Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Le renseignement d’intérêt Terre

Le renseignement d’intérêt Terre

Cette chronique © a été publiée dans la revue Défense [1]. Nous la reproduisons ici avec l'autorisation de son auteur, Joël-François Dumont (*). Paris, le 5 avril 2008.

    « Il faut saisir aujourd’hui, collectivement, l’opportunité de convergence entre le temps politique et le temps militaire. » [2]

Après des années de réflexion prospective et doctrinale, l'armée de Terre, professionnalisation oblige, a rationalisé ses structures et en a tiré les conséquences en matière de renseignement, partant d’un constat. Si la menace conventionnelle symétrique semble s’être éclipsée pour l'instant, la guerre n'a pas disparu pour autant : elle a simplement changé de nature. L’asymétrie conventionnelle est devenue un mode d'action privilégié. La force et la technologie ne suffisent plus à elles seules à emporter la décision. Elles restent indispensables, mais leur efficacité repose avant tout sur la capacité humaine à les convertir en avantages. « La fonction renseignement » est devenue « l’une des quatre fonctions opérationnelles transverses de l’armée de terre. » [3

« Le concept de bataille décisive n'étant plus aussi pertinent qu'auparavant, face à l'incertitude, le facteur humain est devenu prédominant. » [2] C'est désormais sur la phase de stabilisation de l'espace terrestre que se concentre l'effort principal. C'est « la manœuvre », à savoir la combinaison des moyens militaires et civils, de l'action politique, diplomatique et militaire, qui permet de neutraliser ou de « discréditer les groupes armés et d'offrir des perspectives aux populations ». C'est la manœuvre aux plus petits échelons tactiques au sol qui contribue à l'atteinte de l'effet stratégique. La maîtrise du champ cognitif est devenue l'élément clé de la supériorité opérationnelle, domaine dans lequel l'armée de Terre, grâce à ses unités d'élite, peut revendiquer une certaine excellence. « Le renseignement appuie évidemment la Force terrestre depuis l’intervention jusqu’à la phase de normalisation, prélude à son retrait. Il convient de garder à l’esprit que l’acquisition du renseignement doit être un préalable stratégique à la projection d’une Force qui doit compter elle-même, dès l’entrée en premier, sur ses propres capacités de renseignement tactique. » [4] Pour ces raisons, la maîtrise de l'information demeure une priorité pour le général Cuche. Devant les députés, le CEMAT s’est félicité de la mise en œuvre de systèmes d'information modernes, [2] citant la numérisation de l'espace de bataille aujourd'hui en expérimentation dans deux brigades (la 2e BB, projetée partiellement au Liban, et surtout la 6e BLB, en Côte-d'Ivoire). Tous les comptes rendus qu'en reçoit l'état-major sont élogieux.

L’Armée française a toujours maintenu une spécialité renseignement. Elle dispose aujourd’hui d’une Brigade de Renseignement (BR) à Metz. Le renseignement est organisé dans l'armée de Terre en trois grandes catégories d'origine : humaine, image et électromagnétique. « Cette dernière est le domaine des régiments de GE, les 44ème et 54ème RT. Le renseignement d'origine image fonctionne essentiellement à partir des drones (CL 289 et SDTI). Le renseignement d'origine humaine est aujourd'hui le plus important. Il met en œuvre des régiments spécialisés : le 2e RH, [4] le 13e RDP et le 1er RPIMA, appartenant à la BFST (Forces Spéciales Terre) et au deuxième cercle des unités de la 11e BP (commandos de recherche et d'action dans la profondeur) et de la 27e BIM (unités de recherche humaine). » [2]

  • Des organismes dédiés au « Rens »

L’un des plus récents est le Centre d'Enseignement et d'Etudes du Renseignement de l'Armée de Terre, le CEERAT, créé en 2002 à Saumur et commandé par le Colonel Foucher. Parmi ses missions : « dominer le bouleversement induit par l’évolution vertigineuse des technologies de l’information appliquées au recueil, à l’exploitation et à la diffusion du renseignement. Assurer la cohérence des informations recueillies sur le théâtre d’opération par des capteurs d’une grande diversité, allant du satellite au combattant, du drone au radar, de l'écoute des réseaux radios à l'information ouverte. »

Le second est le Centre d’exploitation du renseignement terrestre, le CERT, dirigé à Lille par le LCL Perchet, chargé de la mise à jour de la « situation tactique et opérationnelle » et des préparations « fines » des chefs de mission avant leur départ. Les conflits mettant en œuvre aujourd'hui 80 à 90% de soldats de l'armée de Terre, « le renseignement d’intérêt Terre est donc plus que jamais une fonction essentielle de l’engagement opérationnel (préparation, planification conduite d’une opération). « S’il conserve son rôle classique au moment de l’intervention militaire, la phase de stabilisation qui exige une présence au sol, au contact et dans la durée, donne au renseignement une place prépondérante. » Le Colonel Foucher est convaincu que « le renseignement juste et obtenu à temps » est certes l’ambition qui doit animer tout chef de B2, mais l’effort d’acquisition du renseignement concerne aussi tous les militaires déployés en opération « à qui le réflexe de la curiosité et du compte-rendu simple doit être inculqué », ce qui n'est malheureusement pas dans la culture française…

Quels que soient les progrès technologiques, le renseignement demeure un art difficile. Comme l’a écrit le général de Gaulle dans le fil de l’épée : « L’ennemi est contingent, variable, aucune étude, aucun raisonnement ne peuvent révéler avec certitude ce qu’il est, ce qu’il sera, ce qu’il fait et ce qu’il va faire. ».

Joël-François Dumont

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et rédacteur en chef adjoint de la revue Défense.

[1] Numéro 132 daté de mars-avril 2008 de Défense, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN). Abonnements: BP 41-00445 Armées.
[2] Audition du général Bruno Cuche, CEMAT, sur le projet de loi de finances pour 2008.
[3] Renseignement terrestre : Avenir et enjeux, in Doctrine (09.06) par le Colonel J.-F. Coppolani.
[4] Colonel J-B. de Fontenilles, directeur des études du CEERAT, ancien Cdt du 2ème Hussards.
[5] Voir in Défense N°120.

Articles du même auteur parus dans la rubrique "Renseignement" de la revue Défense :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact