Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Les victimes du STO et la reconnaissance de la Nation

 

Les victimes du STO et la reconnaissance de la Nation

 

Discours du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, (hospitalisé) prononcé par Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, lors de la cérémonie du 60ème anniversaire du retour des prisonniers de guerre et des requis du S.T.O. Paris, devant l'ancienne gare d'Orsay, le 8 mai 2005. Source: DICoD.

Monsieur le Ministre,

Monsieur le Maire de Paris,

Mesdames et Messieurs les parlementaires et les élus,

Mesdames et Messieurs,

Soixante ans après des événements qui ont marqué son Histoire et celle du monde, le peuple français se souvient de toutes celles et de tous ceux qui ont été emportés dans le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale.

 

Avec admiration et reconnaissance, la Nation honore la mémoire de celles et ceux qui ont œuvré à la Libération et à la Victoire. Avec respect et émotion, la République rend hommage à toutes les victimes militaires et civiles, à chacune et à chacun de ceux qui ont souffert de ces années de fer, de feu et de sang.

 

Aujourd'hui, au nom du Gouvernement et de tous nos concitoyens, je veux rappeler le long calvaire des prisonniers de guerre. Soixante ans après leur retour, nous n'avons pas oublié leurs souffrances, ni celles de leurs familles et de leurs proches. Nous n'avons pas, non plus, oublié la douleur de ceux qui ne purent se soustraire au Service du Travail Obligatoire, et qui en subirent les si lourdes conséquences.

 

La capitulation du IIIème Reich, que nous commémorons en ces jours - hier à Reims, ce matin à Paris, demain à Moscou - cette capitulation consacrait l'effondrement complet de l'Allemagne nazie. C'est au milieu d'un chaos indescriptible que déportés, prisonniers de guerre, requis du STO, victimes du nazisme, ont pris le chemin du retour vers la patrie.

 

Pour beaucoup, le premier contact réel avec la France se fit donc ici, dans ce qui était alors la gare d'Orsay. Ici, les témoins s'en souviennent, eurent lieu nombre de scènes émouvantes de retrouvailles, mais aussi, tant de scènes bouleversantes quand l'épreuve de la captivité avait brisé des familles et des destins.

 

Pour les prisonniers de guerre qui n'avaient pu s'évader ou qui n'avaient pas été libérés, cinq longues années d’une si difficile captivité prenaient fin.

Une captivité commencée au lendemain des terribles combats de mai et juin 1940. Face à un ennemi à la force irrésistible, tous, officiers, sous-officiers, soldats, ont combattu courageusement et souvent héroïquement.

  • En quelques semaines, près de 100 000 combattants sont tombés au champ d'honneur, plus de 250 000 ont été blessés au combat.

Leur sacrifice, injustement méconnu, mérite le respect et la reconnaissance de la Nation. Cependant, leur valeur et leur loyauté ne purent changer le cours de l'Histoire. Aux termes de l'Armistice, plus de 1 800 000 Français prirent le douloureux chemin de l'Allemagne pour y être détenus. Au choc, immense, de la défaite, aux souffrances liées à toute captivité, s'ajoutèrent la rudesse du parcours, la dureté des stalags et des oflags.

 

Les témoignages comme les rapports officiels ont abondamment décrit ce que vécurent nos prisonniers dans un pays en guerre totale conduit par un régime barbare à l'idéologie criminelle.

 

Je salue, cet après-midi, les anciens prisonniers de guerre, les " P G ", présents parmi  nous.  Je vous assure, ainsi que vos camarades, de toute l'estime du pays. Cette cérémonie du 60ème anniversaire du retour en France invite naturellement à se souvenir aussi de ceux qui prirent tous les risques pour s'évader.

 

Plusieurs dizaines de milliers de nos compatriotes parvinrent à fausser compagnie à leurs geôliers. Il leur en fallait du courage, de la hardiesse, pour s'échapper, pour traverser l'Allemagne, parfois l'Europe, avant de rejoindre la France. Il leur en fallait de l'habileté, de l'intelligence, pour ne pas être repris. Et, je pense à ceux qui ne réussirent pas à mener à bien leur projet d'évasion. Nous savons qu'ils furent alors souvent soumis à des traitements cruels, à de nouvelles conditions de détentions inhumaines dans des camps et des lieux de sinistre mémoire. En même temps que les prisonniers de guerre, revinrent en France les requis du Service du Travail Obligatoire.

 

C'est la collusion croissante entre l'occupant et les autorités de la collaboration, leur compromission, qui avait abouti à l'humiliante création du STO. D'emblée, cette mesure honteuse a profondément heurté le cœur des Français. Nous sommes fiers de tous ceux qui ont réussi à fuir cette funeste obligation.

 

L'année dernière, sur le plateau du Vercors, au nom du Gouvernement, j'ai rendu solennellement hommage aux innombrables réfractaires, à ceux qui ont grossi les rangs de la Résistance et des maquis. Ils ont bien mérité de la patrie. Pourtant, plusieurs dizaines de milliers de Français ne purent pas échapper à la contrainte, implacable, exercée par les nazis et leurs séides. Pour eux, s'engagea une douloureuse et durable épreuve. On comprend ce qu'ils ont ressenti, et ce qu'ils ressentent encore.

 

Je salue toutes les victimes de l'application de cette loi inique. Messieurs, nous savons que vous avez alors tout fait pour contrarier l'effort de guerre de l'ennemi.

  • Sabotages et  résistance passive ont magnifiquement exprimé votre indéfectible patriotisme.

Le nombre des prisonniers de guerre et le prolongement de leur détention, le principe même du STO et la masse des travailleurs ainsi contraints, furent une épreuve marquante pour la Nation toute entière. Pendant la guerre et même des années après, cette blessure a marqué les esprits et le pays. Dans l'adversité, ces hommes devinrent l'enjeu de négociations cyniques entre l'occupant et ses complices de Vichy. Leurs familles et l'ensemble de la population en subirent les tristes répercussions.

 

Mais, après leur retour, nombreux et solidaires, ils surent susciter des idées nouvelles, des forces politiques importantes, des mouvements associatifs puissants. Ils ont imprégné le mouvement des idées et l'action de la République de leur humanisme, de leur attachement à la dignité des hommes et à la fraternité entre les peuples.

 

Mesdames, Messieurs, en se remémorant ces temps de malheurs, on mesure l'importance du changement opéré en Europe au cours du dernier demi-siècle. Nos peuples ont réussi à transformer le cours de leur Histoire. Des siècles d'affrontements, de morts, de massacres, de souffrances ont laissé place à l'union et à la paix.

 

Cette gare, témoin de tant de larmes, de joie et de douleur, cette gare est devenue un musée. Puissions-nous ne plus jamais assister à un retour en arrière tragique sur notre continent. Désormais, la poursuite de cette grande espérance est entre nos mains. C'est à nous qu'il appartient de défendre et de transmettre cet idéal né des malheurs dont nous nous souvenons aujourd'hui.

 

Nous le devons aux combattants victorieux, à toutes les victimes, à celles et à ceux qui connaissent le prix du combat et de la haine. Nous le devons aux artisans de la paix en Europe. Courageux et audacieux, sur des terres qui n'y étaient jamais parvenues, ils sont parvenus à conjuguer la paix et la liberté.

 

Vive la République !

Vive la France !


 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact