Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La sécurité alimentaire passe très largement par l'autosuffisance alimentaire

La sécurité alimentaire passe très largement par l'autosuffisance alimentaire

Intervention du président Jacques Chirac lors de la XXIIème Conférence des Chefs d'Etat d'Afrique et de France concernant le développement agricole. Paris, vendredi 21 février 2003. Source: Palais de l'Elysée.

Je remercie le Président CHISSANO d'avoir présenté avec beaucoup de clarté le débat agricole.

L'importance des enjeux m'incite à intervenir de manière particulière sur cette question.

Le développement agricole est crucial pour atteindre en Afrique sub-Saharienne ce taux de croissance annuel moyen de 7% qui lui permettrait de réaliser les objectifs du millénaire.

Dans ce contexte, la question agricole est essentielle. Le risque de famine qui menace aujourd'hui encore une partie de l'Afrique australe et de la Corne de l'Afrique appelle non seulement une réponse humanitaire d'urgence, dans laquelle nous sommes engagés, mais aussi une réponse à long terme. L'agriculture a été, ces dernières années, le parent pauvre des politiques de développement, alors même que la construction de filières agricoles solides sera le plus sûr chemin vers l'élimination de la faim et de la pauvreté en Afrique. C'est pourquoi il faut inciter les pays africains à développer des politiques agricoles ambitieuses, visant en premier lieu la satisfaction des besoins nationaux et prenant appui sur des interventions renforcées des bailleurs de fonds.

J'en suis convaincu : la sécurité alimentaire passe très largement par l'autosuffisance alimentaire. Mais s'il faut s'impliquer dans la construction d'agricultures vivrières solides, l'Afrique doit aussi développer les cultures d'exportation.

De ce point de vue, l'Europe a la politique d'importation agricole la plus ouverte et la plus favorable à l'Afrique, et singulièrement à l'Afrique sub-Saharienne. Nulle autre région développée n'a su proposer aux PMA un régime aussi généreux. Entre l'Europe et l'Afrique, il n'y a pas concurrence agricole, il y a complémentarité. Nous importons vos produits tropicaux et vous utilisez nos produits tempérés. Le grand défi, aujourd'hui, c'est de mieux faire fonctionner cette complémentarité à travers une coopération accrue, pour que l'Afrique dispose d'un débouché régulier, base d'un développement plus rapide.

Nous n'avons pas été assez attentifs, depuis quelques années, aux vrais besoins économiques et commerciaux de l'Afrique. Nous avons laissé se banaliser nos relations, qui menacent de perdre leur caractère privilégié alors même que la place de l'Afrique dans le commerce mondial n'a jamais été aussi faible.

Dans la perspective de la réalisation des objectifs du millénaire, le cycle de Doha et la mise en oeuvre du NEPAD sont l'occasion de mettre en chantier une nouvelle stratégie pour le développement de l'agriculture africaine. Il nous faut, c'est vrai, une nouvelle politique. Au-delà des actions d'appui techniques toujours indispensables et qui devront être renforcées, je vous propose -et je proposerai ensuite à nos partenaires de l'Union européenne et aux autres pays du G8- trois grandes orientations : d'abord, mieux gérer les politiques d'aide et d'exportations agricoles des pays développés afin d'éviter qu'elles déstabilisent vos productions vivrières ; ensuite, défendre pour l'Afrique un traitement commercial privilégié ; enfin, nous pencher à nouveau sur la question des matières premières et des produits de base, qui est essentielle pour votre développement.

  • Premier sujet : les soutiens à l'exportation.

A Doha, nous nous sommes engagés à ouvrir la négociation sur ce point. L'Union européenne le fera avec générosité et avec un souci particulier de l'Afrique.

Mais, d'ores et déjà, la France est prête à examiner, en concertation avec nos partenaires de l'Union européenne et du G8, l'élimination de ce qui, dans nos interventions, crée en Afrique de l'instabilité et de la précarité pour les producteurs agricoles les plus modestes. Je pense à ces filières vivrières locales qui, bénéficiant d'un avantage de proximité, fournissent le marché intérieur et devraient en constituer la première source d'approvisionnement. Elles sont essentielles pour des dizaines de milliers d'agriculteurs et leurs familles. Elles peuvent être déstabilisées par des entrées trop brutales et massives de produits importés à bas prix, qu'il s'agisse par exemple de viande, de poudre de lait, de volailles ou de riz. Les pays développés, notamment, assument tous une responsabilité, par leurs soutiens à l'exportation, leur aide alimentaire, leurs crédits à l'exportation, voire leurs politiques de dégagements de stocks excédentaires.

Pour sa part, la France propose un moratoire décidé par tous les pays développés sur les aides aux exportations agricoles déstabilisantes à destination de l'Afrique pendant la durée des négociations à l'OMC. L'Union européenne porterait cette proposition à nos partenaires. Naturellement, ce moratoire s'appliquerait aussi à l'aide alimentaire utilisée à des fins commerciales ainsi qu'aux crédits privilégiés à l'exportation. Nous pourrons examiner, en dialoguant avec vous, où sont véritablement vos intérêts et quels sont véritablement vos besoins.

  • Deuxième orientation : défendre, pour l'Afrique, un traitement commercial spécial et privilégié.

Ce n'est pas la tendance naturelle à l'OMC où l'on cherche à aller vers une libéralisation multilatérale et universelle. Mais ceci est contraire aux intérêts de l'Afrique. Vous avez besoin de débouchés pour vos productions. Mais pas de n'importe quels débouchés : des débouchés assurés et protégés des excès de la concurrence et de la volatilité des prix. Cette réalité, nous l'avons un peu oubliée. Il est temps d'y revenir.

Nous devons donc défendre à l'OMC le traitement préférentiel de l'Afrique et lui assurer un accès privilégié et pérenne à nos marchés. Naturellement, il y aura des oppositions. C'est, pour la communauté internationale, une question de volonté politique. Et l'Afrique pourra compter ses vrais amis.

Mais il faut aussi mieux faire fonctionner le système de préférences. Pour cela, il faut le simplifier et le consolider. Je vais proposer que les pays développés créent, pour chaque pays d'Afrique, un régime commun et unique, par alignement sur le régime le plus favorable. C'est un principe simple : chacun de vos pays devra se voir garantir le même accès par tous les pays développés, selon les mêmes règles. Et, bien sûr, nous nous alignerons dans chaque cas sur la situation qui vous est la plus favorable. Et je vais proposer que ces régimes soient durables. C'est indispensable pour attirer les investissements privés qui sont, comme vous le savez, une priorité du NEPAD. La France compte défendre cette proposition au sommet d'Evian.

  • Troisième orientation : nous attaquer à la question du prix des matières premières.

La vie d'un milliard d'êtres humains en dépend directement. Pour l'Afrique, l'enjeu est considérable. Dix sept pays d'Afrique sub-saharienne dépendent des produits de base, hors pétrole, pour plus de 75% de leurs exportations.

Le coton, le café, le cacao assurent le revenu et la survie de millions de producteurs et de travailleurs agricoles, qui sont parmi les plus pauvres du monde et les moins protégés. Quand on dit que l'essentiel de la pauvreté dans le monde est en zone rurale, on oublie parfois de préciser que c'est en grande partie à cause de la volatilité des prix des produits de base et de leur déclin sur le long terme. Pour vos pays, la baisse du prix des matières premières représente, depuis trente ans, une perte égale à la moitié de l'aide au développement. C'est une cause majeure des difficultés que vous éprouvez pour vous développer et faire face à votre dette extérieure.

Ces difficultés sont parfois aggravées par les politiques des pays industrialisés. Je pense en particulier au coton, qui fait vivre plus de 15 millions de personnes en Afrique du Centre et de l'Ouest. Les prix mondiaux sont, en permanence, déprimés par des subventions de plusieurs milliards de dollars dont bénéficient quelques dizaines de milliers de producteurs.

Il y a, sur ce sujet des matières premières, une sorte de conspiration du silence. Les solutions ne sont pas simples. Beaucoup des remèdes mis en place dans le passé - notamment les grands accords de produits- ont échoué et nous ne voulons pas recommencer ces expériences. Mais rien ne justifie l'indifférence actuelle.

Je vais donc proposer aux autres membres du G8 et aux institutions internationales qui travaillent sur ce sujet de rouvrir ce chantier. Plusieurs pistes méritent d'être explorées.

améliorer les facilités des institutions financières internationales dans leurs modalités de mise en œuvre comme dans leur montant et veiller à nuancer les politiques de libéralisation commerciale systématique vers lesquelles sont trop vite poussés les pays africains ;

adapter le traitement de la dette des pays pauvres en fonction de l'évolution des cours des matières premières ;

mieux orienter notre effort d'aide au développement en faveur des producteurs de matières premières. Nous avons sans doute eu tort d'abandonner les mécanismes de type STABEX, même s'ils ne fonctionnaient pas parfaitement. Nous pourrions réfléchir aux moyens d'importer une partie de vos productions à des prix garantis ;

étudier le recours à des mécanismes d'assurance pour absorber la volatilité des prix.

Nous devons également engager une concertation avec celles des ONG les plus présentes sur le terrain, pour voir comment nous pouvons soutenir leurs efforts pour un commerce plus équitable, fondé sur la juste rémunération du producteur, pour le café et le cacao notamment.

Suspendre l'impact négatif sur l'Afrique subSaharienne de nos politiques de soutien aux exportations agricoles, favoriser la mise en œuvre et la convergence des régimes de préférence commerciale, s'attaquer au dossier des matières premières. Voici les contours de l'initiative dans laquelle je voudrais que nous soyons associés, vous et nous. Ce sont trois aspects d'une même ambition pour l'Afrique. Et cette ambition bénéficie d'un calendrier extrêmement favorable qui, de Paris à Cancun, en passant par Evian, doit nous permettre d'avancer rapidement. Je souhaite dès aujourd'hui commencer avec vous sur ces questions un dialogue fructueux.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact