Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Du bon usage de l

Du bon usage de l’Histoire et de la géographie…

Par Guy Labouérie, vice-Amiral d’Escadre (2S), auteur de nombreux ouvrages de référence en matière de stratégie.[1] Brest le 14 mai 2012.©

L'Amiral Guy Labouérie -- Photo © Joël-François Dumont.

L'Amiral Guy Labouérie

Il semble que la déception des Français à l’annonce que la Grande-Bretagne achètera un avion américain pour son futur porte-avions est grande et vienne en dernier avatar d’une longue suite de déconvenues depuis l’époque déjà lointaine de l’achat d’avions civils ! Il n’y a pourtant pas lieu de s’étonner. Notre pays et plus encore nos élites n’ont jamais cherché à véritablement « connaître » ce qu’il en est de la Grande-Bretagne et de l’ensemble anglo-saxon (GB, USA, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande) dont ils ignorent la puissance et l’influence, comme par exemple dans le système « Echelon » de surveillance mondiale. Hélas ! Nous rêvons d’un monde qui n’existe que dans nos idées fondamentalement paysannes et pas dans la réalité océanique où nous sommes enfermés à jamais. Pourquoi ? Comment un peuple aussi « intelligent » peut-il autant se tromper et pas seulement vis-à-vis des Britanniques mais d’une façon globale à l’ère de la mondialisation ?

Une des réponses tient à l’ignorance de la mer dans toutes ces dimensions et il n’est pas inutile de citer ici un texte paru dans la revue « Le Yacht » le 23 septembre 1882 -- ce n’est pas une erreur --, où l’on trouve déjà des préoccupations d’aujourd’hui:

« On n’entend parler en ce moment que d’enseignement, enseignement public, enseignement libre. Nous serons donc en pleine actualité en disant quelques mots d’un genre d’enseignement dont il n’est question nulle part : l’enseignement maritime.

Nous ne nous lasserons pas, quand nous parlerons de pareilles questions, de jeter les yeux sur nos voisins. Or en Angleterre c’est dès l’enfance qu’on sollicite vers la mer les goûts et l’intérêt de la population. »

Ce fut une erreur de croire, par ignorance, que l’on pourrait faire rentrer celle qui est une île dans un ensemble hétérogène de pays continentaux, et que la France pourrait jouer avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne le même jeu de bascule séculaire de la Grande-Bretagne avec la France et l’Allemagne !

Toute l’éducation de nos élites est à revoir.

On peut s’interroger sur ce qu’il en est de toutes nos formations de haut niveau, quand on voit Sciences politiques supprimer la culture générale, que trop de professeurs d’université y compris en Droit expliquent que la culture générale ne sert à rien… et que dès la sortie de leurs écoles renommées, ENA et Polytechnique, leurs élèves disent n’avoir jamais le temps de lire et de réfléchir en dehors de quelques magazines et de notes de synthèse dont les auteurs ne paraissent pas souvent au niveau de réflexion, d’analyse et de synthèse qui seraient nécessaires dans les responsabilités qu’ils exercent. S’il en est de même à l’École de la magistrature cela serait plus qu’inquiétant.

La Marine Nationale elle-même a connu cette tentation technocratique, voire bureaucratique, en supprimant les cours d’histoire dans son École Navale, il y a une cinquantaine d’années. Heureusement, à sa première visite, le général de Gaulle y mit rapidement bon ordre.[2] Mais aujourd’hui la question est bien plus immense. Peut-on avoir des relations internationales, politiques, commerciales et autres, adaptées à la mondialisation, si l’on ne connaît rien ou pas grand' chose à l’ensemble des acteurs et à leur situation géographique, démographique, culturelle, etc. Nous pleurons sur la disparition de notre industrie mais qu’a-t-on fait depuis des dizaines d’années pour notre commerce international ? L’Allemagne l’a bien mieux compris que nous, ne serait-ce que dans sa politique d’enseignement des langues. Nous n’avons pas voulu apprendre la Mer qui est le support du commerce mondial et le seul véritable commerçant de niveau mondial que nous ayons eu en France, Jacques Cœur,[3] a été jalousé et emprisonné, car on ne pouvait accepter qu’il s’enrichisse, vieux travers de notre pays. Même s’il n’était pas très « pur » dans ses affaires, combien de nos chefs d’entreprise et de nos politiciens connaissent-ils la vie et les succès de cet homme, un des rares à avoir « l’esprit d’entreprise » véritable et essaient-ils d’y trouver des ressorts adaptés aux affaires internationales, publiques et privées du XXIème siècle?

Oubli de l’Histoire et de la géographie…

La quasi-totalité de nos décisions en sont marquées. N’en prenons que deux exemples. Le choix d’un drone israélien fabriqué pour un espace restreint dans des conditions géographiques et opérationnelles très particulières a-t-il un sens pour les armées françaises, qui ont de tout autres besoins, ou bien est-il seulement un cadeau à X ou Y ou les deux? De même, encouragée il est vrai par les États-Unis, l’accélération de l’entrée dans l’Union européenne de trop nombreux pays européens a-t-elle pris en compte la totalité des données historiques au sens large, géographiques, culturelles, etc… ou s’est-elle contentée de vagues discours sur un seul bilan économique ce qui a évité dans la plupart des cas de demander l’avis des populations? Heureusement arrêté dans le cas de la Turquie, le cas de la Grèce montre que, outre la fameuse crise plurielle depuis 2008, nous avons commencé à payer des décisions irréfléchies sans fondements réels.

Ne nous faisons pas d’illusion ! Aucune création bureaucratique ne règlera les questions de l’inadaptation séculaire de notre pays à l’ouverture des esprits vers une mentalité océanique pourtant plus indispensable que jamais désormais. La curieuse construction de nos autoroutes comme notre refus des canaux [4] montre à l’évidence nos erreurs et nos manques de vision qui nous ont coûté des centaines de milliers d’emplois. Si nous ne changeons pas, nous allons au devant de tristes lendemains. Travaillons, apprenons, et l’histoire et la géographie dans toutes leurs dimensions et refusons cette pseudo histoire/géographie enseignée dans notre Éducation nationale.

A l’ère de la planète bleue il n’y a pas d’échappatoire si l’on veut continuer l’aventure de la France. Nous avons des écoles d’historiens et de géographes remarquables. Laissons les infuser la totalité de notre pays en revenant au principe de réalité si cher à Raymond Aron et en abandonnant ces vues irréelles trop orientées qui traînent depuis trop longtemps chez nous. Cela demandera bien du temps, et le maritime est un remarquable enseignant du Temps, mais c’est indispensable pour balayer définitivement toutes ces billevesées que nous venons encore de voir et d’entendre aux deux extrêmes de nos élections présidentielles dont le résultat serait notre ruine, et pas seulement financière, si on voulait les appliquer.

Peut-être est-il encore temps de réagir à la condition d’abandonner nos picrocholines guérillas internes au détriment dans un premier temps de notre jeunesse et par la suite de notre pays!

Guy Labouérie

[1] Après avoir commandé l'École Supérieure de Guerre Navale et quitté la Marine, l'Amiral Labouérie s'est consacré à l'enseignement en Université et à des études de stratégie générale et de géopolitique. Élu à l'Académie de Marine, il a été notamment professeur à l'École de Guerre Économique, membre du comité stratégique de l'Institut de Locarn en Bretagne et est souvent intervenu dans diverses écoles et entreprises sur les questions de géopolitique et de stratégie.

[2] Je ne sais ce qu’il en est aujourd’hui et espère que l’on continue.

[3] cf. European Security : « Les leçons de l’Océan : Jacques Cœur » (14.05.2005).

[4] cf. European Security : «  Flux et mouvement » : (26.02.2005).


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact