Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

USA

USA, Canada, Libye, Espagne... Al Qaeda, le retour ?

Docteur d'État en Sciences Politiques, François-Bernard Huyghe est Chercheur en Sciences de l'Information et de la Communication. Il enseigne notamment au Celsa Université Paris IV-Sorbonne, à Polytechnique, à l'École de guerre économique à Paris et sur le campus virtuel de l'Université de Limoges, à l'ICOMTEC (Pôle Information-Communication de l'IAE de Poitiers). Il est directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) où il a créé "l'Observatoire géostratégique de l'Information en ligne" et où il enseigne aussi. Réalisateur de télévision puis fonctionnaire international au secteur Culture Communication à l'Unesco de 1984 à 1987, François-Bernard Huyghe étudie médias et techniques de communication et transmission dans l'optique de la compétition et du conflit comme de la diffusion des croyances. Il est membre scientifique du Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques. François-Bernard Huyghe examine ici le mot de "terrorisme". Paris, le 24 avril 2013 (Source).

Al Qaeda le retour ? Les bons esprits n'ont pas manqué d'être frappés par la quasi simultanéité d'attentats à Boston et de celui de Tripoli, plus une tentative déjouée au Canada, sans oublier l'arrestation de militants islamistes en Espagne. Et les quatre cas donnèrent l'occasion d'évoquer le spectre de l'organisation jihadiste. Les mauvais esprits, eux, ont été frappés que des dizaines de morts au Nigéria du fait du terrorisme ou en Irak au cours d'une période récente fassent cent fois moins de bruit à eux tous que les trois victimes de Boston.

Pour en revenir au jihadisme " sur cibles occidentales", il semble peu vraisemblable que cette coïncidence ait été planifiée par un cerveau diabolique.

- Il y a de moins en moins de raisons de croire que les frères Tsarnaev soient liés à une structure très organisée (notamment d'après le déclarations du survivant) ; le choix de leur cible (un grand événement populaire quasi impossible à surveiller) explique qu'ils aient choisi la date du marathon de Boston, pas le contraire.
- L'idée que les deux suspects du Canada dont on ignore la nationalité et qui n'en étaient qu'au stade de la préparation puissent se rattacher à un groupe d'al Qaeda en Iran à suscité l'hilarité du ministre iranien Salehli. Vu ce que les salafistes pensent du chiisme et que démontrent de multiples attentats anti-chiites, notamment en Irak, et vu la tendresse dont Téhéran fait preuve à l'égard de activistes salafistes, le ministre peut se permettre d'ironiser. on se rappelle qu'il fut un temps où G.W. Bush cherchait à démontrer les liens de ben Laden avec Bagdad et Téhéran.
- Quant à l'attentat de Tripoli, réalisé avec des moyens "professionnels" à une heure où il ne pouvait pas faire un maximum de morts, il ressemble singulièrement à un avertissement lié au vote du prolongement de la présence militaire française au Mali.
- Pour les suspects espagnols, un Algérien "recruteur d'Aqmi" et un Marocain de 52 ans, les services espagnols les décrivent de manière un peu contradictoire comme des "loups solitaires", ayant un profil "à la Merah", un peu paumés, mais ne même temps liés à une organisation. Le fait qu'ils aient été arrêtés maintenant, après une dizaine d'autres jihadistes depuis un an en Espagne à tout à voir avec l'agenda de la police et rien avec celui d'al Qaeda.

Bref il y a toutes les raisons de penser que les quatre événements n'on pas de lien direct entre eux, sinon les hasards du calendrier et le fait que, dans chacun des cas, les poseurs de bombes, vrais ou en puissance, auraient eu des liens avec des organisations qui auraient eu des liens avec al Qaeda.

En revanche que "l'affiliation" à al Qaeda résulte de l'interprétation des faits par la police, de l'allégeance purement formelle d'un groupe armé (Aqmi, une milice jihadiste libyenne ?), ou de l'évolution mentale de gens qui "s'autoradicalisaient sur Internet" suivant la formule désormais consacrée, la fascination du nom subsiste, et flatte notre préférence pour la figure de l'ennemi unique.

Qu'al Qaeda soit devenu un logo, une marque ou un drapeau dont tout un chacun se saisit, cela on le sait désormais et on l'a écrit des centaines de fois.

Mais cela n'est possible que parce que la "profession" de terroriste (au sens de certaines activités clandestines et de certains rapports avec un "Nous" collectif dont on se réclame et pour lequel on est prêt à tuer et souvent à mourir) a profondément changé.

Autrefois (disons depuis la Première Guerre Mondiale), devenir terroriste c'était :

- être idéologisé assez tôt,
- rencontrer des gens proches de vous (même village, même usine, même section universitaire, même syndicat ou parti, même journal...) et partager de plus en plus leur doctrine structurée en allant à des réunions et en lisant,
- s'engager d'abord dans une action politique classique comme des manifestations avant de décider de passer à la lutte armée,
- se faire recruter, recevoir des instructions, parfois prêter serment, avoir des chefs auquel le nouveau doit obéir (ou former son propre groupe avec ses pairs que l'on connaît bien dans les luttes),
- faire ses preuves un jour en accomplissant des tâches de plus en plus compliquées,
- devenir éventuellement terroriste "à plein temps", professionnel, avec de faux papiers et des planques, etc.

Désormais, devenir terroriste jihadiste, au moins dans un pays occidental, c'est souvent :
- mener une première partie de sa vie soit bourgeoise et bien intégrée, soit aux franges de la délinquance, mais sans trop fréquenter les mosquées,
- être considéré par ses voisins comme un type charmant et normal (seul quelques proches remarquant que "depuis quelques temps il avait changé, et parlait beaucoup plus de religion"),
- se convertir au jihad, souvent à la suite d'un événement déclencheur, comme un massacre de musulmans appris par les médias, éventuellement à l'autre bout de la planète,
- commencer une activité en ligne (qui renseignera beaucoup la police quand on sera arrêté),
- chercher des gens qui partagent la même conviction dans sa fratrie, chez ses amis d'enfance, mais aussi parfois s'accoquiner avec des gens qui n'ont pas la même nationalité d'origine que vous mais les mêmes convictions rencontrés presque par hasard,
- parfois faire un voyage vers une terre de jihad pour recevoir de l'entraînement, des moyens, une affiliation, des instructions..., y échouer parfois,
- choisir son groupe de référence comme un consommateur choisit sa marque,
- passer brusquement à une action armée dure (gros attentat, bombe) qui aurait autrefois été réservée à des combattants d'élite,
- se faire repérer assez vite soit avant l'attentat parce que vos communications ont été surveillées, soit après parce que des caméras vidéo vous ont repéré et que vous n'aviez pas prévu de plan d'exfiltration rapide.

François-Bernard Huyghe

Autres publications :

  • Terrorismes Violence et propagande, Gallimard (Découvertes) 2011
  • Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire avec Alain Bauer, PUF, 2010
  • Maîtres du faire croire. De la propagande à l'influence Vuibert, 2008
  • La Route de la soie avec Edith Huyghe, Petite Bibliothèque Payot, 2006
  • Comprendre le pouvoir stratégique des médias, Eyrolles, 2005
  • Quatrième guerre mondiale. Faire mourir et faire croire, Ed. du Rocher, collection L'art de la guerre, 2004
  • Les Routes du tapis avec E. Huyghe, Découvertes Gallimard, 2004
  • Écran/ennemi Terrorismes et guerres de l'information, Éditions 00h00.com, collection Stratégie, 2002
  • Les Coureurs d'épices, avec E. Huyghe, Petite Bibliothèque Payot 2002
  • L 'Ennemi à l'ère numérique, Chaos, Information, Domination, P.U.F., collection Défense et défis nouveaux 2001
  • Images du monde, avec E. Huyghe, J.C. Lattès 1999
  • Histoire des secrets De la guerre du feu à l'Internet avec E. Huyghe, Hazan 2000
  • Les Experts ou l'art de se tromper de Jules Verne à Bill Gates Plon 1996
  • La Langue de coton, R. Laffont 1991
  • La Soft-idéologie, avec P. Barbès, R. Laffont, 1987

Liens utiles :


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact