Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Gaza ou la fabrique du choc des civilisations

Gaza ou la fabrique du choc des civilisations...

Ce billet de Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense [1] est rediffusé ici avec l'aimable autorisation de son auteur. Paris, le 23 décembre 2008.©

Si elle réactive des postures opérationnelles qui ont échoué durant la guerre israélo-libanaise de l’été 2006, la nouvelle guerre asymétrique de Gaza s’est jouée dans un contexte pourtant très différent de celui du sud du Liban. Autant le Hezbollah disposait d’une profondeur stratégique en direction du fleuve Litani et de la plaine de la Bekaa, autant le Hamas est confiné aux limites exigües de la bande de Gaza, supportant – avec un million et demi d’habitants – l’une des densités démographiques les plus fortes du monde. Paradoxalement, cette absence de champ géographique et cette surcharge de population ont constitué une « profondeur tactique », favorisant la résistance d’un Hamas fondu dans une population civile, empêchant le déploiement de vecteurs conventionnels lourds et l’engagement de forces spéciales dans un tissu urbain serré, aux soubassements fortifiés. Sur le plan de la communication générale aussi, l’asymétrie s’est retournée sur elle-même. Le langage officiel israélien fondé sur la légitimité d’une défense compréhensible face aux tirs de roquettes d’un mouvement terroriste minoritaire, sinon marginalisé – catégories conformes à la taxinomie des néoconservateurs américains – a vite été supplanté par la condamnation des opinions publiques arabes et européennes d’une « réaction disproportionnée », actionnée par l’une des armées les plus perfectionnées du monde [2] contre une population civile dont plus de la moitié vit sous le seuil de pauvreté. Comme durant la guerre de l’été 2006 qui a vu l’aviation israélienne intensifier ses bombardements de projectiles à sous-munitions alors qu’une résolution de cessez-le-feu était sur le point d’être adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies, des bombes au phosphore ont été abondamment larguées sur des zones fortement peuplées au moment même de l’ouverture d’un canal de discussion entre le Hamas et les autorités égyptiennes. Selon les témoignages imparables de médecins occidentaux, des blessés d’un nouveau type ont été acheminés vers les hôpitaux : « enfants et adultes dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents ».[3]

Témoignage : « À l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l'acronyme DIME (Dense Inert Metal Explosive). Cet explosif expérimental est constitué de petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer. Celles-ci ont une énorme capacité d'explosion, mais qui se dissipe au-delà d’une dizaine de mètres » ...[3]

« A deux mètres », précisent les médecins,[4] « le corps est coupé en deux ; à huit mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération israélienne « Pluie d'été ». Son efficacité est redoutable sur une cible humaine en raison de la projection de milliers d'éclats microscopiques. Les blessures provoquées sont quasiment incurables et conduisent généralement à l'amputation. De plus l'effet cancérigène des éclats est avéré. Les particules induisent à court terme un cancer de l'Ostéoblaste ».

Cette dimension « expérimentale » est d’autant plus dévastatrice qu’elle exprime une criante incapacité diplomatique et politique à imaginer l’avenir d’un processus de paix qui n’existe plus depuis la mort des accords d’Oslo, depuis le non prise en compte du plan Abdallah d’octobre 2002, depuis la non reconnaissance de la victoire électorale du Hamas lors des élections législatives palestiniennes de janvier 2006, celles-ci s’étant pourtant déroulées sous le contrôle d’un imposant dispositif international, notamment européen. Alors, les chancelleries occidentales auraient dû relever que l’évolution du Hamas ressemblait étrangement à celle du Fatah d’il y a trente ans : celle d’une option radicale face à une impasse politique. Aussi bien, n’est-ce pas la critique de l’impuissance de l’Autorité palestinienne et du Fatah à obtenir des résultats concrets, une issue à la deuxième Intifada (lancée en septembre 2000), qui a guidé les électeurs, plus que la radicalisation de l’action du Hamas ?

A ne pas vouloir se poser ces questions pourtant simples, Tel-Aviv et ces mêmes chancelleries prennent aujourd’hui la responsabilité d’alimenter la spirale ininterrompue de radicalisation et d’incompréhension grandissante entre l’Orient et l’Occident. « A n’avoir pas voulu ou pu négocier ni avec Yasser Arafat, ni avec l’Autorité palestinienne, ni avec le Hamas », explique un diplomate libanais, « vous verrez qu’il sera encore plus illusoire d’espérer négocier avec Al-Qaïda ».

Richard Labévière

[1] Billet du rédacteur en chef de Défense, N°137, daté de Janvier-février 2009, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), réalisée par des bénévoles, « auditeurs de l'IH ». Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] Voir le Grand dossier du N°137 consacré à la « Les exportations d'armement ».

[3] Le Monde de 12 janvier 2009.

[4] Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse interviennent au Proche-Orient depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac.

Du même auteur, lire également :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact