Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Pouvoirs publics et médias

Pouvoirs publics et médias : la spécificité française

Les rapports des journalistes français avec le monde politique sont bien difficiles. Exception ou spécificité française ? « Selon une tradition tout à fait française, c’est à l’État que la presse a fait appel pour porter remède aux effets pervers de la 'protection' de l’État et pour réparer les dommages collatéraux causés par son intervention. C’est ainsi qu’au fils des ans s’est construit un « véritable maquis d’aides où seuls les experts de Bercy et de la Fédération nationale de la presse française parviennent à se retrouver » ... Encore vrai ou faux : dans un pays où « la tradition du reportage est la plus dévaluée de toutes les traditions du journalisme français, mais, au fur et à mesure de l’aggravation de sa crise économique, il a augmenté le poids de ce journalisme de cour..» comme le démontre Philip Meyer [1] « La société démocratique ne reste qu’utopique. Néanmoins, on se doit d’encourager les journaux libres et autres indépendants afin d’arriver à une plus grande concentration de vérité dans les mensonges. »[1] Incorrigibles Gaulois... chez qui la « conception paternaliste des relations entre pouvoirs publics et média continue d'imprégner la pratique française! » pour reprendre l'expression de Géraldine Muhlmann, auteur d’une histoire politique du journalisme (*) [2] avec qui François d'Alançon (*) s'est entretenu pour sa chronique sur les armes de communication massive publiée dans la revue Défense. [3] Nous la reproduisons ici avec l'autorisation de son auteur, François d'Alançon (*). Paris, le 24 octobre 2005.©

François d'Alançon : Comment le journalisme de guerre a-t-il évolué depuis la guerre du Vietnam ?

Géraldine Muhlmann : Beaucoup des problèmes qui se posent aujourd’hui ne sont pas nouveaux : ce sont des difficultés classiques liées à la guerre ou au contrôle de l’information.

Sur la question de la médiatisation et de ses conséquences sur l’opinion publique, on est toujours dans un traumatisme post-Vietnam. Jamais la brèche n’avait été aussi large pour les journalistes qu’à cette époque et depuis, on essaie de la fermer, sachant que toute parole ou tout regard sur un conflit a des effets politiques. Pendant la première guerre du Golfe, les journalistes ont été mis sous contrôle absolu, à distance du conflit.

Après l’autocritique qui a suivi aux États-Unis, on est aujourd’hui dans une solution intermédiaire avec les journalistes « embedded » (« incorporés ») en Irak, un rapport donnant-donnant où chacun est censé trouver son compte. D’un côté, les journalistes sont plus contrôlés que dans les bataillons au Vietnam, de l’autre, les militaires sont souvent leur premier objet d’observation et cela permet d’avoir une idée de ce qu’ils vivent.

Aujourd’hui, il semble très compliqué sinon impossible de travailler dans une totale autonomie en Irak. Les journalistes sont cantonnés dans des hôtels, ont recours à des escortes armées et à des auxiliaires locaux pour faire des interviews. Même dans ces conditions, je continue de penser qu’il faut continuer à aller sur le terrain. La visibilité se crée aussi à la marge.

François d'Alançon : Face aux « opérations d’information » conduites par les armées occidentales, comment le journalisme peut-il préserver son autonomie ?

Géraldine Muhlmann La communication politique, pour ne pas dire la propagande, a toujours existé. Toutes les parties à un conflit essaient d’utiliser les médias. Des questions de déontologie journalistique se posent à chaque instant et l’aveuglement patriotique reste un risque, comme on l’a vu dans les médias américains, surtout au début de la guerre en Irak. Pour des raisons techniques et de contexte, les brèches dans lesquelles le journalisme de guerre a toujours essayé de s’engouffrer pour essayer de contourner la communication officielle deviennent de plus en plus étroites. En réalité, le problème reste celui de la brèche : où peut-on essayer d’avoir un autre regard que le regard officiel ?

"Une histoire politique du journalisme", Prix Le Monde de la recherche universitaire

Comment faire pour avoir une autre visibilité de la situation ? Contrairement à la définition très réductrice qui domine en France, le journalisme de guerre ne se réduit pas au reportage sur le terrain. C’est aussi un journalisme de coulisses ou d’enquête, souvent fondé sur un travail de fond à long terme, avec des réseaux et des sources. En 2004, Diana Henriques, journaliste financière au New York Times, a publié un série d’articles sur les compagnies d’assurance qui escroquaient les jeunes soldats américains en leur vendant des assurances vie avant leur départ en Irak, ce qui a déclenché des enquêtes des autorités fédérales et locales ainsi que du Congrès. Dans un autre registre, Seymour M. Hersh a sorti l’affaire de la prison d’Abou Ghraib, en mai 2004, dans le magazine The New Yorker, en enquêtant depuis le territoire américain (comme il l’avait fait d’ailleurs en 1969 à propos du massacre de My Lay).

François d'Alançon : Après la libération de Florence Aubenas, les autorités françaises ont multiplié les mises en garde aux médias français concernant l’envoi de journalistes en Irak. Qu’en pensez-vous ?

Géraldine Muhlmann : II y a sans doute une spécificité française dans cette conception paternaliste des rapports entre les pouvoirs publics et les médias. Le gouvernement pourrait interdire la présence d’un ressortissant français sur le territoire d’un pays en la déclarant illégale. Ce serait une position claire de sécurité nationale. Les autorités préfèrent prodiguer leurs conseils aux médias sur le mode « ce n’est pas interdit mais je ne vous conseille pas d’y aller ». Cette question relève, selon moi, d’une concertation entre professionnels, en écoutant surtout ceux qui connaissent la situation sur le terrain. Par ailleurs, l’absence de toute inquiétude, dans le débat public, à propos de la présence très réduite de la plupart des médias français sur le terrain irakien depuis plusieurs mois me choque.

Dans l’opinion publique française, les journalistes sont assimilés aux hommes politiques. C’est ce rapport incestueux qu’il faudrait casser pour que le journaliste puisse tisser un autre lien avec le public. Le renforcement de l’autonomie de la profession journalistique passe par une plus grande capacité d’autocritique, une plus grande indépendance d’esprit, dans les pratiques, les manières de pensée et les grilles d’analyse. La démocratie est un cheminement long et la France a encore du mal avec la raison d’État. Quand, quarante ans plus tard, la presse française titre enfin sur la torture pendant la guerre d’Algérie, cela suscite encore de l’indignation.

François d'Alançon

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et rédacteur en chef adjoint de la revue Défense.

[1] Voir Journalisme et démocratie de Philippe Meyer.

[2] Agrégée de philosophie et de science politique, diplômée de l’école de journalisme de New York University, Géraldine Muhlmann est professeur à l’Université Paris XI. Elle est l’auteur de deux ouvrages : "Du journalisme en démocratie", aux Éditions Payot, 2004 et "Une histoire politique du journalisme" (XIXe-XXe siècle), aux PUF, 2004 qui s'est vu attribuer le Prix Le Monde de la recherche universitaire.

[3] Défense N°118 daté de Novembre-décembre 2005. Revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN). Abonnements: BP 41-00445 Armées.

Dans la rubrique “Armes de communication massive”, lire également du même auteur :

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact