Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Colin Powell à Bruxelles

Colin Powell à Bruxelles : "Nous ne reviendrons pas au passé"

"Les anciens partisans du régime de Saddam Hussein ne veulent pas de la démocratie"… Dans un entretien exclusif accordé à Christian Malar, rédacteur-en-chef à France 3 et à Tariq Nasri, le Secrétaire d'Etat américain Colin L. Powell a justifié l'intervention américaine en Iraq et s'est déclaré optimiste sur l'établissement de la démocratie en Iraq. Hôtel Le Méridien, Bruxelles, Belgique, le 18 novembre 2003. Sources: U.S. Department of State, Washington D.C. et France 3. Courtoisie Christian Malar et Tariq Nasri. Extrait diffusé dans le 19H20 du 18 novembre 2003 sur France 3 présenté par Elise Lucet.

Elise Lucet: C’est un peu la réunion de l’apaisement et de la réconciliation. Colin Powell a retrouvé les ministres des Affaires étrangères européens aujourd’hui à Bruxelles. Il s’agissait d’aplanir les divergences sur le dossier irakien alors que Washington a amorcé ces derniers jours un changement de position.

Le Secrétaire d’Etat américain a accordé une interview exclusive à Christian Malar et Tahar Nasri. Il revient sur la position française, mais aussi sur les attentats quasi-quotidiens contre les forces américaines en Iraq. On l’écoute.

Colin Powell: En Irak, nous découvrons que les anciens partisans du régime de Saddam Hussein ne veulent pas de la démocratie. Ils veulent ramener l’ancien régime au pouvoir. On ne les laissera pas faire. Notre force militaire relèvera ce défi et fera face à la menace. Qui plus est, le processus politique suit son cours et nous rendrons la souveraineté au peuple irakien, nous l’espérions en tout cas, d’ici juin prochain.

Les partisans de l’ancien régime et les terroristes qui se sont infiltrés en Irak ne veulent pas d’une souveraineté qui mène à la démocratie. Ils ne veulent que revenir au passé, mais nous ne reviendrons pas au passé !

Christian Malar: Votre Administration entend transférer le pouvoir aux Irakiens d’ici fin juin. N’est-ce pas trop tard ?

Colin Powell: La guerre, les conflits, requièrent ce type de sacrifices. Il est nécessaire pour nous de prendre ce risque. Parce que les enjeux et les retombées sont tellement importants. Il s’agit d’instaurer une démocratie dans cette partie du monde. Cela vaut les risques et les sacrifices dont je vous parle. Et je suis sûr que nous gagnerons.

Maintenant, il y a certains qui disent: "Ils faut transférer le pouvoir aux Irakiens tout de suite". Et oui, mais à qui ? Quel pouvoir ?

Si je retournais à Bagdad, je ne saurais pas à qui transférer cette souveraineté. Il n’y a pas en tout cas pour l’instant un gouvernement qui jouisse de la légitimité au niveau des Irakiens. La souveraineté doit être transférée à un groupe de leaders qui jouissent de la reconnaissance du peuple et nous y travaillons pour l’instant.

Christian Malar: Le ministre français des Affaires étrangères, Monsieur de Villepin, a déclaré récemment qu’il tendait la main à l’Amérique, qu’il était d’accord, comme votre Administration, pour transférer le pouvoir aux Irakiens. Mais il dit, d’ici la fin de l’année !

Colin Powell: C’est là que nous sommes en désaccord. Sur la rapidité du transfert du pouvoir. Et à qui ? Monsieur de Villepin croit qu’on doit tout régler d’ici la fin de l’année, c’est à dire d’ici six semaines. Je ne vois pas d’ici là un groupe d’individus qui jouirait de la reconnaissance du peuple et qui pourrait assumer les responsabilités d’une telle souveraineté. M. de Villepin, pense que c’est trop lent. Nous, nous disons que c’est trop rapide et nous pensons que notre approche de ce problème est raisonnable.

Christian Malar: Quand vous lisez la revue américaine "National Review"  qui donne raison à la France sur son analyse de l’Irak.

Colin Powell: Je dis que les Etats-Unis et leurs partenaires de la coalition ont eu raison d’appliquer les résolutions de l’ONU ont eu raison de se débarrasser d’un régime qui pendant douze ans nous a dit n’en avoir rien à faire de ce que vous dîtes. Nous n’avons aucune excuse à faire. C’était la meilleure des choses à faire. Saddam Hussein est parti. Maintenant nous devons faire face au défi de mettre en place une démocratie et nous réussirons.

Elise Lucet: Et Colin Powell a quitté Bruxelles dans la journée pour rejoindre Londres où George W. Bush est attendu ce soir pour une visite d’Etat de trois jours. Plus de quatorze mille policiers ont été mobilisés. Il faut dire que les pacifistes ont promis d’intervenir. Ils ne sont pas favorables à cette visite du président américain en Grande-Bretagne et ils ont décidé de le faire savoir…


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact