Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Maintenant

Maintenant, il faut aller de l'avant déclare Bush sur France 3

Avant de se rendre en Europe pour participer au sommet du G8 et d'effectuer une importante tournée diplomatique au Proche-Orient, le président George W. Bush, a bien voulu accorder un nouvel entretien exclusif à Christian Malar, rédacteur-en-chef et éditorialiste de politique étrangère à France 3. Celui-ci s'est déroulé dans la bibliothèque de la Maison-Blanche le 29 mai 2003. L'entretien qui suit a été diffusé dans le Soir 3 du 29 mai 2003 présenté par Christophe Poullain. La version originale a été également diffusée intégralement par plusieurs grandes chaînes de télévision américaines comme CNN ou NBC. Plusieurs extraits de cet entretien ont également été repris par de nombreuses chaînes de télévision françaises (TF1, France 2) et étrangères. Images: Tina Hager, Service Photo de la Maison-Blanche (Ó) Courtoisie Christian Malar et France 3.

Chritophe Poullain, présentateur de Soir 3

Chritophe Poullain: Comme je vous le disais dans les titres de cette édition, à la veille de sa venue au sommet du G8 à Evian, le président George W. Bush a accordé un entretien exclusif à France 3. Le président américain évoque la situation en Irak et le plan de paix international au Proche-Orient. Mais, avant cela, vous allez l'entendre, il confie à Christian Malar, qu'il souhaite tirer un trait sur le différend qui oppose les Etats-Unis et la France depuis la guerre en Irak.

Christian Malar, rédacteur-en-chef à France 3

Christian Malar: Monsieur le Président, allez-vous pardonner son attitude à la France dans le conflit irakien ? Qu'allez-vous dire à Jacques Chirac quand vous allez le voir face à face ? Ëtes-vous encore furieux contre lui ? Allez-vous prendre des sanctions contre la France ?

George W. Bush: Non, non, pas de sanction. Je ne suis pas furieux. Juste déçu. Les Américains sont déçus. Et maintenant, il est temps d'aller de l'avant.

George W. Bush, Président des États-Unis d'Amérique

Il y a beaucoup de points sur lesquels nous devons travailler ensemble. Je sais que Jacques Chirac s'intéresse très fortement à l'Afrique. Moi aussi. On peut travailler ensemble sur le SIDA. Je viens de prendre sur ce point une grande initiative. Le Congrès a accepté une aide de 15 milliards de dollars sur 5 ans. Je travaille de près sur cela. Et ce sera là une bonne occasion pour les États-Unis et la France de travailler ensemble pour résoudre des problèmes graves. Je vais rappeler à Jacques Chirac ainsi qu'à d'autres qu'on peut faire beaucoup plus ensemble. Je comprends qu'on n'ait pas pu être d'accord avec notre politique en Irak. Mais maintenant, il faut aller de l'avant.

Christian Malar: Concernant le carnet de route pour la Paix au Proche-Orient, vous allez rencontrer la semaine prochaine les principaux protagonistes de la crise. Comment espérez-vous réussir concrètement là où vos prédécesseurs ont échoué ?

George W. Bush: Tout d'abord, j'apprécie le fait que Jacques Chirac ait compris que je devais quitter Evian un jour plus tôt que prévu pour me rendre au Proche-Orient où je vais d'abord rencontrer des chefs d'États arabes amis et d'autres, et je vais leur rappeler qu'ils ont une responsabilité dans le processus de paix et dans la réalisation de cette paix.

En premier lieu, certains doivent arrêter de financer quelques groupes terroristes qui veulent détruire ce processus de paix.

Deuxièmement, je suis convaincu que le nouveau Premier ministre palestinien est déterminé à vaincre la terreur pour créer un Etat palestinien. Et les institutions nécessaires valables pour cet Etat. Je suis très encouragé par sa façon de faire.

Enfin, troisièmement, je crois qu'Israël reconnaît qu'il est dans son intérêt de supporter la notion de deux États vivant côte à côte en paix. Je serai le premier président à avoir proposé cela. Je l'ai fait aux Nations Unies et c'est ma vision du Moyen-Orient, sachant que le processus sera difficile. Mais je crois maintenant que les gens voient la nécessité de parvenir à ce résultat.

Christian Malar: Monsieur le Président, que répondez-vous à la presse américaine qui reproche à votre administration de ne pas encore avoir prouvé l'existence d'armes de destruction massives en Irak ?

George W. Bush: Ils n'ont pas du faire attention, car nous avons découvert des laboratoires biologiques mobiles. Ceux là mêmes dont Colin Powell a parlé aux Nations Unies. Des laboratoires interdits par les résolutions des Nations unies.

Christian Malar: La situation en Irak est loin d'être stabilisée. On a vu ces derniers jours encore des soldats américains tués. Craignez-vous la montée de l'intégrisme islamique dans cette région contre l'Occident, les États-Unis, et craignez-vous le risque de voir émerger une nouvelle république islamique soutenue par le voisin iranien ?

George W. Bush: Non, ,je n'ai pas peur de cela. Je pense que les Irakiens veulent diriger leur propre Etat. Ils n'ont pas besoin d'avoir un régime soutenu par l'Iran. Je crois les Irakiens tout à fait capables de gérer leurs propres affaires.

La démocratie ne va pas naître en une nuit. Je ne m'y attendais d'ailleurs pas, dans un pays ravagé par un dictateur brutal, qui a tué et torturé pour se maintenir au pouvoir. Les Irakiens viennent d'être libérés de Saddam Hussein. Cela va prendre du temps. J'ai dit à Jerry Bremer, mon représentant, qu'il faudra de la patience. Il nous faut améliorer la vie des Irakiens. Il n'y a pas que les États-Unis, il y a beaucoup de gens qui sont impliqués dans la reconstruction de l'Irak. Et quand la vie reviendra à la normale, et dés que l'on contrôlera entièrement la situation à Bagdad, ses assassins et ceux qui répandent la terreur, dés que l'on aura restauré la sécurité dans la région, vous verrez, un bon régime démocratique émergera là-bas sur place.

Christian Malar: Monsieur le président, êtes-vous préoccupé par les réseaux d'Al Qaida qui, à partir d'Iran, préparent des attaques contre des cibles américaines ?

George W. Bush: Oui, nous sommes concernés par le fait qu'Al Qaida opère à partir de l'intérieur de l'Iran et nous avons clairement fait part de notre préoccupation. Et je le réitère aujourd'hui. Nous attendons de l'Iran qu'ils arrêtent et renvoient ces gens d'Al Qaida vers leurs pays d'origine. Ma préoccupation maintenant est de trouver les réseaux d'Al Qaida partout où ils se trouvent et de les traduire en justice. Et nous attendons que d'autres nous rejoignent.

Et sur ce point, je veux féliciter la France qui nous a rejoint dans ce combat contre Al Qaida. Il fait bon travailler avec les services de renseignement français. Nous avons partagé beaucoup d'informations qui rendent la France et les États-Unis plus sûrs. Et pour cela, j'en remercie la France.


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact