Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Je reviendrai à Tombouctou

Je reviendrai à Tombouctou…

par Richard Labévière

Source : Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 11 février 2014.

Sans doute l’un des meilleurs livres [2] consacrés aux dernières tribulations sahélo-maliennes écrit à six mains (ce qui explique certainement sa pertinence) : Shindouk Oulo Najim (chef touareg), Laurence Aïda Ammour (chercheur) [3] et Jean-Luc Peduzzi.[4] Ce document a trois grands mérites : il rapporte un regard inédit d’un acteur de premier plan, non seulement sur le Mali actuel, mais aussi sur l’ensemble de l’arc de crises sahélo-sahariennes ; il déconstruit nombre d’idées reçues sur l’activisme islamiste africain ; enfin, il remonte aux causes essentielles : situations d’ « États faillis », criminalisation des économies, trafics de drogues, d’armes, d’êtres humains et pirateries maritimes.

D’une manière plus générique, cet ouvrage pourrait s’intituler « Le Mali et le Sahel pour les nuls », tant il restitue très pédagogiquement les données d’un conflit complexe, ancien et ramifié. Le croisement des trois écritures en fait l’outil indispensable pour quiconque cherche à comprendre simplement le Sahel compliqué…

Shindouk Ould Najim au Salon du livre de Montréal, Novembre 2013

Oulad Najim, un Touareg aux origines berabishs, Shindouk, est né dans la région de Tombouctou. Le territoire de sa tribu se situe à 120 kilomètres au nord-est de sa ville natale, à Iwa-Watane, sur la route de l’Azalai. Là, il a fait construire la première école du désert et réhabilité les puits de ses ancêtres. Shindouk a épousé une Américaine, Miranda, qui a vécu en brousse en Mauritanie chez les Peuls dont elle parle la langue. En mars 2012, Shindouk et sa famille ont fui, in extremis, la ville de Tombouctou investie par des groupes islamistes et sont allés se réfugier aux États-Unis, à proximité de la frontière canadienne, dans le village dont est originaire Miranda. Enfin, ils se sont établis en Nouvelle-Écosse au Canada.[5]

L’apparition du terrorisme dans les zones sahéliennes découle de la décennie sanglante algérienne (1988 – 1998) qui a causé quelque 200 000 victimes, un grand nombre de déplacés et de disparus. La filiation mortifère GIA (Groupes islamiques armés), GSPC (Groupes salafistes pour la prédication et le combat), AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamiques) et sa nébuleuse Ansar Eddine, MUJA, Boko Haram et autres intermittents du spectacle jihadiste a totalement changé la donne géopolitique régionale. Elle a provoqué et condensé une précipitation chimique en se mélangeant à deux autres composants tout aussi nocifs : la brillante expédition de canonnières menée par messieurs Bernard-Henri Lévy, Nicolas Sarkozy, David Cameron et l’OTAN en Libye au printemps 2011 ; le banditisme local, redéployé dès le début des années 2000 avec l’installation de tête de pont aéroportuaires - en Afrique de l’Ouest - des cartels latino-américains de la cocaïne.

Dans ce contexte, nos trois auteurs nous expliquent parfaitement l’évolution de la question touareg et les mutations successives du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), ainsi que ses conséquences régionales et internationales. Par ailleurs, l’ouvrage déconstruit passablement de fantasmes dits, écrits et colportés sur l’opération Serval de l’armée française, ainsi que nombre de poncifs sur la Françafrique dont continuent à se délecter quelques élites parisiennes. Tant pis pour elles ! Enfin, et c’est certainement l’apport anthropologique essentiel de cette leçon magistrale, on saisit pleinement les conséquences du découpage colonial des frontières : « en fait, le Sud et le Nord ne se connaissent pas, même s’ils se rencontraient depuis très longtemps sur les marchés des rives du Niger où les nomades vendent le sel de Taoudenni pour acheter les produits de l’agriculture et de la pêche. Différence de race, de culture et de modes de vie, encore de nos jours, quand les Maliens du Sud parlent du Nord, on a souvent l’impression qu’ils parlent d’un autre pays. Dans ces conditions, qui au Sud s’intéresse aux problèmes des 3 à 4% de la population constitué par les gens du Nord qui vient dans les déserts ? »

En définitive, ce livre sera aussi indispensable à tous les acteurs qui œuvrent à une reconstruction d’avenir. Bien-sûr, celle-ci passe par la refondation d’appareils d’État équitables et crédibles, par la consolidation de structures d’un développement adapté et auto-centré, de même que par des moyens militaires de riposte terrestre et maritime. Mais tous ces efforts resteront vains si ne sont pas démantelées les opérations néfastes, sinon morbides de l’Arabie saoudite dans cette partie de l’Afrique. S’appuyant sur l’OCI (Organisation de la conférence islamique) et son bras financier - la BID (Banque islamique de développement) -, la monarchie pétrolière fabrique une wahhabisation des islams africains. A coups de pétrodollars, les nombreuses medressas (écoles coraniques) et ONG saoudiennes déstructurent patiemment les confréries traditionnelles des côtes de Mauritanie à celles de la Corne.

Cette politique traditionnelle du chéquier et de la Zakkat (impôt religieux) que mènent Riayd et les autres ploutocraties pétrolières en Afrique, constitue aujourd’hui l’un des principaux obstacles à son émergence économique, politique et culturelle. Encore une fois, il est absolument indispensable de lire cet ouvrage à six mains pour « revenir à Tombouctou... » Bonne lecture !

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire.

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.
[2] Laurence Aïda Ammour, Shindouk Oulo Najim et Jean-Luc Peduzzi : "Je reviendrai à Tombouctou". Ixelles éditions, juin 2013.
[3] Shindouk Oulo Najim :  Entretien sur YouTube au Salon du livre de Montréal, Novembre 2013.
[4] Commissaire divisionnaire, spécialiste des questions de sécurité dans la bande sahélo-saharienne. Auteur de "L'argent de la terreur", Presses de la Cité.
[5] Voir "The Crisis in the Sahel: An End to Algeria’s Strategic Ambivalence?" (Africa Center for Strategic Studies, 02-04-2013).

Lire également :

Chroniques de Richard Labévière en 2014 

 



  •  


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact