Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Midway (9) : Le plan d’opération japonais

Midway (9) : Le plan d’opération japonais

Pour le Haut État-major japonais, l'attaque surprise de Pearl Harbor constituait  la première étape vers une victoire éclatante. La marine impériale pensant renouer avec une stratégie qui s'était avérée payante à Tsushima [1] avait pour mission de livrer "la" bataille décisive pour laquelle elle s'était préparée, une bataille dont l'issue déciderait du sort du vainqueur. Celle-ci était secrètement prévue à Midway. Compte tenu des moyens militaires du moment, le vainqueur ne pouvait être que le Japon, face à une Amérique qui avait si longtemps montré à quel point elle était isolationniste. Le pouvoir japonais, imbu de sa puissance, entendait donc mettre à profit une supériorité navale et aérienne incontestable dans la zone Pacifique pour s'imposer en Asie comme la seule puissance dominante. Aveuglé par une vision plus idéologique que pragmatique des choses, ses dirigeants vont commettre une série d'erreurs d'appréciation successives [2]. La plus grave d'entre elles sera sans aucun doute d'avoir sous-estimé les capacités de l'adversaire américain et notamment celle de mobiliser une nation d'hommes et de femmes en armes. Les porte-avions américains qui auraient pu se trouver à Pearl Harbor - mais qui par chance ne s'y trouvaient pas - vont se lancer dans une guerre navale que la marine japonaise n'avait pas prévue. L'US Navy, l'US Army et son aviation [3], sans oublier  les Marines vont se battre contre les Japonais avec une détermination farouche qui n'avait même pas été imaginée. L'Amiral Chester Nimitz [4] déclenchera une guerre sous-marine totale contre tous les navires japonais, civils ou militaires. Autant de choses qui vont peu à peu ébranler les certitudes japonaises, sans infléchir pour autant les décideurs qui pensaient mettre les pays d'Asie réticents à l'heure de Tokyo et l'Amérique hors jeu en six mois. Pire encore, les Japonais vont même découvrir que les Américains sont prêts à consentir des sacrifices humains très lourds, ce qui aurait du être interprété comme une volonté de se battre jusqu'à la victoire finale, dans une guerre qui ne pouvait donc qu'être longue. Les réactions de Washington seront sans équivoque: avec le raid Doolittle [5], les Japonais découvriront également que leur pays n'est pas hors de portée des bombardements américains et que leur pays considéré comme un sanctuaire inviolable était devenu militairement vulnérable. Sur mer et dans les airs, ce sera le harcèlement. Au moment d'engager cette bataille décisive de Midway, l'Amérique possède sur son adversaire un atout stratégique majeur : son Renseignement, privant l'Amirauté japonaise de toute anticipation, chose que la marine impériale ignore en mettant en œuvre son plan d'opération, tel que prévu.

Par l'Amiral Guy Labouérie, membre de l'Académie de Marine [6]. Brest, le 3 décembre 2005.©

Le Soryu (Dragon bleu) porte-avions le plus rapide du monde en 1937 [7]

    1) Renseignement

Les Japonais estiment que Nimitz dispose encore après la bataille de la mer de Corail de 2 ou 3 porte-avions, de 2 cuirassés, de 5 croiseurs lourds et 8 légers avec une trentaine de destroyers.

C’est exact sauf en ce qui concerne le Yorktown qui sera réparé en temps utile. De plus ils croient, suite à une remarquable manœuvre d’intoxication radio menée par les Américains qui diffusent des séries importantes de vrais-faux messages à leur destination, que les porte-avions US se trouvent toujours à 4000 km de là dans les parages des îles Salomon, donc très loin du futur lieu de l’action, à moins qu’ils ne se soient repliés sur Pearl Harbor compte tenu des avaries du Yorktown, ce en quoi ils ont encore raison. Malheureusement pour eux, le renseignement restera en l’état, incomplet, sans aucune idée des mouvements, voire des renforcements éventuels des forces de combat américaines. Jusqu’au moment de la bataille elle-même, les Japonais ignoreront où se trouvent les porte-avions américains et combien ils sont, de même qu’ils ignoreront toujours que leur code secret est cassé depuis longtemps par les Américains.

    2) Idée de manœuvre de Yamamoto

Avec le groupe des porte-avions anéantir par une attaque de style Pearl Harbor les défenses de Midway et la faire suivre du débarquement d’une division de 5000 hommes sous la protection des cuirassés pour s’emparer de l’île, tandis qu’une force de diversion fera route vers les Aléoutiennes pour s’en emparer en coupant ainsi les défenses américaines vers le Nord.

Le porte-avions Kaga après sa modernisation (1934-1936)

Cela fragilisera Hawaï vers laquelle on se tournera éventuellement par la suite, suivant l’évolution des événements. Mieux encore si cette diversion attire les porte avions américains qui seraient à Pearl Harbor vers le Nord pour s’y opposer, ils seront pris en tenaille entre les forces du Nord et la force principale des porte-avions et il sera alors facile de les détruire en disposant de six porte avions. Par ailleurs des opérations de diversion par sous marins seront conduites au plus loin du Pacifique central de façon à détourner l’attention des Américains.

    3) Mise en place des moyens

Alors que Yamamoto dispose de la quasi totalité des moyens disponibles de la flotte impériale, il va mettre en place, non pas un dispositif, organisme vivant et pensant à base de moyens complémentaires, capable de mobilité, d’endurance, de frappe et de soutien mutuel de ses composantes, mais une répartition de ses moyens en éventail croissant.

Ils seront vite tellement éloignés les uns des autres qu’ils ne pourront se soutenir mutuellement, même s’il est prévu qu’ils doivent converger vers Midway à un moment, encore que la force dirigée vers les Aléoutiennes n’ait aucune possibilité de se joindre à un effort commun aux dates prévues. Il reprend là le système en éventail qui a permis l’immense succès de l’offensive sur le Sud-Est asiatique sans bien saisir les différences fondamentales engendrées par les distances réelles qu’elle soient physiques ou psychologiques, face dans le Sud-Est asiatique à des alliés de divers pays non prévenus, et dans ce nouveau cas, à des Américains sur le pied de guerre et animés d‘une soif de vengeance considérable après l‘attaque de Pearl Harbor.

L’ensemble - suivant les sources il y a quelques variations sur le nombre de cuirassés - sera formé de huit groupes sous le commandement d’ensemble de l’amiral Yamamoto à bord du plus puissant cuirassé de l’époque, le Yamato [8].

Le Yamato photographié le 30 octobre 1941 lors d'essais à la mer

Au Nord, la force de frappe et de prise des Aléoutiennes avec 2 porte avions, 4 cuirassés, 3 croiseurs lourds, 4 croiseurs légers, 24 destroyers, 6 sous-marins et une force de débarquement le tout commandé par l’amiral Hosagoya.

Le groupe d’attaque des porte-avions sous le commandement de l’amiral Nagumo, comportant 4 porte-avions, 2 cuirassés, 3 croiseurs, 11 destroyers. Le groupe n’aura pas de radar malgré les demandes de l’amiral Nagumo, dont les avions de reconnaissance embarqués n’ont qu’un rayon de 300 km, Yamamoto ayant préféré garder avec lui les deux cuirassés en disposant.

Le corps de bataille impérial avec 7 cuirassés, 1 porte-avions léger, 3 croiseurs, 21 destroyers, 2 transports d’hydravions. Le corps de bataille est commandé par l’amiral Yamamoto, et se tient à plus de 300 nautiques (de l’ordre de 550km) derrière le groupe des porte avions.

Dans le Sud, le groupe d’occupation de Midway sous le commandement de l’amiral Kondo avec 1 porte avion léger, 2 cuirassés, 5 croiseurs et 12 destroyers

Un groupe de soutien de 5 croiseurs lourds.

La flotte de transport avec 5000 hommes sur 12 cargos, 1 croiseur, 18 destroyers et transports d’hydravions (20), des dragueurs

Une force de 15 sous-marins qui doivent être prépositionnés entre Hawaï et Midway de façon à pouvoir intercepter les porte-avions américains à leur appareillage de Pearl Harbor s’ils se trouvent encore dans ce port.

Un groupe de ravitailleurs sur l’arrière de l’ensemble, doit assurer le soutien logistique de toutes ces forces, mais il n’apparaît pas très clairement comment ces ravitailleurs vont pouvoir facilement assurer le ravitaillement de forces ne cessant de s’éloigner les unes des autres, ce qui est une toute autre question que lors de l’attaque de Pearl Harbor.

Il est en outre prévu de déployer un grand sous marin ravitailleur sur le banc de la “Frégate française” situé au Sud de Midway de façon que les hydravions de reconnaissance embarqués puissent y être complétés en carburant, leur donnant ainsi un rayon d’action accru.

Enfin il sera procédé juste avant l’attaque de Midway et dans un but de diversion à l’attaque par sous-marin des navires britanniques qui se sont installés à Diego Suarez et contre le port de Sydney en Australie.

  • Au total, 250 navires dont 11 cuirassés et 8 porte-avions

Servis par 100.000 hommes, une supériorité écrasante, s’avanceront à travers le Pacifique Nord. Les forces destinées à l’attaque des Aléoutiennes gagneront la Haute Mer par le Nord, tandis que l’ensemble des forces d’attaque de Midway sortiront par les passes Sud de la Mer Intérieure. (cf. schéma d’ensemble).

    4) Un Kriegspiel indigne

Avant l’appareillage de la flotte japonaise organisée de cette façon a lieu un grand exercice à double action dirigé par l’amiral Ugaki, le père de la manœuvre vers l’Est pour faire le point de la manœuvre et familiariser les exécutants avec l’ensemble des opérations prévues.

Or, au fur et à mesure du déroulement de cet exercice, l’amiral annule toutes les décisions prises par les officiers japonais jouant les officiers américains et contraires au succès de la Flotte Impériale. Ce faisant, par cette faute "criminelle" contre l’esprit, il conforte l’ensemble des amiraux japonais dans une confiance excessive qui leur coûtera cher, tandis qu’il a dû semer de considérables doutes dans l’esprit de l’ensemble des états-majors, particulièrement chez les officiers qui jouaient les forces américaines.

  • La conduite de l’amiral Ugaki est indigne dans son esprit et sera tragique par ses conséquences.

Cet officier général aurait du être “viré” sur le champ. Si Yamamoto ne l’a pas fait, cela peut tenir à plusieurs raisons. En premier lieu a-t-il suivi lui-même le déroulement de cet exercice? dans la négative ce serait déjà très regrettable même si cela arrive dans certains pays où les dirigeants comme d’ailleurs souvent les chefs militaires n’aiment pas se remettre en cause, y compris dans des exercices et y délèguent leurs adjoints avec des résultats qui ne répondent pas la plupart du temps à la question la plus importante: “qu’aurait fait et comment aurait commandé le patron”? Ou bien il a fait preuve du même aveuglement ce qui n’est peut-être pas à écarter, quelles que soient ses capacités quand on voit les places relatives qu’il a données à ses porte-avions et ses cuirassés! Ou bien le conformisme des esprits japonais est-il tel à ce moment-là que nul dans les échelons élevés n’a trouvé à y redire? Puisque le plan d’attaque avait été approuvé par Yamamoto, pourquoi en montrer d’éventuelles faiblesses?

    Observations

Compte tenu des distances qui ne cesseront de grandir entre ces groupes par un effet d’éventail qui aurait dû inquiéter les responsables, ils ne pourront se soutenir leur situation relative ne cessant de s’aggraver au fur et à mesure du temps, tandis que le groupe de ravitaillement verra ses futurs ravitaillés s’éloigner de plus en plus dans le lointain lui posant de difficiles questions de gestion des ravitaillement, les ravitailleurs allant généralement moins vite que les navires de combat. Cet éventail s’il était peut-être acceptable dans la déferlante vers le Sud-Est asiatique, vu la faiblesse des moyens opposés, est à l’opposé de la concentration des forces, un des cinq piliers de l’amiral Mahan.

La force des Aléoutiennes est totalement disproportionnée à son objectif qui n’est pratiquement pas défendu, ce qui aurait dû apparaître au service de renseignement japonais.

S’ils s’emparent sans difficulté de leur objectif, cette manœuvre leur coûtera pourtant cher ultérieurement car, outre l’impossibilité d’aller en soutien de la force de Nagumo, ils y perdront un de leurs fameux Zéros tombé intact aux mains des Américains [9] qui en tireront de multiples leçons pour la maniabilité de leurs futurs avions “Hellcat”et pour savoir comment contrer les “Zéros”dans leurs opérations aéronavales.

La disposition des sous marins en barrage entre Hawaï et Midway correspond au fait que Yamamoto est persuadé que les Américains ne réagiront qu’après la prise de Midway et, qu’en retard, leurs porte-avions s’ils sont bien à Pearl Harbor, passeront sur le barrage de sous-marins qui les détruiront, qu’ils passent par le Sud ou par le Nord.

Comptant renouveler la manœuvre de Pearl Harbor, les porte-avions sont envoyés en avant pour attaquer Midway et détruire tout ce qu’ils rencontreront.

Mais alors que deux de ses cuirassés disposent des premiers radars japonais, Yamamoto les refuse à l’amiral Nagumo et les conserve avec lui, laissant ses porte-avions relativement aveugles. En effet, leurs avions et hydravions de reconnaissance embarqués ont un rayon d’action trop faible pour leur assurer une information complète dans la profondeur et surtout elle est limitée à la vue des pilotes et navigateurs, donc difficilement omnidirectionnelle et permanente, ce qui est l’avantage des radars même encore peu performants. De même leur protection antiaérienne est minimale, le corps de bataille impérial étant beaucoup trop loin sur l’arrière pour y apporter le soutien de sa puissante artillerie.

Reprenant une des données de Pearl Harbor, alors que les situations n’ont rien à voir, toutes les forces seront en silence complet jusqu’à la découverte de l’ennemi, ce qui interdit tout suivi de l’information générale pour cet ensemble de forces qui ne cessent de se disperser, avec des conséquences d’autant plus graves que dans un système rigide comme celui du commandement japonais aucune initiative n’est tolérée.

Les deux éminents spécialistes de l’aviation embarquée, les commandants Genda et Fuchida, qui ont conduit les opérations aériennes de Pearl Harbor seront malades et incapables de voler au moment le plus délicat et donc de commander les raids d’attaque de Midway. Ils sont d’ailleurs très inquiets de la tournure des événements.

Si étonnant que cela puisse paraître et s’il est un organisateur de génie comme l’a montré l’offensive générale de décembre 1941 et comme le montrera par la suite l’organisation de la défense désespérée des positions japonaises avant d’être abattu quelques mois plus tard par deux avions américains au cours d’un de ses déplacements, autre chef d’œuvre de l’Intelligence américaine de l’époque, l’amiral Yamamoto n’est pas un “opérationnel” à l’échelle des forces mises en jeu. Il n’aurait jamais dû commander à la mer cette opération, qu’il aurait dû confier à l’un ou l’autre de ses grands subordonnés en lui donnant le but, conquérir Midway, et les moyens, le laissant maître de son idée de manœuvre et du dispositif à donner à ses forces, mais cela ne correspondait absolument pas aux habitudes “prussiennes” des militaires japonais. Il semble bien, en outre, que Yamamoto, malgré sa conviction de l’excellence des porte-avions et en premier lieu des siens, n’ait pu se défaire de sa formation et de son attachement atavique au "canon" et à la puissance dans ce domaine des nouveaux cuirassés qu’il n’a manifestement pas voulu exposer en première ligne, ce qui est d’autant plus surprenant que porte-avions et cuirassés se seraient renforcés les uns les autres.

Lors de la réalisation du film “Midway”, particulièrement intéressant par sa description de l’angoisse montante de l’amiral commandant le groupe d’attaque des porte-avions japonais face à son ignorance sur les positions et déplacements des porte avions US, les rapports nippo-américains étaient devenus excellents et c’est sans doute la raison pour laquelle les réalisateurs n’ont pas souligné cette “faiblesse opérationnelle” de Yamamoto pendant toute cette période en particulier son “amour” excessif de ses cuirassés qui ira jusqu‘à priver Nagumo de l‘outil essentiel du radar!

  • Enseignements

Cette “distribution” des forces japonaises [10] est conçue comme un puissant marteau devant écraser tout sur son passage dans une espèce de montée aux extrêmes qui n’avait pas été le cas lors de Pearl Harbor, limité à la destruction des forces navales par l’aviation des porte-avions japonais.

C’est du Clausewitz mal digéré avec le culte de la force, les cuirassés devant finir le travail commencé par l’aviation embarquée et se terminant par un débarquement de vive force. Ce n’est en rien un dispositif qui, en toutes opérations civiles comme militaires, est la clé de la réussite en tant que concrétisation de la stratégie, elle-même inspirée par le Projet.

Un dispositif est un être vivant et pensant où la synergie entre moyens complémentaires doit être constante, présentant pour ce qui est concurrence et/ou affrontement, toutes les ressources de l’Incertitude pour l’Autre avant de le frapper sous quelque forme que ce soit.

Il doit présenter à l’Autre un espace/temps/information virtuel qui le confirme dans ses informations et ses intentions avant de le mettre devant l’évidence de l’espace/temps/information réellement poursuivi, face auquel il ne doit plus avoir le temps de se retourner et de réagir avec efficacité. Le dispositif doit donner à l’Autre une image séduisante de ses propres capacités tandis que l’ensemble des moyens que l’on met en place se manifestera brutalement au “moment décisif”. C’est du Sun Tse et c’est l’Américain qui va le faire vivre. Pour cela, comme on l’a déjà signalé, il faut non seulement connaître l’Autre mais plus encore s’identifier dans les yeux de l’Autre.

C’est dans le dispositif que s’incarnent les deux seuls véritables principes de l’Action en espace concurrentiel et/ou hostile: les principes d’Incertitude et de Foudroyance. Les Japonais l’ont depuis parfaitement compris et intégré dans leurs politiques commerciales avec les notions “d’apparence et d’intention”.

A la tête d’une force de combat sur le terrain comme à la tête d’une entreprise on doit toujours mettre un opérationnel jamais un “technocrate”, mot savant pour administratif, si brillant soit-il.

Les expériences malheureuses de bien des entreprises publiques en France le manifestent à l’évidence. Il en est de même des États mais l’élection dans les pays démocratiques revêt un tel aspect passionnel que l’élu n’est pas nécessairement celui qui serait capable de répondre au mieux aux questions du moment. Si les conséquences ne sont pas dans l’immédiat aussi désastreuses que dans les affaires civiles ou militaires, elles n’en sont pas moins malheureuses pour l’ensemble d’un pays. Les Français devraient y réfléchir quant aux carrières politiques confiées aux administratifs de l’ENA. Attention aux hommes providentiels comme à l’excès d’aura de certains... cela peut conduire à des erreurs catastrophiques.

On ne doit jamais se séparer de cartes majeures quand on veut frapper un coup, de quelque nature qu’il soit, d’autant plus qu’on l’espère décisif et surtout si l’on manque d’information sur ce que l’on va trouver en face de soi, ce qui à l’époque était quand même le plus souvent le cas.

Contrairement à ce qu’ont peut-être cru les Japonais, ne pas réparer en urgence le Shokaku ne relevait pas de la notion d’économie des forces elle aussi trop souvent transformée en principe, mais d’une mauvaise appréciation de situation.

  • Économie ne veut pas dire épargne ou limitation des moyens mais mise en oeuvre des moyens nécessaires et ceux-là seulement.

Il en est de même dans l’autre sens de la force d’attaque des Aléoutiennes bien trop puissante même si c’était dans l’espoir de prendre les porte-avions américains [11] entre deux groupes de porte-avions japonais! L’économie des forces est un comportement fonction de la finalité, des circonstances, du renseignement… et les moyens nécessaires peuvent être d’autant plus importants quand manque l’information essentielle car rentrent alors en jeu les notions de sûreté et de contre surprise que la seule technique du silence absolu ne peut couvrir même à cette époque. Dans ce cas précis la véritable économie des forces aurait nécessité une toute autre conduite opérationnelle des forces japonaises avec une véritable mise en dispositif. Il en est de même dans la finance, les OPA hostiles, etc.

Si le porte-avions est une carte majeure, ce n’est pas un bâtiment de combat comme les autres et il ne semble pas que dans la disposition des forces choisie par les Japonais envoyant les PA en avant cela ait été bien pris en compte.

En effet, à la différence de tous les autres navires, le porte-avions a d’une part des contraintes de route et de vitesse pour la mise en l’air de ses aéronefs qui peuvent être pénalisantes en cas d’urgence et d’autre part il peut se trouver pendant des heures sans défense quand l’ensemble de ses moyens aériens sont en l’air, même s’il conserve quelques chasseurs pour son autodéfense. Il en est de même au moment de ses mouvements d’aviation où son pont d’envol peut être encombré d’avions, de munitions et d’essence aviation, le rendant indisponible pendant de longues minutes ce qui rend sa protection surface, aérienne, et aujourd’hui sous-marine, indispensable en même temps que l’exigence d’une sécurité intérieure renforcée. Tout cela milite pour la nécessité absolue d’un véritable dispositif autour du ou des porte-avions avec des organisations et des délégations très précises face aux diverses menaces éventuelles, surface, aérienne et sous-marine. A l’heure actuelle, c’est quelque chose de très complexe où la marine des États-Unis est la seule à être capable d’en dominer tous les aspects y compris en mettant en œuvre si nécessaire un dispositif de plusieurs grands porte-avions d’attaque.

Quand c’est l’Autre qui vous laisse dans l’incertitude, on doit manœuvrer pour la rompre, le cas échéant en faisant le Hérisson et non l’éventail, et mieux encore en lui offrant du “miel” qui, bien présenté le tentera et bien situé dans un véritable dispositif, permettra de retourner l’incertitude et de le frapper.

Avec leur formation, la force de frappe aéronavale en avant de la puissance des cuirassés sans possibilité pour ces derniers de la soutenir, les Japonais présentent effectivement du “miel” à leurs adversaires. L’inconvénient majeur c’est que faute de dispositif opérationnel global, personne ne pourra venir à l’aide de Nagumo si les choses ne se présentent pas comme imaginé plutôt que comme prévu. Les sentiments passionnels - hypothèses non vérifiées sur l’adversaire et son comportement - doivent être systématiquement écartés à moins qu’ils ne se déclinent en présuppositions à vérifier avant le début de l’action, d‘où l’importance essentielle de l’Information/Intelligence, importance que l’on retrouve à toutes les étapes de l’opération et aujourd’hui dans toutes les activités sur la Planète.

Un procédé, qu’il soit technique comme le silence ou opérationnel comme l’attaque a priori par l’aviation embarquée, ne doit jamais être confondu avec un principe.

C’est souvent la marque de l’incapacité créative conduisant inexorablement à l’échec. C’est un des indices les plus flagrants du bureaucratisme d’une organisation tandis que la marque des grands opérationnels est d’inventer en permanence des procédés ou des combinaisons de procédés toujours nouveaux pour l’adversaire ou le concurrent, et cela à tout niveau depuis le tactique élémentaire jusqu’au “stratégique”, ces procédés étant passés au crible des deux principes de l’Action en milieu concurrentiel et/ou hostile: l’Incertitude et la Foudroyance, deux dimensions, en particulier temporelles, que pas beaucoup de stratèges actuels ne paraissent capables de maîtriser dans la conduite des Nations aujourd'hui.

Guy Labouérie

[1] Tsushima : Voir Midway (4) : La situation immédiate

[2] Voir Midway (7) : Les réactions américaines après Pearl Harbor

[3] La création de l'United States Army Air Forces remonte au 20 juin 1941.

[4] L'Amiral Chester Nimitz, Commandant en Chef du Pacifique.

[5]  Voir Midway (7) : Les réactions américaines après Pearl Harbor.

[6] L'Académie de Marine a été fondée en 1752. Dissoute comme toute ses consoeurs pendant la Révolution, elle n'a été réactivée qu'en 1921. Son siège est à Paris. 

[7] Affecté à la 1ère Flotte Aéronavale le 10 avril 1941, le porte-avions Soryu (Dragon bleu) avec l'Akagi, le Hiryu, le Kaga, le Shokaku et le Zuikaku est l'un des six porte-avions japonais qui ont participé à l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Déplaçant 19.800 tonnes à pleine charge, il mesurait 222 mètres. Lancé en décembre 1937 à Kuré, filant 34 nœuds, le Soryu a été le porte-avions le plus rapide du monde en son temps. Il pouvait emmener jusqu'à 71 avions: à Midway, comme le Hiryu, il embarquait 21 chasseurs-bombardiers Mitshubishi Zeke, 21 Aichi de type 99 Vals et 21 avions-torpilles Nakajima de type 97 Kate.

Le Soryu photographié lors d'essais à la mer en 1938

Commandé par le Capitaine de Vaisseau Ryusaku Yanagimoto, il prit part à la capture de Wake Island le 27 décembre 1941, à la campagne contre Port Darwin le 19 en février 1942 et le 25 aux raids contre Java. Le 26 mars, dans l'Océan indien, il aux frappes en avril 1942 contre Ceylan, avant de retourner au Japon. Le 27 mai, le Soryu était l'un des 4 porte-avions composant  la 1ère force de porte-avions placée sous les ordres du Vice Amiral Chuichi Nagumo en faisant route d'Hashirajima pour le Pacifique. Attaqué par 13 avions américains du Yorktown, de l'Enterprise et du Hornet à 10H26, trois bombes le touchèrent de plein fouet et en quelques minutes, il fut la proie des flammes. A 10H40, l'ordre d'évacuation du Soryu a été donné. Une partie de l'équipage a été récupérée par l'Isokaze et l'Hamakaze. 718 officiers et membres d'équipage périront, dont le Commandant, qui refusera de quitter son navire. Il coulera par 30°42' Nord, 178°38 Est. Le Hiryu, porte-avions de la même classe (déplacement de 18.800 tonnes) très gravement endommagé par l'Enterprise et le Yorktown sera finalement coulé le lendemain par les destroyers japonais Kazegumo et Yugumo. Voir U.S. Carrier Planes Disable Akagi, Kaga and Soryu, 4 June 1942.

[8] Construit à Kuré avec le Mushashi, le Yamato est un croiseur de bataille de 72.800 tonnes à pleine charge comptait 9 canons de 457 mm, les plus gros canons du monde, tirant des obus de 1600 kg ! Son blindage était sans équivalent. Entré en service en décembre 1941,  il sera le navire amiral du Commandant de la Flotte combinée, Isoroku Yamamoto, pendant les batailles critiques de 1942. Le Yamato sera coulé le 7 avril 1945 lors d'une attaque massive de porte-avions américains à 200 nautiques au nord d'Okinawa. Le Mushashi le précédera le 24 octobre 1944, attaqué par des centaines d'avions de la Task-Force 38, touché par 19 torpilles et 17 bombes et coulera en 4 heures.

[9] Le 3 juin 1942, un pilote japonais embarqué sur le porte-avions Ryujo avec un Mitsubishi A6M2 Model 21, sorti d'usine, s'est écrasé après que son réservoir de carburant ait été touché. Au lieu de se poser sur l'île d'Akuta prévue comme terrain de secours, il a fait un atterrissage de fortune en se rompant la nuque. Son avion a été repéré 5 semaines plus tard par un Catalina en patrouille. Ramené aux États-Unis, il sera entièrement analysé et entraînera des modifications sur les F4F Hellcat de Grumman, du moteur qui sera renforcé notamment, donnant naissance au F6F Hellcat. Voir Midway (7) : Les réactions américaines après Pearl Harbor, note n°19.

[10] Les forces en présence à Midway: côté japonais: la flotte combinée commandée par l'Amiral Isoroku Yamamoto.

[11] Les forces en présence à Midway: côté américain: la flotte du Pacifique commandée par l'Amiral Chester W. Nimitz.

Lire également du même auteur : dans la série "les leçons de la bataille de Midway":

  • Penser l'Océan avec Midway
  • Midway (13) : Commentaires généraux
  • Midway (12) : La bataille du 4 juin 1942
  • Midway (11) : Appareillages et transits des forces
  • Midway (10) : Le dispositif américain
  • Midway (9) : Le plan d’opération japonais
  • Midway (8) : Projets japonais après Pearl Harbor
  • Midway (7) : Les réactions américaines après Pearl Harbor
  • Midway (6) : Lacunes mises en évidence par Pearl Harbor et conséquences
  • Midway (5) : La montée vers la guerre
  • Midway (4) : La situation immédiate
  • Midway (3) : Le terrain
  • Midway (2) : Retour sur le passé: effet mémoire
  • Midway (1) : Une OPA hostile ratée
  • Dans la série "les leçons de l'Océan":

    Dans la série "analyse stratégique":


    Derniers articles

    Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
    Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
    OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
    Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
    Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
    Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
    Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
    L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
    Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
    On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
    Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
    Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
    Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
    Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
    Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
    Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
    Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
    100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
    Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
    A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
    We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
    Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
    Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
    DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
    Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
    Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
    KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
    Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
    Une nation est une âme
    The Challenges of Ungoverned Spaces
    Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
    Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
    International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
    La SPA 75 est centenaire !
    U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
    Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
    La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
    Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
    Truman Transits Strait of Gibraltar
    Navy Unveils National Museum of the American Sailor
    New Navy, Old Tar
    Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
    RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
    Bataille de la Somme, l’oubliée
    U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
    Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
    Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
    America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
    Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
    La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





    Directeur de la publication : Joël-François Dumont
    Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
    Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

    Contact