Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Nicolas Sarkozy à Berlin : pour la France, l'amitié franco-allemande est sacrée

Nicolas Sarkozy à Berlin : pour la France, l'amitié franco-allemande est sacrée

Déclarations d'Angela Merkel, Chancelière fédérale et de Nicolas Sarkozy, Président de la République, au cours d'une conférence de presse conjointe. Le président français a choisi de se rendre le jour même de sa prise de fonction à l'Élysée dans la capitale allemande. Au delà du symbole, cette visite a été marquée par une première rencontre de travail franco-allemande à Berlin. Source: Palais de l'Élysée, Paris et Bundeskanzleramt, Berlin, le mercredi 16 mai 2007.

La Chancelière Angela Merkel et le président Nicolas Sarkozy à la Chancellerie. Photo: © Regierung online/Bergmann.

La Chancelière Angela Merkel et le président Nicolas Sarkozy à la Chancellerie

  • La Chancelière d'Allemagne, Mme Angela Merkel: Bonjour Mesdames, Messieurs, Monsieur le Président, Monsieur Sarkozy,

J'ai le plaisir d'accueillir le nouveau Président de la République française, Monsieur Nicolas Sarkozy.

        Monsieur le Président, Cher Nicolas,

C'est une très grande joie pour moi que nous puissions nous rencontrer, aujourd'hui, lors de ton premier jour et je crois que c'est un signe de l'exceptionnelle amitié franco-allemande, sur laquelle nous pouvons bâtir que nous voulons poursuivre.

Et, si on se remémore l'histoire des dernières décennies, cette amitié franco-allemande est un miracle, un miracle qui a rapproché les hommes et les femmes de nos pays. Cette rencontre d'aujourd'hui est un signe. Sois le bienvenu ici à la Chancellerie à Berlin.

Je voudrais poursuivre la coopération franco-allemande avec le nouveau Président de la République, Nicolas Sarkozy. Je voudrais l'approfondir et travailler dans l'esprit de nos deux pays, dans l'esprit de l'Union européenne pour enregistrer des progrès. Dans notre action, il s'agira toujours de préserver la paix et la liberté en Europe, de contribuer à ce que le monde soit plus libre et plus pacifique, que la prospérité, la démocratie soient assurées pour nos deux peuples, pour l'Europe et pour le plus grand nombre d'hommes et de femmes dans le monde.

Nous allons nous mettre au travail, dès aujourd'hui, car nous avons beaucoup de pain sur la planche. Nous allons faire en sorte qu'en Europe, qu'au Conseil européen du mois de juin, -je suis Présidente du Conseil européen-, nous avons des responsabilités importantes à l'occasion des cinquante ans du traité européen.

Nous avions annoncé que d'ici les élections du Parlement européen en 2009, nous mettrions l'Union européenne sur une nouvelle base contractuelle en fixant le cap pour l'avenir et je considère, et je suis tout à fait convaincue, que nous le ferons dans la plus étroite des concertations entre nous. Je suis convaincue que nous appliquerons un certain nombre de grands principes, ce qui nous permettra au Conseil de juin, de faire un pas de plus en avant, et nous commencerons à en parler aujourd'hui.

Demain c'est le Sommet de l'Union européenne avec la Russie, et nous en parlerons dès ce soir, et nous aurons bien sûr des échanges sur les grands dossiers internationaux.

Mais, je voudrais saisir l'occasion pour dire mes remerciements de ce geste, que constitue cette visite de ce soir à Berlin, qui montre que l'Allemagne et la France ont besoin l'une de l'autre. L'Allemagne et la France sont unies par une profonde amitié. Comme nous nous connaissons déjà un peu, je suis convaincue que ce sera une très bonne coopération qui apportera des progrès pour les hommes et les femmes de nos pays.

Bienvenue à Berlin.

La Chancelière Angela Merkel et le président Nicolas Sarkozy face à la presse. Photo © Regierongonline/Kühler.

La Chancelière Angela Merkel et le président Nicolas Sarkozy face à la presse

  • Le président Nicolas Sarkozy: Madame la Chancelière, Mesdames et Messieurs,

En ce jour où je prends officiellement mes fonctions de Président de la République française, j'ai tenu à venir saluer le Gouvernement et le peuple Allemand, au nom du peuple Français. Ce geste, c'est d'abord un geste d'amitié.

  • Je veux dire au Gouvernement et au peuple Allemand, que pour la France, l'amitié franco-allemande est sacrée et que rien ne saurait la remettre en cause.

Mais ma présence aujourd'hui à Berlin, à bien évidemment, aussi, une signification politique. En venant à Berlin, dès ma prise de fonction, je n'ai pas voulu seulement, accomplir un geste symbolique, j'ai voulu exprimer mon souhait que nous nous mettions tout de suite au travail, car il y a urgence à agir.

La première urgence, c'est de sortir l'Union européenne de sa paralysie actuelle. Il est nécessaire pour cela que l'Allemagne qui exerce aujourd'hui la présidence de l'Union européenne et la France, qui a toujours été son partenaire privilégié en Europe s'entendent. S'épaulant l'une l'autre, l'Allemagne et la France ont naturellement une influence plus grande sur les affaires de l'Europe et du monde, que lorsqu'elles agissent séparément.

La deuxième urgence est celle qui a trait à la coopération industrielle entre nos deux pays et naturellement d'abord, le dossier EADS. Il me paraissait donc nécessaire que nous ne perdions pas une minute. C'est ce que je suis venu faire, dès aujourd'hui, avec Angela Merkel.

Vous l'aurez compris, la politique de la France telle que je la conçois, ne sera pas marquée du sceau de l'attentisme, ni en matière de politique intérieure, ni en matière de politique européenne, ni en matière de politique étrangère.

Je ne crois pas que les problèmes trouvent de meilleures solutions quand on attend plus longtemps pour les traiter. A ceux qui me disent, à chaque fois qu'une question compliquée se pose, qu'il faut attendre pour essayer de lui trouver une réponse, moi, je veux leur dire : « attendre, mais attendre quoi ? que cela aille encore plus mal, que cela soit encore plus difficile, que nos compatriotes souffrent un peu plus ? ». A trop attendre, on prend le risque que les choses deviennent beaucoup plus compliquées. A trop attendre, on prend le risque que cela finisse par être trop tard.

Les relations franco-allemandes et les sujets sur lesquels nous avons, Allemands et Français à travailler ensemble, sont si importants que l'attentisme, que l'immobilisme, que le conservatisme ne peuvent pas être des solutions, et après ce premier tour d'horizon, je suis sûr qu'en nous mettant au travail, nous arriverons, Angela Merkel et moi à des résultats. C'est en tous cas mon souhait le plus cher. J'ai la conviction que le Gouvernement allemand le souhaite aussi tant la période d'incertitude inhérente à toute campagne électorale, a accru le retard que nous avons pris.

Chère Angela, j'ai grande confiance en toi, j'ai beaucoup d'amitié pour toi, et j'ai parfaitement conscience des responsabilités qui sont les nôtres, pour être à la hauteur de tous ceux qui dans le passé ont construit l'amitié entre l'Allemagne et la France. L'Europe attend que nous prenions des initiatives. Je suis venu en Européen, en ami, avec la claire conscience qu'il faut des résultats et que nous n'avons plus le temps.

Je te remercie de m'avoir invité.

  • La Chancelière d'Allemagne, Mme Angela Merkel: Je vous remercie. Nous nous mettons tout de suite au travail.

Voir également:

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact