Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Irak: les excuses de Tony Blair

Irak: les excuses de Tony Blair

Alors qu'aux États-Unis le New-Yorker publiait ce dimanche 9 mai 2004 une nouvelle photo accablante de sévices infligés à des détenus irakiens et que, selon le ministre américain de la défense, "le pire était encore à venir", la Grande-Bretagne est à son tour éclaboussée par ce scandale. Répondant à la demande pressante de tous les partis du Royaume-Uni, le secrétaire à la défense, Geoff Hoon, devrait faire lundi 10 mai une déclaration devant les Communes où il sera interrogé sur les inquiétudes exprimées dés le mois de février dernier par le CICR quant au traitement des détenus dans les prisons contrôlées par les Britanniques dans le sud de l'Irak. Le Premier ministre britannique, Mr Tony Blair, au terme d'une rencontre avec le président Chirac où les deux hommes avaient partagé leur vision de l'Europe avec 400 étudiants britanniques et français à l'Élysée, dans le cadre de la Journée de l'Europe, discussion placée sous l'égide de l'anniversaire du centenaire de l'Entente cordiale entre les deux pays, a tenu à  présenter les excuses de son pays. « Nous avons déjà dit avec une absolue clarté que nous présentions nos profondes excuses à quiconque aurait été maltraité par n'importe lequel de nos soldats. (...) C'est tout à fait inacceptable de la part d'un soldat britannique ou américain, de qui que ce soit participant à la coalition", a déclaré Tony Blair sur la chaîne de télévision française France 3. "Nous sommes allés en Irak pour mettre un terme à ce genre d'abus, pas pour nous y livrer", a-t-il poursuivi dans un entretien exclusif accordé à Christian Malar, Rédacteur-en-Chef et éditorialiste de politique étrangère à France 3, dont nous reprenons ci-dessous l'un des trois extraits diffusés par France 3. L'entretien s'est déroulé à la résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne, rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris. Courtoisie Christian Malar. L'extrait qui suit a été diffusé dans l'édition du 19/20 du 9 mai 2004 présenté par Louis Laforge. (Texte intégral).

Louis Laforge, présentateur du 19/20 Week-end sur France 3. Photo E-S.

Louis Laforge, présentateur du 19/20

Louis Laforge: ... Le gouvernement britannique fait l'objet de pressions de plus en plus fortes pour publier un rapport confidentiel de la Croix-Rouge sur le traitement des détenus irakiens. Le Premier ministre Tony Blair de passage aujourd'hui à Paris, qui reste le meilleur soutien de George W. Bush, a présenté à son tour ses excuses . Je vous propose de l'écouter au cours de l'entretien qu'il a accordé à Christian Malar.

"Nous sommes allés en Irak pour mettre un terme à ce genre d'abus, pas pour nous y livrer" déclare Tony Blair, Premier ministre britannique à Christian Malar lors de sa visite à Paris le 9 mai 2004.

Tony Blair: Nous présentons nos excuses à tous ceux qui ont été maltraités par nos soldats. C'est absolument inacceptable. Ceux qui sont responsables de tels actes et qui se sont comportés de façon répugnante seront punis selon les règles de la discipline militaire.

Encore une fois, j'espère que les gens comprendront que ce n'est pas la façon dont se comporte la majorité de nos soldats. Les activités honteuses de quelques uns ne doivent pas nous détourner du travail accompli par la grande majorité.

Christian Malar, Rédacteur-en-Chef à France 3 et éditorialiste de politique étrangère s'entretient avec M. Tony Blair, Premier ministre britannique. Résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne, rue du faubourg Saint-Honoré, Paris, le 9 mai 2004.

Christian Malar: Le président Chirac a déclaré récemment qu'il n'y aurait pas de reconstruction de l'Irak sans transfert de souveraineté sous le contrôle total de l'ONU, c'est à dire sans direction opérationnelle américaine. Êtes-vous d'accord avec lui ?

Tony Blair, Premier ministre britannique, répond aux questions de Christian Malar lors de sa visite à Paris le 9 mai 2004.

Tony Blair: Le nouveau nouveau gouvernement irakien et les forces de la coalition seront obligés d'avoir des relations. Pour les Américains et nous mêmes, plus tôt nous quitterons un Irak stable et mieux cela sera. Tout ce que nous voulons, c'est ce que veut la majorité des Irakiens.

Les Irakiens ont droit à leur souveraineté. Les forces de la coalition devraient rester avec l'autorisation du gouvernement irakien pour résoudre les problèmes de sécurité. Quand ces problèmes seront résolus, nous partirons.

Tony Blair, Premier ministre britannique, répond aux questions de Christian Malar lors de sa visite à Paris le 9 mai 2004.

Nous ne souhaitons occuper aucune partie de l'Irak sans le consentement du gouvernement irakien. Nous voulons juste nous assurer que les Irakiens aient la sécurité dont ils ont besoin. C'est la seule raison de notre présence là-bas.

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact