Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Les leçons de l’Océan: (1) le Projet

Les leçons de l’Océan: (1) le Projet

Par l'Amiral Guy Labouérie, membre de l'Académie de Marine (1). Brest, le 10 avril 2005 (©).

Défense et Océans  Propos de marin (1969-1994) de Guy Labouérie. Publié en octobre 1994 par l'ADDIM.Le vice-amiral d'escadre Guy Labouérie (2S) a quitté la Marine Nationale en 1992 après 39 ans de service actif. Il est membre de l'Académie de Marine. Photo © Françoise Labouérie (Mai 2005).

Le vice-amiral d'escadre Guy Labouérie, membre de l'Académie de Marine, a quitté la Marine Nationale en 1992 après 39 ans de service actif. Spécialiste de la lutte anti-sous-marine, il a commandé plusieurs bâtiments de combat et navigué dans le monde entier. L'Amiral Labouérie (2S) a contribué à la création des marines marocaine et saoudienne, avant de commander les forces navales françaises en Océan Indien. Ancien professeur à l'École de Guerre navale, maître de conférences à l'ENA, il a été directeur du Centre de l'Enseignement Supérieur de la Marine. Il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages, pour la plupart écrits à l'attention des "hommes de mer". Autant de réflexions regroupées dans des livres de référence comme "Défense et Océans" (1994) - réflexions sur la défense égrenées au cours de 25 années (1969-1994) - ou encore "Stratégie: Réflexions et variations" publié également par l'ADDIM en 1993; un essai: "Dieu de violence ou Dieu de tendresse ?", publié aux Éditions du Cerf (1992) après un roman: "Judith, espérance d'Israël : une femme contre le totalitarisme", publié aux Éditions du Centurion (1991).

Pour résumer l'œuvre de ce stratège, dont la réputation n'est plus à faire dans les grandes écoles navales étrangères, il est évident que notre site s'honore de diffuser ses écrits. Nous dirons comme André Siegfried qu'on « ne fait rien sans intelligence. Mais que l'intelligence seule est chose morte. Il faut de la passion ». Le regard passionné que l'Amiral Labouérie jette sur l'Océan devrait interpeller ceux qui exercent le pouvoir. On ne peut en effet que regretter que cette dimension maritime, stratégique, fondamentale depuis des siècles, soit ainsi trop souvent négligée, quand elle n'est pas occultée. Ce qui est à la limite choquant quand on sait que 90% de la population du globe vit en bordure de mer ou des océans.

  • Cet article est le premier d'une nouvelle série consacrée aux leçons de l'Océan... (NDLR).

On ne met pas un navire en mer et on ne le livre pas aux éléments marins, risques et concurrences, sans indication d’une finalité déterminée avec un ou des ports à “toucher”, à quelles dates, dans un mouvement permanent tout au long de sa vie, avec les inéluctables rapports de force, commerciaux, sociaux, financiers, technologiques qu‘il y vivra... y compris guerriers dans le cas des navires militaires.

Il est moins sûr que ce soit le cas de nombre de pays européens particulièrement de ceux où le confort de la vie peut laisser croire que rien ne change, ou pire que rien ne doit changer dans leur environnement, qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil, etc., et que les rapports de force se limitent aux défilés dans les rues des capitales ou les grèves des services publics... toutes attitudes confortées par les élites politiques dès lors qu’au moment des élections elles ne proposent, à défaut d’un véritable projet, que des salmigondis de mesurettes confortant les électeurs dans l’idée d’un immobilisme général sauf sur le pouvoir d‘achat et sans la moindre réflexion sur les conséquences à terme!

C’est tout simplement oublier le Projet et sa dimension mondiale en mouvement comme presque toute activité sur la planète désormais, qu’il s’agisse d’agriculture, d’industrie, de culture, d’éducation, de commerce, etc.

  • Ce qui justifie le navire, c’est sa capacité de mouvement mise au service de la finalité recherchée par son armateur.

Le Projet du navire est signe et moyen de la puissance, des moyens et des intentions de son armateur, donc de sa crédibilité. Il en est de même de toute entreprise comme de tout État.

Un Projet, c’est ce qui fonde l’existence, l’identité et la crédibilité d’une personne, d’une entreprise, d’une Nation ou d’un groupe de Nations construisant leur avenir.

Il s’appuie sur une mémoire vivante et un terrain pour promouvoir, avec une volonté continue, des objectifs déterminés, le comment de cette politique étant inspiré par une ou des stratégies et mis en oeuvre par des actions/opérations. Les présidents Reagan et de Gaulle, ou aujourd’hui ne nous en déplaise un Bush, l’ont parfaitement compris en proposant à leurs populations une “vision”, que l’on peut toujours discuter, mais derrière laquelle peut se faire l’adhésion d’ensemble d’une population. C’était aussi le fondement des théories dévoyées de Mao Tse Tong pour qui le « Tao » était l’accord entre le peuple et le souverain.

  • S’imaginer que l’on peut construire son avenir sans se situer “globalement”, c’est la certitude de se tromper.

Aujourd’hui il ne peut y avoir de vision locale ou régionale sans tomber dans une forme d’inertie transformant ceux qui s’y soumettent en “objets” de ceux qui ont une vision globale. Ils sont actuellement quatre:

  • les États-Unis avec leur “mercantilo-idéalisme” permettant l’expansion d’un "American way of life" vécu comme la seule solution porteuse d’avenir pour le monde entier!

  • la Russie avec son “contre occidentalisme” toujours présent depuis Pierre le Grand mais qui a besoin de se ressourcer après les crimes de l’Empire Rouge…;

  • la Chine avec un "confuciano-marxisme" débouchant sur son socialisme de marché « avec un parti communiste plus proche du New labour de Tony Blair que du PCF de M.G. Buffet (E. Israelewicz)» sous réserve, bien que les conditions ne soient plus du tout les mêmes, d’éviter une implosion comme elle en a vécu régulièrement dans l’histoire en s’effondrant sur elle-même sous le poids de sa démographie et de ses besoins;

  • le Japon, enfin, avec son précédent “technoglobalisme” à base d’information scientifique à récupérer mondialement auquel va succéder un nouveau Projet décennal en 2005 encore non dévoilé mais pour lequel travailleront comme d’habitude toutes les forces du pays.

L’Inde est peut-être en recherche d’un Projet « pan-hindouiste » (?) mais il lui sera difficile de le faire adopter par l’ensemble de ses populations tant qu’elle sera “déchirée” par la question récurrente des castes, l’intégrisme hindouiste en butte aux Islams et qu’elle malmènera les christianismes, tout en profitant de la confusion habituelle des Occidentaux entre Démocratie et vote. Mais monteront bientôt d’autres visions et Projets globaux qui nous surprendront peut-être par leur rapidité d’occurrence.

  • Où est l’Europe ? Que veut-elle ?

Personne n’est capable de le dire aujourd’hui où l’on discourt sur l’Europe, des États, des Nations, des Régions, des peuples, fédérale, sociale, laïque, alter-mondiale(?), trotskiste, etc. Les travaux de la Convention n’ont guère apporté de lumière, chacun restant dans son égoïsme et ses particularismes cachés sous une unanimité des plus légères pour avancer vers l‘avenir!

Un projet digne de ce nom ne peut se contenter de sa dimension économique... “C’est très exactement comme si le comptable s’imaginait diriger l’entreprise” (A. Detoeuf). C’est d’autant plus important à l’époque où toute tentation autarcique est devenue illusoire y compris sur les îles isolées du Pacifique.

Vouloir trop insister sur cette dimension nous entraînerait dans une situation de plus en plus instable rappelant l’origine de la guerre de Troie où le choix de Paris privilégiant Aphrodite la Fécondité, le sexe et l’argent, aujourd’hui l’économie matérialiste, entraîna à terme la ruine de la cité par d’autres Grecs venus de la mer... Mais qui s’intéresse encore à ces vieux "machins" ?

Nous sommes une Planète-archipel hétérogène sur laquelle les données “Espace - Temps - Information - Droit - Médias” sont essentielles pour prendre la mesure des rencontres suscitées par les divers projets et tous les non-projets des Autres au même titre qu’une flotte à la mer doit prendre en compte la totalité des données de toute nature affectant les objectifs fixés par le Projet de son gouvernement qui peuvent se situer n’importe où sur le globe, à la condition évidente d’en avoir prévu les moyens et d‘avoir les hommes capables de les conduire! Les grandes, les petites et moyennes entreprises-archipel le vivent tous les jours, dans l’ensemble avec succès ayant compris, bilan oblige, les conditions nécessaires pour réussir. Lorsqu’il s’agit de la Politique générale d’une nation c’est le même processus mais à une toute autre échelle et malheureusement sans la pression d‘un véritable bilan exhaustif, les élections successives n‘en faisant pas état en tant que tel.

Contrairement à ce que croient toujours les Français, pour n’en prendre qu’un exemple, on ne peut plus séparer politique intérieure et politique extérieure, les heurts avec Bruxelles le montrent tous les jours. La situation devient ingérable si l’on ne sait pas où l‘on veut aller et ce que l’on veut obtenir et quand ou à partir de quand on veut l’obtenir. Ce dernier point marque l’importance particulière du Temps dans tout Projet, les données techniques et économiques indispensables n’étant pas suffisantes.

Au moment où se discute le projet de traité constitutionnel pour l’Union, y a-t-il à l’occasion de ce texte disproportionné, un pays parmi les Vingt cinq qui s’en soucie car reporter à plusieurs années des choix fondamentaux n‘est pas gouverner mais fuir devant la rapidité d‘évolution de la Planète, sans solution véritable toujours renvoyée à plus tard?

L‘élargissement sans réflexion ni mûrissement n‘a pas fini de coûter très cher.

Et les Chinois de rire !
On peut toujours rêver...

Guy Labouérie

Lire également du même auteur:


 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact