Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L’enjeu ukrainien</p>

L’enjeu ukrainien

Dans la rubrique "Débats et Opinions", le Figaro a publié le 27 novembre dernier une chronique du professeur Alain Besançon (*) consacrée à "l'enjeu ukrainien", un enjeu de puissance qui est fondamental à la fois pour la Russie mais aussi pour l'Europe. L'auteur qui est l'un des plus grands spécialistes de l'histoire de la Russie, a bien voulu nous autoriser à la rediffuser dans sa version complète. Nous l'en remercions. Paris, le 29 novembre 2004.

  • Le président Poutine joue très gros jeu.

Depuis qu’il a entamé son nouveau mandat, les observateurs les plus inattentifs voyaient se dessiner son programme principal qui est de rétablir l’influence, et, si possible, la domination de Moscou sur les États qui s’étaient émancipés en 1990. On le voyait pousser ses pions politiques ou militaires sans trop de difficulté en Asie centrale, en Moldavie, en Transnistrie, en Belarus,  dans le Caucase. On le voyait arracher à la Géorgie deux provinces, y maintenir, en dépit des promesses, des bases militaires. Cependant, en Abkhazie, une de ces deux provinces, en octobre dernier, il s’y était pris de façon si brutale, que le résultat avait été contraire et que son candidat avait été battu.

Le scénario prévu pour l’Ukraine était simple, tout d’exécution, et entrait  tout à fait dans le savoir faire classique du Kremlin : gagner les élections au profit d’un bon candidat, qui se chargerait ensuite d’opérer le rapprochement voulu avec une Russie, laquelle n’a jamais accepté la dissidence ukrainienne. L’opinion russe aime bien l’Ukraine folklorique à la Gogol, celle qui danse et qui chante, mais ne conçoit pas que ces bonnes gens puissent vouloir se gouverner démocratiquement comme des égaux en droit.

Or justement, l’Ukraine, longtemps léthargique, se réveillait. Elle commençait à se développer économiquement. La jeunesse, les couches cultivées, qu’elles soient ukrainophones ou russophones, ne supportaient plus le soviétisme de musée que maintenait par tous les moyens le président Koutchma. Ce mouvement, plus fort que prévu, obligea Poutine et ses séides ukrainiens à employer les grands moyens. Le mauvais candidat Youchtchenko  fut la cible d’un très possible et sophistiqué empoisonnement. Poutine vint à deux reprises visiter ostentatoirement le terrain. Le patriarche de Moscou prêcha le bon parti aux orthodoxes d’Ukraine. Le jour du vote, il fallut procéder à des fraudes voyantes, trop voyantes, urnes bourrées, autobus pleins de voteurs à répétition qui allaient d’un bureau à l’autre, vote à 97% et même à 110 % dans les zones les mieux contrôlées du Donetz. Avant même que les bulletins soient "comptés" Poutine félicitait le vainqueur. Il avait pris la précaution de s’éloigner du théâtre des opérations et de se montrer tout sourire avec Bush au Chili, sous des ponchos réjouissants

Eh bien ! Le résultat fut que l’Ukraine s’est non seulement réveillée, mais révoltée. Il faut dire que le prétendu vainqueur, Yanoukovitch, n’était pas le meilleur choix. On lui connait deux condamnations, l’une pour vol avec effraction, l’autre pour participation à un viol collectif. Il semble avoir été condamné encore deux fois, mais son dossier est en Russie. Poutine, en bon policier, préfère des hommes solidement tenus. Aujourd’hui une bonne partie de l’Ukraine est en ébullition. Dans une ville comme Kharkov, complètement russophone, on manifeste massivement en faveur de Youchtchenko. Jusqu’à présent Yanoukovitch a été incapable de monter des  contre-manifestations qui ne se volatilisent pas en quelques heures et dont la maigreur fait contraste.

Il est temps d’en prendre conscience : l’enjeu est énorme.

  • Pour l’Ukraine, dont le destin se joue.

Elle sait que cette année est le trois cent cinquantième anniversaire du traité qui l’a soumise à la Russie. Si elle perd, elle retrouve le joug. Ce sera le sempiternel pouvoir d’une nomenklatura corrompue jusqu’à la moelle, la rupture des liens fragiles qu’elle a nouées avec l’Europe et les États-Unis. Les décisions seront prises à Moscou.

  • Pour la Russie, qui retrouverait le statut d’un empire.

Zbigniew Brzezinski l’a énoncé il y a quinze ans : entre l’empire et la démocratie il faut choisir. La Russie n’est pas sur le chemin de la  démocratie, mais au moins celui-ci n’est il pas encore complètement barré. La reconquête impériale de l’Ukraine tirerait un verrou définitif. Pauvre Russie, qui a tant besoin de liberté et de droit, au lieu de ces vains gains de territoire qui flattent son nationalisme et ne font que l’affaiblir et la figer.

  • Pour Poutine, qui pourrait être obligé de jeter le masque.

L’Occident n’a pas l’air cette fois de vouloir avaler facilement le morceau, vraiment trop gros. Ses bons sourires ne suffiront pas. Il ne pourra pas aisément faire passer l’opération au compte de la « lutte contre le terrorisme ». L’échec personnel serait cuisant.

  • Pour l’Europe.

Si elle se laisse faire, toute sa partie orientale, nouvellement intégrée, vivra de nouveau dans la peur. L’angoisse est déjà perceptible en Pologne, en Hongrie, en Estonie. Ce ne serait pas bon pour l’évolution politique déjà difficile de ces pays. En France, certains se souviendraient de la remilitarisation de la rive gauche du Rhin, en Allemagne, de l’érection du mur de Berlin.

  • Pour les États-Unis dont l’engagement en faveur de la démocratie serait sérieusement révoqué en doute.

Bref les conséquences néfastes se dérouleraient  au-delà de toute prévision possible.

Mais ne perdons pas courage. Tout n’est pas encore perdu. Les conséquences d’un beau sursaut sont, elles, prévisibles : une avancée de la liberté, du droit, de la démocratie, non seulement en Ukraine, mais dans toute la périphérie de la Russie et, peut être, dans la Russie elle-même.

(*) Membre de l'Institut. 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact