Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La DRM fête ses quinze ans (1)

La DRM fête ses quinze ans (1)

Cette chronique © a été publiée dans la revue Défense [1]. Nous la reproduisons ici avec l'autorisation de son auteur, Joël-François Dumont (*).  Paris, le 13 juillet 2007.

Le 10 mai 1989, le ministère de la défense, Jean-Pierre Chevènement, a confié au général d’armée aérienne François Mermet, Conseiller du gouvernement pour la défense, « une mission sur le renseignement militaire et ses perspectives d’évolution au cours de la prochaine décennie…»

Le ministre précisait que « L’évolution rapide des techniques mises en œuvre – observation, écoute, transmissions ou traitement de l’information – aura des conséquences importantes sur les conditions de recueil, d’exploitation et de diffusion du renseignement. La modification des menaces ou l’apparition de nouvelles menaces liées notamment aux situations de crise à l’horizon de la fin du siècle doivent également susciter une réflexion sur les orientations données au renseignement militaire ». Il demandait enfin de prendre « naturellement en compte, dans sa réflexion, les aspects liés à la coopération internationale, notamment avec nos partenaires de l’OTAN. »

  • La maïeutique d’un service

A l’issue de ses visites auprès des Services de renseignement militaires alliés et de ses entretiens avec leurs Directeurs, il est apparu d’emblée au général Mermet et à sa petite équipe, que seule la création d’une Direction du Renseignement Militaire regroupant des moyens dispersés entre les différentes armées, et leur renforcement dans une optique globale interarmées, voire nationale, permettrait d’obtenir la taille critique pour, d’une part, fournir en temps réel un renseignement de meilleure qualité au CEMA et à nos forces en opérations et, d’autre part, présenter au ministre de la Défense une information politico-stratégique, plus complète et plus autonome grâce à une meilleure utilisation des sources nationales et étrangères, avant de décider de l’engagement, puis de conduire les opérations.

Cette double subordination existe chez les Anglo-Saxons où le renseignement militaire, le Defense Intelligence Staff (DIS) est au même niveau que le MI6, le GCHQ et le MI5.

La création de cette Direction renforce ainsi notre liberté d’appréciation politico-militaire et notre crédibilité auprès de nos alliés et partenaires. Il s’agissait ni plus ni moins de faire chez nous ce qui marchait chez les autres !

De plus, l’évolution technique se traduisant par le développement de nouveaux senseurs lourds et coûteux et par l’irruption du fait spatial, il convenait de mutualiser ces moyens au niveau national et en interarmées, DGA comprise, et de disposer ou de former des personnels qualifiés pour tirer le meilleur parti des informations recueillies en évitant les redondances et en dotant cette nouvelle Direction de moyens valables en temps de paix, de crise comme de guerre. Le rapport d’étape remis en septembre 1989 fut accueilli avec scepticisme et réticence par quasiment l’ensemble des responsables concernés et même l’hostilité du CEMA de l’époque. En revanche les « chevilles ouvrières du renseignement » attendaient cette réforme et cette reconnaissance, mais sans pouvoir le dire !

C’est alors que l’invasion du Koweït, puis l’envoi de nos forces dans le Golfe mirent en lumière les lacunes et faiblesses de nos moyens de renseignement et surtout l’absence d’une manœuvre d’ensemble de leur emploi, en raison précisément d’une organisation inadaptée. On avait là là, la « photo couleur » de nos insuffisances !

L'arrivée en janvier 1990 à la Défense de Pierre Joxe, en pleine Guerre du Golfe, devait relancer le projet. Connu pour être « intelligence-minded », convaincu de l’intérêt des moyens spatiaux et fort mécontent de carences jugées inacceptables, le ministre décida de poursuivre les recommandations du rapport du général Mermet.

La nomination en 1991 d’un nouveau CEMA, l’amiral Lanxade, devait faciliter cette réforme qu’il avait soutenue comme chef de l’EMP. C'est ainsi qu'est née la DRM, « créé par décret en date du 16 juin 1992, le même jour que la délégation aux affaires stratégiques, et huit jours avant le Commandement des Opérations Spéciales », une quasi simultanéité ne tenant bien sûr pas au hasard, comme l'a expliqué le 18 juin dernier le général de corps aérien Michel Masson, directeur de la DRM, [2]

L’inspiration du modèle britannique se retrouve aussi bien pour la DRM que pour les Forces spéciales, ces dernières ne pouvant opérer sans la première. Nos partenaires et alliés furent très favorablement impressionnés par la rapidité et l’ampleur de cette réorganisation et notre crédibilité comme « nation cadre » en fût d’autant affirmée.

  • L’évolution récente

La DRM n’a bien sûr pas attendu le 11 septembre pour se transformer, ni pour s’adapter « à l’évolution des techniques, notamment celles de l’information » développant le renseignement de source ouverte, thème d'un colloque organisé pour la circonstance. La DRM s'emploie à « développer les techniques d’analyse systémique qui trouvent leur application aussi bien dans la phase de planification des opérations que dans le ciblage. » La DRM n'a ni pour objectif ni d’ailleurs les moyens de concurrencer d'autres services (DGSE, DST, DPSD), mais au contraire, elle se doit de jouer la complémentarité. La fin de la guerre froide et les conflits asymétriques qui lui ont succédé, s'ils ont bien fait naître de nouvelles missions n'ont pas pour autant supprimé les anciennes. Le général Masson précise qu’il a fallu y ajouter « l’analyse systémique » c’est à- dire l’étude des relations internes à des systèmes de pouvoir, de production ou de distribution d’énergie, en vue de déterminer les points faibles qu’il convient de frapper pour obtenir l’effet recherché au moindre coût en pertes amies et en dommages collatéraux. La démarche intellectuelle correspondante étant d’ailleurs, dans son principe, la même s’il s’agit d’étudier un système mafieux ou un réseau de prolifération.

Dans nos démocraties occidentales, le renseignement est « un moyen et non une fin ». [3] Même si la transformation du « RIM » est permanente, « les fondamentaux du métier ne sont pas prêts de changer ». Le général Masson n'est pas le seul à en être convaincu et son initiative d'associer son personnel à célébrer ce 15ème anniversaire a été très appréciée, y compris par les nombreux représentants étrangers, les uns voyant dans cette DRM un partenaire « fiable, disponible et surtout, de qualité. » les autres disant que ce service en 15 ans d’existence avait « réussi le tour de force de jouer dans la cour des grands. »

A suivre...

Joël-François Dumont

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et rédacteur en chef adjoint de la revue Défense.

[1] Numéro 128 daté de juillet-août 2007 de Défense, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN). Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] Le GCA Michel Masson est Auditeur de la 49ème Session de l’IHEDN.

[3] Lire: "Question(s) d'intelligence: le renseignement face au terrorisme", de Bruno Delamotte publié le 28 mai 2004 aux Éditions Michalon.

Articles du même auteur parus dans la rubrique "Renseignement" de la revue Défense :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact