Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Égypte

Plutôt que d’informer, je préfère ramener ma fraise…

Lecture symptômale de quelques livres inutiles:  Mali : La double inconstance…

Par Richard Labévière (*)

Source : Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 5 juillet 2013.

Richard Labévière -- Photo © Joël-François Dumont.Les deux livres qui viennent de paraître sur l’opération "Serval" [2] - lancée par le président de la République au Mali le 11 janvier 2013 -, sont représentatifs, jusqu’à la plus triste caricature, d’une double inconstance typiquement française. Livres pressés, bourrés de contresens s’appuyant sur des sources improbables, ces deux exercices de librairies finissent avant d’avoir commencé, c'est-à-dire qu’ils relèvent davantage - l’un et l’autre - de présupposés idéologiques que d’une expertise sereine, sinon opérationnelle. Plutôt que de nous apprendre des choses sur les crises malienne et sahélienne, ils nous assènent des jugements politiques et moraux, des opinions subjectives à l’emporte-pièce très conformes à l’esprit du temps si bien résumé par l’aveu d’un journaliste politique de Canal plus : « plutôt que d’informer, je préfère ramener ma fraise… » Le mal français encore…

Le premier ouvrage se présente pourtant comme une entreprise collective de « chercheurs », politologues, géographes, professeurs, essayistes, dramaturges, humanitaires… Malgré l’excellente préface de Bertrand Badie - qui sert d’alibi scientifique à l’entreprise -, on comprend vite qu’il s’agit d’instruire le procès en sorcellerie de l’opération Serval considérée comme la Xe expédition canonnière du retour éternel de la « Françafrique ». Que n’a-t-on dit et écrit au nom de cette substance métaphysique selon laquelle les relations entre Paris et ses anciennes colonies n’auraient pas changé depuis Jacques Foccard… En dressant un faux continuum entre les guerres d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Côte d’Ivoire et du Mali, nos chers professeurs nous resservent la fable d’un Occident monolithique déclenchant des opérations de police militaire pour la seule défense de leurs intérêts économiques.

Dressant les louanges de l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU - la très francophobe Susan Rice,[3] désormais conseillère à la sécurité auprès d’Obama -, qui avait qualifié l’intervention française de « merdique », ils ressortent la veille batterie de cuisine diffamante que les agités de « Survie » nous avaient déjà servi lors des génocides rwandais, ne cessant de traîner les armées françaises dans la boue ! La cerise sur le gâteau est déposée par le propre éditeur du livre - multirécidiviste en matière de théologie du complot -, puisqu’il n’hésite pas à réaffirmer, sans ciller, que tous les islamistes sahéliens sont des agents des services algériens… Voilà qui éclaircit la compréhension du dossier.

Enfin, la morale de l’opération Serval résiderait dans la seule défense des zones d’extraction d’Uranium de la région au profit de la société française AREVA… On touche ici à l’essence même de cette théologie de la francophobie ordinaire : les Anglo-saxons fabriquent les meilleurs normes juridiques et arguties médiatiques pour défendre leurs intérêts économiques et financiers dans le monde. Ce sont les plus forts, ils sont tellement géniaux ! Mais que la France s’avise diplomatiquement, militairement ou culturellement à défendre les siens, relève purement et simplement du plus abominable néocolonialisme. CQFD…

Dans sa défense opposée, sinon apologétique de Serval, la seconde livraison n’est guère plus brillante. Malgré quelques remarques judicieuses sur les particularités politiques et stratégiques de l’Algérie, elle nous sert un bout-à-bout des communiqués de la DICOD avec quelques rappels approximatifs tirés du manuel « Al-Qaïda pour les nuls ». Pas un mot sur les causes économiques et politiques en amont de la crise (sécheresses, famines récurrentes et États faillis), sur le travail réalisé par notre ancien ambassadeur chargé du Sahel (l’excellent Jean Félix-Paganon), ni sur les conséquences de la guerre désastreuse ayant mis fin au « régime politique exécrable » de Libye. Là aussi, on comprend vite que la vraie finalité de ce petit livre pressé n’est pas l’intelligence de la crise et de ses conséquences, mais la consolidation de quelque position dans le petit monde politico-médiatique parisien.

Les dernières pages intitulées « La revanche de l’armée de Terre » sont, à l’évidence, opportunément téléphonées après un accouchement difficile du Libre blanc et la mise en perspective de la prochaine Loi de programmation militaire. Morceau de bravoure : « La dissuasion nucléaire ayant été sanctuarisée par l’Élysée, l’armée de l’Air portée aux nues par la crise libyenne et le concept de maritimisation mis sur le devant de la scène à cause des pirates somaliens et des questions énergétiques, l’armée de Terre redoutait d’être la principale victime des arbitrages budgétaires en préparation ». Quelle salade niçoise et surtout quelle méconnaissance des réalités de la maritimisation ! Conclusion de cette petite entreprise de communication laborieuse : braves gens, n’oubliez pas que « l’Iran poursuit sa marche vers la bombe malgré les sanctions de la communauté internationale ». Bien-sûr, on s’attend déjà à un prochain livre définitif sur la question.

Quoiqu’il en soit, l’engagement de la diplomatie française et de nos armées au Sahel et en Afrique méritait mieux que cette double inconstance autant improvisée que dirigée. Dans son ultime livraison avant dissolution,[4] la revue des auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) consacrait son grand dossier à « L’équation sahélienne ». Les contributions des meilleurs experts du Sahel et du terrorisme islamiste - Alain Chouet, André Michel, Johanna Vimeux et Jérôme Spinoza -, n’ont pas pris une ride ! Évidemment, à l’époque, cette expertise des plus pertinentes n’a pas eu l’avantage de retenir le moindre intérêt de nos grands journalistes pressés, ni de nos chercheurs agrégés en néocolonialisme. Dommage ! Ils auraient pu y trouver quelques concepts susceptibles de les réveiller, un peu, de leur sommeil dogmatique…

Au lendemain du lancement de Serval, nous écrivions pour espritcors@ire que la France n’avait pu faire autrement que d’empêcher la prise de Bamako par les jihadistes sahéliens, que cette guerre africaine ne ressemblait pas aux précédentes, enfin qu’elle produirait fatalement des effets induits qui concerneraient l’ensemble du Sahara, des côtes du Sénégal jusqu’au Yémen. Nous y sommes ! Traversant plusieurs États sahéliens, cette crise est macro-régionale et sa dimension touarègue la transforme irrémédiablement en question saharienne. En effet, intervenir au Mali, c’est entrer dans l’ensemble interactif des problématiques mauritanienne, nigérienne, libyenne et soudanaise sans parler de leurs logiciels algérien, qatari et saoudien. Principalement, cette crise s’enracine dans une pathologie sociale polymorphe faite d’extrême pauvreté, d’insécurité alimentaire, sanitaire, environnementale et institutionnelle ouvrant des boulevards rectilignes à la corruption, à tous les trafics du crime organisé et aux visées stratégiques des puissances régionales et internationales.

Dernièrement, un ancien ambassadeur de France au Niger (très bon) a pris l’initiative de réunir une quinzaine de chefs coutumiers du Sahel à Paris (et pas seulement des Touarègues). Ces dignitaires qui vivent au Sahara n’ont pas demandé une modification des frontières issues de la décolonisation, mais une certaine autonomie laissant aux « Sahariens » la possibilité de redevenir sujets, sinon citoyens de leur propre avenir. Leur plus grand souhait consiste à reconstruire, à partir des accords d’Alger de 2006 [5]- qui n’ont jamais été mis en œuvre -, pour désenclaver le Sahara afin d’y permettre un développement économique minimal susceptible de faire vivre ses petites populations. Pour l’heure, il s’agit de dépasser le cloisonnement traditionnel séparant les logiques de l’aide humanitaire d’urgence de celles d’un développement autocentré plus durable. Les outils existent, notamment depuis 2000, un Cadre stratégique de sécurité alimentaire (CSSA) associant l’ensemble des acteurs étatiques et non-étatiques.

Certes, s’il en est l’un des principaux moteurs, le mal développement n’est pas la seule cause du terrorisme. Celui-ci continuera à demander des ripostes sécuritaires et militaires appropriées. Parallèlement, des moyens efficaces de lutte contre les trafics du crime organisé devront être mis en ligne. Ainsi, un groupe aéronaval - comparable à celui qui a pleinement réussi le long de la Corne -, devra être déployé, à terme, pour lutter contre la piraterie qui progresse, du golfe de Guinée, en suivant les côtes de l’Afrique occidentale. Entre le Sénégal et les Guinée Bissau et Conakry, ce groupe aéronaval - emblématique de la maritimisation de nos économies globales donc des menaces, n’en déplaise à nos journalistes précédemment cités -, devra aussi impérativement casser les routes maritimes et aériennes des narcotrafiquants latino-américains. Si elles parviennent, un jour, à mobiliser un minimum de coopération multilatérale, ces deux perspectives pourraient changer la donne de la malédiction sahélo-saharienne.

A la décharge (très très limitée) de nos thuriféraires de la Françafrique, on peut, en effet, regretter que les éléments de langage de l’Élysée, de Matignon, de la rue Saint-Dominique et du Quai d’Orsay, accompagnant Serval, aient puisé dans la rhétorique inappropriée, parce que fausse et archi-fausse des néo-conservateurs américains et de leur croisade illusoire contre la terreur… L’expertise française en matière d’anti-terrorisme et de contre-terrorisme est suffisamment riche et diversifiée (Alain Chouet, Jean-François Clair, Louis Caprioli, Bernard Squarcini, etc.) pour ne pas se contenter de reproduire une communication d’Outre-Atlantique dont on connait les résultats pathétiques. Que font les crânes d’œufs des cabinets ???

Avec d’autres, nous ne cessons de le répéter depuis le 11 septembre 2001, et même depuis les attentats de Louxor (1997), Nairobi et Dar es-Salam (1998) : on ne fait pas la guerre au terrorisme, on ne fait pas la guerre à un mode opératoire…

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire.

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.

[2] "La guerre au Mali – Comprendre la crise au Sahel et au Sahara/Enjeux et zones d’ombre". Éditions La Découverte et "Notre guerre secrète au Mali – Les nouvelles menaces contre la France". Éditions Fayard.

[3] Défense ("Enjeux de défense et de sécurité civils et militaires", numéro 149 / janvier-février 2011.

[4] Conseillère à la sécurité nationale des États-Unis depuis le 1er juillet 2013, Susan Elizabeth Rice n'a aucun lien de parenté connu avec Condoleezza Rice.

[5] Conclus à Alger, le 4 juillet 2006, sous médiation algérienne entre les représentants de l'État malien et ceux de l'Alliance démocratique du 23 mai pour le changement, les Accords d'Alger pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal, fixent les modalités du développement du Nord Mali. Ils visaient à un retour à la normalisation des rapports entre la 8e région du Mali, la zone de Ménaka et l'État malien (suite au soulèvement touareg du 23 mai 2006 à Kidal et à Ménaka au Mali).

Chroniques de Richard Labévière en 2012-2013 :

Hervé Juvin et Régina Sneifer (28-12-2013)
Rafale : nouveau rendez-vous brésilien ! (12-12-2013)
Hegel, les grands hommes et nous… (10-12-2013)
Ukraine : La grande provocation (07-12-2013)
Vers la fin du pacte du Quincy… (25-11-2013)
Panique et contorsions Saoudiennes… (10-11-2013)
Otages (05-11-2013)
Remarquable ! (31-10-2013)
Mes raisons d’État (25-10-2013)
Giap nous dit : « Méfiez-vous de la Chine ! » (08-10-2013)
Proche-Orient : Où est passée l’idée du moratoire pour les armes de destruction massive ? (23-09-2013)
De quelques secrets de la grande pyramide… (14-08-2013)
Hommage au général-president Lahoud ! (04-08-2013)
Le pavillon français en danger (01-08-2013)
“Les Frères musulmans égyptiens ne pouvaient qu’aller dans le mur” (09-07-2013)
Plutôt que d’informer, je préfère ramener ma fraise... Mali : La double inconstance (05-07-2013)
Entre les batailles de Qousseir et d’Alep : les raisons du Hezbollah…  (17-06-2013)
Liban : laboratoire du monde (30-05-2013)
La bible de la stabilité du navire (28-05-2013)
Livre Blanc et LPM : L'heure de vérité pour la Marine Nationale (24-05-2013)
Olivier Lajous : l’art de diriger… (09-05-2013)
Un « Vilain petit Qatar » : cet ami qui nous veut du mal... (04-05-2013)
A-t-on encore besoin d’une grande armée ? (30-04-2013)
Leçons de Boston (20-04-2013)
Livre blanc sur la Défense : l'heure de vérité (10-04-2013)
Budget de la défense : à la recherche d'une troisième voie (20-03-2013)
Livre blanc au bord de la crise de nerfs... (15-03-2013)
Défense sans fard mais avec vue sur le renseignement, la mer et l’industrie… (20-02-2013)
Retours d’expérience Opération « Serval » : les menaces d’après… (19-02-2013)
Opération « Serval » Vaines cuistreries de chercheurs français… (07-02-2013)
L’opération « Serval » et les marins - Des ancres sur le désert… (06-02-2013)
Les trois menaces sahéliennes Terrorisme, Drogue et Corruption… (18-01-2013)
Mali : Pourquoi la France est intervenue ! (14-01-2013)
Mali/Somalie : le plus dur reste à faire… (13-01-2013)
Livre blanc, renseignement et forces spéciales (01-01-2013)
France-Algérie: Des résultats « historiques » (21-12-2012)
Un amiral élégant ou 40 mois auprès de Jacques Chirac (03-12-2012)
La Chine accède à la haute mer avec son premier porte-avions (12-11-2012)
La France face à la nouvelle géopolitique des océans (07-11-2012)
La mer, la croissance et le Livre blanc… (07-11-2012)
La sortie de crise au Sahel passe par une refondation de la relation franco-algérienne (18-06-2012)
Bouclier antimissile : un pari déraisonnable… (18-06-2012)
« Nous sommes dans le meilleur des mondes possibles, étant donné la situation actuelle » (18-06-2012)


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact