Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Que va



Que va-t-il se passer à Gaza ?

par Richard Labévière

Source: Esprit@corsaire.com.[1] Paris, le 22 juillet 2014.

Une chose est sûre : sur le plan strictement militaire l’armée israélienne ne pourra pas durablement stationner, sinon réoccuper Gaza. Comme durant la précédente opération « Plomb durci » de l’hiver 2008/2009, elle pourra difficilement dépasser le seuil symbolique des 1500 morts et devra, fatalement se retirer… Comme l’explique de manière définitive Alain Joxe dans son dernier livre "Les guerres de l’empire global",[2] une armée conventionnelle ne peut sortir gagnante de ce type de conflit asymétrique 1 qui, au final se transforme toujours en victoire politique du faible contre le fort, de David contre Goliath, du sacrifice humain contre l’arrogance technologique, politique et médiatique.

L’autre précédent est la guerre qu’Israël lança contre le Liban durant l’été 2006 : non seulement l’armée israélienne subit de lourdes pertes infligées par les unités mobiles et les forces spéciales du Hezbollah, mais en plus les mythes de l’invincibilité de l’armée israélienne et de l’excellence de ses services de renseignement en prirent un fameux coup. L’image de Tel-Aviv en accusa un autre : Israël apparu clairement comme l’agresseur. Son armée « américaine » avait fait non seulement de nombreuses victimes civiles, mais aussi détruit les principales infrastructures d’un petit pays ne disposant pas, quant à lui, de vraies forces armées. Désastre en termes d’image, désastre politique et diplomatique aboutissant à une crise politique interne, des rapports d’enquête parlementaire et plus spécialisés se manifestant comme autant de symptômes d’une crise morale profonde affectant les fondement même de la société israélienne, de sa cohésion, voire de son avenir…

A Gaza, devant les caméras de télévision, les soldats israéliens montreront différents souterrains et rampes de lancement de projectiles détruits. Mais dès qu’ils auront tourné les talons, ces différents dispositifs seront reconstruits et entreront de nouveau en fonction. De fait - depuis 2008 -, la situation stratégique n’a pas bougé d’un poil à ceci près que les missiles du Hamas et du Jihad islamique ont gagné en portée comme en charge explosive. Leurs Katiba ont acquis certains savoir faire du Hezbollah libanais. A défaut de profondeur stratégique, les mêmes acteurs disposent d’une profondeur démographique inépuisable tandis que la mort d’un seul de ses soldats est vécue par la société israélienne comme un drame national. Devant la mort, l’asymétrie joue en faveur des Gazaouis, plus largement des Palestiniens et des autres acteurs de la Résistance à l’occupation et à la colonisation israélienne.

Face à ces pesanteurs du terrain et aux évidences incompressibles des guerres asymétriques actuelles, la gesticulation des diplomaties occidentales, onusienne et autres, demeure assez pitrale : les appels répétés en direction de Tel-Aviv pour un improbable cessez-le-feu relève de la pure communication à destination des opinions publiques et des diasporas arabes qui ne sont pas totalement dupes… Envers et contre tout, l’armée israélienne poursuivra son opération. Et les diplomates sérieux savent parfaitement que la cause profonde de cette nouvelle guerre s’enracine principalement dans les deux obsessions principales du cabinet Netanyahou.

La première concerne la poursuite de l’occupation militaire de la Cisjordanie et la construction de nouvelles colonies alors qu’on dénombre aujourd’hui pas moins de 180 000 logements vides en Israël ! L’objectif affiché est de poursuivre le tronçonnage de l’espace palestinien d’une manière irréversible afin de rendre définitivement caduque l’option de deux Etats avec Jérusalem pour capitale commune. Au début de son premier mandat, en 2009 plus exactement, le nouveau président américain avait imploré Tel-Aviv de « geler » la construction des nouvelles colonies afin de permettre la reprise des discussions pour un « processus de paix israélo-palestinien » moribond depuis l’arrivée de Netanyahou aux affaires. La réponse de Tel-Aviv se réduit à un simple bras d’honneur à destination des chancelleries américaines, européennes et arabes. Il convient ici de rappeler qu’à l’époque, Hilary Clinton - aspirant à devenir la prochaine présidente des Etats-Unis -, s’était alors opposée à Barack Obama. Et pour ne pas être en reste avec son électorat newyorkais et ses bailleurs de fonds de Wall Street, elle se prononçait une nouvelle fois pour le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem envers et contre toutes les résolutions des Nations unies demandant la restitution des territoires occupés en juin 1967, dont Jérusalem…

La deuxième obsession israélienne concerne la cassure du mouvement national palestinien en deux entités : d’un côte la « gentille » Autorité palestinienne sous perfusion financière européenne et américaine ; de l’autre, le « méchant » Hamas persistant à ne pas reconnaître l’existence d’un « Etat juif ». Il faut rappeler – ici – que cette situation a été méthodiquement fabriquée par les services israéliens dès le début des années 70. A cette époque, j’effectuais plusieurs interviews de responsables militaires israéliens m’expliquant ouvertement pourquoi et comment leurs services spéciaux favorisaient l’implantation d’activistes de la Confrérie des Frères musulmans dans les territoires occupés palestiniens. Ces activistes qui, plus tard seraient à l’origine de la création du Hamas palestinien, devaient constituer « les anti-corps religieux et politiques » face à une OLP de Yasser Arafat volontiers marxisante et laïque. A terme, cette stratégie permettrait à Tel-Aviv de faire apparaître la revendication nationale palestinienne aux yeux de l’opinion internationale comme une émanation terroriste alliée d’Al-Qaïda…

Cette manipulation d’apprenti sorcier a fonctionné au-delà de toute espérance, finissant par échapper à ses géniteurs, accouchant d’une nébuleuse incontrôlable et incontrôlée. Et dès qu’une velléité de réunification entre Hamas et Autorité palestinienne s’amorce, on voit le cabinet israélien monter au créneau pour dénoncer un nouveau péril terroriste menaçant la terre entière… Ces deux obsessions ubuesques sont encore aujourd’hui à l’origine de la nouvelle guerre de Gaza et de ses multiples conséquences régionales, notamment en Syrie et en Irak.

Face à cette équation parfaitement posée et connue de tous, sous nos yeux comme la lettre volée d’Edgar Allan Poe, les belles âmes peuvent toujours s’alarmer de la résurgence de l’antisémitisme ici ou là. Évidemment de telles manifestations sont inacceptables et doivent être rigoureusement combattues, mais - comme dirait Spinoza -, faudrait-il encore avoir le courage de remonter aux vraies causes et ne pas seulement traiter des effets secondaires qui ne modifient en rien l’origine du mal... En effet, le cabinet israélien devrait lire, non seulement le livre essentiel d’Alain Joxe précédemment cité, mais aussi l’Éthique de Spinoza excommunié de la synagogue en 1656…

(*) Richard Labévière est rédacteur en chef d'Esprit@corsaire.

[1] espritcors@ire, lancé le 18 juin 2012, est un réseau d’experts des questions de défense et de sécurité. Ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: déchiffrer, produire et diffuser de l’information sur ces sujets dans un cadre pluraliste, un esprit de liberté, une optique de débat.
[2] Alain Joxe : "Les Guerres de l’empire global. Spéculations financières, guerres robotiques, résistance démocratique". Éditions La Découverte, 2012.

Chroniques de Richard Labévière en 2014 


 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact