Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Les USA ont-ils perdu la guerre de l’information ?

 

Les USA ont-ils perdu la guerre de l’information ?

 

Comme l'écrivait ici même François-Bernard Huyghe (*) le 15 avril 2003: « La guerre en Irak était censée empêcher le chaos (la menace saddamique), elle déchaîne l'anarchie. Elle était supposée assurer la défense commune des démocraties occidentales, elle a divisé l'Europe et séparé les alliés. Elle devait pacifier la région, nous voyons déjà les futurs conflits qui se préparent. Elle était destinée à éradiquer le terrorisme, elle lui fournit des arguments et sans doute des recrues ». Après avoir dressé ce constat, plus récemment, l'auteur de "l'Ennemi à l'ère numérique" concluait une de ses récentes tribunes dans le Monde (1) en posant une vraie question à laquelle il faudra bien que l'on réponde un jour: « La vraie question est : comment l'hyperpuissance devient-elle l'hypercible? La machine américaine à se faire des ennemis et la machine à ressentiment arabe et musulmane sont en phase. La première fournit à la seconde un territoire pour se battre, des griefs, des objectifs et des motifs pour recruter. La seconde offre à la première de quoi nourrir sa paranoïa : il faut en finir avec 'ceux qui haïssent la liberté'. Et le tout se nomme guerre perpétuelle. » Paris, le 13 mai 2004. (©)

 

François-Bernard Huyghe, directeur de  l’Observatoire d’infostratégie est chercheur en Sciences de l'Information et de la Communication. Il enseigne notamment à HEC, au Celsa Paris IV ainsi qu'à l'École de guerre économique à Paris sur les rapports entre information, conflit et technologie. Il a publié notamment "L'Information, c'est la guerre" (Panoramiques) et "l'Ennemi à l'ère numérique, Chaos, Information, Domination" (Presses Universitaires de France) et Écran/Ennemi: Terrorismes et guerre de l'Information". Photo © FBH."L'ennemi à l'ère numérique" de François-Bernard Huyghe, directeur de l’Observatoire d’infostratégie, est publié aux Éditions des Presses Universitaires de France (PUF) dans la collection "défis nouveaux". Photo Editions PUF.

 

Il y a déjà trente ans, dans Du mensonge à la violence Hannah Arendt annonçait : « Faire de la présentation d’une image la base de toute politique, - chercher, non pas la conquête du monde, mais à l’emporter dans une bataille dont l’enjeu est 'l’esprit des gens', voilà quelque chose de nouveau dans cet immense amas des folies humaines enregistrées par l’histoire. ».

 

"L’Empire du Bien contre-attaque", produit par le Pentagone, est devenu un film gore et l'intervention humanitaire, une exhibition tortionnaire.  À présent, les télévisions passent et repassent les images des sévices en Irak ; il y a quelques mois, les caméras exploraient les amygdales de Saddam Hussein. En Avril 2003, c’était la chute de sa statue. Faut-il en conclure qu’entre temps, le pays qui a inventé Hollywood a perdu la guerre de l’information ? Ou du moins, la guerre des informations (au sens des "nouvelles") ? 

  • Le sadique et le numérique

Cet échec est d’abord le résultat de l’équation "sadique + numérique = symbolique". Des imbéciles frustrés se complaisent à garder des souvenirs de sévices plus ou moins sexuels. Ils inventent un nouveau genre de reality show : la ferme des barbares ou le loft de la honte Les images numériques circulent, notamment sur Internet et il devient quasiment impossible qu’elles ne ressortent pas un jour où l’autre. Du coup, elles incarnent la mortification de tous les Arabes.

 

De la même façon qu’hier, cent personnes entourant  une statue au sol étaient censées démentir les arguments du camp de la paix, aujourd’hui  quelques matons  détruisent ceux du camp de la guerre. Le principe d’exemplarité – l’image vaut idée, l’individu vaut la cause - est à double tranchant. Les États-Unis, après l’argument des A.D.M., viennent de perdre leur justification de rattrapage : "faute d’armes de destruction massive, nous avons débarrassé le monde d’un tyran qui massacrait et martyrisait son propre peuple". Après les 600 morts avoués de Falloudjah, les rapports sur Abou Graibh et ailleurs…, il devient de plus en plus difficile de présenter l’intervention U.S. comme une variante musclée du droit d’ingérence.

 

Si le but de la guerre d’Irak, menée au nom des droits de l’homme était de terroriser les forces du Mal et de galvaniser tous ceux qui croient en la liberté - des néo-conservateurs parlaient déjà d’une "vitrine" irakienne ou d’un « tsunami démocratique » -, il va de soit que c’est un échec. Mais si certains espéraient que la paix finirait par s’imposer avec quelques milliards de dollars et beaucoup de "com", leur erreur était pire encore.

 

D’où vient l’impact des images de sévices à la prison d’Abou Graih, un impact si extraordinaire que certains parlent déjà d’une guerre perdue à cause d’une image ?

 

  • De l’idée qu’il se trouve des pervers ou des frustrés sur une armée de 135.000 hommes, lâchés sur un pays dont ils ne comprennent rien ? Peut-être, mais il ne serait pas difficile de citer d’autres armées (dont certaines se disent de libération) et qui font pire en ce moment même.

 

  • Du fait qu’au moins une part de la hiérarchie de l’U.S. Army ait laissé faire voire encouragé les sévices ? C’est déjà plus vrai, même si cela est partiellement compensé par la fameuse transparence de la démocratie américaine et par sa capacité de s’autocritiquer.

 

  • De l’effet de réalité ? Le corps d’un malheureux nu avec un slip sur la figure nous émeut beaucoup plus que l’idée que probablement 110.000 irakiens ont péri pendant la première guerre du Golfe. Une image de torturé, c’est un drame humain qui nous touche. Dix mille morts dans le journal, c’est de la statistique. Bien sûr, on peut toujours relativiser : les prisonniers irakiens sont mieux traités que ne l’ont été les soldats français capturés à Diên Biên Phu, du moins si l’on se fie aux taux de mortalité. Mais cela n’y change rien. Voir de ses yeux, c’est pouvoir s’identifier à ce corps sans visage. Et cette identification est plus forte encore si l’on est Arabe, et si l’on a en mémoire la longue suite des humiliations subies par des Arabes : Palestiniens ou suspects irakiens mis à genoux, les yeux bandés, parfois à moitié nus devant leurs familles et leurs voisins.

 

Mais, ce qui choque le plus, c’est probablement le contraste entre le pourquoi et le comment de la guerre, ses intentions morales proclamées et sa réalité sadico-cathodique. Une idéologie reposant sur le culte de la victime (souvenez-vous du Kosovo) s’est trop longtemps confiée au pouvoir des images et à a trop joué des ressorts de la compassion planétaire.

  • De Saigon à Bagdad

Nous assistons à l’échec de celle qui est née après le Vietnam. À l’époque, les militaires américains sont persuadés d’avoir perdu la guerre faute d’en avoir géré l’image. Les photos choc de l’époque – petite fille courant sous le napalm, exécutions de prisonniers - auraient démoralisé l’Amérique et décrédibilisé sa cause. Il fallait réagir. Il y eut la première guerre du Golfe, sans images de cadavres, puis les opérations du Kosovo, à zéro dommage cathodique collatéral et où les caméras du monde entier s’étaient tournées vers les réfugiés albanais.

 

La règle était : ne laisser filmer ni les morts que l’on déplore, ni ceux que l’on fait. Montrer les bonnes victimes. D’où les  principes que respectent (ou respectaient) peu ou prou les médias américains : ne pas donner à l’ennemi le plaisir de voir les dégâts qu’il provoque ; le montrer au contraire déchu et pitoyable. Ne pas laisser voir ses morts ou les visages de ses prisonniers, dissimuler les scènes les plus horribles, comme les cadavres U.S. dépecés et pendus à Falloudjah.

 

De leur côté, les télévisions dites "arabes" comme al Jazira n’hésitent pas à montrer ces images, comme elles présentent des scènes de la souffrance ou de la mort de Palestiniens, parfois mises en scène de façon emphatique.

 

Par ailleurs le nouveau terrorisme a décidé de mener une guerre de l’humiliation symbolique contre l’hyperpuissance, à commencer par la vision des icônes de l’Occident s’effondrant le 11 Septembre. Une guerre où la souffrance et la mort ne sont pas affectées du même signe. Tandis que les djihadistes se complaisent à scénariser leur future mort dans une cassette testament, la décapitation d’un otage américain rappelle un paradoxe. Voir le tourment de l’ennemi est d’un côté, ce qui nuit le plus à une cause. Mais de l’autre, c’est ce qui la sert le mieux (au moins dans l’esprit des chefs islamistes), preuve que nous ne lisons pas les images avec les mêmes codes. Or ces codes ont une histoire. Ils ne tiennent pas à la nature cruelle de "ces gens-là".

 

La répugnance pour la vision des supplices en Occident (en Amérique, qu’on se souvienne des photographies de lynchages de Noirs avant la Seconde Guerre Mondiale) n’est pas immémoriale. Elle est à peine moins récente que l’idée de faire des guerres pour des raisons "humanitaires".

 

Les djihadistes, eux, se régalent de filmer égorgements et décapitations (le GIA algérien et les indépendantistes tchétchènes avaient déjà produit des exécutions tournées en live). Il leur a fallu pour cela contourner une ancienne répugnance islamique envers l’image. Il faut donc qu’ils considèrent de telles images comme "licites", c’est-à-dire théologiquement susceptibles d’aider à la propagation de la foi et non de favoriser la fascination des sens. Ce qui ne veut pas dire que leur efficacité soit prouvée : si beaucoup de musulmans s’identifient aux prisonniers irakiens, en tant qu’Arabes humiliés, combien se reconnaissent dans les hommes cagoulés qui tranchent des gorges ?

 

Le 11 Septembre avait conféré à l’Amérique son statut de victime exceptionnelle : elle ne ferait désormais la guerre que pour se venger et défendre la planète contre la Terreur.

 

Et voici que la machine s’affole. Que la faute en revienne aux télévisions satellitaires arabes, à Internet, à ses propres médias, l’Amérique ne contrôle plus ce qui est visible donc crédible dans ce conflit. La preuve par l’image se retourne contre la société des images en lutte « pour le cœur et l’esprit des hommes ».

 

François-Bernard Huyghe

 

(*) Docteur d'État en Sciences Politiques, François-Bernard Huyghe est Chercheur en Sciences de l'Information et de la Communication. Il enseigne notamment à HEC, au Celsa Paris IV ainsi qu'à l'École de guerre économique à Paris. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre information, conflit et technologie. Il a publié notamment "L'Information, c'est la guerre" (Panoramiques) et "l'Ennemi à l'ère numérique, Chaos, Information, Domination" (Presses Universitaires de France) et Écran/Ennemi: Terrorismes et guerre de l'Information" (www.00h00.com). F.-B. Huyghe est aussi connu pour avoir fondé l’Observatoire d’infostratégie (2) un observatoire dont la renommée a dépassé largement les frontières des pays membres de l'Union européenne.

 

(1) in le Monde du 14 avril 2004 page 17.

 

(2) L’Observatoire d’infostratégie a pour vocation de réunir des chercheurs, des praticiens ou des journalistes qui s’intéressent à la guerre de l’information au sens large. Et ce, pour la comprendre, pas pour la pratiquer pour une cause militante. Il n’est donc pas question, dans le cadre de l’Observatoire ou du site Vigirak de sortir du travail d’analyse, de diffuser des informations illégales ou dangereuses, d’aider quelque partie (ou parti) que ce soit ou bien entendu de propager des thèses "conspirationnistes". L’Observatoire d’infostratégie n'est donc pas une usine à rumeurs pour activistes électroniques de tous poils (NDLR).

 

Lire également:

 

 

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact