Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Discours aux personnels de DGA Essais en Vol

« Notre idée est irréalisable. Il ne reste plus qu’une seule chose à faire : la réaliser »

Discours  aux personnels de la DGA du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors de sa visite à son Centre d'Essais en vol – Seul le prononcé fait foi – Istres, le 12 juin 2014. Source : DICOD.

Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le Délégué général pour l’armement,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux d’être avec vous aujourd’hui. « DGA Essais en vol » est le quatrième centre de la DGA que je visite, après DGA MI, DGA MNRBC et DGA EM à Saint Jean d’Illac en janvier dernier. A chaque fois, j’ai rencontré des personnels passionnés par leur métier et dotés d’une compétence technique qui n’a que peu d’équivalent dans le monde. Cette passion et cette compétence, je les retrouve à travers vous.

DGA EV, d’hier à aujourd’hui

2014 est une année de commémorations. Quelques jours après les cérémonies du 6 juin, je pense bien sûr au soixante-dixième anniversaire de la Libération. Mais je pense aussi, en ce jour, aux soixante-dix ans d’existence du Centre d’essais en Vol, qui avait été créé en 1944 à Brétigny et qui est devenu DGA Essais en Vol depuis. Aujourd’hui, c’est pour moi un plaisir et un honneur d’ouvrir ces célébrations ici, à Istres, haut lieu français des essais en vol.

Il serait fastidieux de citer tous les prototypes d’aéronefs qui ont effectué ici leurs essais, tant ils sont nombreux, mais on peut évoquer simplement : pour les avions de combat, la famille « Mirage » et le Rafale ; dans le domaine des avions de transport, le Concorde, les appareils de la famille « Falcon » et ceux de la famille « Airbus », dont le dernier en date, l’A350, il y a quelques jours seulement. Du côté des hélicoptères, on peut citer le Tigre, le NH90, mais aussi le prototype révolutionnaire X3 [Xcube], qui rejoindra dans quelques jours le musée de l’Air et de l’Espace, et je veux d’ores et déjà en remercier Airbus Helicopters. Il y a enfin les drones, avec le Harfang, le Camcopter et le dernier né, le nEUROn. Je vais y revenir.

Chaque essai en vol est une aventure, qui compose une histoire de pionniers, celle de DGA Essais en Vol. Je voudrais ici saluer la mémoire des personnels qui vous ont précédé et en particulier ceux qui ont donné leur vie pour la mise au point des nouveaux aéronefs depuis soixante-dix ans.

Fort de cette histoire, DGA Essais en vol, avec ses deux bases d’essais, complémentaires et indissociables, fait partie des acteurs de tout premier plan qui permettent et accompagnent le développement de notre industrie aéronautique, tant militaire que civile. Mais votre expertise bénéficie d’abord aux forces, depuis les phases les plus amont des programmes jusqu’à la fin de vie opérationnelle des équipements.

Cet ensemble est unique. Il confère à la DGA un positionnement privilégié dans le paysage aéronautique européen, qui contribue à notre souveraineté, et en même temps à l’innovation et à l’emploi en France.

Votre Avion banc d’essai de nouvelle génération (ABE NG), qui permettra de répondre aux besoins de développement et de qualification d’équipements, souligne la pérennité de votre établissement et de ses missions.

Aux côtés de nos entreprises et de l’armée de l’Air dont je salue ici les représentants, présents à vos côtés sur le site d’Istres, vous relevez des défis qui sont majeurs pour l’avenir. Je pense au développement du radar RBE2 de Thales, destiné au Rafale – c’est le premier radar européen à antenne active. Je pense à la démonstration A-Flight, premier vol d’hélicoptère dronisé en Europe avec Airbus Helicopters. Je pense encore au futur standard F3-R du Rafale de Dassault Aviation.

Aéronautique de combat

Ce nouveau standard F3-R, que j’ai décidé de lancer en fin d’année dernière, est un signal très clair de notre volonté, celle du Président de la République et de l’ensemble du Gouvernement, de nous impliquer dans le secteur de l’aéronautique de combat.

Le niveau d’excellence qui est aujourd’hui le nôtre dans ce domaine, est le fruit des investissements de recherche et développement menés depuis plusieurs décennies, mais aussi de la volonté politique de conserver l’aviation militaire comme un pilier de notre Défense.

Cet effort, nous devons le préserver et le renforcer.

Ce secteur est profondément dual, et c’est là toute sa force. Si l’aviation d’affaires a hérité de nombreuses technologies développées pour les applications militaires, les compétences nécessaires à la conception et la réalisation d’un avion de combat s’appuient largement en retour sur les activités civiles. La forte imbrication des activités militaires et civiles est au cœur de la société Dassault Aviation. J’ai pu encore constater ces synergies lors de ma visite aujourd’hui.

En outre, lorsque l’État investit pour ses besoins de Défense, l’ensemble de la filière – y compris les sous-traitants, ETI et PME, dont la majorité est présente à la fois sur les programmes civils et militaires –, bénéficie dans une très large mesure de retombées de ces investissements.

Je voudrais ici évoquer quelques chiffres parlants : à lui seul, le programme Rafale représente 7000 emplois en France ; il implique environ 500 entreprises sous-traitantes dont une très forte majorité de PME. Plus généralement, les programmes défense représentent le quart des 300 000 emplois en France du secteur aéronautique et spatial, soit environ 75 000. Rien qu’en région PACA, les emplois industriels liés à la défense sont de l’ordre de 15 000, et c’est tout le bénéfice de la loi de programmation militaire 2009-2014, que d’avoir sauvegardé l’essentiel de cette industrie.

Si l’industrie aéronautique reste fortement présente en France, c’est notamment parce que l’aviation militaire fait appel à des compétences dont une part significative ne peut être délocalisée en raison des enjeux de souveraineté. Il en résulte un ancrage sur le sol national de la plupart des activités et emplois à très forte valeur ajoutée, y compris concernant l’aéronautique civile.

L’aviation militaire, cependant, dans un contexte de plus en plus concurrentiel, doit conforter ses parts de marchés et continuer d’internationaliser ses activités. Je suis ici très confiant dans la qualité de l’offre à l’exportation de notre industrie, et dans l’aboutissement des efforts que nous avons déployés ces dernières années, ces derniers mois en particulier, pour la concrétisation de contrats très attendus – je pense en particulier au Rafale.

L’existence d’une filière aéronautique forte est décisive pour la France. Elle lui permet, en toute indépendance, de maintenir à niveau les appareils existants, de les adapter aux nouvelles exigences opérationnelles, et de concevoir les futures générations d’aéronefs.

La préparation de l’avenir, ce sont donc les évolutions successives du Rafale, à l’instar du standard F3-R et de celles qui en prendront d’ailleurs la suite. Mais c’est aussi le programme de démonstrateur de drone de combat (UCAV) nEUROn, qui nous rassemble également aujourd’hui.

NEURON/FCAS

Je voudrais d’abord féliciter tous ceux qui ont rendu possible la démonstration du nEUROn à laquelle nous venons d’assister. A travers elle, la France prend la figure de l’excellence technologie, de l’excellence industrielle.

Le nEUROn, c’est un nouveau chapitre de l’aéronautique militaire en France. Depuis l’origine du projet, c’est le fruit d’une vision stratégique partagée entre l’État et Dassault Aviation, avec l’ambition de développer les compétences des bureaux d’étude d’un secteur industriel qui est stratégique, je l’ai dit, pour notre souveraineté.

Cette ambition est en train de devenir réalité, nous venons de le voir d’une manière magistrale. Tout le mérite en revient aux équipes de la DGA et de Dassault qui démontrent, une fois de plus, un savoir-faire unique.

Le vol du nEUROn, c’est une étape franchie dans un parcours qui reste devant nous. C’est pourquoi, dès mon arrivée, j’ai souhaité préparer la suite en confirmant notre coopération bilatérale avec le Royaume Uni dans le cadre du Traité de Lancaster House. Le projet de démonstrateur technologique du système futur de combat aérien, le FCAS (Future Combat Air System), qui vise à préparer ensemble la génération d’avions de combat post Rafale et Typhoon, est sans nul doute le sujet de coopération le plus ambitieux de notre feuille de route en matière d’équipements et d’industrie de défense.

Notre objectif a été fixé lors du Sommet de Brize Norton par le Président de la République et le Premier ministre britannique : il est de signer lors du Salon de Farnborough un accord visant à lancer une phase de définition de plus de 200 M€.

Les compétences de Dassault aviation et de ses partenaires industriels, de même que la maîtrise d’ouvrage et l’expertise démontrées par la DGA au travers du nEUROn, me donnent pleine confiance dans notre capacité à relever ce nouveau défi.

Conclusion

Pierre-Georges Latécoère disait : « Notre idée est irréalisable. Il ne reste plus qu’une seule chose à faire : la réaliser ». Cette démarche, qui consiste à déceler dans l’utopie les réalités de demain, anime votre centre depuis soixante-dix ans. Elle en fait l’un des fleurons de la DGA, et l’un des moteurs de la filière aéronautique française. Je veux vous en féliciter.

La France va continuer à soutenir sa filière aéronautique. Il en va de nos intérêts stratégiques, comme de nos intérêts industriels et économiques. Dans ce contexte, l’apport de la DGA à notre politique de défense est plus qu’un gage de crédibilité. La passion et les compétences de ses personnels sont un levier fondamental pour continuer de relever les défis qui se présentent à notre Défense. La démonstration du nEUROn, comme l’ensemble de la visite que j’ai faite aujourd’hui, m’en ont donné une brillante confirmation.

C’est pourquoi je tenais à vous témoigner aujourd’hui, monsieur le Délégué général, à vous et vos personnels, ma satisfaction la plus vive. Je compte sur votre engagement personnel et collectif pour continuer sur cette belle lancée.


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact