Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

De la guerre froide à la révolution digitale

De la guerre froide à la révolution digitale

Cette tribune a été publiée dans la revue Défense [1]. Nous la reproduisons ici avec l'aimable autorisation de son auteur Joël-François Dumont (*) rédacteur-en-chef adjoint de la revue. (©) Paris, le 26 août 2009.

Le 4 octobre 1957, les Américains apprennent par la presse le lancement du premier Spoutnik. Après avoir perdu le monopole de l’arme nucléaire, les États-Unis craignent de voir l’URSS prendre un avantage stratégique dans la course aux armements.

Le Pentagone décide la mobilisation dans le secteur spatial et lance des programmes pour automatiser la traduction des textes scientifiques et techniques russes. La machine à traduire devient un projet prioritaire, même si sa faisabilité semble incertaine.

Dès 1955, l’Air Force s’allie à IBM et crée le Rome Center sur la base de Grifiss (NY). En 1959, le premier prototype « Mark I » voit le jour, suivi en octobre 1963 du Mark II. En 1970, le National Air and Space Intelligence Center présente l’IBM 360 Systran, vingt fois plus rapide, capable de traduire des textes russes. En 1980, une troisième génération utilise un dictionnaire de 350.000 mots et expressions russes. Mais l’ARPA et la NSA ont beau rechercher des algorithmes toujours plus puissants pour améliorer l’interface homme-machine avec l’ordinateur, la qualité de la traduction automatique reste très en-deçà des attentes initiales. Aujourd’hui les traductions s’effectuent à la volée…

Avec le développement du net et les attentats du 11 septembre, les besoins se sont multipliés. Le National Foreign Intelligence et le Joint Military Intelligence ont lancé de nouveaux programmes. Après le vietnamien et le chinois, l’arabe, le pachtoune, l’ourdou, le somali deviennent de nouvelles priorités. C’est ainsi que Language Weaver s’est imposée comme la référence des services américains en tant que principal fournisseur de systèmes de traduction automatique de l’arabe vers l’anglais. Avec plus de soixante-dix paires de langues, européennes, moyen-orientales et asiatiques, la société vise désormais les marchés civils et militaires à l’export.

Emmanuel Tonnelier, Directeur régional Europe, est confiant : « au cours des deux dernières années, nous avons vu nos solutions adoptées par le renseignement en Allemagne, au Danemark, en Espagne, en France et en Israël

Le marché de la traduction est immense : 14 milliards de dollars. Mais sa croissance est considérablement restreinte par les limites de la productivité humaine. Un milliard et demi de personnes se connectent chaque jour à Internet, pour rechercher, communiquer, faire des affaires en temps réel, contribuant au contenu digital disponible sur le réseau. Cette croissance exponentielle du contenu digital à l’échelle planétaire a généré de nouvelles opportunités pour la traduction automatique car sa taille dépasse les limites de la traduction humaine en termes de capacité, de rapidité et de coût.

Dès lors la technologie s’impose comme une évidence. L’intersection de deux révolutions, la mondialisation et la révolution du contenu digital, offre une opportunité sans précédent pour les fournisseurs de traduction automatique de proposer des solutions, et pour les organisations de capitaliser sur leur contenu existant. Les volumes à traduire, toujours plus importants, exigent plus de vitesse et d’exactitude dans le traitement. Les besoins immédiats et à venir sont énormes. En France, il n’y a pas que les services qui soient concernés, mais des industries, comme le tourisme. Même si l’anglais est devenu la langue de référence, l’attachement à leur langue reste un moyen pour les peuples de s’inscrire dans une histoire partagée. Contrairement aux langues artificielles, les langues vivantes ne sont pas qu’un outil de communication. On ne peut donc les réduire à un simple code pour l’échange d’informations.

Mark Tapling, PDG de Language Weaver

Pour Emmanuel Tonnelier « des avancées technologiques considérables ont été réalisées ces dernières années. Conjuguées à la démocratisation de l’informatique, elles sont en passe de résoudre la problématique de la traduction de masse. Language Weaver a développé de nouvelles approches de la traduction automatique avec l’avènement des modèles statistiques, véritable rupture technologique avec les modèles précédents, produisant des traductions fluides et faciles à lire. La technologie de traduction atteint désormais un degré de précision et de fiabilité suffisants pour véhiculer du sens très rapidement et à bas coût, offrant un champ d’applications inimaginable il y a encore une décennie. » Pour Mark Tapling, président & CEO de Language Weaver, « nos logiciels de traduction automatisée permettent aux agences gouvernementales de traduire en temps quasi-réel de telle sorte que la totalité de l’information peut être analysée, quelle que soit la langue source, et les alertes remontées pertinemment. Certaines installations traduisent plusieurs dizaines de milliers de mots à la minute. »

L’ordinateur ne remplacera jamais l’homme. Les quelques 500.000 traducteurs interprètes ne répondant plus aux besoins tant civils que militaires. Seule la machine peut traduire la majeure partie du contenu mondial généré par cette révolution digitale, laissant ainsi l’homme se concentrer sur la traduction à forte valeur ajoutée? Après cinquante années de recherche, les résultats sembleraient aujourd’hui à la hauteur de nos attentes.

Joël-François Dumont

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN).

[1] Numéro 141 daté de Septembre-octobre 2009 de Défense, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN).Abonnements: BP 41-00445 Armées.

Articles du même auteur parus dans la rubrique "Renseignement" de la revue Défense :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact