Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Les services et la prise de décision politique

Les services et la prise de décision politique

Ce n’est pas un hasard si les services secrets allemands comptent beaucoup de juristes en leur sein. Dans un pays de droit qui se veut exemplaire, on imagine mal l’existence de "cabinets noirs" ou d’officines clandestines au service des intérêts personnels des gouvernants. Les services secrets constituent des administrations à part entière, situées au cœur même de l’appareil d'État. Mais la tradition bureaucratique les rend-elle pour autant efficaces ? Cette tribune a été publiée dans la revue Défense [1]. Nous la reproduisons ici avec l'autorisation de son auteur, Joël-François Dumont (*).© Paris, le 24 février 2010.

Autant de questions largement débattues du 7 au 9 décembre 2009, au cours d’un brillant colloque qui a réuni une centaine de spécialistes. En présence de plusieurs anciens présidents du BND [2], du BfV [3] et de personnalités représentant la chancellerie ou d’autres services, examiner devant d’experts étrangers « l’influence des services secrets dans la prise de décision politique » -- relevait du défi. On aurait pu s'attendre à un échange de banalités, il n'en fut rien, tout au contraire. Pour la deuxième année consécutive, la Fondation (Stiftung) Hanns Seidel - du nom du créateur de la CSU bavaroise - en association avec le GKND [4], association regroupant des anciens des services, ont réussi leur pari.

Le château de Wildbad Kreuth en Bavière

Les conférences organisées par le professeur Dr. Klaus Lange, directeur de l’Akademie für Politik und Zeitgeschehen, académie spécialisée dans le traitement des grands dossiers de politique étrangère, ont acquis une renommée internationale. Dans le fabuleux décor du château de Wildbad Kreuth en Bavière, les meilleurs experts allemands et étrangers [5] se sont succédé à Kreuth depuis près de vingt cinq ans, apportant une expertise de qualité. D’autres fondations prestigieuses participent à ces échanges réguliers pour tenter d’éclairer les fondements de la politique internationale. Expliquer l’origine des conflits, suivre l’évolution des crises, distinguer les acteurs en présence, comparer les solutions qui s’opposent, permet de démêler bien souvent des situations compliquées. Parmi les invités, des « anciens », des membres des services, des diplomates, des hauts fonctionnaires et quelques rares journalistes, allemands et étrangers, qui, après avoir participé au débat, prolongeront les conférences par des entretiens avec des acteurs de haut niveau. Pour la deuxième année consécutive, cette association avec le GKND dirigé par Wolbert Smidt et Volker Foertsch aura été un gage de succès.

Le Professeur Dr. Klaus Lange

Pour lancer le débat, le professeur Lange évoque d’emblée la « crainte » que les services puissent être « tentés de produire des analyses en fonction de leurs clients ». Un risque couru depuis Nefertiti (Nofretete en allemand) : les porteurs de mauvaises nouvelles faisant rarement carrière… Certains soupçonnant une mauvaise « adaptation des services aux nouvelles menaces », amplifiée par « des lourdeurs bureaucratiques qui ne permettraient pas de trouver un rapport raisonnable entre la qualité obtenue et le prix payé ».

Volker Foertsch, ancien 1er directeur du BND, cofondateur du GKND

Les professionnels estiment non sans fierté que « l’Allemagne n’a pas de tabou ». Pas même dans le domaine du renseignement, où les Allemands assument à la fois un savoir-faire légendaire et une très forte tradition démocratique: Nachrichtendienst ist Herrendienst! La vieille maxime prussienne reste d'actualité dans un pays où le Renseignement reste avant tout « un métier de seigneur ». Pour Volker Foertsch, « gagner la confiance du politique » est une de leurs premières « priorités, tous partis confondus ». La raison d’être des services secrets est de « servir le politique en lui fournissant en temps et en heure les informations sensibles dont il a besoin, après avoir vérifié tout ce qui peut l’être ». Pour cela, il leur faut présenter les informations les plus fiables possibles pour « permettre aux décideurs d’agir en connaissance de cause ».

 Wolbert Smidt, ancien 1er directeur du BND, cofondateur du GKND

Qui dit confiance dit aussi contrôle. Dans un pays où le contrôle parlementaire s’exerce de manière très satisfaisante depuis de longues années, les Allemands ont toujours été soucieux de faire en sorte qu’aucune « dérive » ne soit possible, même au nom de la guerre contre le terrorisme, comme cela a pu être le cas en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. Ceci n’empêche pas les éléments opérationnels de rester secrets pour des raisons évidentes. Si les commissions parlementaires sont aussi puissantes, c’est parce que les députés allemands sont jaloux de leurs prérogatives. Même les membres allemands du Parlement européen exigent d'être tenus au courant de la situation internationale. Ils n'entendant pas se contenter de la lecture des journaux.

Ce sont les départements « Ressorts » qui prennent les décisions. Avec une « capacité d’analyse » jugée satisfaisante et une recherche qui demeure une spécialité allemande, les services ont une image de marque positive dans l’opinion, malgré quelques affaires jugées « malheureuses ». Au cours des trois dernières décennies, ils estiment même avoir été « plutôt bons ». Qu’il s’agisse du putsch contre Gorbatchev en août 1991, de l’invasion soviétique en Tchécoslovaquie en 1968 ou en Afghanistan en 1979, de la dissolution du Comité central de l’URSS, ou de leurs estimations sur l’économie de l’URSS dés 1996, sur l’état de la RDA, prévoyant à terme l’effondrement de ces régimes, le BND s’est incontestablement montré « efficace ».

Il n’empêche que la donne a fondamentalement changé. Même si les moyens de communication modernes, Internet, guerres, terrorisme et prolifération, sont désormais le fait de groupes et non plus d’États, pour faire face à ces nouvelles menaces, les services doivent encore faire beaucoup plus pour mieux répondre à ces exigences nouvelles.

Joël-François Dumont

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et rédacteur en chef adjoint de la revue Défense.

[1] Numéro 144 daté de Janvier-février 2010 de Défense, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN).Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] BND: Bundesnachrichtendienst (service extérieur).

[3] BfV: Bundesamt für Verfassungsschutz (service intérieur)

[4] GKND: Gesprächskreis Nachrichtendienste in Deutschland e.V.

[5] Voir "L’influence des services sur le politique en Grande-Bretagne" de Michael Herman, Secrétaire du JLC de 1972 à 1975.

Articles du même auteur parus dans la rubrique "Renseignement" de la revue Défense :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact