Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Rentrée des classes, publicité, et infantilisme généralisé

Rentrée des classes, publicité, et infantilisme généralisé

Par l'Amiral Guy Labouérie, membre de l'Académie de Marine (1). Brest, le 1er septembre 2005 (©).

Il est toujours instructif de confronter au moment de la rentrée des classes ce que racontent les publicités, ce que disent les Politiciens qui se croient obligés de baptiser leurs querelles, leurs discours et leurs banquets de sessions "universitaires", et ce qui court dans l’ensemble des médias et des milieux artistiques. Allons! tous en classe… Mais pour quel résultat?

  • Ce qui ressort le mieux c’est une infantilisation générale de l’ensemble du pays.

La publicité le marque bien. Ce sont les enfants qui mènent la danse, étant entendu que dans la quasi totalité des cas les adultes ne comprennent rien à leurs chers petits, la plupart du temps à peu près rien à ce qui leur est montré, et sont incapables de rappeler leurs rejetons à un minimum de "distance" pour ne pas employer le mot ringard de "respect". Tous copains, tous enfants! Il paraît que c’est très amusant de voir les enfants envoyer les adultes "se faire voir" et que c‘est la marque d‘une certaine modernité!

En réalité, c’est un signe qui ne trompe pas de l’infantilisation globale de la société qu’avait magnifiée une certaine publicité sur le lait pour enfant… qui n’a pas osé trop continuer dans le rabaissement des parents à l‘état enfantin. Contrairement aux affirmations des "spécialistes" ce n’est pas amusant, c’est triste, peut-être même dramatique, si l‘on rapporte cela aux indispensables qualités nécessaires à une population pour faire face aux multiples agressions de l’époque actuelle et pas seulement à celles du terrorisme. Toutefois ne rendons pas la publicité coupable de cet état de choses. Si elle cherche de l’argent, elle se contente de se servir des tendances profondes de la société. Elle les enregistre pour en tirer parti, mais ce n’est pas elle qui en est la cause.

Cette infantilisation se retrouve partout, il n’est que de suivre les médias pour le constater, en commençant par l’Art dans ses diverses expressions. Que ce soit en musique où des enfants feraient probablement mieux avec de véritables instruments que ces concertos pour bruits divers, chasses d’eau et autres, que ce soit dans les arts plastiques où la nouvelle manie du "pipi caca" telle qu’elle a été présentée en Avignon récemment, détruit les œuvres présentées, tandis que de plus en plus d’œuvres anciennes sont présentées avec un sexualisme qui n’y a pas sa place montrant seulement le triste niveau de la réflexion de ces metteurs en scène.

On retrouve cela en plus grand dans une littérature qui non seulement ne sait plus écrire mais qui fournissant de l’argent à ses éditeurs ne dépasse que de plus en plus rarement le niveau d‘adolescences masturbatoires perturbées! Quant à la peinture, bien des enfants de l’école primaire feraient mieux que ces "drôles" qui vont jusqu’à faire peindre un singe ou un âne! Or les artistes dans les différentes branches où ils exercent, quand bien même ils sont mauvais voire dévoyés, sont des médiums entre les populations et ce qu’ils ressentent des conditions dans lesquelles ils vivent. Si aujourd’hui c’est cette décrépitude infantile que bien trop d’entre eux veulent signifier, alors craignons nos lendemains.

C’est d’autant plus dommage qu’il y a de grands, de très grands artistes, de très grands écrivains, de très grands compositeurs, etc. mais on ne s’en occupe guère et les médias ne font pas grand chose pour les aider.

A peuple infantile, non seulement publicité infantile, ce qui est le cas général, mais plus encore jeux et discours médiatiques et politiques infantiles, nouvelle version du célèbre « panem et circenses » où face aux grandes questions de société on trouve depuis trente ans les lénifiants propos et mesures paternalistes de l’État Providence vidant tout sens de l’effort et du travail avec les encouragements d’un syndicalisme d’un autre âge promettant comme autrefois les Soviétiques le paradis pour demain, tandis que le mot "valeur" est systématiquement tourné en dérision, non seulement dans beaucoup de médias, mais surtout dans des bouches "autorisées" compte tenu de leurs responsabilités. Quand la politique s’habille des défroques de la publicité elle ne peut qu’encourager cette infantilisation de la société.

Avec un relatif sens de la démesure on pourrait presque dire que globalement les êtres les plus mûrs aujourd’hui - c’est-à-dire les plus en accord avec leur âge et leurs préoccupations - dans notre société, même s’ils n’en ont pas conscience, sont les enfants qui rentrent à l’école primaire tandis que les adultes vont de succédanés en succédanés entraînés vers le "toujours plus" présenté comme l’aboutissement de leur vie.

Ce n’est évidemment pas le cas de notre seul pays même si notre invraisemblable désir d’exception ne fait qu’en rajouter. Tout l’Occident en est frappé malgré les efforts de certains dans les divers domaines d’activité et de réflexion de nos pays. Contrairement à ce que nous croyons ce n’est pas parce que nous sommes riches, d’une richesse malheureusement de plus en plus matérielle, ce qui n’est pas nécessairement très efficace dans certains cas, que nous nous sortirons sans difficulté des nuages qui se lèvent à l’horizon même, s’ils sont limités pour le moment aux divers terrorismes. Où va-t-on trouver les ressources morales indispensables à la poursuite de notre aventure européenne et occidentale si nous tombons de plus en plus dans ce relativisme généralisé et cet infantilisme exagéré? Face à ce côté débile il ne sert pas à grand chose d’avoir armements nucléaires et forces armées professionnelles compétentes… Sans être le moins du monde partisan d’une guerre de civilisation ou autres désastres cataclysmiques, nous devrions réfléchir à la parole de Roosevelt en 1941 s’interrogeant face au défi japonais:

« Nous sommes riches et ils sont pauvres. Ils n’ont que leur courage et leur formidable volonté de vivre et d’expansion. Seule la guerre peut trancher. »

Si les Américains ont eu, grâce à leur puissance industrielle, la capacité de maîtriser le dernier conflit mondial, ils ont eu aussi les qualités humaines individuelles et collectives indispensables, ce qui n’a pas été notre cas. Nous ferions bien de nous demander où nous irions demain en cas de graves difficultés?

N’accablons pas la publicité. Elle est certes le moyen de faire de l’argent mais elle est aussi et c’est le plus intéressant pour l’observateur, le signe de l’état de notre société, des courants qui la parcourent et de ce qui la fait réagir. Pour le moment ce n’est pas réconfortant. C’est aux diverses élites, en particulier à une jeunesse que l’on sent depuis quelques années désireuses d’autre chose que des séries vidéo, d’avoir le courage de rompre avec les snobismes débilitants et infantilisants qui parcourent notre pays et d’indiquer, ne serait-ce que par l’exemple, comment acquérir la maturité indispensable pour envisager sereinement l’avenir.

Pour cela il faudrait commencer par suivre les conseils d’une femme de chambre, pardon d’une technicienne de surface, ces femmes qui sont des salariées dignes d‘intérêt quand elles balaient la cour d‘une usine et quasiment des moitiés d‘être humain quand il s’agit d'une maison particulière… Pour les unes comme pour les autres « la seule façon de balayer un escalier c’est de commencer par le haut! » N’hésitons pas à revenir à ces conseils d’une efficace simplicité!

On peut toujours rêver.

Guy Labouérie

(1) L'Académie de Marine a été fondée en 1752. Dissoute comme toute ses consoeurs pendant la Révolution, elle n'a été réactivée qu'en 1921. Son siège est à Paris.


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact