Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

De la sécurité par la terreur à la terreur de l’insécurité

De la sécurité par la terreur à la terreur de l’insécurité

« La violence ou la guerre, entre deux hommes ou deux nations, apparaissent aussi comme une compensation aveugle et insensée à tout ce qui n'est pas vraiment achevé dans la nature humaine. » Tennessee Williams (extrait du boxeur manchot)...

A Paris, Benoît XVI a déplacé les foules. En mobilisant les esprits, on répond à des espérances. Gageons que le messages délivrés à cette occasion passeront. On peut déjà se féliciter de voir la France remiser aux oubliettes des querelles d'un autre siècle en accueillant officiellement le pape comme elle l'a fait. Le général de Gaulle disait: « la République est laïque, mais la France est chrétienne ». Une évidence qui n'exclut pas cette « laïcité positive » [1] défendue à l'Elysée par le président Sarkozy recevant son hôte, le pape rappelant la « responsabilité sociale de l'Etat ». On peut difficilement parler de réconciliation, mais d'un climat qui méritait d'être éclairci. Assurément pour toutes ces raisons cette visite [2] marque un tournant. Pour le discours prononcé par le pape en français devant sept cents intellectuels, le choix de la grande salle gothique du Collège des Bernardins, au cœur du Quartier latin était parfaitement indiqué pour délivrer un message spirituel à vocation universelle.[3] Dans cet ancien couvent cistercien, promu "nouveau lieu ouvert à la culture du temps", Benoît XVI a partagé sa vision sur le devenir de la culture européenne et humaniste en se livrant à un véritable plaidoyer contre l'arbitraire et le fanatisme. Notre génération a dit le pape est confrontée à « deux pôles que sont d'un côté l'arbitraire subjectif, de l'autre le fanatisme fondamentaliste. Si la culture européenne d'aujourd'hui comprenait désormais la liberté comme l'absence totale de liens, ce serait fatal et favoriserait inévitablement le fanatisme et l'arbitraire. L'absence de liens et l'arbitraire ne sont pas la liberté, mais sa destruction. » On est loin des banalités du quotidien et de tels moments de réflexion ne sont pas vécus sans émotion si l'on pense à notre monde déchiré. Tout ceci a bien sûr inspiré l'amiral Guy Labouérie qui a lui-même beaucoup réfléchi, écrit et enseigné sur des sujets aussi ardus et dont l'intime conviction demeure que: « Sans prise en compte de la dimension spirituelle des humains il n'y a pas de politique sociale possible ». Des évidences aussi sensibles gagnent parfois à être rappelées dans notre monde où le futile prend trop souvent le pas sur l'essentiel. Brest, le 13 septembre 2008. (©)

Stratégie : Réflexions et variations de Guy Labouérie. Publié en avril 1993 par l'ADDIM.Le vice-amiral d'escadre Guy Labouérie (2S) a quitté la Marine Nationale en 1992 après 39 ans de service actif. Il est membre de l'Académie de Marine. Photo © Olivier Labouérie (Mai 2005).

Guy Labouérie

En même temps monte l’observation qu’au XXIème siècle ce ne sont plus tellement les destructions guerrières qui seront les plus nombreuses car on possède de plus en plus de moyens de les contenir, du moins dans les Démocraties.

Par contre les violences matérielles, économiques, intellectuelles, spirituelles, et totalitaires de diverses natures ne cessent de grandir avec une accélération continue vers un nihilisme destructeur... Conséquence inexorable du matérialisme, faisant ainsi un terrible retour sur ce qui a animé les criminels de la Shoah... et ceux du communisme soviétique et ses thuriféraires: la disparition de l’Autre en tant qu’Autre et l’ouverture vers des dictatures civiles ou religieuses impitoyables.

Cette violence est fondamentalement d’origine individuelle, personnes et groupuscules, particulièrement à travers les terrorismes, la criminalité internationale et les dictatures diverses qui en ont parfaitement assimilé les avantages pour répandre leur pouvoir dans des situations faites d’incertitudes et de flou généralisé.

Ayant tout compris des caractéristiques, des faiblesses et des erreurs d’un monde hétérogène en mouvements permanents de toute nature, ils font leurs, à travers leurs organisations, des principes de dispositifs transparents et efficaces qui ne donnent pas prise aux habituels moyens de coercition et de la violence légale des États.

S’insérant grâce à la corruption jusque dans les structures étatiques, il s’agit de bien autre chose que ce dont nous avions l’habitude, ce qui remet en question aussi bien les personnes que les organisations et les moyens, en prenant la véritable mesure de l‘importance et l’influence du Droit et des médias dans leurs côtés positifs comme négatifs.

Ironie de l’histoire, alors que les Politiques ont toujours accusé les militaires de préparer les opérations de la veille, aujourd’hui ce sont eux qui sont directement face aux menaces de l’avenir alors que pour la majorité d’entre eux ils se croient toujours au milieu du XXème siècle.

Nous sommes en effet passés d’un bipolarisme tranquillisant entre les deux grandes familles de société à l’anarchie culturelle et scientifique généralisée, de la sécurité par la terreur à la terreur de l’insécurité où les mensonges se donnent libre cours.

Il ne faudrait pas penser que ceux qui dirigent les sociétés et l’ensemble de la planète sont insensibles à l' immense douleur silencieuse qu’en hommes du sens ils ressentent plus ou moins profondément. Ils travaillent de différentes façons à la réduire, du moins le tentent-ils au moins dans les excès des violences d'État, car conscients de leurs responsabilités ils essaient de la maîtriser à travers de multiples organisations nationales et internationales qui ne sont pas sans effets. Ils se félicitent de la progression chaque année du développement de l’ensemble des populations mondiales, mais il s’agit toujours d’une dimension matérielle, certes indispensable, mais faisant facilement oublier tout le reste. Aussi les violences de toute nature sont-elles toujours là, car, obsédés soit par le confort de leurs administrés, soit par des obligations religieuses excessives, ils ne peuvent empêcher les vagues du mensonge, de la violence et du désespoir de déferler sur le monde. Il y faudrait une toute autre attention à ce qu’est la personne humaine dans sa totalité. Tant que pour de multiples raisons – négation, refus, mépris, haine, dévoiements divers - ils ne prendront pas en compte ce qu’est réellement la personne dans cette troisième dimension révélée petit à petit au cours de notre histoire, leurs propositions de solutions seront toujours en porte à faux. Si les fureurs guerrières pourront éventuellement être plus ou moins maîtrisées à partir d’un certain niveau les multiples violences individuelles croîtront sans fin dans le délitement matérialiste ou terroriste aggravé par une corruption physique, intellectuelle et morale sans limite.

Jusqu’à quand cela va-t-il durer ?
Jusqu’à quand les larmes silencieuses des enfants et des adultes devront-elles continuer à couler de par le monde ?
Jusqu’à quand l’Argent et l’Imposture continueront-ils à diriger la planète écrasant sous leurs diverses exigences des populations de plus en plus nombreuses ?
Jusqu’à quand ?...

Guy Labouérie

[1] La démocratie ne peut se contenter de reposer sur l’addition arithmétique des suffrages : Allocution du président Sarkozy, à l'Elysée.

A propos de "laïcité positive", extraits de la réponse du pape au discours de bienvenue à l'Elysée du président Sarkozy : « L’Église en France jouit actuellement d’un régime de liberté. La méfiance du passé s'est transformée peu à peu en un dialogue serein et positif, qui se consolide toujours plus. (...) Vous avez d'ailleurs utilisé, Monsieur le Président, l'expression de « laïcité positive » pour qualifier cette compréhension plus ouverte. (...) Il est en effet fondamental, d’une part, d’insister sur la distinction entre le politique et le religieux, afin de garantir aussi bien la liberté religieuse des citoyens que la responsabilité de l’État envers eux, et d’autre part, de prendre une conscience plus claire de la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences et de la contribution qu’elle peut apporter, avec d’autres instances, à la création d’un consensus éthique fondamental dans la société. » Source : Vatican.

[2] Le pape Benoît XVI a été accueilli au Palais de l’Elysée par Nicolas Sarkozy, le vendredi 12 septembre, inaugurant une visite de quatre jours en France. La cathédrale Notre-Dame de Paris et le Collège des Bernardins ont été les lieux phares de la première journée du pape Benoît XVI à Paris. Après avoir célébré samedi matin une messe en plein air devant plus de 260.000 personnes sur la place des Invalides, Benoît XVI, s'est rendu à Lourdes où il restera jusqu’à lundi..

  • Une sérénité retrouvée ?

La dernière visite d’un pape à l’Elysée remonte à 1997. Jean Paul II avait alors été reçu par Jacques Chirac. « La gauche a massivement boudé la réception à l’Elysée comme la manifestation aux Bernardins, à l’exception notable du maire de Paris. Le pape, lui, a rendu hommage au gouvernement de Lionel Jospin qui a revu les relations entre l’Eglise et l’Etat tout en souhaitant que le gouvernement actuel les approfondisse. De son côté, le président de la République a dû recadrer son discours au Latran. Nicolas Sarkozy veut faire accepter sa conception de la laïcité par les autres courants de pensée. Il a remisé sa comparaison entre le curé et l’instituteur. Et s’est montré nuancé sur le fanatisme. Mais la sérénité s’installe : « La laïcité positive est en train de devenir un fait, accepté par tous », constate le philosophe Jean-Luc Marion. Ce voyage est une réussite pour les évêques français et notamment  le cardinal Vingt-Trois, président de l’Episcopat et archevêque de Paris. Les divisions internes à l’Eglise ont été mises en sourdine. Les traditionalistes ont été étouffés par les concessions faites par Benoît XVI sur la messe traditionnelle. Demain soir, au terme de ce voyage, les Français auront largement dissipé ' le mystère Benoît XVI ' ». Source : Olivier Jay dans le Journal du Dimanche du 14.9.2008 (page 3).

[3] Des origines de la théologie occidentale et des racines de la culture européenne

 Lire également du même auteur:


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact