Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L

L'Occident ou le Western ?

Quand l'idéologie produit son contraire ! Les États-Unis prétendaient vouloir imposer le modèle "occidental" en Irak: droits de l'homme, marché, bonne gouvernance, valeurs éthiques. Ils y ont exporté le modèle du western: pillards, recherche des "most wanted criminals," citoyens en armes, milices, insécurité généralisée, et la cavalerie qui n'arrive pas toujours à temps… Paris, le 15 avril 2003. Par François-Bernard Huyghe (*) de l’Observatoire d’infostratégie.[1]

Cette curieuse propension à produire des effets contraires à ceux que l'on recherche semble se transformer en règle. La guerre en Irak était censée empêcher le chaos (la menace saddamique), elle déchaîne l'anarchie. Elle était supposée assurer la défense commune des démocraties occidentales, elle a divisé l'Europe et séparé les alliés. Elle devait pacifier la région, nous voyons déjà les futurs conflits qui se préparent. Elle était destinée à éradiquer le terrorisme, elle lui fournit des arguments et sans doute des recrues. Elle devait faire disparaître les Armes de Destruction Massive: personne ne voit celles de l'Irak (sans doute pour l'excellente raison qu'elles n'existaient pas, ou du moins pas en quantités significatives), mais la Corée accélère son programme atomique.

Comment expliquer l'emploi de tant de capacités (dont les capacités intellectuelles de tous les conseillers et chercheurs qui théorisent l'emploi de la puissance étasunienne) pour si peu d'efficacité ? Cette fois, pas question de mettre en cause une prétendue "naïveté" ou "brutalité" US; ce n'est pas de ne pas avoir assez pensé leur action que souffrent les États-Unis, mais du contraire. D'un excès d'idéologie ou plutôt d'un singulier divorce entre l'idéologie et la réalité.

Une idéologie, rappelons-le, n'est pas une production arbitraire de l'esprit. Elle ne tombe pas du ciel des idées et elle n'y mène pas seulement. C'est la traduction des passions et des intérêts d'un groupe humain sous forme de système propre à expliquer le monde, à réfuter les idéologies concurrentes, et à proposer une direction à une action. Ce système est particulièrement enclin à suivre sa propre logique jusqu'au délire dans deux situations extrêmes.

Soit lorsqu'il croit avoir trop de prise sur ledit réel, notamment dans un système totalitaire de type soviétique. Dans ce cas, il peut imposer non seulement le silence à toute forme de critique, mais aussi l'obligation pour chacun de proclamer la véracité de ladite idéologie.

Soit lorsque l'idéologie est le produit d'un groupe quasi sectaire isolé de toute forme de prise sur la réalité, et qui délire d'autant mieux que ses idées sont sans conséquence.

Bien entendu, il serait absurde de comparer les U.S.A. de Bush à l'U.R.S.S. de Staline ou les néo-conservateurs à un groupuscule trotskiste. Mais les relations qu'entretiennent les idéologues de Washington avec le monde extérieur en général et la réalité en particulier constituent une forme particulière de son déni qui présente des caractères communs avec les deux autres.

Nous ne résistons pas à la tentation de citer Alain Besançon dans les Origines intellectuelles du léninisme, tant son analyse peut se transposer à la situation présente: "Le langage idéologique est une fusion du liturgique et du scientifique. Certes, il se veut tout entier scientifique. Mais la "science" idéologique ne se cantonne pas au phénomène. Elle pénètre dans l'Être et en donne la loi… Ce discours devient magie à mesure qu'éclate son impuissance. Incapable de modifier le réel selon ses fins, de créer un autre réel conforme à ce qu'il promet, son rôle est d'évoquer, au sens magique du terme, c'est-à-dire de suggérer une réalité inexistante."

Or que dit le langage idéologique néo-conservateur ? Il nous semble qu'on peut le comprendre à partir de la notion centrale d'exception.

  • Exception historique:

le "moment unipolaire", la période où une seule puissance dominante ne trouve aucune rivale à sa mesure apparaît aux néo-conservateurs non pas comme une situation provisoire, comme l'attente d'un rééquilibrage ou d'un retour à la normale, mais comme l'aube d'une ère nouvelle. C'est le moment du plus grand péril où l'ordre d'un monde solidaire est menacé par toutes sortes de périls: terrorisme, États en faillite, prolifération des moyens technologiques de destruction (ADM) et de perturbation (cybermenaces), possibilité de contagion des crises économiques. Mais c'est aussi pour eux le moment de la plus grande espérance: la nation choisie par Dieu est "bound to lead", condamnée à diriger L'Amérique devient qu'elle le veuille ou non "the reluctant imperalist", l'impérialiste malgré elle, celle qui a un "destin manifeste", etc.

  • Exception étasunienne.

Cette Nation née, non pas de l'histoire des hommes nés sur une terre, mais de leur volonté d'établir un nouveau contrat et de vivre conformément à leurs aspirations est unique en son genre.

-- Non seulement elle a une relation particulière avec un Dieu qui la missionne,
-- Non seulement elle l'emporte dans tous les domaines (c'est le pays des "best men" selon G.W.).
-- Non seulement ses valeurs sont les meilleures. Mais elles sont valables pour tous et en tout lieu.

L'unicité fonde l'universalité: américaniser le monde, c'est le mondialiser; c'est presque suivre le sens de l'Histoire. Pareil modèle est fait pour être exporté, puisqu'il est universellement valable.

  • Exception de sa puissance.

Non seulement en termes de mesure ou de valeur (sa puissance est bonne par nature) mais en tant que référence: toute puissance, toute excellence se mesure à l'aune de la sienne.

  • Exception de sa force.

Celle qu'elle emploie dans les relations internationales est fondatrice d'un ordre nouveau. Elle suppose une violence anti-violence puisqu'elle lutte contre les forces du chaos. Nous vivons dans un "état d'exception" où les fondements mêmes de l'ordre international sont menacés par les États- voyous et les terroristes. Respecter le droit international positif, par exemple la convention de Genève dans la lutte contre l'ennemi, ou rechercher un mandat de l'Onu avant de déclencher une guerre, tout cela est inutile. C'est même illégitime au nom de ce droit supérieur en voie de formation. Ici, les néo-conservateurs aiment opposer de façon quasi vitaliste, leur puissance génératrice d'ordre à la faiblesse européenne. Elle se cache derrière les masques du juridisme ou de l'appel à l'accord et à la négociation pour masquer sa propre décadence et son incapacité à faire face aux défis de la réalité.

  • Exception des intérêts U.S.:

ils coïncident avec ceux de l'humanité, et d'ailleurs la politique étasunienne ne cherche aucun profit mais se met au service de valeurs. Sa moralité découle de son intentionnalité.

  • Exception de la domination étasunienne:

elle cherche à affranchir les peuples de leurs tyrans. On fait donc la guerre au nom des gens qu'on bombarde et pour leur bien. On les commande pour les libérer. Ceux qui pensent le contraire sont des racistes persuadés que les Arabes sont incapables d'accéder à la démocratie.

  • Exception de la guerre menée par les U.S.A.

Elle n'est pas l'affrontement de revendications ou d'ambitions par les armes jusqu'à ce qu'une des deux volontés politiques cède suivant le schéma de Clausewitz. C'est une guerre policière d'éradication du crime, une guerre pour éliminer par l'action préventive les moyens des crimes et les sources des guerres de demain (les régimes dangereux, les réseaux terroristes, les troubles futurs…).

  • Exception du mal que combattent les U.S.A.

Ses ennemis ne sont pas mauvais parce qu'ils emploient des moyens inacceptables pour des fins politiques: accroître leur territoire, leur richesse ou leur puissance, réaliser leurs idéologies, dominer des peuples, etc. Ils sont guidés par un ressentiment contre tout ce que représente les USA. Ils sont haineux par essence. Le mal est chez eux de l'ordre des fins et non des moyens.

Il faudrait écrire des livres entiers pour réfuter toutes ces "exceptions". D'une certaine façon d'excellents ouvrages comme "Après l'Empire" d'E. Todd ou "L'Empire du chaos" d'A. Joxe démontent très bien le mythe de l'hyperpuissance. Nous nous contenterons ici d'une simple remarque en guise de conclusion. L'idée même d'exception est un assez bon indice d'une pensée fortement idéologisée: notre peuple est exceptionnel, notre race, notre classe, notre projet; la présente situation historique où se joue l'avenir de l'espèce est exceptionnelle… Tout ce qui se dit hors norme, hors contradiction ou hors histoire doit être regardé à la loupe.

Ici, il se pourrait bien que l'idée d'exceptionnalité absolue mène à trois erreurs non moins absolues:

-- croire que tout est possible: ne donner aucun frein à ses ambitions rend autiste;
-- croire que tout est pareil: nier l'altérité, penser que le monde est composé de gens qui pensent comme vous ou qui aspirent à devenir comme vous c'est se condamner à ne rien comprendre:
-- croire que tout est hostile: développer sa paranoïa, c'est le meilleur moyen de lui donner raison.

S'imaginer entouré d'ennemis et de périls, c'est la meilleure façon d'en susciter.

François-Bernard Huyghe

Voir également:

(*) Docteur d'État en Sciences Politiques, François-Bernard Huyghe est Chercheur en Sciences de l'Information et de la Communication. Il enseigne notamment au Celsa Paris IV, à HEC ainsi qu'à l'École de guerre économique à Paris. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre information, conflit et technologie. Il a publié notamment "L'Information, c'est la guerre" (Panoramiques) et "l'Ennemi à l'ère numérique, Chaos, Information, Domination" (Presses Universitaires de France) et Écran / Ennemi: Terrorismes et guerre de l'Information" (www.00h00.com). F.-B. Huyghe est aussi connu pour avoir fondé l’Observatoire d’infostratégie dont la renommée a dépassé largement les frontières des pays membres de l'Union européenne.

[1] L’Observatoire d’infostratégie a pour vocation de réunir des chercheurs, des praticiens ou des journalistes qui s’intéressent à la guerre de l’information au sens large. Et ce, pour la comprendre, pas pour la pratiquer pour une cause militante. Il n’est donc pas question, dans le cadre de l’Observatoire ou du site Vigirak, de sortir du travail d’analyse, de diffuser des informations illégales ou dangereuses, d’aider quelque partie (ou parti) que ce soit ou bien entendu de propager des thèses "conspirationnistes". L’Observatoire d’infostratégie n'est donc pas une usine à rumeurs pour activistes électroniques de tous poils (NDLR).


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact