Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L'A-400 M: un grand programme fédérateur pour l'Europe de la défense

L'A-400 M: un grand programme fédérateur pour l'Europe de la défense

Si Jean-Paul Béchat, le président de la SNECMA ne s'était pas exprimé comme il l'a fait dans les colonnes du Monde, une semaine avant le mini-sommet de Bruxelles réunissant les chefs d'Etat français, allemand, belge et luxembourgeois, que serait devenu l'ambitieux projet de l'A-400 M? Après avoir entraîné de légitime réactions de la parts d'industriels européens et une campagne où certains prétendaient offrir des prix plus compétitifs sous le prétexte qu'ils avaient déjà fait un moteur qui n'avait encore jamais été réalisé, le projet a enfin été entériné, non sans mal, après tant d'années. Au-delà d'un choix politique qui n'a pas été perdu de vue, le côté innovant du choix du moteur semble avoir été négligé. Il faut dire que dans le climat qui régnait à la veille de la rencontre du G-8 à Evian entre la France, l'Allemagne et les Etats-Unis, l'Europe de la défense est depuis quelques mois aux abonnés absents. Pire encore, lorsque les politiques sont aux rendez-vous de l'Europe de la défense, les industriels ne le sont pas. Ce fut le cas pour les avions de combat européens. Pour le moteur, cette fois ce fut l'inverse qui fut vrai.

Image de synthèse Airbus Military

L'excellent magazine Européeos de la Rédaction européenne de France 3 que dirige Bernard Weyl, son Rédacteur en Chef, a diffusé un numéro spécial sur France 3 le vendredi 30 mai 2003 avec plusieurs reportages consacrés à cette défense européenne qui devient une réalité, notamment pour la première fois sur le terrain dans l'ex-Yougoslavie, où l'UE s'est substituée à l'OTAN. Le dernier reportage consacré à l'A-400M est réalisé par Patrick Hesters, Rédacteur-en-Chef à la Rédaction nationale, spécialiste des questions aéronautiques et spatiales, qui rappelle les principales péripéties d'un projet ATF qui après avoir été si longtemps virtuel est en train de devenir (enfin) une réalité. Images de Christian Gaudin, Rédacteur-en Chef à France 3, d'EADS. (Courtoisie France 3, & Daniel Riot directeur de la Rédaction européenne à Strasbourg).

Bernard Weyl: Si la défense permet de s'affirmer politiquement, elle intègre aussi des enjeux économiques et technologiques majeurs. L'exemple que nous avons choisi est celui de la version militaire de l'Airbus, l'A-400 M, pour les transports de troupes et de matériel destiné à remplacer les vieux Transall en concurrence avec des appareils américains.

Bernard Weyl Rédacteur en Chef d'Européos

Cet avion, on en parle depuis des années comme de l'avion de transport futur (l'ATF). . Tout semble indiquer aujourd'hui qu'il devrait enfin décoller. Signe d'un choix politique majeur de la part des Européens. Explications de Patrick Hesters.

Patrick Hesters: Pour l’instant, l’avion de transport militaire A-400M n’existe que sous la forme d’images de synthèses générées par des ordinateurs. La réalisation concrète de ce programme, le plus important jamais mené en coopération européenne, devient urgente.

Image de synthèse Airbus Militay

Kosovo, Afghanistan, Irak, l’actualité mondiale démontre régulièrement qu’il est crucial pour l’Europe de pouvoir, d’une part rapidement répondre aux besoins d’intervention humanitaire, et d’autre part, d’être capable de déployer des troupes n’importe où à la surface de la planète pour assurer le maintien de la paix grâce à la force aérienne de projection.

Image de synthèse Airbus Military

Jusqu’à présent en France, cette fonction est assurée essentiellement par des Transall, des avions réalisés en coopération franco-allemande il y a plus de trente ans et dont les premiers exemplaires deviennent obsolètes. D’où la nécessité de les remplacer aujourd’hui par des appareils plus modernes. L’idée faisait son chemin depuis vingt ans.

En janvier 1999, Airbus propose la définition d’un nouvel avion correspondant aux besoins exprimés par sept pays: la Belgique, l’Allemagne, la France, l’Italie, l'Espagne, la Grande-Bretagne et la Turquie. Mais déjà le 18 décembre 2001 à Bruxelles, lorsque les ministres de la défense signent la commande de 180 avions pour un coût de vingt milliards d’€uros, l’Italie se retire. En revanche, le Luxembourg rejoint le programme.

Signature entre l'OCCAR et Airbus Military à Bruxelles

Depuis cette date, d’autres difficultés s’accumulent. En Allemagne la nouvelle majorité élue au Bundestag a réduit le nombre d’avions commandés. Les retards se multiplient, à tel point que les Britanniques menacent maintenant de se retirer si une décision définitive n’était pas prise rapidement de construire l'appareil.

Dernière péripétie, l’avion censé rendre la défense européenne indépendante de l'Amérique a bien failli être équipé de moteurs américains, il est vrai 20 pour cent moins cher.

Jean-Paul Béchat: Les avions cargos américains, le Boeing C-17, le Lockeed-Martin C-130, sont équipés de moteurs conçus et fabriqués aux Etats-Unis.

A partir du moment où on lance un programme européen d’avion cargo avec tout l'aspect symbolique qu’a ce lancement, il est indispensable de démontrer la volonté de soutenir une industrie de défense européenne, en mettant sur cet avion des moteurs européens et des équipements européens.

Nous avons la chance en Europe d’avoir des motoristes qui ont la capacité à réaliser ce type de produit, ce type de moteur.

Jean-Paul Béchat, PDG de la SNECMA

Les gouvernements, au travers des sommets successifs depuis Saint-Malo en 1998, nous ont invité à nous rapprocher les uns des autres, pour faire des offres communes sur les différents programmes.

Nous avions fait un consortium avec Rolls Royce, MTU et ITP en Espagne. Il est évident que c’était une politique définie que nous pouvions être associés à ce programme maintenant. Il restait à être compétitif et nous avons eu une compétition assez dure avec un concurrent américain et canadien.

Nous sommes très heureux aujourd’hui d’avoir gagné. Nous pensons que nous répondons à l’objectif qui a été défini par les gouvernements en matière d’industrie de défense européenne.

Patrick Hesters: Le programme A-400M n’est pas seulement stratégique pour les militaires: il l’est également sur les plans civil et industriel.

Philippe Cothier: Dans un monde où les Etats-Unis dépensent cinq à six fois plus en matière de recherche et de développement que l’ensemble de l’Europe dans son entièreté, il est fondamental de temps en temps d’avoir un grand programme fédérateur qui maintienne à niveau les compétences et les capacités des pays européens.

Philippe Cothier, Président du CEPS

A-400M s’inscrit directement dans ce domaine et de plus, A-400M permet d’être un petit peu la réponse aux Américains qui pratiquent la subvention indirecte de leur industrie civile au travers de larges contrats de défense accordés à Boeing. Airbus bénéficie pleinement également dans le domaine civil des retombées tant financières que technologiques.

Patrick Hesters: Sans même attendre le salon du Bourget les 7 pays impliqués dans le programme ont signé mardi (27mai) à Bonn le lancement de la construction de l'avion-cargo. Après bien des difficultés et avec sept ans de retard…

Lire également:

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact