Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Barack Obama

 

Barack Obama, le réel et nous...

Ce billet de Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense [1] est rediffusé ici avec l'aimable autorisation de son auteur. Paris, le 22 octobre 2008.©

L’élection de Barack Obama a été mondialement saluée par une ferveur quasi-planétaire à un point tel que le terme d’ « Obamania » s’est imposé dans nombre de commentaires pressés. Cette popularité globale semble répondre, notamment à trois raisons profondes : la première, la plus immédiate, réside dans le rejet massif des années Bush. Cette compréhensible aversion est liée aux mensonges d’État à répétition concernant les armes de destruction massive avec lesquelles l’Irak était censé menacer la planète entière ; aux liens prétendus entre le régime de Saddam Hussein et Oussama Ben Laden toujours insaisissable ; au scandale des tortures dans les prisons d’Abou Ghraïb, de Guantanamo et d’ailleurs ; enfin à l’arrogance des idéologues néoconservateurs inspirant un président tout aussi arrogant, inculte, inspiré et dogmatique. D’autres mensonges et violations du droit international récurrents concernent les arrestations arbitraires effectuées par des agents de la CIA sur sol européen, de même que l’usage non autorisé de l’espace aérien d’autres pays souverains par les avions de ce même service secret. Par extension, ces égarements à répétition ont, non seulement discrédité les États-Unis, mais ont fini par rejaillir sur l’ensemble des pays occidentaux et, plus grave encore, par atteindre les fondements mêmes des valeurs démocratiques, sinon la dimension universelle de l’idée même de démocratie.

La deuxième dynamique de rejet d’une prolongation de l’administration républicaine réside largement dans les effets de la crise financière dont les deux mandats Bush sont largement responsables. Même si Obama n’a pas de programme économique encore arrêté, il a su incarner le rejet du système des « subprimes ». Quand bien même il a récolté plus de fonds que son concurrent il n’appartient pas à l’oligarchie financière. Au début de sa campagne, il a bien proposé quelques mesures protectionnistes, mais le déficit commercial américain est tel que celles-ci entraîneraient, dans un premier temps, une baisse dramatique du niveau de vie. La question est maintenant de savoir comment, avec la fin de la mécanique des subprimes, on va donner aux Américains les moyens financiers de continuer à vivre aux frais de la planète.

Enfin, avec Obama resurgit le visage d’une Amérique optimiste et dynamique : celle du rêve américain, de la fluidité, de l’inventivité et d’une reconnaissance du mérite. Sachant habilement ne pas jouer les noirs contre les autres, Obama a su démontrer que l’idée d’une Amérique divisée en communautés irréconciliables était désuète.

C’est certainement, à ce stade, sa plus grande réussite et sa plus belle intelligence qui nous renvoient - nous Français - à une réflexion loin d’être aboutie sur nos politiques d’accueil et d’intégration. Il n’est qu’à voir la composition de nos chambres représentatives, celle de nos conseils régionaux, généraux et municipaux pour mesurer combien le poids d’un système de notables vieillissants empêche encore l’émergence de cette France multiculturelle visible seulement dans des stades de football, incapables pourtant d’empêcher sifflets et quolibets à l’encontre de l’hymne national.

En dernière analyse, bien-sûr, l’arrivée d’Obama à la Maison Blanche est interprétée comme le retour d’une Amérique civilisée, porteuse d’une politique étrangère plus raisonnable, qui aspire à se retirer d’Irak et qui ne veut pas déclarer la guerre à l’Iran. Sur ces différents dossiers, comme sur d’autres la prudence reste, bien-sûr, de mise. Favorable au port d’armes et à la peine de mort, Obama reste un Américain qui défendra les intérêts de son pays et son aspiration à reproduire ses capacités d’hyperpuissance. En estimant que l’Afghanistan demeure l’épicentre de « la guerre contre le terrorisme » sans prendre en compte l’arrière-cour pakistanaise et ses prolongements cachemiris face à l’Inde, Obama hérite des vieilles lunes démocrates ciblant encore la Russie comme le seul véritable adversaire stratégique des États-Unis. En considérant, au mépris d’innombrables résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, que Jérusalem doit être la capitale d’Israël, Obama prolonge un ancien tropisme clintonien qui a beaucoup aggravé les crises proches orientales. Enfin, ne doit-on pas à Madeleine Albright - dont les milieux informés nous disent qu’elle fonctionnerait comme une espèce de « shadow secrétaire d’État » - cette idée saugrenue de vouloir créer un club des démocraties destiné, à terme, à supplanter l’Organisation des Nations unies ?

Trêve d’Obamania, la raison s’épure à l’épreuve du réel. Il n’en reste pas moins vrai que l’arrivée de ce jeune président métis devrait nous engager à la modestie des bonnes questions concernant nos propres incapacités gauloises aux vraies intégrations comme à la vraie réforme…[2]

Richard Labévière

[1] Billet du rédacteur en chef de Défense, Numéro 136, daté de Novembre-décembre 2008, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), réalisée par des bénévoles, « auditeurs de l'IH ». Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] Voir le Grand dossier du N°136 consacré à la « Union pour la Méditerranée ».

Du même auteur, lire également :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact