Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Piraterie maritime

L’Affaire du Tanit : Contre-piraterie et polémique malsaine

Cette chronique sur les forces spéciales été publiée dans la revue Défense.[1] Nous la reproduisons ici avec l'autorisation de son auteur, Pascal  Le Pautremat (*). Paris, le 25 avril 2009.©

Le vendredi 10 avril 2009, les commandos-marine procédaient à une action à la mer pour libérer cinq otages français.[2] L’opération de vive force conduisait notamment à la mort du skipper vannetais. Les propos du préfet Christian Prouteau amorçaient alors une polémique autour de l’absence sur zone de membres du GIGN et le tir mortel dont fut victime le navigateur français.

Le vendredi 10 avril 2009, les commandos marine procédaient à une action à la mer pour libérer cinq otages français.[3] L’opération de vive force conduisait notamment à la mort du skipper vannetais. Les propos du préfet Christian Prouteau amorçaient alors une polémique autour de l’absence sur zone de membres du GIGN et le tir mortel dont fut victime le navigateur français. En dépit de multiples mises en garde,[3] les plaisanciers bretons, à l’esprit empli de rêves et de sérénité quelque peu naïve, ont cru pouvoir braver la dangerosité du Golfe d’Aden. Quittant les eaux magiques de la Mer rouge et longeant les côtes somaliennes, ils sont rattrapés par la cruelle réalité. Leur bateau, le Tanit, est arraisonné le 4 avril dans les eaux internationales, par des pirates somaliens venus du Puntland, à quelque 640 kms des côtes.

  • Éviter à tout prix le débarquement des otages en Somalie

Rapidement, le pouvoir exécutif, et le ministère de la Défense en particulier, met sur le pied de guerre les éléments prépositionnés des commandos-marine et dépêche depuis Lorient des renforts à destination du golfe d’Aden. L’impératif premier est de négocier et d’éviter coûte que coûte que les pirates somaliens ne regagnent leur territoire du Puntland où la libération des otages français se compliquerait sensiblement avec le risque même d’un enlisement de la situation marqué par une possible dispersion des otages, une multiplication des interlocuteurs. Une éventualité qui est clairement écartée d’autant plus en raison de la présence d’un enfant de trois ans parmi les otages.

Ces divers paramètres conduisent à ce que l’Élysée donne le feu vert pour une action de « vive force » (assaut à la mer) destinée à récupérer les otages et neutraliser les cinq Somaliens. Mais, l’assaut est rendu à la fois plus difficile et périlleux compte tenu du caractère exigu du bateau de plaisance, de taille finalement réduite (12,5 m de long, 3,7m de large), accentuant la dimension de promiscuité otages-pirates. Au final, on relève trois tués : deux pirates, et le skipper breton, originaire de Vannes, Florent Lemaçon. Une fois l’aboutissement de l’opération de contre-piraterie connu, l’ancien préfet Christian Prouteau (65 ans), initiateur en 1974 du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) dont il fut aussi le premier commandant, estime alors que les autorités n’auraient pas dû se priver du savoir-faire de membres du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) sur la zone d’intervention.[4] En somme, il considère d’une certaine manière – sans l’avoir dit clairement – que le résultat de l’opération aurait pu être tout autre pour le skippeur français.

Mais, en réalité, rien ne permet d’étayer cette position, car sur fond de mutualisation bien établie désormais au sein du Commandement des opérations spéciales (COS), les gendarmes d’élite et les commandos-marine et de surcroît les nageurs de combat d’Hubert qui travaillent communément avec la DGSE – sont finalement sur la même longueur d’onde quant aux méthodes, techniques et équipements usités.

  • Une polémique hasardeuse et malsaine…

Il faut donc à tout prix éviter une fausse « lutte de chapelles » que l’on observe trop souvent. En même temps, il n’est pas question d’entacher ni déconsidérer les propos de Christian Prouteau. Grand serviteur de l’État, il a sans doute porté une émotion sur un fait d’actualité au regard de sa propre expérience, mais avec un décalage de près de vingt années. Il a exprimé son point de vue, et doit être respecté. Mais, pour autant, cela ne doit pas allumer une polémique malsaine qui embarrasse le GIGN et froisse les Commandos-marine. Deux grandes structures qui, de surcroît, sont habituées à s’entraîner et opérer ensemble, comme en témoigne leur action combinée, en avril 2008, dans la libération du Ponant et de ses trente otages, dont 22 Français.

Le général Denis Favier, qui commande le GIGN et le contre-amiral Marin Gillier, pacha de la force maritime des fusiliers marins et commandos (FUSCOS) étaient intervenus physiquement diligentant eux-mêmes une opération menée de main de maître. Tous deux, en outre, sont de fins acteurs opérationnels puisqu’ils témoignent communément d’une remarquable expérience du feu.

Quant à la mort du skipper français, souhaitons que le ministère de la Défense saura être transparent jusqu’au bout, comme l’a annoncé le ministre Hervé Morin, quant aux conclusions des études balistiques qui sont en cours au moment de la rédaction de cette rubrique. Car, même si la balle qui a tué le skipper, est celle d’un membre du commando français, elle ne doit nullement induire une quelconque culpabilité des militaires français. En aucune manière, le ministère de la Défense doit être mis à mal.

La mort du Vannetais vient au contraire rappeler que le risque zéro n’existe pas et que toute opération, en dépit de la finesse extrême de l’entraînement suivi par les forces spéciales, n’est pas exempte de paramètres contraignants, voire nuisibles quant à l’heureux dénouement évidemment souhaité par les commandos-marine eux-mêmes. Car s’ils ont su sauver quatre otages, nul doute qu’ils considèrent avoir échoué en perdant le cinquième.

Telle est la culture d’intervention française, connue et reconnue à travers le monde. Retenons enfin que les circonstances ont conduit à une lourde imbrication des acteurs, à des tirs croisés dans un environnement étroit. Et la fragilité des parois du voilier n’a sans doute rien arrangé. Et cela sur une poignée de secondes seulement. Cela ramène à une certaine humilité loin des discours de rapport de force, de graduation des compétences.

Les gendarmes du GIGN, à l’instar des commandos-marine hautement spécialisés pour la contre-piraterie maritime, auraient été confrontés au même cas de figure et à l’application des mêmes principes stratégiques et tactiques. Ni plus, ni moins.

Pascal  Le Pautremat (*)

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et Chroniqueur à la revue Défense.

[1] Défense N°139 daté de Mai-juin 2009. Revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN). Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[2] Il s’agissait de Florent et Chloé Lemaçon, leur petit garçon de trois ans, et un couple d’amis des parents.

[3] En mars 2009, la Marine nationale, par le biais de la frégate Floréal, avait mis en garde à plusieurs reprises la famille Lemaçon sur les risques qu’ils encouraient dans cette zone et leur avait suggéré de faire route, plus au sud-sud-est, vers les Seychelles.

[4] Des membres du GIGN étaient toutefois intégrés à la cellule de crise qui, depuis le boulevard Saint- Germain géraient conjointement l’Affaire du Tanit, au cœur du Centre de Planification et de conduite des opérations (CPCO).

Dans la rubrique "Forces spéciales", lire également du même auteur :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact