Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Il y a aujourd’hui une urgence européenne selon Jean-Pierre Raffarin

Il y a aujourd’hui une urgence européenne selon Jean-Pierre Raffarin

Discours de M. Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre à l'occasion du 60ème anniversaire de la Libération de Strasbourg (seul le prononcé fait foi). Source: Hôtel Matignon, Paris le 22 novembre 2004.

Messieurs les Ministres,
Monsieur le Préfet,
Madame la Sénatrice-Maire,
Monsieur le Président de la Communauté urbaine,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires et les élus,
Messieurs les officiers généraux,
Monseigneur, Messieurs les représentants des cultes,
Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatique,
Mesdames et Messieurs les présidents d’associations,
Mesdames et Messieurs,

En cet automne de 1944, quand « nos couleurs, nos belles couleurs » s’élèvent sur la cathédrale de Strasbourg, la France, l’Europe, le monde, sont encore secoués par le fracas des armes. A l’ouest, au nord, à l’est, au sud, on se bat sur notre territoire. Dans les camps de la mort, la nuit et le brouillard ne se sont pas dissipés.

En cet automne de 1944, le malheur n’a pas achevé son œuvre de destruction.

Pourtant, le 23 novembre, la nouvelle de la libération de Strasbourg se propage, en un instant, dans tout le pays. Ému, le Général de Gaulle note dans ses Mémoires qu’un « frisson » parcourt toute la Nation.

Strasbourg ! Strasbourg, objet des rêves de tous les Français meurtris par une séparation inique, Strasbourg est libre !

Strasbourg, qui habitait les pensées des pilotes du groupe de chasse et de l’escadrille « Alsace ». Strasbourg, objectif suprême de la poignée de Français Libres qui, avec Leclerc, dans le désert de Koufra, rêvaient de la revanche dans l’honneur, Strasbourg est libre !

  • 60 ans après, nous nous souvenons, avec une émotion intacte.

60 ans après, avec vous, la Nation rend hommage à tous ceux qui prirent part à ces combats.

« Le 23 novembre, s’achève un des épisodes les plus brillants de notre histoire militaire » a dit De Gaulle. Nous n’oublierons jamais ceux qui ont écrit cette page d’histoire exemplaire.

Au nom de toutes les Françaises et de tous les Français, je m’incline devant ceux qui sont allés jusqu’au sacrifice suprême.

Je salue ceux qui sont, aujourd’hui, avec nous. Soldats de la légendaire 2ème DB, combattants de l’ombre désormais mêlés aux combattants en uniforme, résistants alsaciens de retour ou émergeant de la clandestinité, tous, vous méritez notre admiration et notre reconnaissance.

Dans les Vosges et en Alsace, dans des conditions climatiques extrêmes, au prix de pertes terribles, vous avez vaincu un ennemi galvanisé par l’énergie du désespoir, prêt à tout pour défendre ses frontières.

Les Vosges, Belfort, Mulhouse et Strasbourg libérés, avec vos frères d’armes de la 1ère armée du Général de Lattre, avec vos frères d’armes américains et alliés, vous avez défendu magnifiquement vos positions.

Vous avez repoussé la contre-offensive d’hiver de l’ennemi, protégeant, coûte que coûte, Strasbourg. Colmar libéré, le Rhin franchi, vous avez accompli votre mission jusqu’au cœur du Reich.

C’est à votre courage, à votre énergie, à votre valeur, que la France doit aussi d’avoir obtenu une place légitime à la table des vainqueurs.

En cet automne de 1944, pour l’Alsace, la Libération marque d’abord la fin d’un cruel cauchemar de quatre années, la fin d’une immense tragédie.

Sur votre terre, le pire a été commis. Dans le camp de concentration du Struthof, les frontières de l’inhumanité ont été repoussées au-delà de toutes limites. Rien ne vous a été épargné, la guerre ouvre toujours « les écluses du mal ». Évacuation, annexion, nazification, incorporation de force, travail forcé, répression barbare à Schirmeck, ont provoqué deuils et blessures, déchirements et fractures. Je n’oublie pas le long calvaire des prisonniers de Tambow. Autant de malheurs qui seront, à juste titre, rappelés dans le futur Mémorial d’Alsace-Moselle.

La France sait que vos souffrances demeurent parfois vives au fond des cœurs et des âmes. J’adresse à tous, et à toutes, le témoignage du respect de la Nation.

En cet automne de 1944, l’Alsace ne saurait contenir la joie intense qu’elle ressent. Enfin !, elle peut se joindre à l’extraordinaire chantier qu’est devenue une France qui a décidé de se reconstruire. Ce pays que l’on croyait anéanti par l’une des défaites les plus humiliantes de son histoire, par quatre années d’une épreuve sans pareil, ce pays renaît.

Les Françaises et les Français reconstruisent leur patrie autour des valeurs de la République, bâtissent un État garant de l’indépendance et de la tolérance. Terre de Concordat, l’Alsace a vécu et expérimenté dans son histoire ces valeurs, notamment la tolérance religieuse dont elle a fait un facteur d’unité. L’ensemble de la nation est très attaché à cet héritage de notre histoire.

J’ai pu constater avec révolte que rompant avec la tradition régionale et nationale de respect des religions, certains extrémistes avaient profanés des lieux de cultes et des cimetières de toutes confessions. Souvenons-nous de René Char « le mal vient toujours de plus loin qu’on ne croit et ne meurt pas forcément sur la barricade qu’on lui a choisi ».

Le mal ici a été trop profond pour que l’État ne soit pas d’une extrême sévérité, d’une extrême fermeté avec tous les nostalgiques du racisme et de l’antisémitisme. L’État en France garantit la liberté religieuse. La laïcité, ce n’est pas le refus de la religion, c’est au contraire l’organisation du dialogue entre le religieux et le politique, c’est l’inscription de la religion dans l’espace de la cité. Ce dialogue répond au besoin de sens de nos sociétés, à la recherche "du principe d’humanité".

Pour que l’homme soit préservé de l’Histoire, il lui faut s’affirmer au-delà des lois de la nature. C’est donc à une valeur située au-delà du matériel, à une notion universelle qu’il faut faire appel. Cette valeur, c’est la liberté, cette liberté pour laquelle ont combattus et sont morts tant d’hommes et tant de femmes à qui nous rendons ici hommage.

  • Cette liberté est je crois aujourd’hui comme hier européenne.

Souvenons-nous de 1945. Ce grand espoir qui saisit les Français, les Alsaciens y prendront évidemment, toute leur part. Ils se placeront résolument à l’avant-garde de ceux qui veulent changer le cours de l’Histoire, qui veulent briser l’enchaînement de la haine.

C’est devant vous, à Strasbourg, que, dès le 5 octobre 1945, le Général de Gaulle fixe un cap nouveau au pays. Écoutons ces mots que le Président de la République a rappelé devant le Chancelier Schröder voici quelques semaines, écoutons-les à nouveau, tant ils sont prophétiques : « hier, le fleuve du Rhin, votre fleuve, notre fleuve, était une barrière, une frontière, une ligne de combat [...], aujourd’hui, il peut redevenir un lien ». Patiemment, courageusement, vous vous êtes attelés à cette tâche aussi nécessaire qu’audacieuse. L’histoire retiendra qu’un fils de l’Alsace, Robert Schuman, aura été un des pionniers de la réconciliation avec l’Allemagne, un des fondateurs de l’Europe nouvelle.

L’Europe, à Strasbourg, c’est une réalité vivante, démocratique, populaire. C’est surtout une exigence première au regard de l’enseignement du passé.

Ici, on comprend la portée véritablement historique de la construction européenne.

Mais, il ne faut pas se replier sur des lauriers passés : il y a aujourd’hui une urgence européenne, urgence pour mieux faire entendre la voix de l’Europe dans le monde, urgence pour peser dans les grandes décisions planétaires, urgence aussi pour mieux organiser l’Europe et ses institutions.

La génération de nos pères a construit l’Europe pour installer la paix à l’intérieur de nos frontières, notre génération doit élargir et renforcer l’Europe pour l’équilibre de la planète, pour la paix du Monde.

Écrire l’avenir de l’Europe avec le droit plutôt qu’avec des armes, dans les urnes plutôt que sur des champs de bataille, offrir aux générations futures un avenir qui conjugue paix et liberté, là est la fidélité authentique aux idéaux qui animaient combattants et Résistants il y a soixante ans.

Renonçons au renoncement, mesurons les enjeux véritables, soyons à la hauteur de la leçon de courage, de confiance et d’enthousiasme des héros de Koufra, de Paris et de Strasbourg !

Notre mémoire est notre avenir.


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact