Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Dassault au Bourget ou l'exception européenne

Dassault au Bourget ou l'exception européenne

Conférence de presse au 45ème Salon du Bourget 2003 de Charles Edelstenne, président-directeur général de Dassault-Aviation devant la presse aéronautique. Le Bourget, le 14 juin 2003. Photos Ó Dassault-Aviation et European-Security.

Charles Edelstenne: Photo Joël-François Dumont (E/S)

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Permettez-moi tout d'abord de vous remercier d'être venus participer à cette première conférence de presse industrielle du salon, et de vous redire le plaisir que j'ai à vous accueillir et à vous retrouver ici.

Ce 45e Salon du Bourget ouvre ses portes dans une atmosphère pleine d'incertitudes et d'interrogations.

Si le G8 d'Evian a déclaré que les conditions de la reprise économique étaient réunies, force est de constater qu'elle n'est pas encore là. La situation générale est caractérisée aujourd'hui par trois phénomènes : une crise économique mondiale qui perdure, une économie nord-américaine qui ne connaît pas encore le rebond prédit, un transport aérien qui, après avoir été paralysé pendant la guerre d'Irak, vient d'être frappé par le SRAS tandis que persiste la menace terroriste.

  • L'environnement conjoncturel

Après l'euphorie du début des années 2000, l'environnement conjoncturel n'est réellement plus aussi favorable. Aux difficultés qui pèsent sur l'aéronautique civile, s'ajoute, pour l'industrie européenne, la faiblesse du dollar qui constitue à terme, s'il n'y a pas d'effet correcteur, un risque majeur.

Dans ce contexte, notre société a, malgré tout, connu une bonne année 2002, dont vous retrouverez les chiffres essentiels et les faits les plus marquants dans le rapport annuel qui vous sera remis tout à l'heure avec votre dossier de presse.

Si nous avons pu, jusque-là, traverser la crise sans avoir, contrairement à certains de nos confrères ou concurrents, à licencier ou à arrêter des chaînes entières, nous le devons à la stratégie de flexibilité que nous avons définie il y a quelques années et que nous mettons en œuvre au quotidien.

Cette flexibilité ne pourra évidemment jouer tout son rôle qu'à la condition que la crise ne soit ni trop profonde ni trop durable.

De même que nos investissements dans le civil nous ont permis une moins grande dépendance vis-à-vis de la signature de tel ou tel contrat à l'exportation ou des variations imprévisibles des budgets français ou étrangers de défense; de même aujourd'hui avons-nous été capables d'adapter nos cadences de production à l'évolution du marché civil, sans toucher, pour l'instant, aux structures de l'entreprise.

Mais, comme nous l'avions prévu, nous commençons à ressentir en 2003 les effets de la crise.

  • Notre chiffre d'affaires

Il devrait diminuer par rapport à 2002. Il m'est difficile, aujourd'hui, de vous donner le niveau de cette baisse car elle dépendra du niveau du dollar et du nombre de Falcon livrés cette année.

En ce qui concerne les avions civils, le rythme des prises de commandes est aujourd'hui inférieur à celui des autres années, avec une vingtaine de Falcon commandés à ce jour. Notre prévision, aujourd'hui, est d'en livrer environ 50 cette année. Nos cadences de production vont donc évoluer autour d'un pivot central de 4 par mois, comparé aux 6 ou 7 par mois des dernières années, avec la possibilité de s'adapter rapidement aux fluctuations du marché.

Quant à notre carnet de commandes global Falcon, il est supérieur à 140 appareils.

Deux remarques encore, concernant le marché civil : la propriété partagée, qui avait connu une certaine euphorie lors du dernier salon, subit aussi un net ralentissement.

Ce nouveau marché, dont nous ne connaissions pas le comportement en période de crise, réagit en fait de la même manière que notre marché principal. Il suit les fluctuations de la situation économique générale.

Enfin, nous constatons à ce jour une légère amélioration des ventes d'avions d'occasion avec maintenant une dizaine seulement en stock ; c'est peut-être le signe précurseur d'une reprise du marché.

Bruno Revellin Falcoz, Charles Edelstenne et Loïk Segalen (E/S)

En ce qui concerne maintenant nos développements Falcon, ceux du Falcon 7X, premier modèle d'une génération très innovante de nouveaux avions d'affaires, se poursuivent au rythme prévu.

Avec une aérodynamique entièrement nouvelle, le 7X sera équipé d'un cockpit EASy et doté de commandes de vol électriques. Les progrès techniques, dont il est l'aboutissement, se traduisent aussi dans les processus de sa conception et de sa production 100 % numériques.

Le plateau physique a réuni jusqu'à 400 personnes, dont 170 coopérants appartenant à 20 sociétés, venus du monde entier pour participer à son élaboration. Progressivement, ces ingénieurs retournent dans leurs sociétés respectives pour travailler en plateau virtuel, grâce à un système d'information unique et dédié. Notre société garde en permanence et en temps réel une vision globale et continue. Ceci constitue une première mondiale toutes industries confondues.

Les premiers éléments de la partie avant du fuselage et de la voilure ainsi que les premiers équipements sont maintenant en fabrication ; vous en trouverez les photos sur le CD-rom joint à notre dossier de presse.

Le premier vol est prévu au printemps 2005 et la certification, ainsi que les premières livraisons, fin 2006.

Alors que nous fêtions le mois dernier à Bordeaux, puis à l'Ebace à Genève, le 40e anniversaire de nos Falcon, il est particulièrement satisfaisant de voir maintenant leur descendance bien assurée et promise à un bel avenir.

  • Pour ce qui est de nos programmes actuels:

le Falcon 2000EX a obtenu la certification conjointe FAA et JAA le 21 mars dernier et les premières livraisons ont eu lieu en mai.

Falcon 2000EX: Photo François Robineau Ó Dassault Aviaplans

Le Falcon 2000EX EASy a effectué son premier vol le 28 janvier dernier et les premières livraisons interviendront au premier trimestre 2004.

Quant au Falcon 900EX EASy, les premiers appareils seront livrés à leurs clients dès la fin de cette année.

Enfin, pour être en situation de répondre toujours mieux en termes industriels aux besoins du marché, nous inaugurerons en septembre, comme prévu, les 21 000 m² du nouveau bâtiment Falcon de Bordeaux. C'est lui qui verra, en particulier, l'assemblage des Falcon 7X.

n ce qui concerne le secteur militaire, le contexte général ne semble pas avoir été profondément modifié à la suite de la guerre en Irak. Toutefois l'affirmation renouvelée de la volonté de puissance américaine peut modifier la donne sur certains marchés, plus sensibles au politique que les marchés civils.

A ce jour, cependant, il n'y a pas d'éléments vraiment nouveaux dans les perspectives de ces marchés qui, même si notre société n'en dépend plus exclusivement, restent essentiels.

Serge Dassault pendant la conférence de presse (Photo E/S)

Dassault Aviation demeure en effet l'une des trois ou quatre sociétés au monde capables de concevoir et de réaliser un système d'avion de combat, piloté ou non, de nouvelle génération.

Côté France, les Rafale Marine ont commencé à démontrer toutes leurs capacités opérationnelles. Nous sommes en train de finaliser avec l'État les discussions concernant la nouvelle tranche de 59 Rafale, avec le maintien en condition opérationnelle associé. Elle portera à 120 la quantité de Rafale commandés par la France sur le total de 294.

Rafale M1 Photo Véronique Almansa Ó Dassault Aviation

Au plan technique, les développements se déroulent bien et la nouvelle loi de programmation militaire a enfin stabilisé ce programme essentiel pour notre pays.

Par ailleurs, Dassault Aviation a été choisi comme maître d'œuvre du programme de simulation pour la réalisation d'un système complexe d'entraînement des pilotes de l'armée de l'Air et de l'Aéronautique navale françaises.

Deux centres de simulation seront mis en service opérationnel entre 2006 et 2007 :

  • le premier à Saint-Dizier pour l'armée de l'Air,
  • le second à Landivisiau pour l'Aéronautique navale.

Chaque centre, intégrant 4 simulateurs, sera doté d'installations sophistiquées mettant en œuvre des technologies de pointe.

  • En ce qui concerne maintenant notre stratégie de prospection à l'export

Face aux promesses du F-35 et aux problèmes techniques de l'Eurofighter / Typhoon, nous proposons de base la version française du Rafale F3 (standard polyvalent) et, dans le cadre de partenariats industriels et étatiques, le développement de toutes les fonctionnalités à venir.

Pour ce qui est des Mirage, les premiers Mirage 2000-9, sur les 32 avions neufs commandés par les EAU, ont commencé à être livrés. Par ailleurs, le premier des 30 avions retrofités sur place a effectué son premier vol au tout début de ce mois.

Mirage 2000-9 Photo François Robineau Ó Dassault / Aviaplans

Les autres commandes, Inde et Grèce, sont en cours de fabrication.

Notre travail de prospection continue pour cet appareil qui a toujours un bel avenir devant lui.

  • Dans le domaine de l'entraînement

En attendant que le programme Eurotraining puisse être concrètement engagé, nous allons proposer une modernisation de l'Alpha Jet, sous le nom d'Alpha Jet Mk1, qui intègre les nouvelles technologies, afin de donner à cet appareil l'avenir qu'il mérite encore.

  • UCAV et drones de combat:

Pour le futur, en tant qu'acteur majeur de l'aéronautique de défense, notre société entend être présente dans le domaine des systèmes d'avions non pilotés. Sa compétence, issue de l'expérience de cinquante années de développement et de production d'avions de combat, lui confère naturellement un rôle majeur dans ce nouveau domaine d'évolution de l'aéronautique mondiale, en particulier dans les UCAV qu'elle considère, à terme, comme un complément des avions de combat de la classe Rafale.

Démonstrateur UCAV: Photo de synthèse Ó Dassault Aviation

A cet effet, elle a mis au point une logique de développement des compétences appuyée sur des démonstrateurs:

Le petit Duc Ó Photo Dassault Aviation

  • une 2e version du Petit Duc vient de voler; elle constitue une étape importante en matière d'aérodynamique et de furtivité;
  • le Moyen Duc volera début 2004.

Forts de cette initiative, nous voulons être présents:

Drone Tactique Multirole: Image de synthèse Ó Dassault Aviation

-- dans le MCMM, programme de drones tactiques de l'armée de Terre française. Nous avons constitué à cet effet, avec Sagem, la société commune Dassault Sagem Tactical UAV, chargée du développement et de la commercialisation d'un système de drones tactiques basé sur le Sperwer LE de Sagem et le projet rapide / lent de Dassault, mis en œuvre à partir du segment sol du Sperwer. Cette société est ouverte à la coopération européenne ;

Jacques Chirac se fait présenter le drone Sperwer de Sagem (Photo Ó E/S)

-- dans le programme Male européen, initié par l'armée de l'Air française en coopération avec l'armée de l'Air néerlandaise et ouvert à d'autres armées européennes. Là encore, notre société unira ses compétences à celles d'autres sociétés européennes possédant une expérience dans le domaine.

Par ailleurs, dans le segment des UCAV, qui sont des systèmes d'avions de combat non pilotés, les États-Unis ont déjà lancé plusieurs développements et il nous semblerait important que la France prenne des initiatives rapidement.

En effet, les recherches et développements conduits dans ce domaine sont essentiels au maintien des compétences de nos bureaux d'études à leur plus haut niveau.

  • Les services associés:

Enfin, l'on ne saurait aujourd'hui évoquer l'avenir de nos produits sans insister sur l'ensemble des services associés que nos clients demandent, toujours plus complets et toujours plus efficaces. Nos efforts en ce domaine et nos résultats sont aujourd'hui reconnus, tant dans le domaine militaire que dans le domaine civil.

Le système de Soutien Militaire offre à cet égard un ensemble de produits et de services nécessaires à l'accroissement de la fiabilité de nos aéronefs et à la maximisation de leur disponibilité opérationnelle.

Du diagnostic de panne, en passant par la formation des équipages et équipes techniques jusqu'à la prise en charge des circuits logistiques ou des systèmes de préparation de mission, le Soutien Militaire fait voler nos avions.

  • Le Mirage 2000

Le Mirage 2000-5 MK2: Photo François Robineau Ó Dassault / Aviaplans

Utilisé sur de nombreux théâtres d'opérations, le Mirage 2000 est devenu une référence mondiale en termes de disponibilité, de fiabilité et de facilité d'utilisation, notamment grâce à un système de testabilité automatique et totalement intégré.

En outre, son interopérabilité avec les avions de l'OTAN et son efficacité au combat ont été démontrées lors de la guerre du Golfe, en Bosnie, au Kosovo et en Afghanistan, avec des taux de disponibilité opérationnelle record.

  • Le Rafale

Le Rafale bénéficie, bien sûr, de tous les enseignements tirés de l'expérience opérationnelle du Mirage 2000.

  • En ce qui concerne les avions civils:, l'amélioration du service client est une priorité.

Nos efforts ont porté sur tout ce qui peut aider nos clients à bien utiliser leurs avions.

La poursuite de la mondialisation de l'activité rechanges, avec nomination d'un directeur mondial, a fait progresser notablement le service global.

  • Pour terminer,

Mesdames, Messieurs, chers amis, je voudrais vous redire que l'industrie en général, la nôtre en particulier, n'est jamais un long fleuve tranquille. Elle ne surfe pas sur un haut de cycle permanent et doit être capable d'affronter les périodes de basses eaux. C'est ce que nous essayons de faire, en attendant avec sérénité et confiance les jours meilleurs que nous espérons tous.

Je vous remercie pour votre attention et répondrai bien volontiers à vos questions, avant de vous inviter à partager notre buffet.

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact