Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Dominique de Villepin devant le Séna

Dominique de Villepin devant le Sénat

Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères fait le point devant les Sénateurs français, sur l'Irak (Commission des affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées). Paris, le mercredi 26 mars 2003. Source: Quai d'Orsay.

Le ministre des Affaires étrangères a tout d'abord réfuté un certain nombre d'appréciations émises à l'encontre des positions défendues par la diplomatie française au cours des derniers mois. S'agissant de la résolution 1441, il a souligné que sa mise en œuvre semblait, dès le départ, se heurter aux impératifs du calendrier militaire que s'étaient fixé les Etats-Unis. Cette résolution consacre par ailleurs le schéma en deux temps proposé par le Président de la République dès le 7 septembre et exclut toute automaticité du recours à la force.

Loin de se montrer intransigeante, la France a, au contraire, constamment œuvré en faveur de la recherche d'un compromis. Elle a favorisé l'unanimité autour de la résolution 1441 et a formulé, lors de chaque réunion du Conseil de sécurité, des propositions concrètes, notamment deux mémorandums sur le renforcement des moyens des inspections et la définition de leurs tâches prioritaires. Enfin, durant la dernière étape de discussion, Washington a écarté certaines propositions de compromis, l'attitude des Etats-Unis ayant d'ailleurs changé tout au long de la crise, passant de l'objectif du désarmement à ceux du renversement du régime et du remodelage régional.

  • M. Dominique de Villepin a ensuite évoqué l'évolution de la situation militaire.

Il a remarqué que les premiers jours de conflit démentaient certaines prévisions optimistes: la tentative de "décapitation du pouvoir" ne semble pas avoir produit d'effets tangibles à ce jour, les troupes de la coalition ont été contraintes de mener de violents combats terrestres sur la route de Bagdad, la résistance militaire irakienne semble plus forte que prévu et la population, dont le ralliement était espéré, paraît demeurer dans l'expectative. Une action américaine depuis le nord de l'Irak se trouve compliquée par les réticences de la Turquie et les craintes que cette dernière inspire aux partis kurdes irakiens. Le président Bush a indiqué que "la guerre serait plus longue et plus difficile que certains le prévoyaient", alors que Saddam Hussein développe, pour sa part, une rhétorique de la victimisation et de l'honneur à l'adresse des Irakiens, mais aussi de l'ensemble des populations arabes et musulmanes. Avec le développement de l'offensive, le bilan humain de la guerre pourrait s'alourdir, alors que la menace d'une crise humanitaire se renforce. Les critiques sont vives au sein des opinions publiques du monde arabo-musulman et les réactions des gouvernements arabes sont négatives, comme en témoigne la récente déclaration des Etats de la Ligue arabe condamnant l'agression et appelant les Etats-Unis et la Grande-Bretagne à retirer leurs troupes d'Irak immédiatement et sans condition.

  • Le ministre des Affaires étrangères a insisté sur la nécessité de préparer dès maintenant l'avenir.

Il a jugé indispensable, dans l'immédiat, d'engager une action d'assistance aux populations. Bien qu'il s'agisse là d'une responsabilité incombant principalement aux belligérants, la France entend contribuer aux initiatives de la communauté internationale. Or, des contacts en ce sens ont été pris avec les organisations non-gouvernementales et le Comité international de la Croix-Rouge. La France demande également la reprise, le plus rapidement possible, du programme humanitaire des Nations unies "pétrole contre nourriture".

Le ministre des Affaires étrangères a souhaité que soient rapidement fixées les conditions du rétablissement de la pleine souveraineté des Irakiens sur leur territoire. Dans cette perspective, la préservation de l'unité et de l'intégrité territoriale de l'Irak demeure un impératif et les Nations unies doivent être au cœur du processus de transition. La reconstruction économique du pays, indispensable après douze ans de sanctions et trois conflits, devra être engagée au plus vite. La France reste également très préoccupée par la stabilité dans la région. Il importe d'éviter que les pays voisins ne participent au conflit, de prévenir les risques d'actions terroristes et de relancer un processus politique pour le règlement du conflit israélo-palestinien. La France a proposé, à cet effet, la convocation d'une conférence internationale et elle souhaite la publication et la mise en œuvre de la feuille de route du "Quartette".

  • M. Dominique de Villepin a par ailleurs souligné que la crise actuelle imposait une relance des réflexions sur la politique étrangère et de défense européenne.

Il a suggéré l'adoption d'un code de conduite destiné à éviter que des déclarations à Quinze soient contredites ensuite par des initiatives individuelles en sens contraire de pays européens. Il a appelé à la définition d'une politique étrangère commune, et non unique, fondée sur la complémentarité des diplomaties nationales, et à la définition d'un nouveau partenariat transatlantique. Il a jugé absurde de supposer que la France voulait s'ériger en chef de file d'une opposition systématique à Washington.

A la suite de l'exposé du ministre, un débat s'est engagé avec les sénateurs.

(…)

En réponse, M. Dominique de Villepin a apporté les éléments d'information suivants:

La position de la France sur la nécessité d'un désarmement pacifique a été sans ambiguïté. Dans le contexte présent d'une guerre déclenchée hors du cadre des Nations unies, refuser le survol de notre territoire par des appareils américains nous aurait entraînés dans une autre logique, incompatible avec notre situation d'allié. Ainsi isolée, la diplomatie française aurait perdu de son efficacité alors même que, dans l'avenir, les intérêts de la France la conduiront à œuvrer avec la Grande-Bretagne et les Etats-Unis;

-- la déclaration du président de la République mettant en garde certains futurs pays membres de l'Union européenne dont les démarches, dans la phase diplomatique de la crise irakienne ont divisé l'Europe, tendait à leur transmettre un message clair selon lequel l'Union européenne implique des règles liées à son identité politique qui dépasse son seul caractère de grand marché;

-- les positions de la Grande-Bretagne et de l'Espagne dans la crise irakienne peuvent être analysées par le poids de l'histoire et de la géographie, qui dote ces deux pays d'une vaste façade atlantique. A cette donnée de fait s'est probablement ajoutée la volonté de jouer un rôle particulier, différent du reste de l'Europe. Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer la difficulté de s'opposer à une grande puissance comme les Etats-Unis;

-- l'incontestable dette historique de la France envers les Etats-Unis ne doit pas hypothéquer les responsabilités de l'avenir. Fallait-il payer d'une guerre le maintien d'une unité factice du monde occidental ? Les risques de prolifération des armes de destruction massive évoqués par les Etats-Unis pour s'attaquer à l'Irak, existent de façon patente dans d'autres endroits du monde, notamment en Corée du Nord : il est également illusoire de penser que la menace terroriste disparaîtra avec le régime de Saddam Hussein. De surcroît, l'Europe incarne la vocation d'être un trait d'union entre les cultures et les civilisations et son histoire lui fait, mieux que d'autres, percevoir les complexités de cette région du Moyen-Orient;

-- la reconstruction de l'Irak ne pourra être assumée par les Etats-Unis seuls, ne serait-ce que parce qu'ils sont dépourvus de la légitimité nécessaire pour y procéder. C'est pourquoi le recours à l'ONU en ce domaine est une nécessité impérative. Cependant, juridiquement, la responsabilité première et immédiate envers les populations irakiennes incombe actuellement aux forces américaines et britanniques. A terme cependant, ce sont les Nations unies qui seront seules en mesure de réhabiliter le pays et de maintenir son unité, du fait des nombreuses forces centrifuges qui s'y exercent;

-- la vision de l'Arabie Saoudite qu'ont les Etats-Unis a profondément évolué depuis le 11 septembre 2001. La conviction de certains Américains que la pacification de l'Irak va susciter un mouvement démocratique général au Moyen-Orient, et même au-delà, est une construction intellectuelle extrêmement fragile, qui ne tient pas toujours compte des réalités locales. De plus, l'instauration d'une démocratie en Irak, qui n'a gardé sa cohérence que sous des pouvoirs forts, sera un précédent pour ce pays, et réclamerait une action à très long terme, que l'administration républicaine actuelle n'est pas assurée de pouvoir mener;

-- l'action de la Turquie vis-à-vis des zones kurdes frontalières requiert la plus grande vigilance, et il y aurait un grand risque à une implication des pays voisins, soit dans la guerre, soit après;

-- la France travaille déjà à une démarche diplomatique de reconstruction de l'Irak en coopération avec d'autres membres du Conseil de sécurité de l'ONU, comme la Russie, la Chine et l'Allemagne;

-- un fort décalage existe indéniablement entre les gouvernements arabes et leur opinion publique sur la question irakienne, qui est lourd de menaces pour l'avenir. En effet, on risque de voir surgir, en lieu et place du "cercle vertueux" souhaité par les Américains, une conjonction du nationalisme arabe et de l'extrémisme islamiste, qui menacera les gouvernements actuellement en place;

-- le problème de l'approvisionnement en eau, qui se pose déjà de façon aiguë pour les provinces du sud de l'Irak touchées par les combats, constituera un défi pour le Moyen-Orient et l'ensemble du monde dans les décennies à venir. C'est pourquoi la France se propose d'évoquer ce problème lors du prochain G8;

-- le Secrétaire général des Nations unies a pris la décision de rapatrier les inspecteurs de la CCVINU dans le but légitime d'assurer leur sécurité. La France a décidé de faire de même pour ses propres diplomates : il s'agit, non d'un geste politique, mais d'une nécessaire mesure de sûreté.

Dans la même rubrique:

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact