Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Les aspects civils de la gestion des crises

Les aspects civils de la gestion des crises

Séance publique du Conseil de Sécurité des Nations unies. réunion ministérielle sur les "aspects civils de la gestion de crise". Intervention de M. Michel Barnier, ministre français des Affaires étrangères. New York, le 22 septembre 2004. Source: Quai d'Orsay.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

Rarement notre Organisation a-t-elle eu à faire face à autant de crises complexes en même temps. Ces crises, elle doit, nous devons, les gérer simultanément dans tous leurs aspects et surtout leur apporter des solutions aussi durables que possible. Parallèlement, il nous faut bien sûr prévenir l'apparition de nouveaux conflits.

Le ministre des Affaires étrangères espagnol, mon ami Miguel Moratinos, a donc pris une décision très opportune en nous réunissant pour réfléchir aux aspects civils de la gestion des crises, qui représentent aujourd'hui une part croissante de l'action internationale.

  • Un premier constat s'impose : 30 % des pays sortant d'un conflit y retombent, et ce pourcentage atteint 60 % en Afrique.

Dans la gestion de ces crises, l'action des Casques bleus a été, et reste, centrale. Mais il est clair que pour restaurer la confiance, reconstruire des institutions, relancer l'économie ou initier un processus électoral, il nous faut, aussi et surtout, envoyer sur le terrain des policiers, des juges, des observateurs des Droits de l'Homme, des spécialistes des services publics.

Mes récentes visites en Haïti et au Kosovo m'ont permis de mesurer les difficultés rencontrées par les Nations unies dans cette tâche.

Leurs difficultés résultent, à mon avis, des trois principaux défis auxquels nous sommes confrontés.

  • Premier défi : réagir à temps !

Sachons tout d'abord être modestes : lorsqu'une crise éclate, c'est que la communauté internationale n'a pas pu, ou n'a pas su, en prévenir l'apparition. Elle doit donc s'interroger sur son action passée, en particulier dans les domaines du développement et de la protection des Droits de l'Homme.

Une fois qu'une crise éclate, les actions civiles doivent être mises en œuvre au plus tôt.

  • Pourquoi ?

D'une part parce que c'est dans ces situations d'instabilité et d'incertitude extrêmes que sont en général commises les pires violences contre les populations civiles, les plus graves atteintes aux Droits de l'Homme. D'autre part, parce que c'est à ce moment-là que se préparent et se fondent les stratégies de sortie de crise.

Pourtant, comme le constate le rapport du Secrétaire général sur la justice et l'Etat de droit, nos capacités de réaction rapide restent très insuffisantes comparées à nos capacités militaires, que nous avons trop tendance à privilégier du fait de l'urgence des besoins.

A ce manque de moyens s'ajoutent une lenteur de procédure et une rareté de moyens qui accroissent le décalage entre les attentes des populations et les réalisations concrètes. Or, quand les fruits du retour à la paix se font trop attendre, certains peuvent trouver un intérêt à prolonger l'état de guerre.

  • Comment réagir ?

D'abord, en renforçant les moyens humains à la disposition de l'ONU par la mise en place d'un vivier de juristes, de policiers, de juges et d'experts en Droits de l'Homme, rapidement disponibles. C'est la voie dans laquelle l'Union européenne s'est engagée.

Ensuite, en réfléchissant à la mise en place d'instruments financiers rapidement mobilisables. Nous pourrons ainsi espérer enclencher sans tarder un cercle vertueux dans lequel s'intègreront les populations civiles.

Enfin bien sûr, en accroissant les financements disponibles. Comparé aux 4 milliards de dollars du budget 2004 des opérations de maintien de la paix, le financement de certaines actions, pourtant essentielles, comme les activités de "DDR", désarmement, démobilisation, et surtout réinsertion des anciens combattants, ou la mise en place de tribunaux mixtes sont souvent dérisoires.

  • Deuxième défi à relever : celui de la coordination

Face à la complexité des crises, il faut savoir "jouer" collectif. Car les acteurs ne manquent pas : fonds et agences des Nations unies, institutions financières internationales, organisations régionales, ONG, acteurs civils, militaires et humanitaires.

Malgré les tentatives de réforme, la coordination entre ces nombreux intervenants reste notoirement insuffisante, ce qui autorise encore trop de duplications et d'incohérences sur le terrain.

Dans le même sens, il faut continuer à renforcer les responsabilités des représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations unies et des coordinateurs-résidents du PNUD.

Autre pratique utile à étendre à mon sens : la création de "groupes de contact" ad hoc. Ces groupes, composés des pays les plus intéressés à la résolution d'une crise, permettent de dégager des analyses communes et des priorités autour desquelles il est possible de fonder des stratégies cohérentes pour l'action.

Enfin, nous espérons que le panel de haut niveau, mis en place par le Secrétaire général, fera des propositions concrètes visant à mettre en place des mécanismes permanents de coordination entre institutions mondiales et régionales, avec les ONG et le secteur privé.

  • Le troisième défi est celui de la sortie de crise.

C'est une problématique délicate : comment aider un pays en crise sans le rendre dépendant de l'assistance internationale ? Comment passer d'une logique de substitution à une approche d'appropriation par les populations locales ? Comment déraciner durablement les facteurs de crises ?

Tout d'abord en mettant l'accent sur la formation, et l'assistance, c'est la voie que privilégie systématiquement l'Union européenne en veillant à respecter les spécificités culturelles locales.

Il convient aussi de mieux associer la société civile. A cet égard, les propositions du rapport Cardoso sur "la société civile et les Nations unies", méritent d'être examinées en détail et dans un esprit très ouvert.

J'aimerais enfin mettre l'accent sur les besoins des opérations de maintien de la paix en matière linguistique. S'agissant notamment de police civile, les personnels francophones font cruellement défaut, en Haïti, mais aussi en Côte d'Ivoire, ou en République démocratique du Congo (RDC).

La France a engagé des efforts en vue de mieux répondre à ces besoins et souhaite mobiliser l'ensemble des contributeurs potentiels, particulièrement au sein de la communauté francophone, afin de répondre aux appels du Secrétaire général.

La gestion de crise n'est plus le domaine réservé du Conseil de sécurité, ni même des Nations unies. Elle relève de la responsabilité de la communauté internationale toute entière.

C'est donc ensemble que nous devons réfléchir à "l'avant" et à "l'après urgence" de la gestion de crise. Avant l'urgence, il y a le temps de la prévention. Après l'urgence, il y a le temps de la transition. C'est vers une intégration de ces trois temps dans notre action collective que nous devons aller. C'est dans cette direction que la France travaillera avec ses partenaires de l'Union européenne et des Nations unies.

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact