Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Vers la rationalisation des moyens et l’optimisation des ressources</p>

Vers la rationalisation des moyens et l’optimisation des ressources

Discours d'Hervé Morin, ministre français de la Défense à Mourmelon le 4 octobre 2007 à l'issue de la présentation conjointe de l'armée de l’Air et de l'armée de Terre. Source: DICoD, Paris le 4 octobre 2007.

Je veux d’abord saluer l’initiative des chefs d’état-major de l’armée de terre et de l’armée de l’air qui ont conjugué leurs présentations.

Les chefs d'état-major ne m'en voudront pas si je salue plus particulièrement le Général de Rousieurs, Commandant la défense aérienne et les opérations aériennes, et le général Lecerf, commandant la force d'action terrestre.

C’est un réel plaisir d’avoir pu assister, pour la première fois, à cette présentation, qui souligne la cohérence opérationnelle de nos forces. Les modes d’action et les options qu’offre la complémentarité de ces forces, permettent précisément d'atteindre les objectifs d’interarmisation et d’interopérabilité fixés par les autorités politiques.

Je tiens à saluer le public qui y a assisté : auditeurs de l’IHEDN, du CHEAR, stagiaires de l’ENA, ainsi que les attachés de défense de nombreux pays étrangers. Je veux aussi saluer les parlementaires et les élus locaux qui nous font l’honneur de leur présence.

Je félicite les unités et les états-majors qui ont permis cette manifestation, pour la qualité de leur travail et leur professionnalisme. Je salue également les équipages anglais, allemands, espagnols, belges et suisses qui sont présents : c’est la manifestation concrète des relations de coopération et des actions communes de la France et de ses alliés.

1- Cet exercice interarmées illustre sur le terrain la complémentarité et l’efficacité des moyens mis en œuvre. Au quotidien, une interarmisation et une mutualisation accrues donneront à notre outil de défense une plus grande cohérence opérationnelle, pour une plus grande efficacité, et aussi rendre plus efficace le budget que la Nation nous accorde.

2- Cette démarche vertueuse conjuguée au niveau national entre les armées doit également pouvoir se décliner au niveau international entre les alliés.

Il est en effet indispensable d’améliorer le dialogue, entre les nations européennes en particulier, en favorisant l’interopérabilité et la mutualisation de nos moyens. Les chantiers en cours y contribuent.

La donne stratégique a changé : il y a de nouveaux enjeux, de nouvelles menaces, de nouveaux impératifs stratégiques. Cela impose à notre Défense de s’y adapter, une fois de plus.

  • A cette adaptation de la Défense au nouvel horizon, je vois deux préalables.

D’abord, la nécessité de notre autonomie de décision. La France ne doit pas se contenter de déléguer son pouvoir de décision à un allié de référence ou à une grande organisation internationale. Cela impose notamment de posséder des capacités importantes de commandement et de renseignement.

D’autre part, nous devons confirmer le choix qu’a fait notre pays de rester une puissance militaire complète, qui possède la panoplie complète des capacités militaires. Il me semble impossible, inconcevable que la France y renonce, ce qui nous empêche pas, et même devrait tout d'abord nous inciter à la coopération, à l'évolution.

  • I. La Coopération interarmées

Le binôme armée de Terre / armée de l’Air que nous venons de voir en action illustre la capacité de la France à projeter ses forces ou sa puissance de façon instantanée partout dans le monde, aux côtés de la Marine nationale : transport, appui, action au contact…

Il est indispensable d’aller dans le sens de la rationalisation de nos moyens et de l’optimisation de nos ressources.

Il y a eu des réformes récentes dans le domaine de la défense anti-aérienne : on a confié à l’armée de Terre la mise en œuvre des armes de très courte portée, à l’armée de l’Air les capacités de défense de moyenne portée. Cette démarche peut être aussi illustrée par la création récente d’un commandement interarmées des hélicoptères, ou par l’entraînement conjoint et la préparation des forces. Dès la conception de leurs équipements, les deux armées porteront ainsi une attention particulière à la complémentarité totale de leurs équipements. C’est bien entendu déjà le cas. Cela pourrait l’être plus demain.

Même si chaque armée a des spécificités et des modes opératoires particuliers liés aux caractéristiques intrinsèques des milieux où elles évoluent, leur complémentarité s’exprime en opérations extérieures, Afghanistan, Côte-d’Ivoire…, comme en mission intérieure : posture permanente de sûreté, Vigipirate, recherche et sauvetage, aide à la population… Elle doit aussi s'exprimer à tous les échelons, dans toutes les organisations du Ministère. C'est en tout cas l'un des objectifs majeurs que je me suis fixés pour les mois qui viennent.

Nos armées sont opérationnelles, performantes et disponibles. Je l’ai vu sur le terrain, au Liban, au Kosovo, en Afghanistan : nous avons une des meilleures armées du monde. J’ai rencontré des hommes formidables, compétents, dévoués, courageux.

Mais nous savons aussi que, pour que notre outil de défense fonctionne encore mieux, il nous faut le moderniser, alléger les structures là où cela est possible, mutualiser davantage les ressources. Sur le MCO, les États-majors ont beaucoup progressé mais vous le savez bien, et les rapports du contrôle général des armées le disent, il y a beaucoup encore à faire pour que notre culture change. Ce que je veux, c’est un outil militaire plus performant, une armée mieux équipée, où l’argent public va à la condition du militaire et à l’équipement des forces.

Car ce que je souhaite, c’est que les forces vives, le "front line", les "dents" de nos armées puissent se renforcer en capacité d’action. Cela passe par un meilleur rendement du soutien, un meilleur ratio entre "front line" et "back office", entre l’opérationnel et le soutien.

Tout ceci permettra d’aboutir à un triptyque : une armée bien équipée, des militaires bien formés et mieux équipés, une défense opérationnelle. Plus d’interarmisation et de mutualisation, c’est un outil de défense plus ramassé, ce qui nous permettra d’une part de donner davantage au personnel et d’autre part de nous doter d’équipements plus performants.

La coopération interarmées, et même si ce n'est pas de même nature, la coopération interalliée aussi, voilà un second champ que nous devons travailler pour les années à venir.

  • II. La coopération interalliée

Cet engagement interarmées quotidien en opérations, s’inscrit aujourd’hui également dans un cadre interallié, au côté de nos partenaires européens ou de l’OTAN.

En opération ou en entraînement, les engagements de l’armée de terre et l’armée de l’air sont permanents aux côtés de nos Alliés, tant en Afghanistan, au Liban ou dans le Balkans. Depuis juillet 2007, la France est capable de mettre en œuvre des états-majors certifiés, terre, air, mer et forces spéciales. Le CRR-FR de Lille, le CDAOA de Taverny-Lyon ont fait l’objet de certifications attestant l’aptitude des états-majors à assurer la conduite d’opérations aéroterrestres. Les installations du Mont Valérien permettent à la France d’accueillir un état-major international de planification et j’espère qu’il nous servira bientôt pour l’opération que nous allons mener au Tchad et en RCA.

Mon objectif est de rendre nos relations quotidiennes avec l’OTAN et l’UE encore davantage bénéfiques, et d’accroître la synergie interarmées et interalliée en opérations. Cette synergie est une affaire de volonté nationale et européenne. Elle doit se traduire par une amélioration tous azimuts de l’interopérabilité des forces, et pas seulement dans les équipements, mais aussi chez les hommes.

Parmi les pistes que je souhaite proposer lors de la Présidence française de l’Union européenne, c'est engager une politique européenne de formations communes, un « Erasmus militaire » ; il s’agirait à terme d’européaniser la formation des officiers et de faire entrer l’Europe encore un peu plus dans les têtes et les cœurs des cadres de demain et de ceux qui encadreront les armées européennes.

C’est ce principe de mise en commun qu’il faut appliquer à d’autres sujets. Les pays membres ont tout intérêt à partager et européaniser : mais c'est bien sûr sur le spatial avec le post HELIOS 2, ce pourrait être aussi la mise en commun des activités de maintien opérationnelle et de formation des utilisateurs relatives aux matériels majeurs développés en coopération européenne, à travers l'Agence européenne de défense (NH 90, Tigre, A 400 M), pourquoi par exemple ne pas mettre en place une flotte de transport au niveau européen, qui accompagnerait l’arrivée de l’A400M ?

  • Enfin, nous devons harmoniser davantage nos doctrines et procédures opérationnelles : nos engagements au sein de l’OTAN y contribuent.

La construction d’une défense européenne est une nécessité. Les Européens doivent se donner les moyens d’exercer pleinement leurs responsabilités, au service de leurs intérêts communs pour jouer tout leur rôle dans la sécurité internationale.

Si la PESD est une œuvre collective, les États membres qui le souhaitent doivent pouvoir initier une dynamique propre. Le traité simplifié nous en donnera la possibilité, avec la mise en place d’une coopération structurée permanente en matière de défense.

Les présentations de cette journée ont bien montré que l’armée de terre et l’armée de l’air sont à même d’apporter des réponses aux multiples situations dans lesquelles la France engage ses armées. Nous sommes l’un des quelques pays au monde qui ont fait le choix de rester une puissance militaire complète, disposant de toute la panoplie des capacités militaires. Nous sommes les seuls, avec les États-Unis et le Royaume-Uni, capables de mener des opérations conventionnelles à l’extérieur, de façon durable et autonome, en couvrant tout le spectre des opérations.

Les armées donnent à la France des moyens d’influence et confèrent à la puissance européenne une réelle capacité de rayonnement. Elles jouent un rôle essentiel pour l’identité nationale, tant sur le plan symbolique que social — nos armées sont un facteur d’intégration et de cohésion extraordinaire — et économique.

Au moment où nous sommes engagés dans de grandes réflexions sur notre Défense avec le Livre blanc, la RGPP, la revue des programmes, que de grands arbitrages sont rendus et qui donneront ensuite une loi de programmation militaire présentée au Parlement au printemps prochain, je voudrais que la Nation toute entière soit convaincue d'une chose, et cela quelque soit nos difficultés budgétaires:

Sans une armée respectée et reconnue par les grandes puissances, le rayonnement de la France, sa politique étrangère seraient gravement diminués, quelle que soit notre histoire, quel que soit notre message universel, quelle que soit notre culture ou quelle que soit la puissance de notre diplomatie, sans une armée moderne, bien équipée et bien formée, notre influence et notre mission seraient atteints.

Je sais que vos compétences, votre efficacité, votre détermination vous permettront de faire face aux défis humains, techniques et opérationnels d’aujourd’hui et de demain. Je tiens à exprimer au personnel de la défense ma confiance et mon soutien. Grâce à vous, soyez-en persuadés, la France, et au-delà l’Europe, assument une part déterminante de la responsabilité de la sécurité internationale.

Je vous redis encore toute la confiance que le gouvernement, en mon nom, vous porte.

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact