Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L

L’Armement Air-Sol Modulaire : Premier armement air-sol tactique multi-cible en Europe

La mise au point par Sagem d'un armement air-sol modulaire « 2ASM » a constitué une première. Les « missiliers » n'ont pas été les seuls surpris de voir un « équipementier » se lancer dans les missiles après avoir brillamment réussi avec son drone Sperwer, exporté dans cinq pays, puis acheté par la France. On le doit à un investissement sur fonds propre du groupe français Sagem. A l'heure où l'on parle de systèmes antimissiles, celui-ci est devenu, de fait, le premier qui soit tiré d'un avion. Autant dire qu'il a beaucoup intéressé l'armée de l'Air et l'aéronavale pour équiper leurs Rafale. Christian Jaeger, patron de Directeur de la Division Sagem Avionique nous explique les avantages de cet armement révolutionnaire, et pas seulement en terme de précision. Cet article a été publié dans la revue Défense. Nous le republions ici avec l'accord de la rédaction de la revue.[1] Paris le 20 juillet 2007.©

Face à la multiplication des types de menaces et des scénarios d’intervention, le plus souvent sur des théâtres lointains, les forces armées ont souhaité disposer d’une capacité de frappe tactique à distance de sécurité de très grande précision offrant une parfaite maîtrise des effets collatéraux. Ces principes appliqués aux moyens aériens ont conduit au développement d’une nouvelle famille d’armements amenée à renforcer dès 2007 la panoplie des armes de précision des forces aériennes françaises : l’Armement Air Sol Modulaire (AASM).

Christian Jaeger, DG délégué de Sagem Défense Sécurité

Développé et produit par Sagem Défense Sécurité (Groupe SAFRAN), expert en technologies de navigation, optronique et systèmes de préparation de mission, cet armement répond pleinement aux attentes exprimées initialement par les opérationnels lors de l’élaboration de la fiche de caractéristiques militaires. Grâce à son potentiel d’évolution, l’AASM sera également en mesure d’apporter aux forces les réponses aux nouvelles questions qu’elles se posent. Car en plus des besoins initiaux, les conflits récents, en Afghanistan comme au Liban, prouvent qu’il est désormais nécessaire d’intervenir dans un temps très court, contre des objectifs déplaçables, voire mobiles et de faire face à la stratégie de dispersion et d’enfouissement d’un adversaire qui n’hésite pas à trouver refuge au sein des populations civiles en milieu urbain.

Une réponse aux critères de la guerre aérienne moderne

Par sa précision, sa facilité de mise en œuvre, sa capacité à équiper différents corps de bombes, l’AASM permet, de frapper les points cruciaux d’un site d’intérêt adverse, en ajustant au mieux l’effet des frappes tout en restant à distance des défenses rapprochées. En se conformant au concept « d’opérations basées sur les effets », cette arme prend largement en compte les enseignements de l’opération Allied Force menée au Kosovo en 1999. En effet, au cours de cette campagne, l’usage des armes guidées laser, qui constituaient alors l’essentiel des armes de précision de l’Alliance Atlantique, avait été fortement limité, durant les cinq à six premières semaines de l’opération, par des conditions météorologiques défavorables, l’avion tireur étant par ailleurs souvent amené à s’exposer aux moyens de défenses sol-air. Ceci explique sans doute le trop grand nombre de munitions tombées loin de l’objectif visé.

Rafale armé de tri-bombes AASM

Sur cet armement nouveau, la contrainte météorologique est maintenant écartée grâce à une capacité de navigation très précise permettant à l’AASM de poursuivre sa trajectoire vers sa cible, de jour comme de nuit, à travers la nébulosité, le brouillard, les poussières ou les fumées, notamment celles générées par les frappes. Avion multirôle par excellence, le Rafale, emportant des missiles air-air MICA pour son autodéfense ou des actions de défense aérienne aura aussi la capacité de délivrer simultanément six AASM, en très basse altitude ou depuis la haute altitude au dessus de la couche nuageuse avec une précision métrique, sur six objectifs différents situés à plus ou moins 90° de sa trajectoire et à des distances pouvant dépasser les 50 Km.

Cette capacité de frappe dans la profondeur, très supérieure à la dizaine de kilomètres atteinte par les armes guidées laser tirées en vue directe de l’objectif, fait de l’AASM une arme d’emploi tactique, complémentaire des missiles de croisière de plus grande allonge mais qui, de par leur prix, restent réservés aux cibles de grande valeur.

L’AASM équipera les Rafale de l’Escadron 1/7 Provence à Saint-Dizier, ainsi que ceux des flottilles du Groupe Aéronaval de la Marine Nationale opérant à partir du porte-avions Charles de Gaulle.

Un système d’arme à la pointe de la technologie

L’ AASM est constitué de deux kits qui viennent s’adapter à un corps de bombe:

AASM exposé au salon du Bourget 2001

- un kit de guidage, incluant les équipements électroniques ainsi que les gouvernes aérodynamiques nécessaires au guidage pilotage de la munition. Ce kit se fixe à l’avant d’un corps de bombe de 250 Kg. Le kit de guidage existe en deux versions : guidage GPS/inertiel (précision métrique lorsque les coordonnées sont connues avec précision) et GPS/inertiel/imageur infrarouge. La précision est métrique également dans ce cas, après corrélation effectuée sur la scène par l’imageur et grâce à la formule aérodynamique qui dote l’AASM d’une très forte manœuvrabilité terminale (plusieurs "g") pour effectuer les corrections de trajectoire nécessaires à l’obtention de la précision et au contrôle des paramètres à l’impact.

Système d'emport tri-bombe AASM pour Rafale

- un kit d’extension de portée, fixé à l’arrière, composé d’un propulseur à poudre et d’un ensemble aérodynamique augmentant la portance. Ce KAP permet à l’arme de conserver l’énergie nécessaire aux grandes portée et aux forts dépointages pour rejoindre l’objectif qui peut se trouver par le travers de l’avion tireur. L’énergie disponible sert aussi pour former la trajectoire « en cloche » qui permet à l’arme d’arriver verticalement par rapport à la cible en optimisant tous les paramètres qui favorisent à la fois la pénétration et la maîtrise des dégâts collatéraux. La capacité de tir depuis la très basse altitude à des portées supérieures à 15 Km permet à l’AASM d’être la seule arme tactique capable de rejoindre de façon nominale, un objectif situé à une altitude supérieure à l’altitude de tir !

L’AASM tire parti de nombreux savoir-faire de Sagem Défense Sécurité, en particulier, dans le domaine des composants inertiels avec le Gyromètre Résonant Hémisphérique (GRH), composant inertiel simple, robuste et précis, dans le domaine de l’hybridation inertie / GPS, ainsi que dans le domaine de l’algorithmique et de l’infrarouge avec un imageur à faible coût permettant de faire de la corrélation d’image.

Un succès technique pour l’industrie de défense française

Pour l’industriel maître d’œuvre, l’armée de l’air, l’aéronavale et la DGA, l’AASM est d’ores et déjà un succès technique. Depuis la base aérienne de Cazaux, plusieurs dizaines de tirs d’essais ont été effectués à partir de Mirage 2000 et de Rafale pour le développement et l’intégration de l’arme. Ces campagnes qui ont démontré un très fort taux de réussite ont permis de valider et de qualifier l’arme sur l’ensemble du domaine opérationnel.

AASM tiré par un Rafale le 27 juin 2006

Le 26 juillet 2006, le Centre d’Essais en Vol a effectué avec succès un tir d’AASM en version GPS/INS. L’évaluation de la frappe a été assurée à partir de l’Optronique Secteur Frontal du Rafale qui a effectué le tir.

Le 1er décembre 2006 a marqué une autre étape : lors de cet essai, la DGA a réalisé avec succès le premier tir de qualification de l’AASM dans des conditions particulièrement sévères (basse altitude, forte vitesse indiquée et facteur de charge élevé). Dès le largage, l’AASM a suivi la trajectoire nominale pour frapper sa cible (une piste reconstituée) à quelques mètres du point désigné et en respectant tous les paramètres prévus pour l’impact.

Enfin, le 23 avril dernier, la DGA a effectué depuis un Rafale un tir de quatre AASM, dont trois tirés en salve sur trois cibles différentes. Ce tir du 5 juin restera dans les annales comme le premier tir multicible d’un armement air sol tactique de précision en Europe.

Un surcroît de capacité de frappe de précision

De par son architecture, l’AASM est un armement réellement modulaire. Plusieurs catégories de corps de bombe peuvent recevoir le kit de guidage AASM : des charges pénétrantes ou des charges à usage général (Mk-82, BLU111, CBEMS). Les kits sont en outre prévus pour s’adapter à des corps de bombes de 125 à 1000 kg. Des développements sont en cours sur d’autres versions de kits de guidage.

Rafale armé de tri-bombes AASM

A terme, l’AASM pourra être intégré à des aéronefs dotés de soutes, comme c’est le cas pour les avions de surveillance, ou pour les futurs avions de combat sans pilote (UCAV). Le fait que l’AASM soit « piloté » au moment de la séparation (ce qu’on appelle la séparation active) est un avantage indéniable par rapport à d’autres munitions qui ne sont pas facilement à même de contrer les fortes turbulences que l’on rencontre dans cette phase, à proximité de l’avion et des charges qu’il emporte (les réservoirs pendulaires, pods et autres munitions).

Capitalisant sur sa modularité, l’AASM offre la possibilité d’intégrer de nouvelles fonctionnalités dans son kit de guidage, pour ainsi développer d’autres modes d’engagement porteurs de nouvelles capacités, comme le traitement en temps très court des cibles mobiles ou d’opportunité, ou encore la frappe en milieu urbain. L’AASM a donc toutes les capacités et les potentialités de l’effecteur nécessaire à une manœuvre aérienne satisfaisant à la boucle OODA (Observation - Orientation - Décision - Action) orchestrée depuis un dispositif C4ISR. Cette architecture pourrait d’ailleurs tirer parti de l’apport de drones tactiques ou de théâtre. Dans les scénarios en boucle courte, la capacité de l’AASM à recevoir au dernier moment les coordonnées de la cible permet aux avions en hippodrome d’attente, au voisinage des zones de combat, d’engager des cibles d’opportunité lors des missions de soutien aérien, ou de destruction des défenses aériennes ennemies.

Par ses capacités actuelles et son potentiel d’évolution, l’AASM, armement de précision air sol, multicible, tout temps, répond aux besoins actuels des forces armées françaises ou alliées, qui ont à faire face à des menaces très diversifiées et des modes d’engagements exigeants, qui évoluent, et auxquels il saura facilement s’adapter.

Christian Jaeger

(*) Directeur Général Délégué de Sagem Défense Sécurité, Directeur de la Division Sagem Avionique (Groupe SAFRAN).

[1] Numéro 128 de Défense, daté de juillet-août 2007, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN). Abonnements: BP 41-00445. Armées.


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact