Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Honneur aux premiers SAS parachutés en France occupée

Honneur aux premiers SAS parachutés en France occupée

Discours prononcé par Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, à l’occasion de la cérémonie en hommage au caporal Bouëtard. A Plumelec, 5 juin 2014. – Seul le prononcé fait foi –. Source : DICoD.

Monsieur le préfet, Monsieur le maire, Mon général,
Officiers, sous-officiers, soldats, Mesdames et Messieurs,

Il y a soixante-dix ans, ici même, dans ce qui était pour quelques mois encore la grande nuit de l’Occupation, quelques hommes, des Français libres, comptaient parmi les premiers libérateurs de la France. Depuis Plumelec en effet, avec les résistants de Bretagne et de France, avec les soldats alliés parachutés auprès d’eux, ils allaient jouer le premier acte de la Libération. Soixante-dix ans après, leur geste héroïque reste comme le symbole du Débarquement qui a commencé à travers eux.

Nous sommes le 5 juin de l’année 1944. Il est onze heures et demie. Dans une nuit épaisse, 18 Français libres du Special Air Service s’apprêtent à prendre pied sur le sol de France. Répartis en deux groupes, sous le commandement du lieutenant Marienne et du lieutenant Deplante, ils sont parachutés au-dessus des landes de Lanvaux, à quelques kilomètres d’ici. Leur objectif : rejoindre les Forces françaises de l’intérieur, les maquisards bretons, afin de constituer une base apte à réceptionner des hommes et du matériel.

Mais c’est compter sans le brouillard et le vent, qui entravent dramatiquement leurs plans. Le stick du lieutenant Marienne, dévié de sa trajectoire, tombe ici, à Plumelec, à 800 mètres du moulin de la Grée. C’est là que les Allemands ont installé leur poste d’observation, d’où ils repèrent sans mal les parachutistes français. Trois d’entre eux, les radios, sont constitués prisonniers. Le caporal Émile Bouëtard, blessé au combat, est achevé par l’ennemi, conformément aux ordres qu’avait donné Hitler. Il est alors minuit quarante. À 29 ans, ce jeune Breton, originaire des Côtes-d’Armor, est le premier homme à mourir pour le Débarquement, sur ce site d’Halliguen qui porte depuis lors sa mémoire.

Mais les parachutistes ne se laissent pas abattre. Armés de leur courage, et de l’idée qu’ils se font de la France, ils parviennent à rejoindre les maquisards du maquis de Saint-Marcel, où ils établissent la base Dingson. Jusqu’au 18 juin, 160 autres Français libres du 4ème SAS y seront parachutés. Parmi eux, le futur colonel Pierre- Louis Bourgoin, qui est leur commandant.

Le 18 juin, le maquis est attaqué. L’assaut, puis la répression des Allemands font plusieurs dizaines de victimes. Ce n’est pas encore la fin des épreuves : le 12 juillet 1944, informée par un traître, une troupe allemande massacre seize combattants français et trois civils à Kérihuel, tout près d’ici. Parmi les morts, le capitaine Marienne, mieux connu désormais sous son surnom de « lion de Saint-Michel » ; il avait été promu sur le champ de bataille, après s’être illustré dans les combats du 18 juin.

Sur 178 SAS français engagés dans les combats entre le 5 juin et le 6 août 1944, jour de la libération du secteur, 77 ont trouvé la mort. Alors que nous rendons aujourd’hui un hommage solennel à ces hommes qui ont accompli le sacrifice ultime pour rendre la France à la France, nous mesurons la valeur d’un engagement qui va plus loin que la libération d’un territoire. Le combat de ces hommes, c’est un combat universel, un combat pour la liberté, contre l’intolérance et l’injustice, qui nous honore autant qu’il nous oblige. A leur égard, nous avons une dette inestimable.

Aujourd’hui, alors que nous nous recueillons dans le souvenir du caporal Bouëtard et de ses camarades tombés au combat, nous n’oublions pas non plus les civils, qui ont aussi été victimes de la barbarie nazie. Dans ces combats qui ensanglantèrent Plumelec et ses environs, deux mois durant, plus de quarante Méléciens laissèrent leur vie. Les Bretons, comme les Normands et bien d’autres Français, ont payé un prix très lourd pour permettre la Libération. C’est aussi leur souvenir que nous commémorons aujourd’hui.

Plumelec, qui était d’ailleurs chère au général de Gaulle, garde donc la Libération au cœur. Soixante-dix ans après, que ce soit par le geste héroïque des premiers SAS parachutés ou par le sacrifice de nombreux civils à l’échelle du territoire mélécien, votre commune reste le symbole des retrouvailles de la France avec elle-même dans ces heures tragiques. Car au-delà de ces 178 parachutistes, qui ont repris pied ici dans leur patrie après quatre ans d’exil, c’était – ici aussi – des dizaines d’hommes et de femmes qui sont sortis de l’ombre, en ces jours décisifs, pour prendre part au grand combat de la Libération.

Aujourd’hui, avec la flamme des combats qui ne s’éteignent pas, nous leur rendons l’hommage d’une Nation qui n’oublie pas, soixante-dix ans après, tout ce qu’elle leur doit.
 

Voir : Paras de la France Libre


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact