Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

La légion française de Paul Kagamé

La légion française de Paul Kagamé

par Richard Labévière

Source : Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 12 avril 2014.

Depuis quelques jours la rédaction d’espritcors@ire revient sur les contrevérités émises et répétées sur la tragédie rwandaise, le rôle de la France et l’honneur de ses armées. Le 11 avril dernier nous avons publié le message du ministre de la défense qui s’adressera prochainement aux armées. Enfin ! Mais il n’en reste pas moins que les « perroquets », comme les a baptisé l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine, les perroquets professionnels de l’insulte faite aux soldats français continuent à pérorer. Cette « légion française de Paul Kagamé » a valeur de symptôme : celui d’une presse française, de plus en plus réduite à quelques cercles parisiens d’influence, préférant les leçons de morale à l’information, le témoignage et l’analyse, érigeant la haine de soi en liberté d’expression…

Nous avons déjà pointé les barreurs du Titanic Libération dont le capitaine a courageusement fui la passerelle avant le naufrage final. Nous avons souri à la pythie de Mediapart, omnisciente donneuse de leçons de journalisme devant l’Éternel, dirigeant un site qui s’est, à défaut d’enquêtes et d’investigations, spécialisé dans le « journalisme de délation ». Nous nous sommes permis de relever les inconséquences et les partis pris d’éditorialistes et d’animateurs de radios du service public en villégiature à Kigali aux frais du contribuable français, alors que nos autorités avait justement décidé de boycotter les commémorations officielles du génocide après que Paul Kagamé ait, une nouvelle fois, craché à la face de la République française. Il nous reste - pour clore cette exploration peu glorieuse de l’épistémologie du journalisme parisien -, à qualifier deux autres figures « héroïques » de la légion française de Paul Kagamé : celle de l’africaniste-envoyé-spécial à qui on ne l’a fait pas, enfin celle de l’humanitaire passé avec armes et bagages aux affaires « africaines », s’entend !

Ça commence comme ça : « chez celles et ceux qui - tel fut mon cas - eurent le douteux privilège de couvrir en 1994 le génocide rwandais, cette orgie barbare, cette plongée dans l’au-delà de la cruauté, aura laissé une blessure inguérissable, une plaie béante, que rien, jamais, ne pourra cicatriser ». Attention, il y était ! Suivent une série de perles qui commencent toutes par : « je me souviens… » Exemple : « je me souviens, au retour de ces collines-là, de notre rencontre inopinée avec un détachement français du dispositif Turquoise, de la carte dépliée sur le capot d’un 4X4 kaki, et de cet officier qui, devant notre insistance à désigner le site d’une "corvée de bois" que l’on voulait croire achevée, promit de "rendre compte" ». A ces souvenirs du bon docteur es-Afrique de l’Express Vincent Hugeux, est-il nécessaire d’ajouter qu’un officier français en mission, quel qu’il soit, a bien d’autres choses à faire que de réagir aux injonctions d’un Tintin perdu au Congo… Et ça se termine encore plus fort : « je me souviens de ce déjeuner dans un restaurant du sud-ouest, un jeudi de décembre 1997, et de la leçon de « patriotisme » infligée par la porte-parole du Quai d’Orsay, outrée que l’on osât s’interroger sur la troublante apathie de Paris avant, pendant et après les Cent Jours des massacreurs. Je me souviens de tout cela et je m’en souviendrai jusqu’à mon dernier souffle ». Les flonflons mis à part, osons rappeler très modestement que Fabrice del Dongo frémissait bien d’être à Waterloo sur le champ de bataille, mais que, malheureusement, il n’y a vu que de la fumée et des chevaux… Rappelons aussi, au passage, que Vincent Hugeux a été condamné en justice pour son pamphlet « Les sorciers blancs – une enquête sur les faux amis français de l’Afrique ». La profession de Chevalier blanc nécessite un peu de rigueur…

Bernard Kouchner et Paul Kagamé au Sommet de Nice

Mais les prouesses himalayennes, donc les plus beaux lauriers de la « Légion française de Paul Kagamé », reviennent - sans conteste -, à notre ancien « ministre » des vacances étrangères Bernard Kouchner, très en vue à la tribune officielle des dernières commémorations rwandaises. Depuis cette tribune de choix et au micro de RTL, Monsieur Kouchner soutient des positions diamétralement opposées à celles tenues par l’ancien ministre de la défense Paul Quilès, président de la Commission parlementaire sur le génocide rwandais en ajoutant : « Est-ce que les troupes françaises ont elles-mêmes assassiné à la main quelques Tutsis, je ne le crois pas du tout. Mais que tout ait été préparé avec leur consentement illicite, implicite... c'est sûr ! » Incroyable ! Quelle honte et quelle indignité ! Inutile de revenir sur la batterie de casseroles et d’affaires africaines que cet ancien serviteur de Nicolas Sarkozy traîne derrière lui. Pour faire court, renvoyons seulement aux bons auteurs qui nous expliquent comment cette vieille gloire de l’Humanitaire s’intéresse avant tout aux juteux contrats de sa société de consulting… Ainsi, on relira avec le plus grand bénéfice, le livre définitif de Pierre Péan sur le champion de l’ingérence dans des affaires pas très nettes et sur celles de sa compagne Christine Ockrent, « reine des ménages » et « prestations mondaines tarifées ».[2] Plus sérieusement, et comme nous y invite justement Hubert Védrine, lisons et relisons surtout les différentes presses africaines qui expliquent, analysent et dénoncent les faits et gestes affairistes (eux-aussi) et sanguinaires de Paul Kagamé et du pouvoir rwandais actuel. Dans le prolongement de son message écrit aux armées françaises, Jean-Yves Le Drian devrait prochainement s’adresser de vive voix - par leur intermédiaire -, à la Nation. Espérons que ses mots refermeront définitivement cette séquence peu glorieuse d’une caste journalo-mondaine parisienne méprisante de l’intelligence collective des Français. 

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire.

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.
[2]  Pierre Péan : Le monde selon K. Éditions Fayard, 2009.

Chroniques de Richard Labévière en 2014 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact