Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

L

L’espace : nouvelle frontière européenne

Ce billet de Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense [1] est rediffusé ici avec l'aimable autorisation de son auteur. Paris, le 24 avril 2008.©

Le Cargo Jules Verne a été mis en orbite par une Ariane 5, le 9 mars dernier, vers la Station spatiale internationale (ISS), à quelque 400 kilomètres d’altitude. Une première pour l’Europe spatiale qui réalise ainsi une prouesse technologique. Ce n’est pas la seule réussite d’EADS-Astrium qui a construit ce module pour l’Agence spatiale européenne (ESA). Bien que n’ayant pas de passager lors de son lancement, ce cargo doit pouvoir accueillir les occupants de la station orbitale qui travailleront dans son habitacle. Avec ce programme, l’Europe s’impose pleinement comme copropriétaire de l’ISS, aux côtés des Américains, des Russes et des Canadiens, depuis l’amarrage du laboratoire européen Colombus, en février dernier.

A cette occasion, le Président de la République a affirmé « la volonté de la France de conserver, quoi qu’il arrive un accès autonome à l’espace pour des raisons stratégique mais aussi pour la recherche scientifique et la sauvegarde de l’environnement ». En effet connaît-on assez le rôle précurseur de la France et de l’Europe avec Envisat ? Dans le même ordre d’idées, « sait-on assez que l’ESA lance chaque année une sonde cruciale pour appréhender le changement climatique (GOCE : mesure des océans avec une précision inouïe ; SMOS : humidité des sols ; EarthCare : impact des radios/aérosols ? Que seule l’observation spatiale, non intrusive, livre aux démocraties les informations stratégiques pour leur diplomatie et leur défense ? », rappellent fort à propos Philippe Cothier, président du Centre d’étude et de prospective stratégique (CEPS) et Stanislas Chapron, président du directoire de Marsh France. [2]

Dans cette perspective et à la suite de « Jules Verne », quatre autres cargos sont déjà prévus d’ici 2015, pour assurer, au rythme d’un lancement tous les dix-huit mois à vingt-quatre mois, la desserte de l’ISS, avec une capacité de fret de 7,4 tonnes (trois fois celle d’un « Progress »), mais aussi pour rehausser périodiquement son orbite. Une nécessité, puisque les navettes américaines seront mises à la retraite en 2010. Pour confirmer cette avancée, l’Europe spatiale a besoin d’un second souffle. Celui-ci doit être l’une des priorités de la présidence française de l’UE qui débute le 1er juillet prochain. En dépit des restrictions budgétaires ambiantes, elle doit se fixer des objectifs clairs pour 2013 et 2020 et préserver l’avenir dans deux directions : la recherche, évidemment et les infrastructures. Pour ce faire, il s’agira de tirer les enseignements des ratages du financement de Galileo et - bien-sûr - de consolider l’Agence spatiale. Plus précisément, il faudra aussi, et de manière prioritaire, prendre des positions déterminées en matière de lanceurs, point faible des programmes spatiaux européens.

En 2007, Ariane a effectué six lancements représentant 80% des satellites de télécommunications lancés dans l’année. Mais, pour la première fois de son histoire, le lanceur se trouve sollicité par la demande commerciale et institutionnelle au maximum de sa performance, soit 9600 Kg pour l’orbite géostationnaire de référence. A tel point que désormais l’opérateur commence à rencontrer des difficultés d’appairage des satellites sous coiffe - dont la masse continue, elle, à augmenter en fonction de l’évolution des besoins des opérateurs de satellites. L’ancien directeur général du CNES, Yves Sillard, a estimé dans une récente tribune de la presse économique, que l’analyse du passé montrait que depuis 1980 la masse des charges utiles croit pratiquement linéairement de 125 Kg par an soit 250 Kg en lancement double. Or le lancement double est vital pour la compétitivité d’Ariane. Si la croissance en masse des satellites ne connaît pas de pause et qu’aucun programme d’amélioration (performance à 12 tonnes en 2015) n’est décidé afin d’y faire face, le risque apparaît pour le lanceur de n’être plus en mesure de proposer aux clients des services à un prix attractif. Nul doute que la concurrence russe, américaine, chinoise, japonaise ou indienne à terme saura tirer profit d’une telle « désoptimisation » et de la perte de crédibilité en conséquence. L’évolution ne nuirait pas à la confiance des clients, tout au contraire elle la conforterait. Elle pourrait être conduite pendant les sept années à venir en parallèle avec la production d’Ariane 5 dans la version actuelle, sans impact négatif sur les activités en cours.

La conférence ministérielle de l’Agence spatiale européenne de novembre 2008 devrait être l’occasion de remédier à cette difficulté qui risque d’affecter sérieusement la filière à mi-vie à l’horizon 2015 si elle n’est pas anticipée dès maintenant. Un gain de performance de l’ordre de 2 tonnes accessible pour les lancements doubles de la deuxième période de la décennie 2010-2020 n’est pas une révolution, mais une adaptation. Si aucune décision n’est prise rapidement – et actuellement aucun signe ne vient contredire cette hypothèse conservatrice – l’avenir d’Ariane risque d’être remis en question. Ariane est pourtant, non seulement le garant de notre accès autonome à l’espace,[3] mais l’un des fers de lance crédible sur la scène mondiale de l’ambition technologique et industrielle européenne : une nouvelle frontière du « vieux continent »…

Richard Labévière

[1] Billet du rédacteur en chef de Défense, Numéro 133, daté de Mai-juin 2008, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), réalisée par des bénévoles, « auditeurs de l'IH ». Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] « La France a rendez-vous avec l’Europe spatiale », in La Tribune du 2 avril 2008.

[3] Voir le Grand dossier du N°133 consacré à la « Militarisation de l'Espace ».

Du même auteur, lire également :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact