pas fait.

Nonobstant toutes les discussions que nous avons entendues ce matin pour que nous donnions aux inspecteurs plus de temps, que nous ayons plus de survols d'avions, que nous ajoutions des inspecteurs au processus, le fait est que M. Blix a noté, au début de cette semaine, que ce n'était pas davantage d'inspecteurs qu'il fallait. Ce qu'il fallait, c'était ce qui faisait défaut depuis 1991, comme l'ont dit MM. Blix et El-Baradei: une coopération et une exécution immédiate, active et inconditionnelle.

(...)

Les questions demeurent entières, et certains de mes collègues en ont parlé. Nous n'avons pas d'informations sur ce qu'il est advenu du bacille du charbon, de la toxine botulique, du VX, des agents biologiques, des bouillons de culture, des 30.000 munitions chimiques et biologiques.

(...)

Ainsi, je vous l'affirme, en dépit des améliorations que nous avons notées dans le processus et dont je me félicite - et je remercie les inspecteurs de tout leur travail - ces améliorations de forme ne nous rapprochent pas de la solution du problème central qui demeure. Et ni davantage d'inspections, ni le prolongement de la période d'inspections ne régleront le problème central auquel nous devons faire face. Et ce problème central est que l'Irak ne s'est pas plié à la résolution 1441.

La menace de la force doit demeurer. La force doit toujours être un dernier recours. C'est une chose que j'ai prêchée pendant la majeure partie de ma carrière de soldat et de diplomate. Mais ce doit être un recours possible.

Nous ne pouvons permettre que ce processus se prolonge indéfiniment, comme s'y efforce actuellement l'Irak. "Prolongeons-le suffisamment pour que le monde finisse par tourner la tête ailleurs, pour que le Conseil de sécurité passe à autre chose, nous nous en tirerons une fois de plus." Mes amis, nous ne saurions leur permettre de se tirer d'affaire une fois de plus.

Nous nous trouvons actuellement dans une situation où le refus de coopérer de l'Irak exige, dans les termes les plus clairs me semble-t-il, que le Conseil réfléchisse aux conséquences qu'entraînerait l'abandon de ce problème, et au fait qu'il nous faut faire face à ce problème, dans de très brefs délais, aussi déplaisant que cela puisse paraître - car il en est beaucoup d'entre vous qui préféreraient éviter d'y faire face, alors que c'est un impératif absolu - et qu'il faut se demander s'il n'est pas temps de considérer les sérieuses conséquences prévues par la résolution 1441.

La raison pour laquelle nous ne pouvons détourner les yeux est qu'il s'agit d'armes terribles. Nous parlons d'armes qui tueront non pas quelques individus, non pas une centaine ou même un millier de personnes, mais des dizaines de milliers de gens si elles tombent entre de mauvaises mains.

Et la sécurité de la région, les espoirs du peuple irakien lui-même et notre sécurité à nous dépendent des responsabilités que nous aurons prises, notamment en vue d'invoquer, si besoin est, les graves conséquences auxquelles fait allusion la résolution 1441.

Dans cette résolution il est question de désarmement et de coopération, et non pas simplement d'un processus d'inspections qui dure éternellement sans que l'on résolve jamais le problème fondamental.

Je vous remercie.

(Fin de la transcription non officielle)

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact