Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L'Europe doit retrouver le goût de a conquête

L'Europe doit retrouver le goût de la conquête

Le 24 mai 2004 à la Mutualité, deux députés français, Bernard Carayon (UMP), auteur du rapport sur l'intelligence économique, et Jean-Michel Boucheron, député (PS), ancien président de la Commission de la défense, respectivement président et vice-président de "Prométhée, une fondation à vocation européenne, sont venus présenter devant un public de jeunes leurs motivations. Regroupés autour de professionnels de l'intelligence économique et avec le soutien de quelques grands groupes français, parmi lesquels Areva, EADS, Dassault Aviation, Thalès, SAGEM, SANOFI, Syntélabo, deux banques et quelques autres, les premiers travaux de Prométhée tenteront, outre l’analyse et le suivi des organisations des pays les plus influents en matière d’intelligence économique,

  • de définir le périmètre stratégique de l’économie française: pour les entreprises et l’État, voir s' il existe un champ d’acteur et d’actions que l’on peut définir comme étant stratégique pour garantir nos libertés d’action - emplois, avance technologique, marchés... La définition de ce “périmètre stratégique” devant contribuer, dans un contexte de transparence et de bonne gouvernance, à développer des stratégies partenariales;

  • de promouvoir le principe général de transparence financière. Malgré la ratification par les États de la convention O.C.D.E. luttant contre la corruption, de nombreuses pratiques issue parfois des droits nationaux empêchent encore d’identifier la nature ou les motivations de tel ou tel acteur économique. Une des mesures qui pourrait être étudiée concernerait la création d’un registre mondial du commerce et des sociétés.

Discours prononcé à la Mutualité par Bernard Carayon, député du Tarn. Source: Fondation Prométhée, Paris, le 24 mai 2004.

Monsieur le ministre, Chers amis,

Le caractère un peu particulier de notre réunion n’a pas dû vous échapper. La Mutualité appartient à l’histoire politique de Paris. Ici, les militants de tous les camps se sont succédés. Avec leurs espoirs. Leurs slogans. Parfois leurs poncifs.

J’ai fait le pari avec quelques amis, il y a 6 mois, au soir du colloque consacré à l’intelligence économique à l’École Militaire que l’on remplirait la "Mutu". Mais avec des jeunes. 

Je ne cède pas à la tentation du jeunisme. Je suis convaincu en revanche que c’est votre génération qui changera les choses. En France. En Europe.

Je me suis appuyé sur quelques dizaines d’entre vous pour réussir ce pari : des étudiants de l’EGE (1) et de Léonard de Vinci (Harbulot, Delbecq). Grâce aussi aux BDE (2) d’une trentaine de facultés, d’écoles de commerce et d’ingénieurs. Grâce enfin à de nombreuses associations de jeunes actifs.

Par vos réseaux, par votre mobilisation, vous avez contribué à la réussite de cette soirée : bravo et merci.

C’est une première ! Préparer un rassemblement à la Mutualité sans esprit partisan, en pleine campagne des européennes.

Eh bien je vais vous faire une confidence: j’ai le sentiment que ce sera sans doute le seul lieu, le seul moment où l’on parlera de l’essentiel !

Votre génération est celle de la mondialisation : la mondialisation des fantasmes et de l’idéologie, mais ce soir c’est de la mondialisation dans les faits dont il sera question.

Votre génération qui n’a jamais autant voyagé en Europe ou dans le monde et qui a pu voir son pays de l’extérieur, sans ses artifices ni ses maquillages.

La première génération européenne, depuis les conflits tragiques du vingtième siècle, qui doit incarner un esprit de conquête, qui doit s’affranchir des tabous, qui doit passer à l’action !

Beaucoup d’entre vous ont fait de l’intelligence économique l’objet de leurs études, le sens de leur métier. Derrière quelques pionniers comme le talentueux Christian Harbulot, vous avez exprimé beaucoup plus qu’une orientation : un tempérament. Une vraie lucidité. Je vous dis mon admiration parce que vous avez été en quelque sorte l’avant-garde d’un mouvement très profond. Comme toutes les avant-gardes, une avant-garde un peu marginale. Mais pas pour longtemps !

Depuis un peu plus d’un an, le sujet, avouez-le, est un peu mieux éclairé : je souhaite d’ailleurs que dans un an nos travaux de ce soir rencontrent le même succès !

Depuis l’an dernier les initiatives privées se sont multipliées.

Une politique publique surtout, s’est mise en place et a été confiée à Alain Juillet. Voilà que l’on redécouvre l’utilité d’une stratégie industrielle nationale et européenne ;

  • que l’on s’interroge sur nos dépendances technologiques et la vulnérabilité de nos systèmes d’information et de communication,
  • que l’on renforce nos dispositifs juridiques de sécurité économique ;
  • que l’on porte un regard moins naïf qu’autrefois sur les pratiques de nos grands concurrents et leurs outils, en particulier d’investissements et d’influence ;
  • qu’un gouvernement admet l’existence de marchés stratégiques (à l’instar de la pharmacie). Certaines voix se sont certes émues de l’intervention du Gouvernement dans l’OPA de Sanofi sur Aventis : mais ces voix, peu nombreuses, se sont vite tues. Parce que dans le fond nous sommes bien plus nombreux que nous le croyons à penser la même chose. Il y aura toujours des grincheux. Des partisans d’une vision lénifiante des relations économiques internationales. Des marchands du Temple aussi, ceux qui depuis dix ans ont vendu du vent et signé le retard de notre pays.

L’intelligence économique n’est pas une méthode de veille, pas plus qu’elle ne peut se résumer, selon son acception anglo-saxonne habituelle à de l’espionnage économique, cache-misère de pratiques sulfureuses d’officines.

L’intelligence économique est une politique publique. Qui a certes aussi un marché et des acteurs économiques, dotés d’outils spécifiques.

Mais c’est d’abord une politique publique au service des intérêts de nos entreprises, de notre pays et de ses alliances. Une politique de sécurité économique, de compétitivité, d’influence, de formation assise sur une mutualisation des informations publiques et privées, sur une convergence d’intérêts. Mais une politique spécifiquement dédiée aux marchés stratégiques : les outils, eux sont suffisants pour les marchés classiques où prévalent les critères classiques, en économie libérale, du prix et de la qualité des produits et des services.  Ces marchés sont stratégiques non pas seulement parce qu’ils créent des emplois et de la richesse mais parce qu’ils créent, aussi et surtout, de l’influence et de la puissance. Ces marchés là ont du sens. Cette notion de marchés stratégiques est encore inconnue de la théorie et de la doctrine économiques. Il faut dire que trop de nos universitaires vivent cloîtrés, écartés de la vie des affaires, en particulier internationales, peu familiers de surcroît des règles de fonctionnement des pouvoirs publics. Pour beaucoup d’entre eux, il n’existe qu’un seul marché, expurgé, épuré de toute volonté publique. Quant à la classe politique, elle donne souvent le sentiment d’avoir été biberonnée à la même vulgate. Il ne faut pas chercher plus loin la portée que revêt en France la contestation de la mondialisation. « Le monde n’est pas une marchandise ». Derrière le slogan, il y a du sens, mêlé à des idées fausses, mais du sens quand même. Derrière le slogan, il y a surtout l’espérance d’actions publiques ou d’actions citoyennes, bouleversant le cours, présumé normal, des choses. L’espoir que les États, les sociétés démocratiques puissent dessiner leur destin. Arbitrer. S’émanciper. Conserver une capacité autonome d’action ; l’indépendance est dans le cœur des hommes. Dans le cœur de l’enfant qui s’affranchit de l’adulte, de l’élève à l’égard du maître, d’un peuple à l’égard de ses tutelles.

L’émancipation, l’indépendance doivent s’exprimer au pluriel : le singulier est idéologique.

Mes chers amis, j’ai invité ce soir de grands acteurs et observateurs de la mondialisation : François d’Aubert, Claude Bébéar, Alain Juillet, Christian Harbulot, Philippe Caduc, François Ewald...

France, Europe, Puissances ! L’énonciation de ces trois mots relevait encore il y a quelques mois de l’indécence. Quelle puissance d’ailleurs ? Puissances des États ou de l’Union ? Puissances publiques ou puissances privées ? Puissance commerciale ou puissance éthique ? Puissance scientifique ou puissance industrielle ? J’ai la conviction qu’il va falloir apprendre à penser de manière simultanée ce qui, trop longtemps, a été perçu comme contradictoire, de rassembler ce qui est artificiellement dispersé.

  • Conclusion : Qu’est-ce qu’une Nation ?

La célèbre réponse d’Ernest Renan à la Sorbonne n’a rien perdu de sons sens ni de son actualité : « l’aboutissement dit-il d’un long passé d’efforts, de sacrifices, de dévouements. Avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore. Un plébiscite de tous les jours ».

« Mais  les nations, comme les civilisations, sont mortelles », lui répond en écho Paul Valéry: L’Europe, ajoute-t-il en 1931, « n’aspire à être gouvernée que par  une commission américaine ». France, Europe, Puissances ? L’association de ces mots peut sembler audacieuse tant le sentiment d’un déclin collectif a envahi les esprits.

Longtemps les États-Unis se sont satisfaits d’un monde multipolaire. L’échec du Vietnam, la puissance militaire soviétique, le réveil de l’Europe de la Chine et du Japon, les incitaient à rechercher les consensus et des accords régionaux.

Depuis quinze ans, les États-Unis sont devenus l’hyperpuissance qui réunit tous les critères de la réussite. Elle tourne le dos à ce que l’on appelait autrefois le « concert des nations », assume l’unilatéralisme comme posture diplomatique et commerciale.

Droit de la force contre force du droit ! Brzejinski résume assez cyniquement cette nouvelle posture : « dans la terminologie abrupte des empires du passé, les trois grands impératifs géostratégiques sont les suivants : éviter les collusions entre vassaux et les maintenir dans l’état de dépendance que justifie leur sécurité, cultiver la docilité des sujets protégés, empêcher les barbares de former des alliances offensives ».

Des responsabilités jugées « globales », des capacités militaires uniques : les États-Unis ont désormais la justification morale et les moyens d’une politique de puissance qui ne reconnaît plus de critères de vérité qui leur soient extérieurs.

Mais cette politique est rejetée par une majorité de l’opinion publique mondiale.

Elle est bridée par une contestation interne, prompte à s’appuyer sur les institutions américaines et les avatars des engagements militaires extérieurs.

Elle trouve aussi ses limites dans l’émergence des puissances asiatiques : les étudiants chinois formés dans les meilleures universités américaines sont de plus en plus nombreux à revenir dans leur pays ; en Inde, à Bangalore, il y a plus d’ingénieurs (150.000) que dans la Silicon Valley (120000). Dans le deuxième État le plus peuplé de la planète, on forme 260.000 ingénieurs par an et l’on y attire désormais des dizaines de milliers d’emplois délocalisés d’Occident, issus de l’industrie des logiciels, celle précisément qui a construit la supériorité américaine.

Ces transformations du monde sont parfaitement connues. Mais l’Europe semble tétanisée, comme un lapin face au reptile ; elle donne le sentiment de refuser son destin de puissance à travers les débats qui la fracturent :

Fracture sur la forme que doivent revêtir les liens transatlantiques : quinze États sur 25 font du rétablissement de ces liens un préalable.

Fracture sur la question de l’identité de l’Europe : une question étroitement liée à la définition de ses frontières. Toujours refoulée. Preuve du tropisme commercial de la construction européenne : pourquoi s’interdire l’élargissement d’une Europe, simple zone de libre-échange ? Preuve aussi que l’Europe appréhende autant d’associer la géographie à la politique que de se diluer dans une alliance atlantique commerciale. Peut-on construire une puissance quand on ne sait pas ce que l’on est ?

Hantise enfin du déclin. Elle est ancienne. De Spengler à Kagan, elle habite les occidentaux et plus encore les européens. L’idéologie du déclin trouve toujours des justifications quantitatives : au cours des vingt premières années du siècle précédent, 18% des prix Nobel de science allaient aux français et 3% aux américains. Au cours des vingt dernières années, les Français n’en récoltaient plus que 3% et les américains en raflaient près de 60%.

On pourrait ainsi réciter la litanie de nos reculs : faible croissance, forts déficits, exil des talents et des capitaux, chute du dépôt de brevets, vieillissement  de la population, écart technologique croissant avec les États-Unis et le Japon…

Mais je suis convaincu que l’essentiel n’est pas là : convaincu que les Français ne s’aiment pas suffisamment et qu’à la différence de bien d’autres peuples, ils n’aiment pas suffisamment leur pays. Déficit certes de cohésion sociale ; déficit aussi d’ambition nationale et de fierté européenne. Être immigré en France et immigré aux États-Unis n’a pas le même sens : frustration d’un côté, dans notre pays qui cultive les cloisonnements et multiplie les obstacles à la circulation des élites ; espérance de l’autre, où tout est possible par l’effort et l’intelligence. La conscience européenne, elle-même, n’est que géographique : nous nous comportons plus en rentiers qu’en héritiers.

Voyez l’hégémonie américaine comme elle s’exerce, sans entraves ni concurrence européenne, dans les métiers stratégiques : ceux de l’audit, du contentieux, de l’expertise comptable, de la notation, de la certification, de la normalisation, de l’investissement et de la banque d’affaires, dans le courtage d’assurance ! Et même si la France a généré des géants européens à dimension mondiale comme EADS et Airbus, Thalès, AXA ou Sanofi, leurs réussites traduisent plutôt la volonté, la lucidité, le goût de l’aventure d’équipes exceptionnelles, que la marque d’une stratégie commune entre les secteurs publics et privés.

De l’avion de combat prétendument européen, le JSF, à l’abandon de l’industrie informatique, l’histoire industrielle européenne est aussi faite de renoncements et de naïvetés politiques.

C’est une évidence que la conquête des marchés mondiaux, et principalement des marchés stratégiques (la défense, la pharmacie, l’aéronautique, le spatial, l’énergie, les réseaux…) n’obéit plus seulement aux règles de l’économie libérale. Le nouvel ordre mondial dépend des règles de jeux qu’imposent les puissances. De règles juridiques et de normes professionnelles nées dans les organisations internationales ou s’exerce l’influence d’acteurs nouveaux, porteurs de visions universalistes : des normes environnementales aux normes éthiques, des normes comptables au rating des écoles d’ingénieurs et de commerce, la prime est à ceux qui ont su anticiper, former des réseaux, jouer sur les ressorts de l’opinion publique, coordonner la réflexion puis l’action de la sphère publique, du monde des affaires et des lieux de production intellectuelle : laboratoires, fondations et ONG.

La Rand Corporation qui a nourri, depuis quarante ans, la réflexion stratégique américaine relève un indice de la performance nationale, piètrement pris en compte chez nous : la capacité de l’Etat à faire face aux groupe sociaux : la Rand insiste ainsi sur la nécessité de construire la cohérence idéologique des élites, de faciliter leur circulation, et leur accession de la base au sommet des responsabilités. Voilà la marque d’une société qui fait confiance et qui donne confiance. La fierté nationale n’a pas de meilleur support.

"France, Europe, Puissances" ? Comment y croire ?

D’abord en faisant sauter quelques tabous.

En nous émancipant d’un prêt-à-porter idéologique. « Le pire ennemi de l’Europe, disait le philosophe Husserl, c’est la fatigue ».

  • La fatigue et le fatalisme !

Ce que De Gaulle appelait le « péché contre l’esprit » ; l’idée insupportable du théoricien libéral Hayek pour lequel « l’homme n’est pas maître de son destin et ne le sera jamais ». Prométhée enchaîné. L’idée que les lois économiques sont supérieures aux lois que se donnent les peuples.

  • Nous devons retrouver le goût de la conquête

Et par la conquête, de la puissance. Mais d’une puissance qui affranchit et qui partage. Voilà l’essence de l’Europe. Une Europe dont la culture et la géographie, plus hélas que l’Histoire, ont donné au monde l’image de l’équilibre.

Nous devons résister aux modes de la contrition et de la soumission indolente qui sont l’apanage en France de quelques quartiers parisiens névrotiques, ceux dont l’historien Fumaroli souligne « la fatuité écervelée », digne de la Cour de l’Ancien Régime.

Nous devons réaffirmer le primat du Politique. Parce que le Politique, c’est la démocratie. Donc le choix. Choix d’un destin. Choix d’une ambition collective.

Lever les tabous c’est également sortir du débat hypocrite entre le tout-État et le tout-marché. Hypocrite parce que cela fait belle lurette que la plupart des partisans du tout-État se sont convertis aux libertés économiques. Et que les partisans du tout-marché ont su s’appuyer sur l’État quand cela leur apparaissant utile.

Lever les tabous, c’est aussi reconnaître qu’un patriotisme économique, loin d’être archaïque, est fédérateur et mobilisateur. Que nous le déclinions selon nos intérêts territoriaux, nationaux, européens ou mondiaux, le patriotisme économique donne un horizon collectif à l’aventure individuelle. J’entends déjà les esprits sarcastiques ! Mais qu’est-ce qu’une entreprise française ? Nous autres Français, nous sommes les seuls au monde à nous poser cette question ! Bien sûr, il y a des critères ayant l’apparence de l’objectivité et dont la combinaison dilue l’image nationale : mais une entreprise n’est pas qu’un siège, des actionnaires et une forme juridique. Elle est aussi une communauté, une histoire et une culture vivante.

Lever les tabous, c’est le socle psychologique de notre renaissance. Il faut ensuite construire le socle de notre indépendance technologique.

Cela suppose au préalable d’identifier ce qui nous paraît stratégique, le dessin, en somme, du destin.

Privés d’imagination et de méthode, nous aurions à tout le moins la ressource toute simple d’observer ce qui est stratégique pour nos grands concurrents : pharmacie, défense et espace, technologies de l’information et de la sécurité. Dans ces deux derniers domaines par exemple, nos efforts sont dispersés, l’investissement public et les besoins de nos administrations jamais mutualisés ; chacun définit ses priorités, et d’ailleurs le plus souvent les relègue à des variables d’ajustement budgétaire.

Le CEA a construit au lendemain de la guerre la puissance nucléaire française. Pourquoi ne créerait-on pas un Commissariat aux technologies de la communication et de la sécurité, mutualisant toute la dépense publique et soutenant par la commande publique la recherche de groupes industriels français et européens ? Voilà une grande aventure collective !

La puissance des fonds d’investissement américains, dont quelques uns dissimulent difficilement leur proximité avec l’administration fédérale, aurait dû nous conduire depuis longtemps à nous doter d’outils financiers à capitaux mixtes et dédiés en particulier aux technologies de l’information. Je l’ai suggéré au Gouvernement il y a plus d’un an. Je forme le vœu que, pas à pas, dans ce domaine aussi, nous luttions à armes comparables avec nos grands concurrents.

La formation à l’intelligence économique ! Ici le pire côtoie le meilleur. Quelques esprits lucides, isolés, longtemps inaudibles, et puis beaucoup de charlatans au verbiage anglo-saxon, présentant des outils de veille concurrentielle comme une méthode révolutionnaire ! On a confondu en France la fin et les moyens : par cécité, par méconnaissance du monde tel qu’il est. Sous l’effet d’un prisme libéral qui les a conduit à ne voir que des marchés purs et parfaits. En l’absence stupéfiante aussi de toute doctrine de l’État.

La page de cette littérature doit être tournée. Il est temps de donner à l’intelligence économique ses lettres de noblesse universitaires, d’homogénéiser le niveau par le haut, en s’appuyant sur les meilleurs ; En construisant des partenariats solides avec les entreprises (cela pourrait être d’ailleurs l’un des champs d’interventions de la fondation d’entreprises Prométhée).

Il faut donner à l’intelligence économique la place qui lui revient dans l’État et les entreprises : une place stratégique et non plus une seule place technique, et pour tout dire, subalterne.

Quelques derniers mots : pas d’économie sans éthique. Si nous autres Français et européens devons apprendre les règles et les principes des conflits économiques mondiaux, nous avons aussi un message à porter, celui de la paix économique mondiale. Celui de la soumission des Etats et des entreprises au règlement pacifique des contentieux. Force du droit, ici encore, contre droit de la force. C’est notre vocation. J’ajouterais même : nos vulnérabilités ne nous donnent pas d’autres choix pour faire respecter nos droits.

Votre génération est porteuse de cette ambition. Je souhaite que cette ambition nous la construisions ensemble. Si vous le voulez, ce soir, « France, Europe, Puissances » ne sera plus une simple manifestation, mais un manifeste. L’embryon d’un mouvement solidaire. D’un vrai réseau. D’une fraternité de la jeunesse européenne à laquelle la fondation d’entreprises Prométhée apportera son soutien.

Ce soir je fais le rêve qu’un jour, bientôt, nous nous retrouvions à Berlin.

« On aime, disait Renan, en proportion des sacrifices qu’on a consentis, des maux qu’on a soufferts ». Où donc demain en Europe, mieux qu’à Berlin, pourrions-nous partager l‘ambition européenne ?

Si vous le voulez, vous en serez l’avant-garde.

Je vous remercie.

(1) EGE: École de Guerre Économique.

(2) BDE: Bureau des Étudiants

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact