Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Rwanda

Rwanda : la rupture épistémologique

Ce billet de Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense [1] est rediffusé ici avec l'aimable autorisation de son auteur. Paris, le 21 décembre 2005.©

Plus qu'un événement, le dernier livre de Pierre Péan Noires fureurs, blancs menteurs - Rwanda 1990-1994 » a valeur de rupture épistémologique parce qu'on ne pourra plus parler du Rwanda comme avant l'avoir lu.[3]

Le célèbre écrivain-enquêteur - à qui l'ont doit notamment « Affaires africaines » (1983), « Une jeunesse française, François Mitterrand » (1994) ou « La Face cachée du Monde - Du contrepouvoir aux abus de pouvoir » (2003) - défend, d'une manière très argumentée et en puisant aux meilleures sources, l'attitude de la France lors des génocides commis au Rwanda à partir de 1994. « La France est le seul pays qui a tenté de faire quelque chose », explique Pierre Péan et « c'est le seul qui se trouve accusé.» La politique de François Mitterrand de 1990 à 1993 n'a pas consisté, comme on le dit, à soutenir le régime hutu de Juvénal Habyarimana mais a essayé « de séparer les communautés hutues et tutsies ». Cette mise au point construite et très serrée - le livre fait quelque 550 pages - arrive à point nommé alors qu'on continue à lire en France et ailleurs des contre-vérités sur les engagements de notre pays en Afrique, comme si la présence française sur le Grand continent gênait d'autres intérêts, comme si pour aimer l'Afrique il fallait cordialement détester la France...

Pierre Péan

Exemple: « La France a une responsabilité qui est semblable à celle des Allemands dans la Shoah », n'a pas hésité à déclarer François-Xavier Verschave, l'ex-président de l'association Survie.[3] On pourrait longtemps multiplier les citations du genre tant il est vrai qu'à écouter les imprécateurs professionnels, les fonctionnaires des bons sentiments et autres désinformateurs « embedded », l'Histoire finissait par laisser dire que la France et son armée avaient favorisé, sinon commis les génocides rwandais. Il était donc temps que ces mensonges soient déconstruits précisément et que l'Histoire, sur ce point, renoue avec une certaine rationalité, honnêteté, sinon vérité. Et pour remonter aux causes de la tragédie rwandaise qui finira par s'étendre à toute l'Afrique centrale, Pierre Péan ausculte les soutiens belges, britanniques et américains à l'Ouganda de Museveni qui arma le bras du Front patriotique rwandais (FPR) et de son chef Paul Kagamé dont l'obsession récurrente fut la prise du pouvoir à Kigali, par tous les moyens et quoiqu'il en coûte... L'enquêteur décrit parfaitement les signes avant-coureurs de la catastrophe, les pré-génocides dont il n'était pas politiquement correct de parler parce qu'ils contredisaient la campagne de désinformation orchestrée depuis Bruxelles, accompagnant la marche au pouvoir de Paul Kagamé. Pierre Péan raconte, tout aussi méthodiquement, la cécité, sinon la partialité des Casques bleus de la MINUAR et de leur chef le général Roméo Dallaire qui prit ouvertement fait et cause pour le FPR, après avoir hébergé sous son toit une jeune femme tutsie... Sans avertir son supérieur hiérarchique Jacques-Roger Booh Booh, le vrai responsable de l'ONU au Rwanda, le général canadien prit la responsabilité de faire fermer une des deux pistes de l'aéroport de Kigali au dessus duquel l'avion du président Juvénal Habyarimana devait être abattu quelques jours plus tard, lever de rideau aux tueries qui devaient faucher quelque 800.000 Tutsies et Hutus modérés avant les contre-génocides qui aboutiront au démantèlement du Zaïre et au pillages des richesses naturelles des nord et sud Kivu par les sbires de Kagamé. Soyons clairs, et l'instruction que le juge Jean-Louis Bruguière est en train de terminer le confirme: l'assassinat du président rwandais a été commis par des mercenaires à la solde du FPR (le Front patriotique rwandais tutsi) de Paul Kagamé.

Mais surtout ce livre-rupture-épistémologique est essentiel en ce qu'il déconstruit aussi les logiques propagandistes accusant la France et son armée d'avoir protégé les génocidaires lors de l'Opération Turquoise effectuée par l'armée française sous mandat de l'ONU à la demande expresse du secrétaire général des Nations unies, de Organisation de l'unité africaine et de Nelson Mandela lui-même. Comme l'ajoute Péan, « il est ahurissant mais essentiel de comprendre comment - à l'époque - la très grande majorité de la presse française a pu relayer cette campagne menée contre notre pays ». Et ajoute-t-il, « j'ai vu des militaires effondrés devant moi, tellement ils ne comprenaient pas - et ils ne comprennent toujours pas pourquoi - ils n'ont pas été, ils ne sont pas, plus défendus face à un tel déni de vérité et de justice ». Et pour ne pas conclure : « Paul Kagamé et tous les blancs menteurs qui l'ont soutenu ont du souci à se faire. Vient le temps où toutes les manipulations déployées autour de la souffrance humaine seront mises au jour. Kagamé et son entourage apparaîtront alors pour ce qu'ils sont, des criminels de guerre doublés de chefs mafieux responsables de millions de morts, qui ont pour longtemps déstabilisé l'Afrique centrale et asservi leur propre peuple ».[4]

Car sur l'Afrique, le Proche-Orient ou la situation dans nos banlieues, notre apport sinon notre utilité est, justement de ne pas conclure pour ouvrir des perspectives plurielles en vous proposant des pièces nouvelles - autant que faire se peut... Essayons, avec votre aide, que ces pièces soient le plus anglées possibles et qu'elles se distinguent par leur apport d'expertise et leur honnêteté. Bonne lecture. [5]

Richard Labévière

[1] Billet du rédacteur en chef de Défense, N°118, daté de Novembre-décembre 2005, revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), réalisée par des bénévoles, « auditeurs » de l'IH. Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] « Noires fureurs, blancs menteurs - Rwanda 1990-1994 » aux Éditions Fayard.

[3] Voir “Noires fureurs, blancs menteurs” et grise polémique dans la prochaine livraison de Défense, numéro 119 à paraître début 2006.

[4] Conférence à Grenoble, le 29 avril 2004 : lire "Journalpes" du mardi 25 mai 2004.

[5] Voir le Grand dossier du N°118 consacré à « Archipélagie : puissance et vulnérabilité... ».

Du même auteur, lire également :

 

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact